:: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une heure pour tout changer / Duo Gaia & Summer

avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Jeu 12 Jan - 16:07
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Une fois que tout ce petit monde a terminé de noter nom et prénom, notre garde-chasse préféré reprend la parole pour nous expliciter la suite des opérations. Bien que je sois curieuse, j’admets être perplexe. Est-ce finalement une heure de retenue ? Car si telle est cas, je veux bien en faire plus souvent si la punition est de parler ! Voilà une retenue des plus originale. Et agréable. Ma foi, ne nous plaignons pas.

Alors que nous apprenons que nous devrons être en binôme, l’évocation d’un appareil non-maj m’interpelle. Par Merlin, pourquoi faire ? J’hausse un sourcille de surprise. La seule et unique fois où j’ai eu affaire à ce genre d’outil barbare, ou plutôt bizarre, était dans le cadre du cours d’étude des non-majs. Tant de mystères. Il semble que notre Brock soit un maitre dans l’art du suspens. Vient finalement le temps de la formation des binômes. Le hasard veut que je sois avec Gaia. La collègue batteuse de Judy. Une demoiselle au tempérament comme je les aime. Accessoirement une ex.

Je me dirige alors vers la wampus et lui offre un sourire tendre. Le garde-chasse nous donne une feuille et le fameux appareil. Je prends la feuille et laisse ma camarade prendre l’objet. Jetant brièvement un œil au questionnaire. Manifestement, l’idée étant de faire connaissance. Dans notre cas, c’est un petit peu de la triche. Nous ne sommes pas des inconnues pour l’une et l’autre. Même si évidemment, je ne connais pas tout de cette belle batteuse et inversement. Cela pourrait donc être amusant.

Après m’être enquis d’un lieu qui te plairait, nous nous dirigeons vers le petit jardin de la bibliothèque. Je ne cache pas que j’aurai apprécié aller à la cantine pour blablater autour d’un chocolat chaud, mais le ciel est clément aujourd’hui. Profitons-en ! Et puis, j’aime bien ce petit jardin. « Original comme retenue. Enfin, si c’en est une. » Lancé-je en m’asseyant sur un banc. « Si on me punit en me demandant de discuter. Je vais peut-être me mettre à métamorphoser plus souvent les animaux de ceux qui m’agacent en verre à pied ! » continué-je dans un sourire amusé. « T’as fait quoi pour avoir été convoqué ? »

Je te montre le questionnaire. « Tu veux commencer ? » Risette.




Le questionnaire:
 


love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Jeu 12 Jan - 18:22
Gaia Grass
Brock avait clairement pété un boulon. Parce que moi, faire mumuse avec un-e pote et un appareil photo, ça ne me dérangeait pas le moins du monde, mais avoir un script de questions à poser, ça sentait les problèmes à plein nez. Avant d'être un type cool, Brock est un membre du personnel et une grande-personne, ce qui lui fait deux bonnes raisons d'avoir envie de nous discipliner. Sauf qu'en pratique... Enfin, je ne vais pas être mauvaise langue, mais qui a vu sa vie changer après ce jour-là ?

Après ses explications, je commençais à le sentir légèrement mal. Je n'avais pas encore pris connaissance des questions, mais de la façon dont Brock en parlait, il me faisait penser aux types qui écrivaient des bouquins du genre « Comment prendre sa vie en main en 10 étapes », le genre de lecture dont ma mère raffole. Parce que, oh oui ! Elle a tellement réussi à prendre sa vie en main, tiens ! Probablement qu'elle en écrira un comme ça un jour, vu qu'elle écrit, maintenant. Si je le sentais mal, c'était aussi parce qu'au départ, je me voyais avec les trois quarts des élèves de la salle (j'en connaissais quelques uns et je n'avais pas d'avis sur les autres) mais à présent, il n'y avait qu'avec Noah que j'étais sûre de ne pas stresser. Raté. Mais ça aurait pu être pire. Je fis un clin d'oeil à Summer avant me rapprocher d'elle et de récupérer l'appareil photo. Il ne fallait pas qu'elle remarque une once d'inquiétude.

Installées en extérieur selon mes souhaits, nous étions prêtes à commencer les choses sérieuses. Quelque part, j'avais de la chance d'avoir pu renouer des liens avec Summer. Si on n'avait pas fait l'effort de se reparler, de passer à autre chose, cette exercice aurait été une plaie. En attendant de se lancer dans le questionnaire (dont je n'avais pas encore pris connaissance), on papotait normalement, comme on avait l'habitude de le faire de temps en temps. « Ouais c'est marrant ! » répondis-je à sa remarque sur la retenue. En fait j'espérais que c'en soit une, parce que c'était toujours plus appréciable qu'une 'vraie' retenue.

Lorsqu'elle me dévoila la raison de sa présence, j'éclatai de rire. J'imaginais difficilement Summer enfreindre les règles, mais c'était plutôt drôle comme situation. La mienne était un peu plus banale. «  J'ai frappé un type. J'crois que c'est pour ça. » Parce qu'en vrai, j'avais mille-et-unes raisons de me faire convoquer, heureusement que je ne me faisais pas pincer pour toutes. Je n'étais pas quelqu'un de méchant  (parce qu'on se le dise, il l'avait mérité l'autre hein !), mais j'avais tendance à faire ce que je voulais et ce que je voulais avait tendance à ne pas aller dans le sens du règlement. J'affichai un sourire en coin coupable, elle me connaissait un peu, elle devait le savoir.

Jetant un œil au questionnaire, mon appréhension refit surface. D'accord, nous étions de toute évidence avantagées sur le principe (s'il vous plaît, ayons une pensée pour ces pauvres Livie et Mikha), mais en pratique, j'avais toujours du mal à m'ouvrir. Ces quelques temps passés en couple, une paire d'années plus tôt, ne m'avaient pas vraiment dévoilée. Je suis comme ça, moi, à chaque fois qu'une discussion devient trop intime, je pars sur autre chose ou je plaisante, je trouve un truc. Là, pas d'échappatoire, il était explicitement demandé de se confier. Au moins la première question était facile :

« Qui est votre binôme ? Blablabla... Ahem... Ben c'est Summer mon binôme ! »

Il faut en faire un peu plus ma p'tite !

« Tu es mon amie. 'fin pour moi tu l'es. Boarf ! Je déteste faire ce genre de choses. » J'inspirai avec insistance. « T'es une fille bien. Toujours heureuse et tout... Intelligente, sensible... Et belle. » Je relevai les yeux de la feuille pour la regarder dans les yeux. Je lui avais déjà dit qu'elle me plaisait physiquement, à l'époque, mais le dire aujourd'hui, ça sonnait bizarrement. J'espérais qu'elle n'y verrait aucune ambiguïté. Je savais pourquoi ça n'avait pas marché entre nous et je n'avais aucune envie de me remettre avec elle (de toute façon depuis quelques mois je n'avais plus vraiment la tête à ça). C'était étrange, de ne faire que des compliments. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas du genre à casser les gens pour le plaisir ! Mais la question portait vraiment sur ce qu'on pensait de l'autre, et j'avais beau l'apprécier, j'avais encore en tête ses mauvais côtés. D'ordinaire, je ne me faisais pas prier pour dire ce que je pensais des autres, mais peut-être étais-je trop intimidée à cet instant précis (ce qui ne me ressemblait pas non plus) (Brock, je te hais).

« Bref. Je dois développer ou on peut dire que c'est bon ? »  Mais en réalité, je n'étais pas pressée de me faire décrire par mon binôme. Encore moins de passer au reste des questions. J'étais hyper mal-à-l'aise, et c'était assez rare pour être remarqué. Et en plus de ça, j'avais un peu honte de l'être, parce que Summer me connaissait assez bien pour le voir, et c'était terriblement gênant.

En revanche, si elle tenait à ce que je fasse un peu plus d'effort, je le ferais pour elle. Des fois, il faut se faire violence et arrêter d'être égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Lun 16 Jan - 15:35
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Si le motif de ma convocation pouvait surprendre, le tien l’est beaucoup moins. Bien que nous ne sommes pas fréquentées bien longtemps, j’en sais assez sur toi pour savoir qu’il ne faut pas trop te chauffer. Ce que je peux comprendre parfaitement. Nous réagissons différemment face aux reloux et aux règles, mais tes tendances à aller vers la bataille et enfreindre le règlement ne m’a jamais dérangé. Peut-être quelques pimbeches te le reprocheraient. Ce ne fut jamais mon cas. C’est pourquoi, je me contente d’afficher une mine amusée quand tu me dis avoir frappé un gars. D’autant plus que tu ne sembles pas complétement sûr que ce soit le motif.

L’amusement des révélations terminées, nous pouvons passer aux choses sérieuses. Je te propose de commencer et tu sembles ne pas être contre. Du moins, tu ne me le dis pas explicitement. Je sens toutefois que la première question ne te met pas à l’aise. J’en devine facilement la cause : pour répondre à la question, il est nécessaire de se confier tout en passant outre la relation que nous avons eue par le passé. Tu es de ces personnes franches. Du moins, tant que cela ne t’oblige pas à te dévoiler.  

C’est ainsi que je t’observe me décrire, non sans chercher tes mots. Je te jette un « Flatteuse ! » en souriant et levant les yeux au ciel dans un sourire amusé. Le portrait que tu brosses de moi est charmant. Mignon même. Oui, tu ne choisis de dire que les aspects positifs et c’est mignon de ta part. « Je n’sais pas. A toi de me le dire. Si tu n’as rien à ajouter, je suppose que c’est bon. Sinon, tu peux poursuivre. » Je me penche vers toi pour te bousculer amicalement de mon épaule. « Détends-toi, je ne vais pas te manger. » Risette.

« Si ça peut te rassurer, je te considère aussi comme une amie et je suis contente qu’on soit passé à autre chose. » Plutôt que de te laisser éventuellement poursuivre tout de suite, je prends le parti de me plier au jeu à mon tour et ainsi t’accorder une petite trêve. Tout d’abord en prenant soin de te rassurer. L’amitié que tu me dis éprouver pour moi est réciproque. « Tu es forte et tu as du caractère. C’est déjà ce qui m’avait plu à l’époque. Tu es une excellente batteuse. Tu prends la vie comme elle vient. Et tu es belle aussi. » Cette dernière petite phrase est bien sûr prononcée sans arrière-pensée. Ce n’est que la vérité.

Je pourrai également citer tes difficultés à te confier, mais je doute que cela serait bénéfique. Au contraire, j’ai peur que cela soit contreproductif. Du moins, maintenant. « Tu sais Gaia, je suis moins fragile que j’en ai l’air. Tu as le droit de nuancer mon portrait si tu veux. » Je te souris tendrement.

Bien sûr, je ne te force à rien, mais je pense que ça serait une jolie petite victoire si tu y arrivais.



love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Mer 18 Jan - 22:34
Gaia Grass
Summer me confirma que nous étions amies, 'si ça pouvait me rassurer' avait-elle dit, et elle avait bien fait. Je la savais sincère (de toute façon il lui était difficile de mentir) alors c'était tout ce qui me fallait pour être convaincue que de l'eau avait coulé sous les ponts depuis notre rupture et que notre amitié actuelle était bien réelle. A son tour, elle me livra un portrait sans aucune ombre et je lui souris. Je n'étais pas du genre à me diminuer, j'avais confiance en ce que j'étais et j'étais d'accord avec chacune de ses affirmations, mais qu'elle me le dise avait une certaine valeur. J'en fus touchée, lorsqu'elle mis l'accent sur ce qui lui avait plu chez moi. Elle conclut en précisant qu'elle n'était pas si fragile, ce à quoi je rétorquai :

« Je sais bien ! »

Elle m'invitait à me lancer dans un registre moins plaisant et vu la manière dont elle avait tourné sa phrase, j'étais sûre qu'elle voulait que je le fasse mais elle aussi me ménageait. Très bien, j'allais jouer le jeu, ce qui lui permettrait sans doute d'être un peu moins douce à son tour après ça. Mais je ne la craignais pas. Cependant, je n'avais plus grand chose à lui reprocher, tout ce qui m'avait déplu chez elle n'était pas d'actualité dans notre relation aujourd'hui. Je pouvais revenir sur nos difficultés passées, mais est-ce que ça aurait le moindre intérêt ? Surtout que ces reproches, elle les avait déjà entendus...

« Boah tu sais. T'étais collante, mais bon c'est plus le cas, évidemment... Pas avec moi en tout cas. » Ce qui me fit penser qu'il y avait bien quelque chose qui m'inquiétait dans sa façon de gérer ses relations, mais avais-je vraiment le droit de m'en mêler ? « Tu tombes très vite amoureuse. Trop vite. Mais bon encore une fois, ça me concerne pas trop. Enfin, plus maintenant, tout du moins. Je me fais pas de souci pour toi, t'es capable de gérer ça, mais pas tout le monde l'est. » Je ne pensais pas à moi, à l'époque je ne prenais pas mon couple au sérieux, mais ces derniers temps, Summer traînait beaucoup avec Judy. J'aimais bien Judy, je n'étais pas très proche d'elle, mais notre amitié allait dans le bon sens et j'aurais de la peine si mon ex lui brisait le cœur. Mais il était totalement exclu que j'essaie d'influencer leur relation. Et j'avais bien trop d'affection pour Summer pour l'empêcher de vivre sa vie. « Voilà tu sais. T'as le droit de te lâcher maintenant ! »

J'eus un petit rire. Pour ma part, ce n'est pas comme si je m'étais vraiment 'lâchée', parce que les défauts de mon amie étaient bien faibles et je ne savais pas quoi ajouter. Tout semblait si léger avec elle que même ses mauvais côtés n'étaient pas importants. En faisant tourner l'appareil photo dans mes mains, je pensais déjà à la question suivante. Si la première avait été laborieuse, je n'osais pas imaginer la suite. En fait je n'avais aucune idée de ce que j'allais dire et même en essayant de m'y préparer, je ne parvenais pas à formuler une réponse dans ma tête. Tant pis, je verrais sur le moment. Peut-être que pour celle-ci, Summer pourrait commencer, mais je ne lui en dis rien. Je ne devais déjà pas avoir l'air bien fière, je ne voulais pas qu'elle croie que j'allais me dégonfler. J'étais beaucoup de choses, mais je n'étais pas lâche. Et ce n'était pas ce stupide exercice qui allait changer ça !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Dim 22 Jan - 14:22
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Je ne peux m’empêcher de rire lorsque tu me sors que j’étais collante avec toi. Je ris, non pas parce que c’est faux, mais justement parce que c’est vrai. A côté de moi, tu étais tout l’inverse. Je lâche un petit « J’avoue. » approbateur dans un sourire amusé. Tu poursuis. Je perds mon sourire. Tu soulèves un problème récurrent chez moi. Ma trop grande facilité à tomber amoureuse et par ricochet, la nature changeante de mon cœur. Si prompte à donner de l’amour avant de se lasser. Mon regard quitte le tien, se concentrant sur mes mains posées sur mes cuisses. Bien sûr, je sais que tu ne souhaites pas me blesser en disant cela. Aussi, je reporte bien vite mon attention sur toi et te souris. Bien que Summer tente de faire mine de rien, ses cheveux et ses yeux perdent de leur éclat pour se ternir le temps de quelques secondes.

Passons. A mon tour de nuancer ton portrait. Je pourrai te dire que contrairement à moins, tu n’es pas assez collante, mais en réalité, ce n’est pas important. Surtout, ce n’est plus d’actualité. « Tu as beau être franche, tu as tendance à te replier sur toi quand ça devient trop personnel. Tu as du mal à te dévoiler. » Mon ton n’est nullement réprobateur. Pour être honnête, je trouve cela plutôt triste. Bien sûr, ceci n’est que le point de vue d’une fille qui est tout l’opposée de toi à ce sujet. Dire ce que je ressens n’a jamais été un souci pour moi. Et puis, avec ma nature de métamorphomage, je suis un livre ouvert pour tout le monde. « Oh et, je n'approuve pas toujours tes choix vestimentaires. » Conclus-je en pouffant. Mais ce dernier point n'a pas de réelle importance. Même si j'ai du par le passé, essayer de t'amener sur le droit chemin de la mode. Mais après tout, ton style fait partie intégrante de ton charme.

Je porte mon attention sur la question suivante. Dire quelque chose de personnel. « Dire quelque chose de personnel. Je suppose que tu m’en veux pas si je commence. » Je lance cette petite phrase sur le ton de la plaisanterie. Histoire de détendre l’atmosphère. Je marque une petite pause. Réfléchissant. « Ce que tu me disais tout-à-l’heure… J’en ai conscience. Pourtant, je te promets Gaia. Pour moi, c’est toujours sérieux. Je veux dire… J’ai toujours envisagé les relations que j’ai eu comme sérieuses. » Evidemment, je me doute que c’est loin d’être l’image que je donne. Je ne serai d’ailleurs pas étonnée que toi-même, tu aies toujours pensé que je n’attendais rien de sérieux de nous deux. Pourtant, je t’ai sincèrement aimé. Comme j’ai sincèrement aimé toutes les autres. « Quand je dis être amoureuse, c’est réellement ce que je ressens. Je ne sais pas pourquoi je suis comme ça. Peut-être que mon cœur est cassé ! » Les cheveux et les yeux de Summer prennent une teinte bleue nuit.

« Bon, je ne vais pas le cacher. J’aime Judy. On a été ensemble au bal. Elle est plus timide qu’elle ne le laisse penser. C’est trop adorable ! » Le bleu triste se mue alors en une teinte rose crème lorsqu’elle parle de la belle batteuse. « On s’est embrassé. Enfin. Je l’ai embrassé. » Je ris légèrement. « Par je ne sais quelle sorcellerie, Judy semble ne pas connaitre ma réputation… » Le rose crème redevient bleue nuit. Je marque une légère pause avant de poursuivre. « En réalité… J’ai peur qu’elle ne me prenne pas au sérieux. Que je me moque d’elle. » Ne sachant quoi ajouter, je baisse les yeux sur la feuille. « Ah, j’ai fait la deux et la quatre en même temps. » Je souris, amusé. « Oh, j’y pense ! » lancé-je en te tapant légèrement la cuisse, comme si une information capitale me revenait à l’esprit. Même si en réalité, je veux surtout changer de sujet. Je ne souhaite pas m’apitoyer sur moi-même ni plomber l’ambiance. Les cheveux et les yeux de Summer reprennent leur couleur habituelle.

« Est-ce que tu connais une petite Wampus ? Le genre cheveux courts, l’air grognon. Elle s’appelle Jane. Une deuxième année. » Que je qualifie quelqu’un de petit alors que je suis moi-même minuscule, c’est la médicomagie qui se fout de la charité, mais passons ! « Figure-toi qu’elle est venue m’aborder avant les vacances. Juste après que j’ai invité Judy au bal. Manifestement, elle n’aime que Judy soit mon « objectif » comme elle dit. Tu l’aurais vu, à croire qu’elle me ferait peur. C’était trop drôle. Et adorable ! » Je pouffe.



love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Mer 25 Jan - 13:32
Gaia Grass
Un peu plus tôt, j'évoquais la difficulté de Summer à mentir et j'en eus la preuve devant mes yeux, une fois de plus. Sa tristesse s'affichait sur son visage au moment où elle la ressentait et ses cheveux changeaient habituellement de couleur. Cette fois, je fus surprise de les voir juste se ternir brièvement et je supposai qu'elle devait faire un effort considérable pour empêcher son corps de refléter son émotivité. Dans ces moments-là, je ne pouvais qu'éprouver de l'empathie pour elle et même si sa transformation ne fut pas aboutie, ça ne changea en rien la culpabilité que je ressentais. A mon tour, je me concentrai sur autre chose pour laisser passer cet état d'âme, car c'était elle qui avait réclamé la vérité et surtout, maintenant qu'elle était sortie, je ne pouvais pas l'enlever. Les regrets ne servent à rien.

Alors effectivement, j'en eus aussi pour mon compte, mais son ton était si doux que c'était difficile d'être vexée. Puis je me vexe rarement, aussi. Je hochai la tête, consciente d'être quelqu'un de renfermé, malgré cette sociabilité que je brandissais comme pour me protéger. C'est un subterfuge qui marche bien avec la plupart des gens, mais dès que je deviens proche de quelqu'un, ça ne prend plus. C'était ce qui était arrivé avec Summer, comme avec d'autres, qui se désolait encore aujourd'hui de mon attitude. Pour finir, elle ajouta une remarque sur mes habits qui m'arracha un petit rire également. Je lui répondis, tout en souriant : « T'es pas la seule ! ». Je ne compte pas le nombre de remarques que je prends quotidiennement, mais je ne m'en offusque pas. Après tout, je le cherche aussi, même lorsque je suis en uniforme j'ai besoin d'être originale. De temps en temps, il y a une pétition qui passe en salle commune, ou une collecte de vêtements, ce qui m'amuse toujours. Pourtant, lorsque j'étais avec Summer, j'avais consenti à faire quelques efforts, à écouter ses 'conseils', même si je ne les approuvais pas toujours. Peut-être que si notre couple avait duré, à ce jour, je serais conforme aux standards de la mode, même selon Oxyde Ardlaymond.

La minute légère passée, nous attaquions les choses sérieuses. Elle d'abord, avec en guise d'introduction, l'insouciance qu'on lui connaît. La suite fut plus profonde et, au fur et à mesure qu'elle parlait de choses personnelles, ses cheveux oscillaient entre le bleu nuit et le rose. Sa métamorphose me fascinait toujours et alors que j'écoutais très attentivement ce qu'elle me racontait, je me disais que si je devais prendre cette photo à un moment opportun, ce serait lorsqu'elle changeait de couleur. Je ne savais pas ce que ça pouvait donner avec l'appareil photo non-maj, parce que même de là d'où je viens, ce genre d'objet est complètement obsolète et la qualité des images franchement douteuse. Mais ça valait le coup d'essayer, juste pour l'expérience.

Revenons au contenu de son discours et non à l'enveloppe (même si c'est une très jolie enveloppe). Elle revenait sur sa facilité à tomber amoureuse car je l'avais énoncée comme un de ses défauts. Ce qui me marqua fut le mot « sérieux », parce qu'à ce moment, elle l'associait bien à nous et non pas à d'autres relations qu'elle avait pu avoir. Elle et moi, pour elle, c'était sérieux. Je fus tellement frappée de cette prise de conscience que je crois bien que j'en sursautai. A présent je ne pouvais pas réprimer le flot de regrets qui commençait à m'envahir, non pas d'avoir été avec elle, ç'avait été une expérience formidable et je lui devais beaucoup, mais d'avoir pris les choses de manière aussi superficielle. J'avais toujours pensé qu'on s'était accordées là dessus, que nous deux, c'était juste passager, histoire de s'amuser et que c'était aussi ce qui avait fait la brièveté de notre histoire. Et ça faisait écho à tout ce que j'avais vécu depuis, les copines non-maj qui avaient parfois duré une semaine le temps des vacances... Mais là maintenant tout de suite, il ne s'agissait pas de moi et je reportai mon attention sur les aveux de mon amie et ses inquiétudes concernant Judy.

Si un peu auparavant je me préoccupais des fréquentations de ma jeune camarade batteuse, à présent que j'avais la vision de Summer, c'était plutôt pour elle que je m'en faisais. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire, elle avait peut-être l'impression de subir son tempérament, mais rien ne l'empêchait de changer les choses si elle tenait vraiment à Judy. Alors je l'écoutais, juste, parce que parfois, parler suffit et que je n'ai pas vraiment à me fouler pour trouver comment la rassurer. Je m'étais fait la réflexion qu'elle ne devait pas vraiment comprendre mon attitude, mais moi non plus, je ne comprenais pas la sienne. Quand le moment viendrait, je lui dirais ce que j'en pense, de toute façon elle devait bien attendre une réaction de ma part et de mon côté, je lui devais bien ça. Mais sans me laisser le temps de réfléchir, elle enchaîna sur un tout autre sujet, d'une manière qui m'était familière, cette fois, puisque j'abusais aussi de cette technique. Cependant, rien que de la voir à nouveau pouffer et reprendre ses couleurs habituelles, m'apaisait et m'invitait même à l'imiter et à reprendre un air joyeux.

« Oh oui je la connais ! Plutôt énervée comme petite ! »

Je mis l'accent sur le mot « petite ». Summer fait partie des quelques grands élèves plus petits que moi, mais elle, comme moi, pouvons nous satisfaire de voir chaque année entrer une nouvelle fournée de gamins qui n'ont pas fini leur croissance. Oh il y en a toujours qui vous font rager parce qu'à treize ans, ce sont des tiges, mais en général c'est à partir de la troisième année qu'on peut commencer à s'inquiéter. J'avais justement parlé pour la première fois à Jane le soir du bal et elle n'était pas au mieux de sa forme, mais je ne voulais pas spécialement en rajouter, que ce soit lors de cette soirée en question ou aujourd'hui. Ainsi, je changeai moi aussi de sujet, demandant avec une certaine réserve :

« Est-ce que tu peux me reparler de Judy ? J'aimerais bien te prendre en photo avec les cheveux rose. » Je désignai l'appareil que je faisais tourner depuis tout à l'heure dans mes mains. Lorsqu'à son tour, Summer voudrait s'en servir, je pense que je n'échapperais pas aux explications, car les appareils sorcier étaient bien différents. En attendant qu'elle me donne le feu vert et l'occasion de lui tirer le portrait, je commentai ses confidences.

« Tu sais, je pense que ça ne tient qu'à toi. C'est à toi de lui prouver que tu es sérieuse... Je sais pas quoi te conseiller, ça me concerne pas. Tu vois, jusqu'à y a cinq minutes, je pensais pas que tu donnais autant d'importance à nous deux à l'époque. »
Je m'aventurais sur un terrain glissant, c'était du rose et non du bleu que je voulais sur ses cheveux, mais tant pis j'étais lancée. De manière hésitante, certes, mais lancée. « Tu donnes l'impression de pas être sérieuse. Summer, encore une fois, tu es quelqu'un de sincère, donc je sais que c'est pas dans tes intentions, mais c'est ce qui transparaît. Je m'étais trompée à ton sujet. Par contre si Judy n'est pas influencée par ta réputation, tout ce qu'elle va avoir sous la main, tout ce sur quoi elle va s'appuyer pour décider de ce qu'elle pense de toi, c'est ton attitude de maintenant. C'est juste que si tu lui montres que tu tiens à elle, vaut mieux pas que tu changes d'avis trop vite. » Cette dernière phrase n'était peut-être pas facile à entendre, alors je posai ma main sur l'épaule de Summer en essayant de la rassurer. « Tu es quelqu'un de bien alors évite de t'angoisser. Si ça t'inquiète vraiment, sers-toi de cette inquiétude pour ne pas répéter tes erreurs, mais le mieux c'est encore de voir comment les choses se passent. »

A présent j'étais un peu gênée, je ne savais pas si je devais retirer ma main tout de suite. Ce genre de geste ne me vient pas toujours naturellement, je ne suis pas quelqu'un de tactile, mais j'avais eu l'impression que c'était nécessaire pour établir un lien et renforcer mes paroles. Avec ma main posée sur son épaule, elle pouvait plus facilement sentir que je donnais de la valeur à ce que je disais. Je finis par la tapoter maladroitement et reposer ma main sur l'appareil photo, sans détourner mon regard de son visage. Le mien se fendit d'un sourire alors que j'ajoutai, sur le ton de la plaisanterie, mais un peu nerveuse :

« T'en fais pas, je n'essaie pas d'esquiver la question ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Jeu 26 Jan - 14:35
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Il semble que tu connaisses également Jane. Serait-elle également une petite grognonne dans la salle commune des Wampus ? L’idée est en tout cas amusante et à mes yeux, plutôt réaliste. J’admets être également amusé quand tu insistes sur sa taille. Pourtant, je ne suis guère mieux avec mon mètre cinquante-six. Toutefois, comme le dit l’un des rare proverbe non-maj que je connaisse, tout ce qui est petit est mignon ! Oui, ceci vaut également pour Jane.    

A mon plus grand étonnement, tu me demandes de parler à nouveau de Judy. Tu as une idée en tête : me prendre en photo avec les cheveux roses. Ma chère Gaia, ce genre de chose ne fonctionne pas sur commande. Crois bien sinon que mes cheveux resteront tout le temps blonds pour m’éviter d’être un livre ouvert. Cela dit, ça serait bien amusant ! Enfin, à condition que ce machin fasse des photos correctes ? Mais sur ce point, tu es la spécialiste. Pas moi.

Quoi qu’il en soit, tu préfères d’abord commenter ce que je viens de te révéler. Sans doute pour terminer cette discussion le cœur léger. Dire ce que nous avons toutes deux à dire et ne plus y penser. Ce que tu dis pourrait me mettre mal à l’aise, mais ce n’est pas le cas. En réalité, la manière dont tu présentes tes mots ne me font pas réellement mal. Tu es honnête avec moi et c’est tout ce que je te demandais. Et quand bien même la vérité pourrait me blesser, tes encouragements me font si plaisir à attendre que je suis incapable de t’en vouloir. Ni même de me vexer. Je ne sais pas si j’attendais réellement des conseils, mais t’entendre me soutenir me rassure. Sincèrement.

Il n’y a que cette impression que tu as eue de moi tout ce temps qui est triste. Que malgré moi, je t’ai laissé penser que ce n’était pas sérieux entre nous. A l’époque. Mais, c’est le passé. Alors, n’y pensons plus ? Aujourd’hui, tu sais la vérité. N’est-ce pas le principal ? Cette page de notre histoire est déjà tournée, je pense qu’il est inutile de la raviver plus que nécessaire. Tout a déjà été dit. Du blond au bleu terne, les cheveux et les yeux de Summer finissent par prendre une teinte crème.

« Je ferai tout pour que ce soit différent avec Judy. Je te le promets. Je pense… que j’avais besoin d’en parler. Finalement, cette punition bizarre aura au moins servi à ça. Merci de m’avoir écouté. » Je te souris tendrement alors que tu me tapotes l’épaule. Tu me souris également et te fends même d’une blague. Je pouffe légèrement. Bien, je préfère quand nous sommes comme cela. Légères. Ne parlons pas plus longuement de choses tristes. Ce n’était de toute façon pas ma volonté. « J’espère bien ! » répondis-je, taquine. « Mais avant, on peut faire la photo. » Je réfléchis quelques secondes. Puis attrape une mèche pour constater la teinte crème. « J’ai une petite idée encore plus drôle que le coup des cheveux ! » Sourire amusé. « Ferme les yeux. »

J’attends que tu t’exécutes. Je ferme alors les yeux à mon tour pour mieux me concentrer. Et puis, je me métamorphose en une petite loutre. Une loutre au pelage crème. Oui, parfaitement. J’adore être métamorphomage ! Je bondis sur tes genoux et me dresse sur mes pattes arrières. Je lève ensuite mes pattes de devants vers toi en émettant un petit bruit. Non pas pour te réclamer un câlin, mais te faire comprendre de m’attraper. Comme précédemment, j’attends que tu t’exécutes pour ensuite me hisser sur tes épaules en m’étalant de tout mon long. Je peux alors prendre la pose pour la photo en collant ma tête contre ta joue et en levant une patte pour mimer le signe V de l’index et du majeur.

Bon, avec ma petite patte de loutre, ça ne fait pas réellement l’effet escompté. Mais l’intention est là !



HRP:
 


love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Jeu 26 Jan - 18:15
Gaia Grass
HRP:
 

Le chapitre Judy clos, un nouveau pouvait commencer. Summer était visiblement soulagée d'avoir partagé les histoires qui encombraient son cœur et j'en étais ravie. Mais moi, je n'étais pas un livre ouvert, il faudrait que je force un peu. Heureusement, avant que j'entame à mon tour un récit difficile, ma partenaire de punition avait des envies à satisfaire. Elle semblait enthousiaste pour cette photo, elle avait même des idées ! J'aurais pu lui rétorquer qu'elle pouvait bien garder ses idées pour ma photo, puisqu'il devait y en avoir une de chacune, mais elle semblait si légère à nouveau, je ne pouvais décidément pas la ramener sur Terre. Alors je me pris au jeu et fermai les yeux. Vas-y, Summer, surprends-moi ! C'était tout ce que je demandais, ne pas m'ennuyer, elle était parfaite pour ça.

Impatiente, je lançai assez vite : « C'est bon ? » mais à mon grand étonnement, ce ne fut pas la voix mélodieuse de mon amie qui me répondit, mais plutôt un petit couinement plus la sensation d'avoir quelque chose sur mes genoux. Un petit animal. J'ouvrai les yeux et la vis s'agiter et je ris de bon cœur. J'avais oublié qu'elle faisait sa loutre, de temps en temps, ça restait toujours très amusant. Surtout lorsque, comme aujourd'hui, je n'avais absolument pas prévu qu'elle le ferait. Elle semblait vouloir que je l'attrape, très bien. Je n'étais peut-être pas pro-attrapeuse, mais je restais rapide et habituée aux animaux, et puis elle me facilitait un peu les choses aussi. A l'instant où je parvins à me saisir de mon amie (avec précaution tout de même, je ne suis pas une brute !) elle grimpa le long de mon bras pour se loger sur mon épaule. Intriguée, je la regardai faire jusqu'à ce que je comprenne qu'elle prenait la pause.

A présent que je voyais où elle voulait en venir, je tendis l'appareil au plus loin de mon visage, faisant confiance à la loutre Summer pour s'agripper à moi et ne pas glisser. Lorsque le cadre me sembla à peu près correcte, je pressai doucement le bouton pour faire la mise au point, comme je savais qu'il ne fallait pas y aller trop vite avec ces reliques d'un autre temps. Finalement, le flash se déclencha et je reposai mes bras tout en disant à Summer : « Sauf si tu tiens à ce que je t'apprenne à te servir de ce truc, on a qu'à dire que ça compte pour les deux photos, je suis sûre que Brock ne nous en voudra pas ! J'espère qu'il me donnera une copie... » J'avais très hâte de voir le résultat. Ce n'était pas un concours, mais j'imaginais que notre photo était peut-être plus originale que d'autres, elle était, en tout cas, très personnelle.

La récréation était à présent terminée et je me mordis la lèvre. Je savais ce que j'allais dire, évidemment, ça ne pouvait être que ça. Il y avait beaucoup de choses que Summer ignorait de moi, mais pour rester sur le même registre, j'avais moi aussi un cœur cassé à rafistoler. J'avais posé l'appareil et je tenais fermement le questionnaire, relisant encore et encore la question que je connaissais pourtant déjà. Dire que ce n'était que le début. J'inspirai et je fermai les yeux. « Bon... quand faut y aller... » Je ne savais pas par où commencer.

« Donc... dire quelque chose de personnel.  Bon. Tout à l'heure je te disais que je pensais que nous c'était pas sérieux. Il y en a eu d'autres qui, pour moi étaient juste des petites histoires sans prise de tête, pour m'amuser. Avant toi, après toi... Pas mal de non-maj, avec qui je sortais qu'une semaine parfois, pendant les vacances. Jusqu'à l'année dernière, pas les dernières vacances d'été, celles d'avant, j'ai rencontré cette fille Eve. Comme les autres, je me suis dit que ça allait durer le temps que ça allait durer puis je passerais à autre chose. » J'osai rouvrir les yeux mais j'avais le cœur qui se serrait de plus en plus. Non seulement c'était pénible de repenser à ces choses là, mais c'était très inconfortable d'en parler à Summer. Je repris. « Comme tu peux t'en douter, si je t'en parle, c'est que ça n'a pas été le cas. Non seulement on s'est vues les deux mois des vacances, mais aussi à d'autres vacances et finalement l'été dernier, j'ai habité chez elle pendant les deux mois. Je l'aimais vraiment ! » J'eus un sourire amer, il devait être inscrit sur mon front « En fait, je l'aime encore. » mais bon, les choses étaient ce qu'elles étaient et je ne pouvais plus y faire grand chose. « Je lui ai menti, je pouvais pas lui dire que j'étais une sorcière quand même ! Donc j'ai inventé une histoire bidon d'école d'art à New York et elle y a plus que cru. Pour te dire, entre les vacances on s'écrivait des lettres (pour ça, ma chouette est magique : elle déposait et récupérait en toute discrétion, Eve ne s'est jamais douté de rien !) et je transposait les vraies choses qui m'arrivaient version non-maj, histoire de garder un peu de vérité quand même. » Je baissai le regard, je n'étais pas fière. « Par exemple, j'étais dans une équipe de baseball (un sport non-maj), je galérais en cours de peinture, ce genre de choses... »

Alors que je m'apprêtais à raconter la suite, j'avais une furieuse envie de pleurer, je m'en voulais tellement. Mais les larmes ne coulaient pas aussi facilement avec moi. Peut-être que mes yeux bleus se contentèrent de devenir un peu plus brillants, voilà tout. « Enfin voilà, je me suis embourbée dans un truc compliqué et c'est complètement ma faute. Tu sais comme je suis, je pense jamais à la suite ! Fin août dernier, elle m'a annoncé qu'elle allait emménager à New York pour se rapprocher de moi. Tu commences à voir le problème... J'aurais peut-être dû tout lui dire, j'en sais rien, je sais qu'on a pas le droit de dire à tout va qu'on est une sorcière et de toute façon elle ne m'aurait jamais crue ! Elle a pas compris pourquoi je voulais pas, mais ça a traîné jusqu'aux vacances d'Halloween et là on a rompu pour de bon face à face. » Je soupirai, c'était censé être derrière moi, enfin, ça datait tout de même de plusieurs mois ! Et pourtant ça continuait à me hanter tous les jours, pour la première fois de ma vie j'avais connu la déprime. Mon habitude de meubler le plus possible mes journées avait pris après ça une double utilité, car elle m'empêchait aussi de trop y penser. Mais ce soir, à faire des confidences, j'étais en plein dedans et je ne pouvais échapper à mes propres émotions. C'était très désagréable, de se sentir aussi démunie. Et aussi vide, je me sentais vide. D'en avoir parlé, de m'être livrée, j'avais l'impression de ne plus exister un instant, je ne me l'expliquais pas. Peut-être que j'aurais simplement pu parler d'autre chose, mais il faut croire que j'avais besoin de lui raconter cette histoire. Mon prochain sourire se fit triste, la blague de Summer avait intérêt à être sacrément bonne, parce que j'avais bien plombé l'ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Ven 27 Jan - 15:32
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Allongée sur tes épaules dans un équilibre douteux, j’espère au fond de moi que tu ne tarderas pas trop à prendre la fameuse photo. Non, à mon grand soulagement. Après avoir fait je-ne-sais-quoi, le flash se déclenche. Par Merlin, ce que je déteste ça ! Je cligne des yeux avant de me laisser tomber sur tes genoux. Un deuxième bond plus tard, je reprends place à tes côtés. Fermant les yeux, je fais le vide pour me concentrer et reprendre forme humaine. Je me détire le cou quand tu prends la parole. « A mon avis, Brock veut que les deux manipulent ce truc. On pourra toujours reprendre une photo de nous deux avant de partir. Comme ça, y’aura la version normale et la version loutre. Faudra juste pas oublier de lui demander de faire des doubles si ça le dérange pas. Histoire qu’on ait les deux photos toutes les deux. » Sourire.

Le moment fatidique arrive finalement. J’aurai au moins réussi à te faire gagner un peu de temps. « Tu peux le faire. » te lancé-je dans un sourire d’encouragement. Je me demande bien ce que tu comptes me raconter. Et en réalité, je ne t’en voudrais pas de me dévoiler quelque chose qui ne soit pas réellement important. Je pense que nous avons déjà atteint notre cota de malaise. Bien sûr, je ne t’en voudrais pas non plus si tu prenais le parti de confier quelque chose de triste. Le souafle est dans ton camp.

Manifestement, il semble que ça soit l’après-midi cœur ouvert ! A ton tour, tu me racontes ta récente vie sentimentale et tes derniers déboires. Il semble que je ne sois pas la seule contre laquelle le sort s’acharne. Tu commences d’abord par me confier ta légèreté vis-à-vis de tes relations. Loin de moi l’idée de te juger, je me contente de d’écouter sagement. Et puis, il y a une fille. Eve. Je dirai bien que l’évolution de ta relation avec elle est adorable. Tout particulièrement l’été passé avec elle, mais la mine que tu m’offres me laisser deviner que la fin de l’histoire est tout sauf heureuse. Et effectivement. Les cheveux et les yeux de Summer virent au bleu terne.

Etant de sang-pur, je suis peu familiarisée avec le monde non-maj. Les seuls contacts que j’ai avec ce monde sont au travers des cours et des élèves au sang-mêlé tel que toi. Mes connaissances sur ce monde sont maigres. Par manque d’intérêt sans doute. Je l’admets. Aussi, j’ai peur de ne pas être la mieux placée pour te conseiller. Toutefois, je ne peux décemment pas te laisser dans cet état. Ton sourire ne fait guère illusion. Ma première réaction est de te prendre dans mes bras. Bien sûr, ça ne va pas évaporer ton chagrin, mais à défaut, cela te montrera que je suis là pour toi. Je desserre finalement mon étreinte.

« On est plus dans les années 30. Je pense pas que le MACUSA serait venu frapper à ta porte parce que tu aurais avoué à celle que tu aimes être une sorcière. Après, ça reste délicat. C’est sûr… » En tout cas, je vois mal mes parents s'occuper de ce genre d'affaires ! Est-ce un encouragement à reprendre contact avec elle ? Peut-être. Peut-être pas. Tu restes maître de tes décisions. « Entre mes propres aventures sentimentales et mon ignorance du monde non-maj, j’ai peur d’être la dernière sur la liste de ceux qui pourraient te donner des conseils pertinents. Mais sache que je serai toujours présente pour t’écouter et te soutenir. » Je te souris tendrement. A défaut de te conseiller ou commenter, je peux au moins te donner l’assurance que tu trouveras toujours chez moi une oreille attentive pour les rares fois où tu voudras te confier. Les cheveux et les yeux de Summer prennent de nouveau leur couleur habituelle.

Bien que je sois réellement touchée que tu aies réussi à te confier, je ne souhaite pas non plus faire durer davantage le supplice. « Bon. L’heure de la blague ! » Ou plutôt, l’heure du jugement quand tu constateras que je ne suis pas drôle ! Je prends le temps de réfléchir avant de me lancer. « Tu sais ce que dit une sorcière sur son bucher ? Je veux descendre ! » Descendre. Des cendres. Ahlala, le bon jeu de mot. Ce qu'on rigole ! J'ai honte... « C’est nul. Pardon. Tu me donnes une deuxième chance ? » Bon, je ne te laisse pas vraiment le choix. Mon honneur est en jeu après une blague pareille !

« J’suis allée à Azkaban pour un soin du visage. Tu connais ces gens ! » Pour jouer le jeu de l’anecdote croustillante, je fais un petit geste de la main pathétiquement féminin. « Je dis : vous n’avez même plus de mandibules et vous voulez vous occuper de mon visage ? » Je fais alors mine d’être outrée en rapportant mes mains vers moi. « Le détraqueur est devenu fou de rage. Enfin, je crois ! Tu as déjà entendu parler quelqu’un qui n’a plus qu’une demi-mâchoire ? » Je mime alors des paroles incompréhensibles. « On aurait dit une goule ! »



love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Dim 29 Jan - 11:46
Gaia Grass
Je n'attendais rien de Summer en lui dévoilant mon chaos sentimental. Ni une solution, ni même un avis à vrai dire. Et je ne m'attendais certainement pas à ce qu'elle me serre dans ses bras. La vache ! Je devais lui faire bien de la peine... En fait, je lui en avais fait, c'était sûr parce que ça se voyait une fois de plus sur ses cheveux et dans ses yeux, ce que je ne remarquai qu'une fois qu'elle me lâcha. Etrangement, ça faisait du bien. Ce contact physique, cette proximité, à défaut de remplir mon âme totalement vidée après cette effort l'enveloppait d'une douceur qui avait quelque chose de rassurant. Puis elle tenta de continuer de me consoler, par la parole cette fois. Elle énonça une vérité qui m'avait bien traversé l'esprit durant cette histoire : nous avions dépassé cette époque où les sorciers n'avaient pas le droit de s'unir aux non-maj. Mais mon amie regardait les choses de son point de vue de sorcière, « sang pur », comme ils disaient. Elle en était bien consciente, elle me précisa son ignorance du monde non-maj, dont j'étais bien au courant, avant de m'arracher un sourire un peu plus large en m'affirmant qu'elle était là pour moi. « Merci. »

Depuis quand notre amitié était-elle aussi sincère ? Depuis notre rupture, nous étions passées par tellement de phases. Nous ne nous étions jamais haïes, ça non, mais il y avait eu bien un long moment d'évitement, puis de gêne avant que les choses ne reviennent à la normale. Mais la normale, avant notre couple, n'avait jamais été une relation si forte. Ca devait être de ma faute, je ne me confiais pas, j'évitais les sujets personnels et en parler aujourd'hui avait peut-être bien débloqué quelque chose. Je ne savais pas si j'étais prête pour ça, mais au moins Summer s'était révélée être quelqu'un sur qui je pouvais vraiment compter et je ne sais pas si j'en étais consciente avant.

Le cœur serré, je conclus ma question, pour qu'on puisse passer à autre chose : « Effectivement, tu connais pas bien le monde non-maj, mais tu sais qu'il existe. Chez les non-maj, les sorciers sont un mythe. J'pense que si je lui avais dit, je serais passer pour une folle et même si je lui avais prouvé d'une manière ou d'une autre, elle aurait été terrifiée. Et même sans ça, je lui ai tellement menti... Enfin bon, question suivante.»

Ma partenaire se laissa le temps de réfléchir, pour me sortir au bout d'un instant un jeu de mot, plutôt pitoyable qu'on se le dise, mais qui me fit rire, peut-être un peu trop. Elle s'empressa de se rattraper, visiblement gênée par son humour, ce qui rendait les choses encore plus drôles. Il faut dire que j'avais bien besoin de rire maintenant, alors je ne pouvais pas me permettre d'être difficile. Je hochai la tête, lui accordant bien volontiers cette deuxième chance. Cette deuxième blague venait avec un jeu d'acteur sensationnel. Je n'étais pas convaincue par son histoire, mais ses gestes et ses mimiques étaient vraiment comiques alors j'éclatai de rire. Je n'en avais pas oublié ma peine, mais cette interlude humoristique me permit de la remettre à sa place, au fond de moi, comme tous les jours. Tout en riant, j'applaudis brièvement et commentai : « Bravo, quelle performance ! »

« A mon tour ! » m'exclamai-je avec un certain enthousiasme. J'essayais de me souvenir de blagues qui passaient sur Ilvermorny, parce que la plupart des blagues non-maj que je connaissais... La moitié était minable, l'autre moitié inaccessible pour une fille qui vivait dans la magie depuis toujours. « Ah ! J'en ai une. Quelle est la différence entre Merlin et le Professeur Brown ? » Je lui laissai quelques secondes de réflexion avant de pouffer en disant : « Elle rase sa barbe tous les matins !............. Bon d'accord, c'est pas terrible. » En tout cas, dans les couloirs, les blagues de profs avaient toujours beaucoup de succès.

La question suivante concernait une de nos peurs et Summer y avait déjà répondu lors de la précédente. Elle avait peur que Judy ne la prenne pas au sérieux. Ce qui faisait que c'était encore à moi. Je demandai néanmoins confirmation à mon amie : « Tu veux me confier un autre peur ou c'est mon tour ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Lun 30 Jan - 16:33
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Je ne sais pas si c’est de bon cœur ou par politesse, mais tu ris à mes blagues. Quoi que, vu la manière dont tu pouffes, je doute que ce soit uniquement pour me faire plaisir. Ou tout du moins, le penser m’arrange. Je préfère donc choisir cette option ! « Merci, merci. » lancé-je alors que tu loues ma performance. Je pousse le vice jusqu’à mimer une petite courbette, comme tout acteur à la fin de mise en scène.  

C’est maintenant ton tour et c’est non sans un enthousiasme débordant que tu me le fais remarquer. Je te lance un petit « Fais-moi rire. » pour t’encourager. Tu marques une petite le temps de réfléchir. Et puis, tu te lances. La différence entre Merlin et Brown ? Hum… « J’sais pas. » dis-je en faisant une bouche à l’envers. Mais j’ai le sentiment que je ne vais pas tarder à le savoir ! Et en effet. Je pouffe de rire ! « Excellent ! » J’admets être bon public des blagues sur les profs. Dans tous les cas, ça me fait plaisir de constater que tu as retrouvé le sourire.

Dans la théorie, c’est à ton tour de poursuivre. J’ai déjà révélé une peur. En l’occurrence, que Judy ne me prenne pas au sérieux et par conséquent me repousse. Toutefois, tu me demandes si je ne préfère pas confier une autre peur. J’esquisse un sourire amusé. « Bah alors Gaia, t’as peur ? » Clin d’œil. Evidemment, rien de méchant dans mon attitude. Simplement l’envie de te taquiner. D’humeur conciliante, j’accepte ta requête. « J’ai peur des hauteurs. » En réalité, tu le sais sans doute déjà. Mais peut-être as-tu oublié ? « Gamine, je voulais jouer au Quidditch. Le drame au premier cours de vol ! Du coup, même si j’aime toujours ce sport, je reste sagement dans les gradins. » Sagement. Je ne sais pas si c’est le bon mot pour qualifier une groupie. Sûrement est-ce là une autre blague, mais involontaire !

« Allez, à toi. Promis, à mes yeux tu resteras toujours badass. Qu’importe ta peur. » Petit sourire tendre.



love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Mer 1 Fév - 21:38
Gaia Grass
Summer me vannait sur ma réticence à me lancer une fois de plus et c'était bien mérité. Je répondis à son clin d'oeil par un sourire, mais elle se trompait. Après l'effort que je venais de fournir, lui parler d'une de mes peurs n'était pas si difficile. Ceci dit, elle consentit une fois de plus à ouvrir la marche et c'était plutôt généreux de sa part, puisque effectivement, elle y était déjà passée. Ceci dit, ce qu'elle me raconta, je le savais déjà, je me demandais même si je ne l'avais pas su avant de devenir proche d'elle. Ultra fan de Quidditch mais incapable de monter sur un balai ? C'avait dû me sembler bien suspect. Mais je commentai par un « Ah oui c'est vrai ! ». Je me demandais si elle pouvait vaincre cette peur, essayer d'y aller doucement au début et monter en hauteur petit à petit, sans la pression qu'un cours de vol imposait. Cependant, je ne lui proposai rien : sa petite amie était aussi passionnée de vol que moi (peut-être même plus), je ne voulais pas m'interposer.

Elle me fit rire, lorsqu'elle m'assura que quoi que je lui dévoile, je n'entacherais pas l'image de dure à cuire qu'elle avait de moi. Alors je rétorquai, pour la forme : « J'ai peur de rien ! » avec un clin d'oeil histoire de souligner le second degré. Puis je repris un air sérieux en lui avouant : « Non, en vrai j'ai peur du temps qui passe. Parfois je réalise qu'il y a déjà presque vingt-et-un an que je suis là et qu'il me reste trop de choses à faire. J'aurai jamais le temps pour tout ! C'est angoissant... » Je marque une pause, essayant de réfléchir à la manière dont je pourrai mieux m'exprimer, j'avais l'impression que ce que je racontais n'était pas très clair, je m'embrouillais moi-même. D'un autre côté, c'était très difficile de mettre des mots sur ce que je ressentais. « Bref c'est un mélange de peur de vieillir et de peur de l'ennui. » J'ai la chance de ne pas avoir de phobie, de ne pas être paralysée par ce qui me terrifie, de juste être au pire angoissée au fond de moi, mais avec toujours la force de laisser cette angoisse là ou elle est et de passer à autre chose. Je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde, et en parlant de ce sujet avec Summer, ce soir-là, je comprenais que j'étais bénie. J'ajoutai pourtant : « Allez je t'en donne une autre en bonus : je suis pas bien dans les petites pièces fermées (surtout à clef), d'ailleurs au cours sur les épouvantard, le mien avait pris la forme d'une cage. » C'était déjà une peur plus tangible donc plus facile à expliquer. Alors, est-ce que je passais pour une chochotte ?

« Du coup, c'est pas de la triche, mais la question suivante j'suis bien incapable d'y répondre. J'arrive pas à me projeter, s'il n'y avait pas les cours, je saurais même pas planifier mon lendemain. Dans dix ans, j'espère que je serai toujours en vie et toujours aussi occupée. Le reste, on verra. » Certains jeunes joueurs de Quidditch des équipes d'Ilvermorny aspirent à devenir des professionnels. Pour ma part, ce n'est pas mon rêve, je ne saurais même pas comment je réagirais si l'occasion se présentait. Pas de projection, pas de regret, seul le présent compte et je m'en porte très bien. Alors certes, ma vie à l'école était forcément rythmée par mes obligations d'élève mais j'avais une part de liberté que j'usais et dont j'abusais bien volontiers. Summer le savait, du moins le pensais-je, car c'était la chose la plus évidente à deviner sur moi mais peut-être ne se doutait-elle pas que je pouvais ignorer à ce point de quoi serait fait mon futur. « Après, j'peux t'inventer un truc si tu veux, mais ce sera pas sincère, j'ai pas de projet de vie. »

J'essayais tout de même d'être bonne joueuse, parce que la dernière question ne m'inspirait pas non plus. Il faudrait que je raconte un secret mais rien ne me venait. De plus, j'avais la sensation que nous parlions depuis des heures, le temps me jouait probablement encore un mauvais tour mais j'en déduisis que nous étions proches de la fin de l'heure qui nous était demandée, et encore, je ne lui avais toujours pas expliqué comment prendre une photo avec l'appareil de Brock. Après, ce n'était pas comme si c'était désagréable de traîner dans le jardin de la bibliothèque avec une vieille amie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Ven 3 Fév - 16:40
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Peur de rien ? Vraiment ? J’esquisse un sourire, amusée de la réaction de mon amie à ma petite taquinerie. Je te lance un « Genre ! » pour te faire comprendre que je n’en crois rien. La plaisanterie mise à part, tu finis par me confier une peur. Ainsi, tu as peur du temps qui passe ? Je pense voir ce que tu veux dire. Il est vrai que le temps passe si vite… Loin d’être de celles qui jugent les peurs des autres, je me contente d’un sobre « Je vois. ». Tu n’en restes pas à la et me confie une autre peur : la claustrophobie. « Ah ça, le fameux cours contre les épouvantards ! » Souvenirs, souvenirs ! « Bon ça va, tu passes l’épreuve avec succès. Tu es toujours estampillée badass ! » Clin d’œil.

En ce qui concerne ton avenir, il semble qu’il soit incertain. Bien sûr, que tu vis au jour le jour, ce n’est pas une grosse nouvelle. Je le sais depuis bien longtemps maintenant. En réalité, je ne sais pas si je t’imaginais avoir déjà tout un plan de carrière. Ou à défaut, une petite piste. Sûrement parce que je n’y ai jamais réellement songé. A la limite, je t’imagine bien joueuse pro. Pour nuancer tes propos. J’hausse les épaules. « Bah, tu es encore jeune. T’es pas forcée de déjà savoir ce que tu veux faire. » Ce qui est vrai après tout. Pas besoin de se mettre la pression. Quant à ta dernière remarque. « Je préfère la sincérité. » Sourire tendre.

« En ce qui me concerne… » Je prends le temps de réfléchir quelques secondes. « Je peux te dire ce que mes parents voudraient que je sois. Comme tu le sais, c’est la tradition dans ma famille d’être auror et de vouer sa vie à la lutte contre les mages noirs. » Roy, mon Wampus de frère semble d’ailleurs bien partie pour le devenir. « Moi… Je ne sais pas trop. J’aimerai continuer d’apprendre toujours plus de choses sur la magie. Et peut-être partager mon savoir. Pourquoi pas être prof de métamorphose ? » Matière que j’adore et dans laquelle je brille le plus. Finalement, il y a des chances que je finisse par être la rebelle de la famille. Ne serait-ce que par mon intérêt pour la magie noire. Passons !  

Je regarde la feuille. La dernière question consiste à révéler un secret. Evidemment, il n’est pas question que je te dise mon intérêt, bien qu’il soit purement scolaire, pour la magie noire. Je ne sais pas trop comment tu réagirais. Peut-être faut-il mieux révéler quelque chose de léger ? Hum… J’ai peut-être ce qu’il faut ! « Tu sais, être métamorphomage a bien des avantages… j’avoue qu’il m’ait déjà arrivé de me donner quelques bonnets supplémentaires ! » Je pouffe un peu de ce secret stupide.

Quant aux raisons de ces petites métamorphoses, je laisse le suspens à l’appréciation de ton imagination !



Spoiler:
 

love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Lun 13 Fév - 11:25
Gaia Grass
Deux choses : Summer ne me prenait pas pour une trouillarde et elle m'excusait pour l'épreuve des projets d'avenir, ce qui était vraiment très chic de sa part. Et ce qui l'était encore plus était son commentaire sur ma jeunesse, maintenant que j'avais avoué avoir peur de vieillir, c'était très bien joué. Bravo Summer ! Un petit sourire agrémenta ma réponse : « Mais oui, on verra bien ! ». « On verra (bien). » étant l'une des phrases que je dois prononcer le plus, avec une moyenne de cinq fois par jour. Presque un tic de langage, mais pour sûr un bon résumé de mon mode de vie.

En ce qui concerne ma camarade, c'est une élève sérieuse, pour moi à ce moment là il était évident qu'elle avait déjà une idée précise de où elle voulait être et ce qu'elle voulait être une fois sa scolarité terminée. Elle avait eu l'occasion de me parler de sa famille par le passé, aussi je hochai la tête lorsqu'elle me décrivit leurs attentes la concernant. Brièvement, je songeai à mes propres parents, le modèle que je n'avais absolument pas envie de suivre. Eux qui s'étaient replongés corps et âme dans leurs activités professionnelles respectives lors de l'éclatement de notre famille.
Mon père mène toujours cette vie, voyageant à travers le Canada pour livrer de petits concerts et profiter de sa vie de célibataire irresponsable. J'ai hérité de son caractère, mais contrairement à lui, je ne ferai pas l'erreur d'avoir des enfants. Et ma mère, qui est persuadée d'être le parent convenable des deux – avec son travail de professeur d'université et son livre à succès - est tout aussi égoïste. Son bouquin le prouve, d'ailleurs, elle parle de nous comme une expérience et non comme une famille, elle nie totalement l'affection qu'elle a pu avoir pour mon père et avec toute l'hypocrisie du monde, n'évoque ses « enfants qu'elle aime plus que tout » que lorsqu'il y a un journaliste pour l'écouter.
Ceci dit, s'ils se critiquent l'un l'autre, aucun ne semble vouloir me dicter ma vie et c'est le principal.

Pour en revenir à Summer, elle aussi semblait vouloir se détacher du schéma imposé par sa famille. Je la savais avide d'en apprendre toujours plus sur la magie, alors c'était tout naturel qu'elle veuille à son tour initier des petits sorciers à sa passion. L'enseignement de la métamorphose semblait une voie raisonnable. L'image de la petite Summer, les cheveux virant au rouge devant une classe déchaînée me fit éclater de rire toute seule et lorsque je pus me reprendre, je me justifiai comme je pouvais : « Pardon ! Je te vois très bien (trop bien) prof de métamorphose ! J'imagine que ce sera dur de te contenir devant ta classe s'ils te poussent à bout. » Je pouffai à nouveau. Je n'avais pas envie de la voir prendre les couleurs de la colère dès maintenant, mais c'était tellement rigolo comme scène. J'en regretterais presque de ne pas vouloir d'enfants pour pouvoir leur dire de semer la pagaille dans ce cours-ci. Me calmant pour de bon, je lui dis très sérieusement : « Non, c'est une super idée, et t'en es plus que capable ! »

Ca me donnait également des idées. J'aurais bien aimé enseigner, mais je n'ai ni le niveau ni la patience ni le conformisme pour rester dans cette école toute ma vie. Peut-être que je pourrais voyager et mener des ateliers de créations artistiques magiques pour les sorciers du monde entier ? Ca me ressemble déjà plus ! J'aurais pu partager cette nouvelle perspective à Summer, mais l'heure tournait et nous arrivions enfin au bout de cette épreuve. Il ne manquait que le secret et la deuxième photo et nous étions libres ! Une fois de plus, elle commença et son secret me fit autant rire qu'elle. Je ne pus m'empêcher de diriger mes yeux vers l'objet de la confidence, essayant de comparer avec les souvenirs que j'avais de la taille de sa poitrine, puis je relevai le regard vers son visage, avec un sourire en coin un peu coupable. Je haussai les épaules et lui répondis : « T'as raison d'en profiter ! » Tout en me disant qu'elle aurait pu en profiter un peu plus lorsque nous étions ensemble.

« J'ai déjà rêvé de Holloway... » jusque là ce n'est pas quelque chose de terrible, mais attendez la suite « …dans mon lit. Je te passe les détails. » Je me mordis la lèvre, un peu gênée, puis j'ajoutai en riant : « J'aimerais bien y voir un message vis à vis de ma relation à l'autorité mais... » Riant de plus belle «...non je crois que je la trouve juste sexy... Enfin pour son âge !.... Ne me juge pas...» J'étouffai mon rire dans mes mains, avec pour double fonction de me cacher derrière : je n'arrivais pas à croire que j'avais raconté ça à Summer, c'était si ridicule ! D'ailleurs, une fois mes mains dégagées de mon visage, je lui affirmai l'air le plus sérieux du monde : « Tu répètes ça, je te tue. »
Même à Judy.
Non.
Vraiment.
Je la tuerais.

« Bon et cette photo alors ! (Je n'essaie absolument pas de changer de sujet) » Après un clin d’œil, je lui présentai l'objet et lui indiquai d'appuyer doucement pour faire la mise au point et un peu plus fort pour prendre la photo. Normalement, il y avait une lumière verte dans le viseur pour indiquer si c'était net, mais comme nous serions toutes les deux devant l'objectif, elle n'aurait pas son œil collé à l'appareil. Du coup ce ne serait probablement pas très bien cadré, mais tant qu'on nous voyait ce serait très bien. « Fais au mieux, de toute façon ces trucs-là ça donne pas des images terribles terribles... » Je me rapprochai d'elle pour poser et lui faire des cornes au moment fatidique. Nous avions enfin terminé et pouvions rendre son appareil à Brock tout en précisant que nous voulions une copie chacune des deux photos.

Au plaisir de repasser une heure avec toi, chère Summer !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
80/100  (80/100)
icône :
Citation : Everyone has a dark side.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : Charme – Épine de monstre du Fleuve Blanc – 26 cm – Sculptée avec raffinement et élégance – Plutôt rigide
Summer Hepburn
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Jeu 16 Fév - 14:00
Summer Hepburn



Une heure pour tout changer


Yeah I'mma dance my heart out 'til the dawn
But I won't be done when morning comes
Doin' it all night, all summer
Gonna spend it like no other


Tu éclates de rire. Je fais une moue quelques peu interloquée. Tu ne m’imagines donc une si mauvaise professeure pour rire ? A moins que ce ne soit autre chose. Ce que tu ne tardes mas de confirmer, comme pour te justifier. En réalité, tu te demandes surtout comment je serais si j’avais une classe de sales gosses. A mon tour, je visualise la scène. Et j’admets pouffer à mon tour. « Je les métamorphoserai en fouine. Tu crois quoi ? » répondis-je, amusée. « Travaux pratiques améliorés ! »

Mon petit secret t’amuses tout autant. Décidemment, je ne me savais pas si drôle ! Tu louches alors sans gêne sur ma poitrine avant de reporter tes yeux dans les miens. Je t’offre un petit sourire. Sourire qui s’étire à ta remarque. Vient le tour de ta confidence et… « Sérieusement ? » Je ne peux m’empêcher d’éclater de rire. C’est tellement… improbable ? Enfin, disons que je ne m’attendais pas à ça. « Pardon… Pardon… » lancé-je entre deux rires, pour m’excuser. Tentant de reprendre mon calme, j’ajoute. « Promis. Je dirai rien. » Clin d’œil. « Et j’avoue, Holloway est terriblement charismatique. » dis-je également, pour te rassurer.

Tu m’invites ensuite à prendre la dernière photo. Maintenant que j’y pense, c’est vrai qu’il est temps de terminer. Je n’ai pas vu l’heure tourner ! « D’accord. » Me saisissant de l’objet, j’exécute sagement les gestes que tu m’indiques. Je me colle à toi et souris. Un flash plus tard, la photo est prise. « J’espère qu’elle sera pas flou. » Dis-je simplement. Nous pouvons ensuite retourner à l’Imaginarium. En me dirigeant vers Brock, je me demande bien comment il a pu s’occuper pendant toute cette heure.

Me dirigeant vers l’homme à la carrure imposante, je lui remets l’appareil. « On a fini. Vous pourrez nous donner une copie des deux photos s’il vous plait ? On a fait deux photos de nous deux. » Je gratifie le garde-chasse d’un sourire et d’un « Au revoir. » avant de saluer à son tour mon ami. « A plus Gaia. C’était sympa ! »

Je t’offre un dernier sourire tendre. Puis je file.


love.disaster


The girl who loves

I live my day as if it was the last
Live my day as if there was no past
Doin' it all night, all summer
Doin' it the way I wanna
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin-
Sauter vers: