NOËL
Participez au calendrier de l'avant revisité ici !

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Invité
Invité

Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mar 28 Nov - 16:30
La forêt était majestueusement silencieuse en cette douce matinée. Le sol, encore libre du lourd manteau que les arbres lui offraient chaque automne dégageait une douce odeur d’humidité et la lumière arrivait par des rayons dorés ayant réussi à traverser l’épais feuillage. Le vert dominait toujours le paysage mais des tâches jaunes, oranges et rouges commençait à effleurer la surface et laissaient entrevoir la fin de l’été. On n’entendait que le silence de la nature et les lointains bruits d’une quelconque créature habitant cet espace relativement vierge de la présence humaine.

Relativement car une figure pouvait être aperçue sur une branche, confortablement installée contre l’épais tronc. Couverte d’une cape aussi verte que les feuilles l’entourant, elle aurait pu passer inaperçue mais certaines mères de ses cheveux échappaient au confinement de sa capuche. D’un rouge vif, fortement épais et virevoltant dans des directions improbables, ils étaient repérables aisément. En contraste avec cette vie capillaire, la silhouette était parfaitement immobile. Si on s’approchait de plus près, on remarquait qu’il s’agissait d’une jeune fille, étudiante à Ilvermorny d’après l’uniforme sous sa cape et il semblerait presque qu’elle s’était assoupie. Un sourire flottait sur son visage calme et il ne fallait pas être un génie pour deviner qu’elle passait une excellente matinée.

Un bruit retentit et une paire de yeux d’un bleu étincelant s’ouvrirent soudainement. Ce n’était nullement un bruit provenant du « milieu naturel », au contraire, il y avait une résonance métallique assez claire. Curieuse de savoir ce qui se tramait dans le coin, elle se mit en route sans plus attendre. D’un geste souple, elle descendit de son perchoir. Elle ne bougea pourtant pas une fois sur le sol. Alerte elle écouta en tentant de retrouver la source de ce bruit si discordant de l’environnement dans lequel elle se trouvait. Elle claqua sa langue, frustrée: le son ne se renouvela pas. Refrognée, elle fut sur le point de remonter sur son siège improvisé quand elle entendit de nouveau quelque chose. Mais ce n’était pas le claquement vaguement métallique d’avant. Non. Cette fois-ci c’était une espèce de…cri? C’était difficile à dire, le bruit était très étouffé mais il lui semblait que ce n’était pas une créature.

Curieuse, elle entreprit de s’avancer en direction du bruit. Cette fois-ci elle savait quelle route prendre et marcha prudemment vers l’origine du cri. Oui, c’était définitivement une sorte de cri et plus elle avançait à travers la forêt plus elle avait l’impression que c’était une voix humaine. Encore un élève qui ne savait pas où il mettait les pieds.

Soupirant, elle avança plus rapidement mais se garda de faire du bruit. Elle n’avait aucune envie de se faire attaquer par une quelconque créature et n’avait certainement aucun désir de visiter l’infirmerie de l’école aussi tôt dans l’année scolaire!

*Pour une fois que je parvient à m’échapper du château et à profiter de la forêt, il faut qu’une tête de patacitrouille décide de jouer aux explorateurs et s’attire des problèmes! Enfin, je n’ai pas envie d’avoir un traumatisme sur la conscience…mais ce bruit métallique me paraît bizarre quand même. Ce n’est pas comme s’il y avait du métal dans les parages, ou alors je n’y connais rien en botanique. A moins que…par Morgane, ne me dîtes pas que quelqu’un s’est pris les pieds dans un piège du grade-chasse! Parce que dans ce cas-là ce n’est pas seulement un sombre crétin (les pièges sont prévus pour tenir éloignés les lutins, gnomes et autres parasites) mais il peut être sérieusement blessé!*

Horrifiée par cette soudaine pensée, elle pressa le pas. La voix s’éclaircissait de plus en plus. Elle semblait appartenir à un garçon et provenait d’un peu plus haut, derrière une espèce de colline qui lui empêchait de voir quoi que ce soit et qui était particulièrement raide.

La rouquine analysa rapidement la situation et ne put que constater qu’elle allait devoir jouer aux écureuils. Sans perdre du temps, elle retroussa ses manches et commença l’escalade de l’arbre le plus solide du lot en face d’elle. Sa capuche tomba sous l’effort et sa tignasse se mêla aux feuilles environnantes. Quelques petites branches gracièrent son visage et ses avant-bras d’une ou deux égratignures. Elle ne sembla pourtant pas perturbée ou gênée et continua jusqu’à atteindre la hauteur souhaitée. La jeune fille ne parvenait pas à voir correctement sa zone d’atterrissage mais normalement elle devrait être pile en haut de la colline. Prenant une grande inspiration, l’adrénaline pompant dans ses veines, elle sauta de son perchoir et se concentra pour ne pas lamentablement se tordre la cheville.

Son saut ne fut ni gracieux, ni particulièrement maîtrisé mais elle réussit son coup. D’une apparence quelque peu hirsute, elle donnait l’impression de débarquer d’une quelconque tribu sauvageonne, enveloppé dans sa cape verte, les cheveux pleins de feuilles et le visage peuplé de micro-griffures.

Pourtant, elle ne se fit même pas une seule réflexion sur ce sujet. Elle était beaucoup trop surprise du spectacle clownesque qui s’offrait à elle.

*Mais qu’est-ce que c’est que ce bazar?!*
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mar 28 Nov - 20:55
Un cri. Un seul cri et toute la forêt était alertée.

Grognant, vociférant après la corde qui venait de lui attraper le pied, Hugo regarda s'étaler ses affaires de potions sur le sol qui commençait à geler doucement. Son chaudron portatif, ses livres, ses fioles, tout ceci dans un fracas et un boucan impossible. Une de ses fioles s'étaient cassés et manque de bol- c'était le cas de le dire- sur son chaudron. Cette fiole de potion était celle qui faisait léviter les choses.
A présent, c'était ses affaires qui lévitaient au-dessus du sol, tournoyant autour d'Hugo dans un bruit infernal.
Le garçon qui était pendu par la cheville se protégeait le visage pour éviter de recevoir un coup de la part d'un chaudron-volant-sauvage, de deux ou trois fioles et d'un gros grimoire sur les plantes et animaux magiques des montagnes. Très utile pour expérimenter quelques trucs en ces lieux.

-Arrêtez ! Arrêtez ça tout de suite ! S'exclama Hugo en agitant les mains.

BANG.
Ça, fallait le prévenir.
Trop occupé a chassé les fioles qui lui donnaient la nausée à force de tourner sur elles-mêmes et autour de sa tête, il agita les bras et sans y faire attention, ramena le petit chaudron portatif vers lui. Ce dernier venait de foncer sans aucun ménagement contre lui et se fracassa sur son front, laissant au pauvre garçon une grosse bosse sur la tête ! Hugo gémit et se frotta la tête, contrarié. Ça fait mal, stupide chaudron ! Rugit-il intérieurement. Bientôt, les effets de la potion s'estompèrent et toutes ses affaires retombèrent sur le sol.
Grand silence.
Jusqu'à ce qu'il remarqua quelqu'un. Une jeune fille, manifestement l'air assez choqué sur la scène qu'elle venait de voir. C'est vrai, ce n'était pas commun d'assister à un tel spectacle. En général, les sorciers passant la deuxième année étaient censés être plus doué que ça... Pas Hugo. Hugo était maladroit, beaucoup trop sensible pour savoir gérer correctement sa magie et bien peu assidue pour la connaitre véritablement comme ses autres camarades.

Hugo c'était ce garçon qui était connu s'endormir en cours, raté ses sortilèges et finir à l'infirmerie régulièrement.

-Salut ! Dit-il joyeusement malgré la situation, tu m'aides, s'il te plait?
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mer 29 Nov - 14:46
Si un concours d’imitations avait eu lieu à ce moment précis, Elizabeth aurait finie en très bonne position devant son imitation de la chouette: on pourrait croire que ses prunelles bleues allaient sortir de leurs orbites. Les yeux grands comme des soucoupes, la jeune fille contemplait abasourdie la catastrophe qu’elle avait devant elle. En plein milieu d'une minuscule clairière, un pauvre garçon, de son âge vraisemblablement, pendait lamentablement attaché à une corde et tentait tant bien que mal de se défendre d’un chaudron. Oui, les chaudrons pouvaient vraisemblablement devenir violents quand ils flottaient allègrement dans les airs. Ce n’était d’ailleurs pas le seul objet qui avait décidé de devenir un oiseau. La jeune fille pouvait distinguer un gros grimoire, ainsi que plusieurs fioles. Fioles d’ailleurs remplies sans doute de potions. Elle pria sincèrement pour que cela ne soit pas un breuvage volatil ou explosif sinon la situation allait vite passer de l’absurde au potentiellement mortel. Comment les objets s'étaient retrouvés à virevolter dans tous les sens, mystère. Elle supposait qu'une potion devait être à l’œuvre, tous les indices pointaient à un amateur de potions ayant eu un souci.

La rouquine ne put s’empêcher de sourire légèrement devant la bonne humeur quelque peu surprenante de la victime. Visiblement il avait l’habitude de se retrouver dans des situations quelques peu coquasses s’il arrivait à garder son calme de la sorte. Mais elle éclaterait de rire plus tard, elle avait à faire pour le moment. Elle ne perdit pas une minute et s’approcha de lui, son pas cependant prudent et calme, histoire de na pas elle aussi se retrouver coincée dans un autre piège éventuel. Une fois à sa hauteur, elle esquiva tant bien que mal les objets volants et observa la corde. Elle était de bonne facture, donc difficilement manipulable, ce qui écartait toute tentative de défaire les nœuds. Elle ne voyait qu’une solution et elle ne put s’empêcher de faire une légère grimace.

- Ce n’est pas dans mes habitudes de laisser les gens pendus au milieu de la forêt donc pas de souci, tu peux compter sur mon aide. Par contre je n’ai qu’une solution et elle risque de faire mal. Je m’excuse par avance mais j’ai rien d’autre à proposer.

Son regard se focalisa sur sa corde et surtout de l’endroit où il fallait sectionner pour libérer le garçon. La chute était inévitable mais si elle visait correctement, il ne devrait pas tomber trop violemment. S’éloignant quelque peu pour être moins gênée par la folie environnante, elle sortit sa baguette et procéda à l’incantation. D’un geste précis, elle entonna clairement:

- Diffendo!

Dans d'autres circonstances, elle se serait félicitée, le sort était parfaitement maîtrisé et fila comme l'éclair vers sa cible. Manque de chance, le sortilège ricocha sur le chaudron, visiblement décidé à embêter tout le monde et le sort atterrit sur la branche plutôt que la corde. Ce coup de hache magique fut visiblement trop dur à supporter pour la pauvre branche, qui s’effondra sans grâce. Un énorme fracas se fit entendre et le pauvre garçon s’étala tel un sac sur le sol dur. Grimaçant, elle claqua la langue énervée et fila rapidement s’assurer qu’il n’avait rien.

- Tout va bien? Rien de cassé? Je suis désolée, ton chaudron a dévié mon sort et plutôt que couper la corde il a décidé de jouer aux bûcherons.

Elle aida le garçon à se relever et le conduit rapidement hors de portée des objets volants, histoire qu’il puisse se remettre de ses émotions, quasiment le portant tellement elle était pressée de sortir de ce capharnaüm. Une fois relativement à l’abri, elle reprit son souffle, légèrement agitée par toute cette action inespérée.

- Au fait je suis Elizabeth Blackstone. A qui ai-je l’honneur, damoiseau en détresse? Demanda-telle avec un clin d’oeil. Elle reprit pourtant rapidement son sérieux et balaya un regard inquiet sur son interlocuteur. Tu ne t’es pas fait mal en tombant?
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mer 29 Nov - 16:53
Les effets de la potion s'étaient estompé? Pas vraiment finalement, Hugo avait sans doute mal calculé le timing parce que si tôt recouché à terre, ses affaires se remirent à virevolter autour de lui si tôt la demoiselle approchée. Protégeant à nouveau son visage en grognant, il n'entendit pas ce que la jeune fille lui disait et n'entendit pas le sortilège se lancer non plus.
Par contre, il entendit parfaitement ce dernier ricocher contre son chaudron et atterrir sur la branche au-dessus de lui. Retenant sa respiration lors du premier craquement, alors qu'il avait l'impression de voir la branche se fendre lentement, Hugo préféra fermer les yeux ensuite et poussa un nouveau crie étouffé en tombant sur le sol froid. Une nouvelle fois, une plainte s'échappa de ses lèvres. Mince alors, il ne verrait plus jamais son chaudron comme avant, maintenant ! Il avait essayé de le tuer, DEUX FOIS !

-Je vais bien... Murmura le jeune homme un peu sonné, quand même, se laissant entraîné par sa sauveuse.

Accroché à la rouquine, Hugo poussa un soupire contrarié en se laissant retomber sur les fesses lorsqu'ils furent plus loin. Il se frotta la tempe, la tête et le bas du dos qui avait subi une vive douleur alors qu'il s'écrasait sur une petite pierre pointue. Rien n'allait, aujourd'hui, décidément ! Il fila un regard vers le bazar qui semblait s'amuser encore un peu, plus loin de leur position et grimaça en songeant à la branche d'arbre qui s'était écroulé à cause de ses bêtises.
Oui, ses bêtises. Parce que finalement, il aurait dû faire attention. Dans cette partie de la forêt qui n'était pas très conseillée pour les balades, il savait qu'il y avait quelques pièges à gnomes et autres petites choses du genre qui venait manger les plantes sur le bord de la forêt. Des plantes importantes pour la botanique, en cours. En soit, ce n'était pas des pièges méchants, rien de dangereux -sauf quand on s'appelle Hugo Hollens-, une corde magique était posée au sol et qui posait les pieds ou les pattes dessus étaient attrapées dans la seconde qui suivait.
Bravo, Hugo !

-Euh... Hugo. Hugo Hollens... Dit finalement le sorcier en retrouvant ses esprits. Il sourit ensuite à Elizabeth. Je vais bien, merci beaucoup ! Tu as un très joli prénom.

Il se redressa en grimaçant et jugea son chaudron du regard en croisant les bras, un air sévère sur le visage. Il soupira, encore. Très peu doué en magie, il faudrait attendre alors que sa potion s'arrête définitivement. Cela dit, il ne s'agissait pas d'un ensorcellement par baguette, il était très peu probable donc, qu'un autre sortilège puisse arrêter cette comédie. Elizabeth avait l'air douée et sûre d'elle pour ça. Elle avait lancé ce sort parfaitement, sans se poser de questions. Hugo l'aurait sans doute complimenter si son chaudron n'était pas intervenu. D'ici quelques instant, ses affaires reprendraient une vie normal de livres, flacons de potions et de chaudron... Hugo espérait juste qu'il n'y est pas trop de dégâts sur ses livres de classe. Encore qu'un chaudron en laiton portatif était facile à nettoyer, un livre de botanique, beaucoup moins...

-... C'était une potion parfaite. J'avais hâte de la montrer à mon professeur. Dit-il finalement tristement, plus pour lui-même que pour sa camarade. Il se tourna ensuite vers elle. Au fait ! Tu fais quoi par-ici? C'est une zone assez inhabituelle pour les élèves... Lui demanda Hugo avec un sourire amical.
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Jeu 30 Nov - 12:04
Le cirque ne semblait pas prêt de se terminer. Les objets semblaient prendre un malin plaisir à profiter de leur liberté et de se déplacer autant que possible à travers la clairière. Elizabeth était bien contente de se tenir éloignée de ces meurtriers en puissance et guettait du coin de l’oeil tout mouvement trop proche de leur petit havre de sécurité toute relative. Ils étaient en forêt après tout, personne est à l’abri d’une mauvaise rencontre.

Son imprévu compagnon d’infortune semblait encore un peu sonné mais à part des contusions rien ne semblait indiquer une autre blessure plus grave. Le pauvre avait même eu un peu de mal à parler, secoué comme il était. La jeune fille ne put d’ailleurs pas s’empêcher de rougir légèrement au compliment du jeune homme. Elle n’était vraiment pas habituée à ce qu’on lui dise des choses de la sorte et elle était bien mieux préparée à répondre à une blague qu’à une gentille attention. La rouquine se contenta donc de sourire timidement et détourner légèrement la tête, n’ayant pas envie que l’autre remarque sa gêne. Ce n’était pas vraiment le moment après tout.

Elle ne manqua cependant pas le regard sévère que le garçon dirigea à son chaudron tueur. Il était vrai qu’il avait visiblement des comptes à régler avec son propriétaire, au vu de l’agressivité dont il faisait preuve. Mais l’air boudeur de l’autre fut trop pour la jeune fille qui explosa finalement de rire devant toute cette situation rocambolesque. Sa matinée était bien différente de ce qu’elle avait eu en tête en se levant aujourd’hui: la petite ballade s’était transformée en sauvetage d’un chaudron fou et ses acolytes les fioles volantes!

Une fois un peu calmée, mais toujours gloussante, elle nota la mention d’une potion. Ainsi donc elle avait eu raison, une fiole avait dû se renverser quand son propriétaire s’était pris les pieds dans la corde. Inutile donc de tenter de calmer les choses avec un Finite, il ne restait plus qu’à attendre que les effets de la potion se dissipent. S’installant un peu mieux par terre, elle continua la discussion lancée par son voisin.

- J’avoue que ta potion semble très efficace. J’applaudirais presque si les objets n’étaient pas devenus aussi violents. Plaisanta-t-elle. En tout cas, ravie de faire ta connaissance Hugo, je t’assure que je vais me souvenir de toi maintenant! Sourit-elle.

Elle regarda un peu mieux celui qu’elle fait sauvé. Assez grand, cheveux en bataille (pas étonnant au vu des derniers événements) d’un brun aux reflets roux et des yeux verts montrant une grande gentillesse. Oui, c’était bien le genre de personne avec qui Elizabeth pouvait bien s’entendre. Et il fallait bien avouer que sa maladresse la faisait rire, bien qu’elle tentait de ne pas trop le montrer pour ne pas le vexer.

- Je suis souvent en forêt en fait, continua-t-elle. Cela me rappelle chez moi et j’aime bien venir ici me détendre. Déconnecter du stress de l’école en quelque sorte. Et toi? Je suis désolée de te dire ça mais je pense que tu serais bien mieux au château pour faire des potions, tu as moins de risques de finir de la sorte. Finit-elle d’un geste vague vers le chaos de la clairière.

Où du moins où se trouvait le chaos. La potion semblait se dissiper car les objets se contentaient désormais de flotter légèrement au-dessus du sol, donnant l’impression qu’ils étaient épuisés après leur folle course. Se levant d’un geste souple, elle dépoussiéra rapidement sa cape et se tourna vers le jeune homme.

- Il semble que le pire soit derrière nous. Tu veux un coup de main pour ramasser tout ça? Proposa-t-elle d’un ton énergique.
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Jeu 30 Nov - 22:27
Ce que l'on pouvait dire au moins, c'est qu'elle avait l'air de bien s'amuser, la demoiselle ! Hugo poussa un léger soupire à cette constatation. Il était si pitoyable que ça? Bon, ce n'était pas bien méchant de toute façon. Elle avait raison, valait mieux s'amuser de la situation. Enfin, Hugo aurait peut-être préféré qu'elle se souvienne de lui autrement que par le fait qu'elle l'ait rencontré la tête en bas, mais bon, on n'avait pas toujours ce qu'on voulait dans la vie, pas vrai?

Chez elle? La forêt lui rappelait chez elle? Intrigué, Hugo détourna la tête vers la jeune fille à cette mention. Hugo aurait beaucoup aimé vivre en forêt, lui aussi. Une petite cabane rien que pour lui, sa mère et Jake. Ça aurait été tellement plus cool que de vivre dans la grande ville de Brookline ! Bon, pour ça, ils n'avaient plus trop de soucis à se faire à présent qu'ils avaient emménagé dans le quartier sorcier de Brookline.
Néanmoins, il restait qu'ils vivaient dans un appartement, certes moins passager que le vrai Brookline parce qu'ils vivaient au-dessus d'une rue commerciale, mais tout de même. C'était bruyant jusqu'à tard le soir, des fois. Bien loin de gêner Hugo cela dit, qui n'aimait pas spécialement réviser. La vie l'inspirait pour écrire et dessiner. Mais sa mère avait souvent besoin de dormir la journée, après une longue nuit de travail.

-Je viens par ici, parce que c'est ici que je trouve les meilleures plantes pour mes potions. Tu comprends, à l'école, elles ne vivent pas en pleine nature et bien que je sois obligé d'en utiliser certaines de la serre, mes potions sont quand même de moins bonne qualité. Expliqua Hugo non sans un nouveau sourire sur les lèvres.

Effectivement, ça fonctionnait comme pour les légumes et autres choses dans le monde non-maj. On faisait de meilleurs potagers avec des légumes pris directement depuis la terre des campagnes que des légumes élevés en serres. Bon, d'accord, ça ne changeait pas grand-chose en réalité pour les potions, mais le gout et les effets étaient meilleurs selon le jeune homme qui aurait trouvé n'importe quel prétexte pour passer du temps en explorateur en dehors des murs de l'école.
Hochant la tête à sa proposition, Hugo se releva difficilement, après tous les coups de chaudron et de branche qu'il venait de recevoir. Il grimaça une dernière fois et se dirigea vers ses affaires. Il constata les dégâts en poussant un soupire triste :

-Oh... J'imagine qu'il doit y avoir un sort pour enlever de la potion du livre? Dit-il en soulevant son grimoire des plantes et admirant la grosse tâche rose sur le haut de la couverture en cuir, il se tourna ensuite vers sa nouvelle amie : Tu vis en forêt alors? C'est comment? Ça doit être tellement calme par rapport à la ville ! Oh,
et tu es dans quelle maison aussi?
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Ven 1 Déc - 15:06
Le jeune homme avait visiblement une âme de potioniste. Il s’était littéralement illuminé lorsqu’il avait abordé la raison de sa présence dans la vaste forêt. Elle était d’ailleurs assez pertinente: plus une plante est fraîche, plus elle sera efficace dans l’élaboration de potions. De plus, celle de la forêt étaient sauvages, ce qui augmentaient leur potentiel magique de manière considérable car elle n’était pas dans un environnement qui drainait quelque peu leur magie comme les serres. La jeune file était une férue de botanique donc elle comprenait totalement le raisonnement de Hugo. Bon, dans ce cas-ci, c’était un peu poussé à l’extrême. Un peu beaucoup même. On pouvait très bien cueillir des plantes et les utiliser deux jours après sans problème (pour autant qu’elles soient correctement conservées).

Mais au delà de ce détail, elle n’était pas certaine que se trimballer toutes se affaires de potions était une excellente idée. Surtout s’il était maladroit. Mais le pauvre en avait déjà assez subi comme cela, donc elle garda sa réflexion pour elle. Elle se contenta d’hocher sa tête d’un air approbateur.

- Tu as raison sur ce point, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Surtout que la variété de spécimens est assez folle dans le coin.

Tout en parlant, la jeune fille s’approche prudemment du centre de la clairière et commence à ramasser les fioles. Elle surveille le chaudron du coin de l’œil, prête à bondir très loin s’il fait le moindre mouvement. La rouquine ne peut s’empêcher de soupirer de soulagement quand elle constate qu’aucune fiole n’est brisée, hormis celle ayant causé toute cette pagaille. Danger définitivement écarté d’une quelconque explosion ou autre action pyrotechnique.

Elle ne put s’empêcher une grimace devant le pauvre grimoire tâché. Il n’avait rien demandé à personne le pauvre et Hugo avait l’air d’y tenir. Malheureusement elle n’avait strictement aucune idée de comment nettoyer pareille tâche. Elle avait toujours été un désastre en magie ménagère et elle faisait quasi tout avec ses petites mains, sa mère avait abandonné devant l’ampleur de l’inaptitude d’Elizabeth. Du coup elle fit une mine désolée au garçon, montrant qu’elle ne savait pas du tout comment arranger ça.

- Navrée, je suis nulle en ménage. Mais il doit sûrement avoir un moyen de nettoyer ça, tu peux pas être le seul à avoir renversé un peu de potion sur un livre! Évite de demander au bibliothécaire par contre, il risque de faire une attaque. Plaisanta-t-elle.

Elle se souvenait parfaitement de la fois où elle avait demander comment réparer une page légèrement déchirée. Elle avait failli devenir à moitié sourde et elle n’était parvenue à s’échapper qu’au bout de vingt minutes de sermon. Une expérience qu’elle ne souhaitait à personne, encore moins à Hugo qui avait l’air d’être un gentil gars.

- Je ne vis pas exactement en forêt. En fait ma maison est en bordure d’une rivière qui longe vaste forêt. Ma mère devenait folle à chaque fois qu’elle m’attrapait complètement trempée, revenant d’une balade. Mais je suis têtue, donc j’ai continué à le faire et elle a jeté l’éponge au bout d’un moment.  Mais oui, c’est très différent de la ville. Enfin, je suppose, je n’ai jamais vraiment fréquenté le milieu urbain. Avoua-t-elle d’un ton amusé. Je suppose que tu habites dans une ville?

Vu l’enthousiasme, sûrement. C’était assez rare pour le souligner d’ailleurs. En règle générale, les gens la prenaient en pitié quand elle racontait d’où elle venait. Personnellement elle s’en fichait, elle était très bien là où elle était et elle aimait ce côté isolé et pacifique. En plus, elle n’avait pas de voisins incommodants.

- Je viens de Puckwudgie, maison des Guérisseurs. Du coup, si tu veux un petit boots pour soulager tes coups, je suis là si jamais, je connais deux-trois trucs! Et toi? Je sais que tu n’es pas dans mon année, tu es peut-être un peu plus jeune? Quatrième peut-être?
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mar 5 Déc - 23:30
-Ouais, j'habite dans le quartier sorcier de Brookline avec ma famille ! On habitait dans le quartier non-maj au début mais avec deux sorciers allant à Ilvermorny, ma mère a pensé que ce serait plus simple de déménager.

Hugo s'imaginait vivre en forêt.
Sûr que Jake -surtout dans un monde magique- y serait plus à l'aise pour étudier ses précieuses créatures. Quant à Hugo, il pourrait y chercher les ingrédients qu'il voudrait pour ses potions. Enfin, probablement pas toutes mais une bonne partie. Et puis, il pourrait en faire pousser près de chez eux, aussi. Il s'imaginait déjà construire une autre cabane un peu en large de la clairière et y passer des journées entières lors des vacances, ils y feraient des feux de camps le soir et y dormiraient à la belle étoile.
Hugo sourit une nouvelle fois à la demoiselle. Puck alors? Il avait des amis las-bas. C'était une maison très chouette ! Cela dit, il avait dû mal à trouver une maison pas chouette, peu importe l'école ou les élèves dedans... Même la maison des Wampus, alors qu'il y avait deux des personnes qu'il considérait comme des ennemis.

-Je suis en quatrième année, Thunderbird. Dit-il en lui tendant une main, bien que son autre bras soit maladroitement en équilibre pour maintenir ses livres. Enchanté ! Tu es une fille très cool, Elizabeth Blackstone, mais tu sais, je n'aime pas trop utiliser la magie quand je me blesse, par habitude sûrement mais je préfère m'abstenir quand ce n'est pas urgent.

Ramassant le reste en fourrant le tout dans son sac-à-dos, Hugo poussa un soupire. Bien, tant pis pour la super potion. Il en referais une plus tard. Peut-être en compagnie d'Elizabeth? Après tout, elle avait assisté au massacre et elle était gentille. Puis elle aimait bien se promener par ici.

-Je vais revenir dans le coin pour refaire ma potion, dans la semaine. Tu voudrais m'accompagner? Comme ça, j'éviterais de la casser, cette fois !
avatar
Invité
Invité

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

le Mer 6 Déc - 16:26
Ainsi donc il venait de Brooklyn. Elle n’était jamais allé dans le coin, habitant dans des coins reculés où la ville sorcière la plus proche était Salem. La jeune fille s’était toujours demandé ce que ça ferait de vivre dans une jungle en béton plutôt qu’une étendue forestier. Mais elle avait la nette impression que ce n’était pas un milieu qui lui conviendrait. Elle aimait beaucoup trop les grands espaces boisés et le contact direct avec la nature. Et malgré ce que certains croyaient les parcs des villes ne comptaient comme un contact direct.

Elle tiqua à la mention de « deux sorciers ». Il avait peut-être un frère ou une sœur dans l’école. Ou qui a été élève. Mais visiblement sa mère n’était pas forcément sorcière. Cela éveilla sa curiosité. Elle vivait dans un foyer sorcier mais une partie de la famille de son père était non-maj et certains ancêtres de sa mère également. Elle connaissait donc la culture non-maj (dans les grandes lignes) mais elle s’était toujours demandait ce que ça ferait de vivre quotidiennement sans magie. La Puckwudgie fit donc part de sa curiosité sans attendre.

- Deux sorciers? Cela veut dire que tu habites avec des Non-maj aussi? C’est comment? Elle s’arrêta, grimaçant devant sa formulation maladroite. Pardon, je voulais pas être indiscrète, simplement je me suis toujours demandé à quoi ressemble un foyer mixant les deux mondes. Tu as donc une frère ou une sœur? Il ou elle est toujours là?

Elle sourit au nom de Thunderbird. Un petit vert. Elle aimait bien cette maison, même s’ils étaient un peu fous. Mais elle n’était pas ce que l’on pouvait qualifier de normal non plus, donc elle n’était pas vraiment en position de juger. En tout cas Hugo n’était pas l’archétype du Thunderbird et cela lui plaisait. Elle n’aimait pas les gens trop faciles à classifier, cela devenait vite ennuyeux.

La rouquine rigola fortement devant sa remarque. Elle, cool? C’était bien la première fois que quelqu’un lui rétorquait quelque chose du genre. La preuve donc que ce garçon n’était pas comme les autres et qu’ils étaient bien partis pour être amis.

- Merci Hugo Hollens, tu es aussi quelqu’un de très sympa, dit-elle en lui serrant la main. Et je comprend, les soins par magie peuvent vite partir en vrille s’ils ne sont pas correctement exécutés, voir devenir carrément dangereux pour le guérisseur. Parfois les méthodes non-maj sont plus sûres, j’ai lu pas mal de bouquins là-dessus. Elles au moins ne tirent pas leur énergie de ceux qui les font. Mais je ne vais pas t’embêter avec ça, sinon on sera encore là pour la nuit. Rigola-t-elle.

Il était vrai qu’Elizabeth était une farouche passionnée de médicomagie et tout ce qui touchait les soins, elle avait donc une belle quantité de connaissances pour assumer le premier venu dans un long discours bourré de termes techniques et contenu pas forcément passionnant pour ceux qui n’y connaissaient rien. Elle termina donc d’aider le jeune garçon à ranger ses affaires et écouta sa proposition de refaire une ballade plus tard dans la semaine. En évitant les accidents de préférence.

- Pourquoi pas, je suis toujours partante pour faire une ballade! Et puis il vaut peut-être mieux que tu ne sois pas seul, qui sait ce qui pourrait t’arriver la prochaine fois. Je m’engage donc à être ton garde du corps pour ta prochaine expédition avec plaisir.

Elle finit sa boutade d’un rire mutin, les yeux pétillants de malice. Elle sentait qu’elle allait bien aimer taquiner son nouveau compagnon forestier.
Contenu sponsorisé

Re: Fais gaffe où tu mets les pieds! [PV Hugo Hollens]

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum