NOËL
Participez au calendrier de l'avant revisité ici !

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Invité
Invité

Oma Brown [Terminé]

le Mar 24 Jan - 18:21
Oma Brown

Quelle est ton identité ?

Sang pur - Professeur de Sortilèges et Enchantements - Responsable de Thunderbird -On ne demande pas l'âge d'une dame !- Patronus: Grizzli -Bois de marronnier, plume de thunderbird, 19.7 cm
Histoire

Oma Brown (ou Oma Nita de son nom de jeune fille) est née il y a un certains nombre d'années à East Glacier Park un village de la réserve indienne des Blackfeet, dans le Montana.

Oma est une indienne Pikunis, qui descend d'une longue lignée de sorciers.

La culture amérindienne étant bien moins bornée que la culture européenne (et par extension celle des colons américains), les sorciers y ont toujours été acceptés et reconnus. Pas de secret magique. (ce qui pose d'ailleurs de réguliers problèmes avec le MACUSA...)

En effet, qu'on les appelle Chaman ou sorcier de la tribus, ces sorciers avaient un rôle important dans la communauté et de grandes familles envoyaient leurs enfants au services d'autres tribus en signe de paix.

A l'arrivée des colons européen sur le nouveau monde, la communauté des sorciers amérindiens fut divisée sur la marche à suivre. Quelques uns d'entre eux envoyèrent leurs enfants à Ilvermorny et ceux ci reçurent une baguette magique et un enseignement très européen de la magie. Pour les autres, et ce fut notamment le cas de la famille d'Oma, il préférèrent rester dans les traditions.

La magie amérindienne diffère par l'absence notable de baguette. Les sorts sont généralement faits sous forme de cérémonie et d'objets magiques, comme le traditionnel totem. Elle n'est pas moins puissante que la magie apprise à Ilvermorny mais cela n'a pas empêché la petite Oma de rêver d'aller dans cette école américaine et surtout: d'avoir une baguette magique.

Oma avait une fascination pour ces objets depuis que deux agents du MACUSA étaient venu arrêter son père pour utilisation de la magie devant des non-majs. S'en était suivit l'historique (n'en profitaient pas pour calculer son âge !) manifestation de la réserve de Blackfeet où des centaines de sorciers amérindiens s'étaient retrouvés pour demander une exception dans le secret magique pour leur utilisation. Ce qu'ils finirent par obtenir contre de multiples conditions.

Mais ce n'est pas vraiment important, du moins pas pour Oma.

Quand ces deux agents étaient venus arrêter son père et lui avaient jeté des sorts pour l'entraver, Oma avait voulu faire la même chose. La magie des amérindiens étaient magnifique, empreinte de danse, de chants, de rites et proche de la nature... MAIS MON DIEU UNE BAGUETTE QUOI ! DEUX mots et ça décoiffe !

Oma en voulait une, et désirait apprendre à s'en servir.. Cette envie provoqua sa fugue une semaine avant la rentrée à Ilvermorny. Oma avait en effet discrètement contacté la directrice de l'époque pour s'inscrire et obtenir une bourse...  La seule chose compliquée avait été de trouver un hiboux... En effet, les sorciers amérindiens communiquaient pas signaux de fumée. Chaque famille avait un feu et pouvait envoyer des signaux à un autre feu magique de manière instantanée et à n'importe qu'elle distance.. Pour le coups, c'était bien mieux que les hiboux...

Une semaine avant donc, Oma fugua et se rendit à Helena, la capitale du Montana. Là, elle trouva une partie sorcier et pu acheter ce dons elle avait besoin. Quand Oma eut sa première baguette magique, elle resta une bonne journée à l'admirer et à s'imaginer en train de jeter des sorts.

Sans être encore entrée à Ilvermorny, la jeune Oma Nita avait apprit tous les sorts de son livre d'enchantement et n'avait qu'une envie: les essayer. Le reste des matières ? Quoi ? Il y a d'autres matières ?
De son passage à Ilvermorny, on ne retint que les spectaculaires capacités d'Oma aux sorts, et on préféra passer sous silence ses désastreuses potions, ses chutes de balais ou ses terribles lacunes en botanique.

A sa sortie de l'école, Oma retourna dans la réserve où sa famille fut finalement heureuse de la retrouver. Là, ils tentèrent tant bien que mal d'en faire une chaman comme tout ses ancêtres avant elle, en souhaitant sincèrement qu'Ilvermorny n'était qu'une passade dans la vie de la jeune femme.

Elle apprit le nécessaire comme faire la danse de la pluie ou communiquer avec les animaux (elle vécue trois mois avec des grizzlis: elle en revenu avec une bonne dizaine de kilos en plus et un amour inconsidéré pour le saumon).

Avec ce retour aux sources, Oma se demanda s'il n'était pas possible d'arriver au même résultats avec sa baguette magique. Elle retourna donc parmi les ours et les gloutons pendant quelques semaines et revint avec le sort de "Pluviometrie", qui déclenchait une petite pluie de dix minutes sur un espace localisé de cinq cent mètres carrés.

L'effet était bien moins impressionnant qu'une véritable et magnifique danse de la pluie (qui pouvait déclencher de véritables tempêtes sur des centaines de kilomètres sur plusieurs jours), mais lui permis notamment de se faire un petit nom chez les botanistes du sud du pays qui cherchaient à y cultiver la mandragore.

Enhardie par son succès, elle partit tout autour du monde voir des dizaines de cultures magiques différentes et inventa plusieurs sorts en dérivés des meilleurs cérémonies.

Après un voyage de 5 ans et un petit séjour de 5 mois parmi les Grizzli revint aux états Unis, à New York, où elle retrouva Albert Brown son  meilleurs ennemi d'Ilvermorny qui était devenue éditeur. Ces deux là ne s'étaient pas du tout supportés pendant dix années d'études, mais travailler ensemble sur le projet de livre d'Oma déclencha des sentiments pour le moins inattendus chez l'un comme chez l'autre.

L'année 19... (non, vous allez chercher à calculer son âge si je le dis...).. Donc, cette année là fut très riche pour Oma. Elle épousa son éditeur et ex-ennemi, Albert Brown, eut son premier enfant, et son premier et seul livre:

"Magie du monde adaptée en un tour de baguette, ou comment réaliser les sorts les plus impressionnants des sorciers étrangers de chez vous"

Un succès en librairie, et Oma gagna une renommée dans le monde entier. Certains l'accusèrent d'appropriation de culture, mais elle leur répondait qu'elle ne proposait que des versions amoindries des sorts, citaient toujours l'origine, et précisait que rien ne valait les cérémonies exercée par les sorciers locaux. Mauvaise foi ?

Une fois la frénésie du livre retombée, on lui proposa un poste de professeur à Ilvermorny. Comme Oma attendait déjà son second enfant, elle se dit qu'un travail stable ne lui ferait pas de mal.

Aujourd'hui, mère de trois enfants, grand mère de cinq petits enfants (dons quelques uns à Ilvermorny, mais ne leur demandez pas son âge ! C'est tabou !), Oma Brown est un des pilés de l'école de magie. Elle a enseignés les sortilèges et enchantements à des centaines d'élèves et aime se vanter de leur avoir tout appris quand ils deviennent de grands personnages.

Caractère et physique

Oma est une femme énergique, joviale, généralement enthousiaste et qui adore faire des blagues. Elle est relativement bienveillante, et ce n'est pas seulement dû à son apparence de grand mère. Elle tentera toujours de tirer un élève vers le haut et n'hésitera pas à lui de dire de se sortir les doigts quand celui ci aura fait un wingardium levosia particulièrement lamentable.

Pas particulièrement piquante, Oma a cependant tendance à beaucoup se vanter, du fait de son livre assez prestigieux et de la renommée de son livre qui, encore aujourd'hui, est régulièrement citée dans les meilleurs revue d'enchantements.

Elle a d'ailleurs tendance à s'approprier le mérite d’autrui, quand un de ses anciens élèves réussi, c'est forcément grâce à son enseignement. Elle est également très sensible à la flatterie.

Elle ne prend pas forcément conscience des problèmes qui l'entourent, et pourra souvent minimiser les choses qui se passent: un troll dans l'école ? Il doit surement cueillir des fleurs, ce n'est pas bien grave ! Un élève s'est fait pousser un troisième bras ? Ce sera pratique pour se laver le dos !

Dans les traits de caractères les plus marquant d'Oma, on pourra également citer sa passion pour la magie, la belle magie comme elle le dit elle même. Enfant, elle adorait les baguette magiques, maintenant elle reconnait que tout les gestes de poignée du monde ne valent pas forcément une belle danse sous une pluie nocturne le troisième jour de la quatrième lune de l'année. C'est le genre de chose qui arrive avec l'âge, vous prenez conscience de ce qui vous a toujours entouré et apprenez à les apprécier à leur juste valeur.

De son âge (pas si avancé que ça, vous mentez), Oma tire une certaine nostalgie. Elle trouve évidemment que les élèves sont de pire en pire et qu'à son époque, tout était mieux...

Bien qu'elle soit toujours mariée à ce brave Albert Brown, elle aime admirer ses jeunes collègues, surtout quand ils ont dans la trentaine. Oui, Oma est sensible à la beauté, mais vous le saviez déjà, avec son amour de la magie...

Physiquement, Oma est une vieille femme bien en chair. Ses cheveux son longs et blancs et sa peau d'un brun sable. Elle aime mettre des tenues de sorcières du monde entier et sort même quelque fois les tenues traditionnelles Pikunis.

Avec un petit sortilège qu'elle ne vous divulgera pas de si tôt (ou alors dans sa fiche de sort... elle compte le commercialiser prochainement donc... N'ébruitez pas trop ça..) elle arrive à faire disparaître quelques rides de trop. De ce fait, il est vraiment compliqué de donner un âge à Oma Brown.

Hors Jeu

C'est moi :D L'affreuse Livie :D Je vous aime tous <3


Dernière édition par Oma Brown le Mar 24 Jan - 18:41, édité 1 fois
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum