:: Le Château :: Le Jardin lunaire :: La Forêt Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui a dit que la botanique c'est pour les filles ? / Helios

avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
15/100  (15/100)
icône :
Citation : Time for a true display of skill!
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Sycomore – Ventricule de dragon – 29 cm – Épaisse – Plutôt flexible – Sobre
Matthew Ross
Etudiant en 1ère année — Thunderbird
Etudiant en 1ère année — Thunderbird
Ven 20 Jan - 14:21
Matthew Ross



Qui a dit que la botanique c'est pour les filles ?


When you say you've had enough
And you might just give it up
I will never let you down


Un soupir. Je plisse les yeux en regardant la plante que je viens de cueillir. Comme si la regarder avec insistance me donnerait la révélation de sa nature. Je regarde mon parchemin parsemé de gribouillis et de quelques croquis. Croquis qui se veulent être des dessins de plantes. Mes yeux alternent entre la plante et le parchemin. Le parchemin et la plante. Putain, j’y comprends rien moi. La botanique, voilà bien une matière pour les filles… et les centaures !

Car oui, si je suis dans la forêt en cette fin d’après-midi, ce n’est pas pour le plaisir de l’aventure. Pour une fois dirons certains. Tant mieux dirons d’autres. Pfff, comme si j’étais le genre à faire des bêtises. N’importe quoi ! La vérité. En vérité. C’est que j’ai un devoir à faire. Pour demain. Demain matin. Oui, je m’y prends à la dernière minute. Quoi ? Relaxe Merlin, c’est de la botanique. C’est pas comme si c’était important, hein ! Je dois chercher les plantes que nous avons étudiées au dernier cours. Un genre de travaux pratiques. Le pire, c’est que je suis sûr que dans sa tête, à notre centaure préféré, c’est marrant comme activité. Non. Les travaux pratiques en DCFM, c’est marrant. Ça, c’est juste… chiant. Et pourtant, je suis le premier à aimer partir en forêt !

L’autre glue m’a proposé son aide. Pas moyen ! Plutôt crever que de me faire aider par une gonzesse. D’autant plus quand la gonzesse en question est une relou pareille. Bref. Je finis par lâcher la plante. Elle ne convient pas. Enfin, je crois ! J’aurai peut-être dû m’appliquer un peu plus pour les croquis… Je choute dans le premier caillou qui passe sous ma converse et reprends ma pérégrination. M’enfonçant un peu plus dans la forêt. Sans réellement faire gaffe que je quitte le périmètre que Helios nous avait dit de respecter. Enfin, si. Je m’en rends compte. Mais je m’en fous.

« Que fais-tu ici, gamin ? » D’abord vexé que l’on ose me qualifier de gamin, je tourne la tête en direction de la voix. Ma surprise quand je vois deux grands centaures. Bien massifs. Oubliant presque l’affront qu’ils viennent de me faire en me qualifiant de gamin, je suis émerveillé de ma rencontre. Bien sûr, je suis habitué au prof de botanique, mais là, c’est différent. Ceux-là ne portent pas de pull kitsch ! « T’es sourd ? On t’a dit de partir. Tu es sur notre territoire ici. » lance le second en s’approchant de moi. Ses pectoraux fièrement à l’air. Me laissant à peine le temps de me faire la réflexion que monter à dos de centaure, ça doit être carrément cool. « Vous croyez m’impressionner les canassons ? » Je leur lance un regard fier. S’ils pensent me faire peur parce que je leur arrive aux abdos, ils se fourrent la baguette dans l’œil. Et jusqu’à la queue !

« Dégage petit. » récidive le second en s’approchant de moi. « Je crois qu’il est temps de vous faire une démonstration de mon skill ! » Fourrant mon parchemin dans ma besace, je sors ma baguette. « Tarentallegra ! » Le centaure se met alors à danser, claquant des sabots. Moi, je pouffe de rire. Alors les nullosses, vous faites moins les malins, hein ? Même si je suis inférieur en nombre, je suis supérieur en force ! « Cherchez pas les poneys, la magie est plus forte ! » Vos muscles n’ont aucune chance. « Assez ! » crie le premier en me chargeant. Je lève vivement ma baguette. « Bombar… » Je n’ai pas le temps de terminer mon incantation. J'écarquille les yeux. A ma plus grande surprise, le centaure bondit par-dessus moi…

Pour mieux, si j'en crois les bruits de sabots qui claquent, me charger dessus par derrière !


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 21 Jan - 3:38
Invité
Helios était sorti dans le jardin, poussé hors de ses serres par quelques instincts primaires. Qu'est qui l'avait arraché à la douce odeur d'engrais qu'il aime tant ? Le centaure n'en savait rien. Parfois une sorte de prémonition, plus insistant que les autres le tirait de ses travaux en pique soudain, sans que personne ne puisse l'expliquer. Il avait tourner, encore et encore, en rond de façon si précise qu'il avait laissé une légère marque sur le sol de l'abri. Alors il était sorti, pour observer les étoiles qui s'installaient progressivement dans le ciel bronze et rouge. Personne n'aurait put les voir, ni même distinguer leur faible luminescence. Personne sauf Helios, qui les yeux plissés pouvait entrevoir des débuts de constellations. Il chercha alors des réponses, un début d'explication. Mais rien. Il n'avait que  son instinct trouble pour le guider. 

Du ciel, il passa au gazon et du gazon son regard roula sur la forêt. En cette fin d'après midi, ni l’appétissant buffet du soir, garni de pommes de terres dorées et de ragoût de bœuf, ni le panorama sauvage qui s'offraient à lui ne lui accorda réconfort. Il était tendu. Sa queue en poil dru ne cessait de fouetter l'air. Quelque chose n'allait pas. Il se retourna d'un coup, en un presque bond, peur d'y croiser le diable ou pire, Mephisto. Mais personne. Un vilain frisson lui dévora l'échine jusqu'à la nuque. Nuque qu'il vint masser pour y retirer cette intenable douleur. Puis il se rappela de fouiner ses poches. Oui il avait des poches. C'était rare et pourtant Merlin sait qu'il aimait ça...les poches.  ▬ Ah. S'exclama le centaure, bouche ronde et joues roses de froid. ▬ J'en étais sûr... Paume droite ouverte, juste là dans le creux de sa main, une petite créature végétale complètement paniquée. Il laissa le petit être s'accrocher à son index et le souleva jusqu'à ses yeux. Le mi homme manqua de loucher et suivit avec attention le regard terrifié du minuscule arbuste se poser au nord de la montagne.

Cette petite chose  était ce qu'on pouvait plus communément appeler un Ramus Agapornis Communia. Il en existait de toute sorte et de toute taille et celle ci était la plus commune des espèces répertoriées à ce jour. Leur particularité résidait principalement dans leur comportement. A l'image des inséparables – d'où leur nom – ces végétaux vivent en couples très unis. En effet, bien qu'ils restent en groupe plus ou moins nombreux, deux Ramus Agapornis formant un duo se perchent toujours ensemble et ne se quittent presque jamais. Des créatures totalement inoffensives mais très intéressantes et surtout utiles quand il s'agit de garder un oeil sur des élèves un peu trop aventuriers...

Car le centaure n'était pas bête. Envoyer des premières années en forêt pour un devoir pratique sans personne pour les surveiller ? Il fallait être fou et par chance Helios ne l'était pas. Il avait donc prit ses précautions. Chaque élèves s'étaient vue attribués – et ce sans qu'ils ne s'en rendent compte– un petit être comme celui présent dans sa main. L'autre moitié. Quand ils sont séparés et surtout en danger, la panique les gagnent et agissent comme une sorte de boussole. Helios n'avait plus qu'a suivre le chemin indiqué par son ami à branches pour retrouver celui qui était sorti du périmètre de sécurité imposé.

Alors Helios c'était mit à courir . Ses pattes en  tricotage de panique au vue du Ramus Agapornis pétrifié soulevaient derrière lui un sillage de jeune givre. La boue – parcequ'il y en avait- lui collait aux sabots et ralentissaient ses gestes. Par ses naseaux dilatés, son souffle fusait dans l'air devenu plus froid. Si il savait de qui il s'agissait ? Pas dutout. Le centaure flaira cependant une odeur familière. Il prit le temps d'humer les environs avant de baisser la tête pour repérer des traces de petites chaussures humaines. Il trouva des racines arrachées et plus loin des graviers remués. Puis une voix. Non. Deux. Helios se stoppa net. Des centaures... Le premier était vieux, taillé pour la chasse et la garde. Le professeur  de botanique le connaissait bien, il devait être de deux ou trois ans son ainé... Quant à l'autre... bien plus jeune, Helios ne l'avait jamais vu. Mais son arc, son carquois de flèches et son sac en peau de jackalope en disait long sur son rang. Fils de chef, peut-être. En tout cas il y était lié par le sang...

Dans un premier temps, le professeur se contenta d'observer la scène à l'abris derrière un énorme rocher. Son enchantement ne le sauverait pas cette fois et il devrait faire face aux siens. Un moment qu'il redoutait chaque jours et ce- même dans ses rêves... En tout cas le petit garçon ne jouait pas en sa faveur en provoquant ses assaillants. Et c'est avec son petit air arrogant qu'Helios le reconnu sans qu'il n'est à voir son visage. Matthew Ross. Un soupire lasse s'extirpa du gosier de l'enseignant avant que le plus vieux des deux centaures sauvages ne rugisse. Sa fourrure était sale et ses tentes gonflés d'irritation. Helios laissa tomber sa cachette et fonça entre la bête et son élève. La panique décuplait ses forces et inextrémiste il happa le sorcier par les hanches pour le placer sur son dos. L'instant d'après l'instit' avait dégainé sa baguette. En voilà une idée saugrenue,  voir complètement absurde. Si indécente au final que le vieux centaure s'en trouva troubler.

Helios se retourna l'espace d'un instant, fixant le garçon avec ce regard que les femmes resservent aux enfants. ▬ Accrochez vous Monsieur Ross, on retourne à Ilvermorny. Mais le bruit sec d'un arc bandait immobilisa les sabots nerveux du professeur. ▬ Tu ne vas nul part le banni. cracha sèchement le plus jeune. Ah. Evidemment. Helios resta calme. Bien que ses pattes cherchaient constamment un bon appuie sur le sol moue, il joua de ses bras pour tenter une distraction. La baguette dans sa main semblaient capter leur attention. Parfait. Se cabrant pour prendre de la hauteur, le professeur lançant un Immobilus en direction des deux autres centaures déjà prêt à engager une course poursuite avec leur faux-frère. Puis d'un pivot un peu maladroit retomba sur ses quatre pattes. Il s'assura que Matthew était toujours à bord et partit au galops dans les sous bois. ▬ J'espère que vous avez révisés vos premiers cours de sortilèges Monsieur Ross. On va avoir besoin de vos compétences pour les semer. Car ce n'est pas avec cette carrure qu'ils allaient échapper à des chasseurs nés capable de traquer et faire fuir un loup-garou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
15/100  (15/100)
icône :
Citation : Time for a true display of skill!
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Sycomore – Ventricule de dragon – 29 cm – Épaisse – Plutôt flexible – Sobre
Matthew Ross
Etudiant en 1ère année — Thunderbird
Etudiant en 1ère année — Thunderbird
Mar 24 Jan - 17:44
Matthew Ross



Qui a dit que la botanique c'est pour les filles ?


When you say you've had enough
And you might just give it up
I will never let you down


Je me retourne prestement. Ecarquillant les yeux de stupeur. Je n’ai toutefois pas le temps de brandir ma baguette pour contre attaquer. Je suis soudainement et vivement attrapé par les hanches. Avec une telle facilité que l’on pourrait croire que je suis aussi léger qu’une plume. « Qu’est-ce que… ! » Et puis, je comprends. Un autre centaure. Mais pas n’importe lequel ! Helios. Vous ne tardez pas à sortir votre baguette pour… oui, pour quoi faire ?

Vous me jetez ensuite un regard chelou. Si je suis censé comprendre quelque chose, c’est raté ! Par contre… « Quoi ? Mais pourquoi ? » Pour une fois qu’une cueillette en forêt devient intéressante. En plus, j’ai même pas fini l’exo quoi. Bon okey, de ça, je m’en cogne un peu beaucoup ! « Moi si j’veux, j’les casse en deux ! »  D’ailleurs, les deux autres poneys semblent ne pas vouloir nous laisser partir. C’est alors que pour des raisons mystiques, vous faites quelques moulinets du poignet avec votre baguette et le pire, c’est que ça les distrait ! Sérieux, vous êtes le seul de votre espèce qui soit intelligent ou bien ?

Vous profitez de leur stupidité pour leur jeter un immobilus. Bien joué ! Là-dessus, vous faites volte-face. Ce qui manque de me faire tomber. C’est de justesse que je parviens à m’agripper à votre torse. A force de vous voir entouré de fleurs, on en oublierait presque que comme vos congénères, vous êtes robuste. Mais pas autant que moi, bien sûr. Vous vous mettez au galop. Le sortilège qui retient les autres ne tarde pas à s’évaporer.

« J'suis le fils de la prof de Défense Contre les Forces du Mal. Jeter des sorts, c'est bien le minimum que j’puisse faire ! » Rétorqué-je, presque outré. « Je ne sais pas ce que vous leur avez fait comme vacherie, mais ils ont pas apprécié ! » Dit celui qui vient de se foutre de leur gueule. Médicomagie. Charité. Tout ça, tout ça. Je constate qu’ils sont toujours à nos trousses. Et pire ! Ils sont un peu trop rapides à mon goût. Il va falloir arrêter les petits gâteaux et se remettre au sport Helios ! Gardant une main contre votre torse, je tente de pointer ma baguette sur nos assaillants.

Comme le dit un célèbre proverbe non-maj : le cheval, on l’aime en ami, mais aussi en rôti. « Cremans ! » Ma baguette s’illumine, mais le sort ne touche pas ma cible. « Comment je suis censé viser ?! » Evidemment, ce n’est pas de votre faute. Je fais une moue contrariée. Lancer des sorts sur un centaure en pleine course est moins facile que ce que je pensais. Alors que le plus vieux de nos assaillants s’apprête à user d’un rocher comme appui pour nous bondir dessus, il me vient une idée. « Bombarda maxima ! » Cette fois, je fais mouche. Le rocher explose. Coupé dans son élan, le vieux poney se rétame magistralement. « Matthew 1, poneys 0 ! »

A faire le fier, j’en oublie l’autre qui arrive par la droite. « Pire que d'la glue ! J’comprends pourquoi Helios s’est barré ! » Oui, même dans ces moments là, je ne peux m’empêcher de taunt !



HRP:
 


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: Le Jardin lunaire :: La Forêt-
Sauter vers: