:: L'Horizon — RPG :: L'Amérique :: Le Brésil Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Repos bien mérité. [PV Mephisto] [RIO][-18]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Mar 10 Jan - 23:05
Vitany Lockwood

" Aidez moi, je vous en pries...!

Tu étais à deux doigts de tomber toi aussi. Ce voyage avait été de trop, et tu t'en serais bien abstenue. Mais sa survie dépendait de toi, et le fait qu'il fut blessé où non avait également dépendu de toi. Tu serras les dents, alors que dans ta main tu serrais la statuette, alors que l'autre était posée contre la joue de Mephisto. Ta vision était vaporeuse, mais tu réussi à distinguer quelqu'un s'approcher de toi, pour s'agenouiller. Malheureusement pour toi, tu ne parlais pas un traitre mot de portugais, alors que l'homme en question déblatérait tout ce qu'il pouvait, beaucoup trop vite. Tu grimaças, et il changea de rythme, de langue, te disant qu'il était médicomage, qu'il fallait que tu le suives, avant de te demander si tu pouvais te lever. Toi oui, mais lui, non. Tu restas un moment sans répondre, tu n'en avais ni la force, ni l'envie. Quelqu'un t'attrapa par le bras, te soulevant sans peine alors que tu poussas un cri effroyable de douleur, avant que la panique ne devienne tienne. Non ! Tu ne pouvais pas le laisser ! Tu n'en avais pas le droit, tout comme il n'avait pas le droit de mourir au milieu de la rue ! Tu tentas alors tant bien que mal de te débattre de ton emprise malvenue alors que le premier homme transplana avec Mephisto. Tu voulus hurler, ils ne pouvaient pas vous séparer de la sorte ! Mais ta voix se perdit dans un flash blanc, alors que tu te retrouvas rapidement dans une grande maison au beau milieu du quartier sorcier de Rio.

Tu pleurais, tu avais peur, tu étais tétanisée par le fait d'être sans défense en compagnie de gens que tu ne connais absolument pas. L'inconnu te faisait peur, te dérangeait. Tu tremblais, serrant la statuette contre toi, aussi fort que tu le pouvais. Tant pis si tu la cassais, c'était à cause d'elle que vous vous étiez retrouvés dans ces états pitoyables ! Une femme accourra vers toi, prenant ton menton pour lever ton visage vers elle. Elle était terriblement belle, une brésilienne quoi. Son visage s'écarta du tien, pour venir débiter du portugais, encore, à ces deux compères, ceux qui vous avez déplacé chez eux. Tu la vis partir avec le premier des deux hommes en direction d'un chambre, alors que tu avais perdu Mephisto de vue. Tu voulus te lever, mais une main sur ton épaule te fit te rasseoir immédiatement. Tu recroquevillas légèrement sur toi-même, faisant le dos rond, venant essayer d'observer timidement la personne qui te retenais de force. Le jeune homme t'offrit d'ailleurs un joli sourire, qui se voulait doux et réconfortant. Mais en réalité, il t'effrayait plus qu'autre chose. Tu avais l'impression d'être la brebis en cet instant, non le loup.

Il t'expliqua qu'il allait s'occuper de toi, et que tu devais enlever tes vêtements. "Et puis quoi encore ? " avais-tu vociféré, alors qu'il te répéta qu'il était médicomage, lui aussi. Que vous aviez eut de la chance de tomber sur lui et son ami. Et que Elena était une surdouée dans la matière. Qui ? Ah, la bonasse qui était en train de s'occuper de ton professeur, évidemment. Tu roulas des yeux, alors que tu commençais à te détendre petit à petit. Faire confiance à des étrangers, ce n'était pas dans tes habitudes. Tu retiras donc ton haut taché et déchiré alors que la brun revenait vers toi pour te faire boire une mixture. Un remontant, la dernière fois que tu avais pris un remontant, tu t'étais retrouvée nue dans les bras de ton professeur. En espérant que ça n'allait pas faire la même chose cette fois-ci. Ceci dit, il se préoccupa plus de tes blessures que de ce que tu pouvais bien penser. Tu bus la mixture, avant d'en recracher la moitié sur la pauvre garçon, toussant à plusieurs reprises. "Tu t'attendais à du jus de grenade, peut être ?" fit-il, s'essuyant le visage et te regardant de travers. Tu haussas simplement les épaules en réponse, un sourire fin et amusé dessiné sur le visage. Il te demandas de finir ton verre, sans le recracher cette fois-ci, et tu t'étais exécutée.

Vous étiez restés un moment comme ça, sans que l'un ni l'autre n'ouvre le bouche, seulement à te faire panser tes blessures, alors que tes yeux regardaient le vague. Tu étais ailleurs. Il finit d'ailleurs par te tendre ton t-shirt, t'annonçant qu'il en avait finit, alors que tu voyais la belle Elena et son acolyte revenir. Tu te rhabillas donc, venant glisser le dos de tes doigts sur un bandage qui faisait le pourtour de ta taille, bandage que tu n'avais même pas senti être posé sur toi d'ailleurs. D'autres échanges en portugais vinrent, alors que tu soufflais d'impatience. C'était très gentil leur part de vous accueillir comme ça, mais ça t'emmerdais vraiment de ne pas comprendre ce qu'ils se disaient. Le jeune homme qui s'était occupé de toi te regarda en souriant. "Eux aussi ils ont fini.. T'as qu'à aller te reposer dans la chambre du fond." finit-il par dire, t'indiquant le chemin d'un geste mou de la main. Tu hochas plusieurs fois la tête avant de décoller doucement de ton siège, pour te diriger vers la chambre, la statuette toujours entre tes doigts.

Tu t'étais déplacée d'un pas hésitant et mal-assuré, mais une fois arrivée à bon port, tu fermas la porte derrière toi, soufflant de soulagement. Tu posas l'artefact toujours enveloppé, sur un meuble avant d'aller jusqu'au lit où reposait ton professeur. Tu l'observas un instant, te penchant sur lui, posant une main sur son front. Ton regard s'adoucit alors que tu penchais ton visage au dessus du sien. Tu t'en voulais de l'avoir mis dans cet état, car oui, tout était de ta faute. Tu te mordis doucement les lèvres, avant de venir les déposer sur celles de Mephisto. Tu lui donnas un baiser doux, mais bref, avant de te reculer. Tu vins alors t'agenouiller à côté du lit, n'osant pas te mettre dedans, de peur de le gêner, de le réveiller. Les traits de douleur sur son visage avaient disparut, il avait nettement meilleure mine. Tout ce qu'il vous fallait, c'était du repos maintenant. Tu vins tout de même glisser tes doigts dans ses cheveux, les caressant avec douceur, avant de poser ta tête contre ton bras. Oui, du repos, tu étais épuisée. Si bien que tes paupières étaient devenues tout à coup bien trop lourdes pour que tu puisse garder les yeux ouverts. Tu t'endormis alors rapidement ainsi, assise par terre, la tête posé contre ton bras sur le lit, alors que ta main avait arrêter sa course dans les cheveux de ton ténébreux.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Jeu 12 Jan - 1:17
Mephisto L. Blackcrow
Une douce lumière filtrait à travers les paupières closes du professeur assoupi. Ses rêves étaient peuplées de créatures étranges et animés par un sentiment d'urgence, le devoir d'accomplir quelque chose. Sans savoir pourquoi, il suivait un loup à travers les méandres d'un monde incohérent, celui ci lui montrait la voie vers une chose qui lui échappait. Il s'éveilla peu à peu, revenant à lui entouré par la chaleur confortable des draps qui le bordaient. Les derniers souvenirs lui revinrent en mémoire, le temple Maya et ses innombrables blessures qui, cumulées au venin des acromentules dans son organisme le faisaient souffrir atrocement, le tuant à petit feu jusqu'à ce qu'il en perde connaissance... Une soudaine inquiétude  lui vrilla l'estomac alors qu'il songea à Vitany. Allait-elle bien ? Ouvrant les yeux, il se redressa légèrement pour regarder autour de lui. Elle était là, juste à côté. La soulagement l'envahit. Elle semblait s'être endormie, à son chevet, un bras tendu dans sa direction. Une profonde tendresse s'empara de lui alors qu'il posait un regard plein d'affection sur la belle étudiante qui dormait, les traits détendus.

Mephisto entreprit alors de regarder autour de lui. On l'avait installé dans un grand lit confortable et  il avait été soigné. Il n'avait quasiment plus la moindre douleur, seulement de vagues courbatures par endroit et sa blessure à la cuisse n'était désormais plus qu'une fine cicatrice qui disparaitrait sans doute d'ici quelques temps. Il remarqua également, avec un certain étonnement, qu'on lui avait également retiré la totalité de ses vêtements. Cela lui inspirait des sentiments assez mitigés. Il jeta un coup d'oeil un brin suspicieux sur Vitany. Aurait-elle...? L'idée qu'elle ait pu le voir nu, dans une inversion des rôles par rapport à ce qui s'était passé dans son bureau, l'amusait mais il doutait un peu qu'elle ait quoi que ce soit à voir avec sa nudité. Il n'avait pas la moindre idée ce qui s'était passé et ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine réticence. L'idée d'avoir été manipulé alors qu'il était inconscient lui déplaisait au plus haut point, même si cela avait été nécessaire pour lui sauver la vie. Où étaient-ils d'ailleurs ? Il ne reconnaissait absolument pas l'endroit et ce qui était sur c'est qu'ils n'étaient pas à Ilvermorny. Ce voyeur d'Anderson avait sans aucun doute raté une bonne occasion de se rincer l'oeil, songea-t-il avec sarcasme.

Enfin, le plus important était qu'ils soient tous deux sains et saufs. Le ténébreux reporta son attention sur la jeune femme, appréciant le simple fait de la contempler dormir à ses côtés. Sa position ne devait pas être particulièrement agréable en revanche. Elle aurait été mieux installée sur le lit, mais il était compréhensible qu'elle n'ait pas osé se coucher avec lui. S'appuyant sur un coude, il tendit une main vers ses longs cheveux bruns pour les caresser délicatement, sans se presser. Il appréciait ce moment calme et intime qui s'offrait à eux. Pensif, le Lord entremêla ses doigts dans la chevelure soyeuse de Vitany, s'amusant à entortiller une mèche encore et encore. Il y avait en ce simple contact quelque chose d'incroyablement apaisant. Il finit par laisser sa main glisser sur sa nuque pour venir effleurer doucement son cou et ses épaules. Elle devait avoir besoin de dormir, cependant, égoïstement, il voulait la réveiller, en douceur. Il se pencha pour venir déposer un baiser chaste sur son front. D'une manière ou d'une autre, s'ils étaient ici c'était grâce à elle. Si c'était particulièrement dur pour lui à admettre en raison de sa fierté, elle lui avait certainement sauvé la vie.

« Vitany ? » souffla-t-il. « Ma petite..?»

Elle sembla revenir à elle, peu à peu. Il lui adressa un sourire affectueux tout en ramenant sa main pour caresser sa joue. A cet instant, la porte de la chambre s'ouvrit soudainement, le faisant interrompre son geste et hausser un sourcil surprit pour dévisager l'inconnue qui venait vers eux. Quel ne fut pas son étonnement de découvrir une splendide brésilienne d'une beauté renversante. Incapable de détacher ses yeux de l'arrivante, Mephisto la détailla de la tête au pied, dissimulant à grand peine sa stupéfaction et son regard concupiscent. Elle arborait une petite robe fluide et moulante, terriblement sexy qui mettrait scandaleusement en valeur l'opulente poitrine de la bimbo latine par un décolleté plongeant. Sa peau bronzée semblait presque satinée, tandis que de fines gouttelettes de transpiration dues à la chaleur environnante glissaient le long de son cou dégagé comme une invitation à la luxure. Peut être était-il mort finalement ? Malgré tout, le ténébreux n'était pas le genre d'homme à laisser facilement transparaitre ses émotions. Il parvint donc à conserver une expression relativement neutre quoi qu'appréciatrice du spectacle en suivant des yeux la voluptueuse Brésilienne.

« Ah je vois que vous êtes enfin réveillé ! J'ai eu peur que vous ne dormiez toute la journée. » S'exclama la bimbo d'une voix musicale et séductrice. » « C'est un miracle que vous soyez toujours en vie avec la quantité de venin d'acromentule que vous aviez dans l'organisme. »

Ainsi donc, cette jeune femme était leur hôte semblait-il ? Mephisto supposa à son attitude que ce devrait être également à cette dernière qu'il devait les soins qu'il avait reçu. Son naturel lui revenant machinalement, le sorcier esquissa un sourire charmeur de circonstance en répliquant d'une voix malicieuse et un brin mystérieuse. « Je suis plutôt endurant... »

« J'en suis certaine. » répondit-elle du tac au tac en lui adressant un sublime sourire aguicheur.

L'enseignant se sentait un peu pris de court par la situation. Il n'avait jamais été particulièrement doué pour ménager la chèvre et le choux, ce n'était d'ailleurs pas sans raison qu'en général ses maîtresses finissaient toujours par lui prendre la tête avec leurs crises de jalousie quand elles ne lui administraient pas une gifle magistrale en le traitant de salopard. Bon, il est vrai que la plupart du temps il les provoquait aussi bien comme il faut. Toujours est-il qu'il n'avait pas imaginé voir une bombasse pareille venir interrompre le moment privilégié qu'il partageait jusque là avec sa petite louve. Et surtout qu'elle lui fasse un tel rentre dedans d'entrée de jeu. Une part de lui en était agacé, d'ailleurs, mais en même temps il aurait été fort mal venu qu'il ne se montre pas aimable et chaleureux envers leur hôtesse, n'est ce pas ? Alors qu'un sourire arrogant commençait à fleurir au coin de ses lèvres, Mephisto reprit d'un ton charmeur.

« J'ai bien peur que vous ne m'ayez pas vu au meilleur de ma forme.  Mademoiselle..?»

« Oh je vous en prie, appelez moi Elena. Et ce que j'ai vu était plus que largement satisfaisant. »

Et bien, on pouvait pas qu'elle n'y allait pas par quatre chemin. L'allusion n'avait absolument rien de subtil. Mephisto lui même en resta presque sur le cul. Elle flirtait avec lui avec une telle audace et surtout devant Vitany, qu'il n'en revenait pas. C'était à peine d'ailleurs si elle calculait l'étudiante, comme si elle ne la considérait même pas comme un problème à son entreprise. Le lord glissa un bref coup d'oeil en direction de son étudiante, presque gêné vis à vis d'elle. Il ne connaissait que trop bien ce genre de femme, des bimbos qui savaient pertinemment ce qu'elles voulaient et étaient certaines de l'obtenir. Comme le lord continuait de la fixer sans se départir de son sourire en coin, elle poursuivit son manège d'une voix enjôleuse au possible.

« Je vous ai mis des vêtements propres sur la chaise. Juste là. Je crains que le caleçon ne vous serre un peu, mais j'ai peur de n'avoir rien d'autre sous la main. Monsieur... ?»
« Blackcrow. Mephisto Blackcrow. »
« Mephisto... enchantée !»

Approchant du lit, Elena se penchant pour poser une petite fiole de potion sur la table de nuit en lui offrant par la même occasion une vue plongeante et fort appréciable dans son décolleté. « Tenez, avec ceci vous devriez être totalement remis sur pied en un rien de temps.  Je vous laisse vous reposer. Sentez vous libre de faire comme chez vous. » Conclut-elle ensuite. « Si vous avez besoin de quoi que ce soit, ma chambre est à l'étage, tout au fond du couloir sur la droite. » Si ce n'était une putain d'invitation à venir la retrouver plus tard dans sa chambre, ça, il voulait bien être foudroyé sur le champs. En vérité, la beauté de cette femme était au moins égale à la hauteur du mépris qu'il avait envers elle et son attitude de prostituée, même si cela ne l'empêcherait sans doute pas de la baiser pour la jeter ensuite si d'aventure l'envie l'en prenait. L'enseignant jeta un regard vaguement dédaigneux à l'intention du remontant avant de reporter son attention sur la brésilienne.

« Elena ? » L'interpella-t-il d'une voix malicieuse alors qu'elle s'apprêtait à quitter enfin la chambre.
La bimbo ne retourna alors en minaudant, affichant un large sourire, comme si elle s'attendait très précisément à une réaction de ce genre. Mais n'était mal connaître Mephisto. Après avoir glissé un nouveau coup d'oeil un peu hésitant en direction de Vitany, il se leva, ignorant sa nudité. Il ne supportait plus de rester dans ce lit, alors tant pis. Ils seraient quitte. En tenue d'Adam, il traversa la chambre d'un pas parfaitement décontracté en direction de la médicomage avant de s'arrêter au niveau de la chaise sur laquelle était posés les vêtements de rechange. Son petit numéro avait au moins eu le mérite d'inverser le rapport de force, car  c'était au tour de la bimbo de rester sans voix devant son audace. Il poursuivit, avec un sourire séducteur.

« Vous ne connaitriez pas, à tout hasard, un endroit sympa pour boire un verre ?»
La question sembla aider la brésilienne à revenir à elle: « Mais naturellement ! Je serais ravie de vous faire découvrir le Cabaret des Nymphes...» Mephisto esquissa alors un fin sourire arrogant, satisfait de l'avoir amenée exactement là où il voulait. Il la coupa.

« Pardonnez moi, mais je crains de vous avoir induite en erreur. En vérité, ma soirée est déjà prise. Simplement, comme je ne connais pas bien la ville je voulais savoir si vous n'aviez pas une bonne adresse à suggérer... » Il regarda alors non sans satisfaction la bimbo perdre sa superbe et son assurance tandis que son sourire victorieux se figeait.

« Oh. Et bien.. oui vous pouvez aller au Cabaret des Nymphes... C'est un club assez branché dans la Rue du Chaudron.... Et bien, je vais vous laisser... vous habiller. »

Elle tourna les talons en vitesse et referma la porte de la chambre derrière elle, vexée dans son amour propre, tandis que Mephisto riait intérieurement très fier de son coup. Elle l'avait gonflé en même temps, c'était bien fait pour elle. Elle l'avait bien cherché. Le ténébreux s'empara des vêtements qu'Elena lui avait laissé, les tenant devant lui pour dissimuler tout de même un peu sa virilité, puis revint vers sa belle étudiante, un sourire rusé sur les lèvres. Il se pencha vers elle, venant cueillir doucement son menton dans sa main libre pour relever vers lui le visage de la demoiselle.

« Tu devrais te préparer pour sortir, je te rappelle que tu me dois un verre. »


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Jeu 12 Jan - 22:10
Vitany Lockwood
Tu avais cruellement besoin de sommeil. De sommeil et d'un bain. Tu n'avais pas eu le luxe d'être nettoyée sur ta pauvre chaise. Et tu avais terriblement envie d'une bonne douche fraîche, dans cette région régie par la chaleur en cette période de l'année. Mais pourtant, tu étais là, assoupie contre le lit. Dans une position si inconfortable que tu avais réussi à te couper la circulation du sang dans l'une de te jambes. Celle sur laquelle tu étais assise. Tu ne dormais pas vraiment en réalité, tu étais dans un demi sommeil profond, duquel tu allais très certainement avoir du mal à émerger. Mais il te fallait cette sieste, rien que pour être en forme pour ce qui allait suivre. Vous deviez encore rentrer, mais tu te sentais bien incapable de faire un voyage pour le moment. Ta respiration te berçais, mais pourtant tu fus incapable de rêver. Tu étais seulement dans un noir clair, où il t'étais impossible d'ouvrir les yeux sur ce qu'il se passait. En pour tout dire, tu ne savais pas si tu étais toujours consciente de ce qu'il se passait à côté de toi. Pas pour le moment en tout cas, sauf s'il ne se passait rien. Si, tu pris conscience de la caresse dans tes cheveux, de l'une de tes mèches prise en otage. Mais tu fus dans l'incapacité de réagir.

Il te souffla ton prénom, mais ce ne fut qu'à la deuxième interpellation que tu étais parvenue à revenir doucement à toi. Tu ramenas doucement ton bras tendu vers toi, contre ta poitrine, tournant ta tête sur le côté alors que tu lâchas un long soupire mêlé à doux gémissement. Oui, tu étais là, mais tu ne pouvais guère faire plus. Tu te contentas alors de sourire doucement lorsque tu sentis sa main sur ta joue. Tu tentas d'ouvrir les yeux, pour le regarder, en vain. La porte s'ouvrit alors, suivit d'une voix féminine que tu avais déjà entendu, mais cette fois c'était de l'anglais. Alors, comme ça, avec toi elle voulait pas l'ouvrir en anglais mais pour ton mage oui ? La main de Mephisto se retira trop vite, mais tu ne bougeas pas. Attendant patiemment ce qui allait venir. De toute façon, tu ne te sentait pas spécialement capable de faire plus, alors tu restas dans cette posture, écoutant simplement le dialogue qui avait commencé, pensant vainement que tu allais pouvoir te rendormir dans la foulée. Mais en entendant la réponse de ton homme, et celle de la médicomage, tu ne pus t'empêcher de souffler, prise d'un léger sursaut, alors que ces deux mimiques traduisaient un rire muet.

Tu suivis alors la conversation. Sans surprise, le naturel charmeur de Mephisto revenait au galop, même après une perte de conscience. Quant à la bombe latine... Tu devais avouer qu'elle te gênait plus que ton professeur. Tu avais fini par le connaître à force, mais elle c'était différent. En l'entendant parler, en entendant sa voix si chaude et sensuelle, les mots qu'elles choisissait avec subtilité et perfection. Tu trouvais cela tout à fait déplacé. Surtout, qu'ils ne se gênent pas pour toi, ils n'auraient qu'à te faire transplaner dans une autre pièce pour pouvoir être tranquilles ! Tu parvins enfin à ouvrir les yeux petits à petits, tentant de jeter un coup d’œil à Mephisto. Tu ne savais pas ce qu'il avait en tête, mais le minimum aurait sans doute été de te faire déplacer. Mais au vu de l'invitation qu'elle lui avait faite, cela pouvait attendre. Parfait ! Qu'ils attendent que tu sois moins dans les vapes, ou dans un autre lieu pour faire leurs affaires. Tu aurais secoué la tête, si tu en avais eu le courage.

Pourtant, tu la levas doucement vers lui lorsque tu l'entendis prononcer le prénom de la brésilienne. A quoi il jouait exactement ? Tu fronças doucement les sourcils, alors que ta vision était encore bien vaporeuse. Pourtant, tu ne pus détacher ton regard de lui, alors qu'il quittait le lit, complètement nu. Tu ne pus pas t'empêcher non plus de le reluquer. Tu te mordis d'ailleurs discrètement la lèvre inférieure, dans un sourire plein de malice. Voilà que la scène te remémorais des choses. N'aviez-vous pas déjà vécu une situation de ce genre, juste tous les deux, alors que les rôles étaient inversés ? Bien sûr que si. Ce fut pourquoi tu ne te privas pas du spectacle qu'il t'offrait, qu'il vous offrait. Et cette dernière pensée te fis détourner le regard. Tu aurais voulu être la seule à profiter de la vue. Quoi qu'il en fut, ce qui suivit t'arracha un sourire trop large alors que tu étais prise de convulsions, faisant taire le rire qui naissait d'entre tes côtes. Oh, bon sang, si tu avais su qu'il allait la remballer comme il l'avait fait, tu n'aurais certainement jamais eut de mauvaises pensées.

Et alors que tu entendis la porte se fermer, tes convulsions se firent plus intenses. Tu avais fermé les yeux, sentant des larmes te monter, prêtes à couler. Oh, cette fois, ce n'était ni de la peur, ni de la souffrance, mais bien à cause du rire que t'avais provoqué la situation, que tu allais pleurer. Sentant ses doigts sous ton menton, tu laissas ton visage se faire diriger dans sa direction, alors que tu ouvrais à nouveau tes yeux plein d'eau. Te préparer pour aller sortir, oui, mais certainement pas dans cet état. Tu vins alors agripper son poignet, alors que tu laissais ton rire s'échapper. Un rire doux et cristallin, à la limite du nerveux. Bon sang, cela faisait un moment que tu n'avais pas ri ainsi. Pauvre fille. "Laisse moi me remettre de ça, je t'en pris !" fis-tu, alors que tu ne pouvais pas t'arrêter de rire. Pourtant, tu profitas de ta prise sur son avant-bras pour l'inciter à t'aider à te lever. Une fois debout, tu te tenais les côtes, tu n'arrivais vraiment pas à stopper ton rire. Et tu ignorais combien de temps tu étais restée ainsi, quelques minutes, pas plus, avant de souffler en t'essuyant une larme que tu avais au coin de l’œil.

"Je vais lui demander de quoi me changer... Et me doucher aussi..." parvins-tu à articuler alors que tu te dirigeais vers la porte.

Tu jetas un dernier coup d'oeil à Mephisto, un sourire malicieux et joueur accrocher aux lèvres avant de quitter la pièce. Tu trottinas gentiment pour essayer de retrouver Elena, elle te devait un service. Tu arrivas finalement dans un grand salon, où les trois médicomages étaient en train de discuter. Un trop grand sourire toujours affiché sur les lèvres, tu t'adressas à Elena, lui demandant si elle n'avait pas quelque chose à te prêter, en habit, étant donné que le jeune homme qui s'était occupé de toi n'avait même pas daigné vouloir te prêter du linge propre. Tu avais d'ailleurs fusillé du regard l'intéressé. La médicomage, quant à elle, t'adressa un doux sourire, te disant que tu pouvais directement aller chercher dans ses affaires, maintenant que tu savais où était sa chambre, et que tu jamais tu voulais te laver, il y avait une salle de bain à côté de la chambre dans laquelle tu t'étais reposée. Tu la remercias, avant de filer en direction de sa chambre, et de fouiller dans ses affaires sans retenue. Elle t'avais invité à le faire après tout, tu n'allais certainement pas te priver ! Faisant au plus vite, tu ne voulais pas spécialement lui piquer des sous-vêtements -qui étaient susceptibles de ne pas t'aller d'ailleurs- mais tu trouvas de quoi te faire pétiller les yeux. Il s'agissait d'un body noir aux manches courtes, trop fin pour être porté seul, un body de lingerie, sans pour autant avoir trop de côté transparent. Le dos se fermait à l'aide de lacets, à l'image d'un corset. Tu réussi également à lui piquer un short en jean, qui t'avais semblé beaucoup trop court.

Tu dévalas les escaliers, avant de retourner dans la chambre, prévenant Mephisto que tu allais prendre une douche, que tu n'en aurais pas pour longtemps. Tu t'étais introduite dans la salle de bain, oubliant d'en fermer la porte, alors que tu posais les vêtements propres d'un côté, et que tu quittais les tiens pour les poser ailleurs. Tu allumas l'eau de la douche, pour te glisser dessous, dans un soupire de contentement. Bon sang, ce que ça faisait du bien ! Mais tu n'en profitas pas, te savonnant rapidement, et le corps et les cheveux, tu t'attardas d'ailleurs sur la fine cicatrice qui enroulait ta taille. Tu admirerais toujours les médicomages pour leur travail, et leur efficacité. Finissant de te rincer, tu attrapas une serviette pour te sécher. Tes cheveux trempés gouttaient, et tu n'avais pas spécialement de solution à ce problème, à part emprunter une autre serviette. Mais tu te résignas, il faisait tellement chaud qu'ils aillaient bien sécher tout seul, non ? Tu glissas finalement dans le body, qui était aussi habillé que sexy, venant te couvrir la poitrine et le ventre, alors que le reste était fait de dentelle, y compris le dos. Souriant, tu finis par enfiler le short en jean foncé. Te regardant dans le miroir, tu te dis qu'elle allait certainement péter un plomb, la belle Elena. Bah, elle avait qu'à te donner des trucs, plutôt que de te laisser le choix. Tu ébouriffas légèrement tes cheveux trempés, ramassant tes affaires alors que tu t'apprêtais à quitter la salle de bain. Ouvrant la porte, tu te stoppas, souriante, voyant ton ténébreux dans l'encadrement de la porte, manifestement prêt à toquer.

"Tiens, salut." souris-tu, venant lui embrasser la joue, sur la pointe des pieds, avant de le dépasser pour regagner la chambre. Il te fallait d'autres chaussures que celles de randonnée. Cela n'allait pas du tout aller avec ta tenue, surtout pour sortir...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Sam 14 Jan - 1:56
Mephisto L. Blackcrow
La belle Elena avait voulu jouer avec lui, et elle avait perdu de manière magistrale. Mephisto n'était pas un homme qui se laissait facilement impressionné et encore moins que l'on pouvait manoeuvrer à sa guise. La médicomage l'avait appris à ses dépends, mais elle s'en remettrait bien vite, c'était certain. Mephisto affichait un sourire bien trop large tandis qu'il plongeait son regard malicieux dans celui de Vitany. La satisfaction qu'il retirait de son petit jeu irradiait ses traits. La jeune femme aggripée à son poignet était secouée d'un fou rire incontrôlable et lui même luttait sans grand succès pour ne pas céder aussi à l'hilarité. Le rire de la jeune femme était contagieux.

« Allons, il n'est pas très courtois de se moquer ainsi de notre bonne hôtesse.. » Susurra-t-il, terriblement amusé, sa voix trahissant les échos de son rire contenu. Il prêchait ironiquement l'inverse de ce qu'il était très précisément ce qu'il était en train de faire. Et le fait qu'il ait été l'acteur principal de la petite humiliation infligée ne faisait que l'amuser davantage, si bien qu'un sourire bien trop malicieux étirait largement ses lèvres fines.

La jeune femme finit par se détacher de lui, annonçant qu'elle allait demander de quoi se changer et de se doucher, avant de se diriger vers la porte et de quitter la chambre. Une fois seul, le ténébreux poussa un soupir de lassitude en détaillant la pièce autour de lui. La brésilienne avait été prévenante en tout cas. Elle avait placée sur un petit meuble les quelques affaires personnelles qui trainait dans ses poches lorsqu'elle l'avait déshabillé, et remplacé toutes ses affaires souillées par des rechanges propres, elle avait même pensé aux chaussures. Il posa les vêtements propres sur le lit après les avoir contemplé un instant, ils feraient l'affaire. Mephisto se sentait encore un peu  groggy, même si la médicomage avait nettoyé le sang sur sa peau, une bonne douche fraiche lui ferait du bien. Il fila à la salle de bain attenante à la chambre pour se laver rapidement. L'eau fraiche qui coulait sur sa peau nue était revigorante et lui faisait un bien fou. Il passa le jet sur son visage et ses cheveux, savourant la sensation de l'eau qui chassait la saleté qui le recouvrait. Il se savonna en vitesse avant de se rincer. Si d'ordinaire, le ténébreux aimait prendre temps de se prélasser dans un bon bain, cela suffirait amplement pour l'heure. Il ressortit moins de 5 minutes plus tard, s'essuyant avec la serviette propre que la médicomage lui avait également laissé à disposition. Il essora ses cheveux dégoulinants avant de retourner dans la chambre pour se vêtir.

Etudiant son reflet dans le miroir mural de la pièce, il observa un instant la fine cicatrice toute neuve de sa cuisse en effleurant du doigt le tracé net de la coupure refermée. Une nouvelle cicatrice qui venait rejoindre les quelques autres qu'il avait reçu par le passé au cours de ses explorations, dont certaines causées par la magie noire ne disparaitraient jamais. Il en avait d'ailleurs une particulièrement originale sur le torse puisque le tissu cicatriciel avait la forme d'un pentagramme, marqué à l'endroit où le maléfice l'avait touché autrefois. Une erreur de jeunesse, il avait manqué de vigilance cette fois là. Il enfila alors le pantalon, noir et plutôt élégant quoiqu'un peu trop moulant à son goût mais il ferait avec. Une fois habillé, il détailla son apparence, les vêtements choisi par Elena lui allaient plutôt bien, quoiqu'un peu serrés. Une chemise grise satinée cousue dans un tissu fin et léger. Il laissa les derniers boutons ouverts dans un look plus décontracté. Ainsi qu'un pantalon noir élégant, un brin trop moulant à son goût mais il ferait avec. Le sorcier était en train d'arranger sa chemise quand Vitany revient dans la chambre, des affaires sous le bras, lui disant qu'elle avait prendre une douche. Le lord acquiesça d'un bref signe de tête en réponse, lui laissant de l'espace et de l'intimité pour qu'elle se prépare tranquillement.

Tandis que l'eau de la douche commençait à couler, il récupéra ses quelques biens personnels, incluant quelques Gallions qui trainaient dans sa poche, les clés de son bureau et de ses appartements et sa baguette magique. Mephisto se décida ensuite à avaler le remontant laissé par Elena sur la table de chevet. Si celui ci avait un goût épouvantable, il savait que son corps en avait besoin pour guérir complètement et évacuer toutes les toxines du venin de son corps. Il enfila ensuite les chaussures avant de terminer d'arranger sa tenue un peu trop ajustée. Comme l'eau s'était arrêtée depuis quelques minutes, il se demanda si l'étudiante avait terminé. Il aurait voulu finir de se sécher les cheveux pour les coiffer à peu près correctement et potentiellement se rincer la bouche pour chasser l'arrière goût atroce de la potion.

Mephisto s'approcha de la porte de salle de bain pour frapper quand la porte s'ouvrit sur Vitany qui venait de finir. Il haussa un sourcil déconcerté lorsque celle ci se hissa sur la pointe des pieds pour l'embrasser sur la joue. Il se demandait ce que pouvait bien signifier ce gage d'affection de sa part ?  Tournant la tête pour la suivre des yeux alors qu'elle regagnait la chambre, il reluqua une seconde son ravissant petit cul beaucoup trop appétissant dans le mini short moulant qu'elle avait enfilé. D'ailleurs, l'ensemble de sa tenue était particulièrement sexy. Etait-ce pour lui, tout ça ? Songea-t-il, amusé. Si ce n'était pas de la provocation, ça. Il secoua doucement sa tête, un sourire amusé sur les lèvres avant de retourner dans la salle de bain pour finir de se préparer.

Le lord se recoiffa aussi bien que possible, arrangeant ses cheveux en arrière comme il en avait l'habitude. Etudiant son propre visage dans le reflet du miroir, il passa une main sur ses joues et sa mâchoire carrée fraichement rasée du matin même. Après s'être bien rincé la bouche, il passa sa langue sur ses dents blanches. Sans doute était-il un brin narcissique, certes, toujours est-il qu'il était très satisfait de sa propre image dans la glace. Estimant qu'il était finalement prêt, il regagna la chambre et chercha sa petite louve des yeux. Décidément, elle était beaucoup trop attirante dans cette tenue. S'approchant de Vitany dans une démarche de séducteur, il vint se placer dans son dos, passant sa tête au dessus de son épaule tandis que ses mains se glissaient de part et d'autre de la taille de l'étudiante.

« Si nous ne partons pas rapidement, je risque de changer d'avis et décider de te garder prisonnière dans cette chambre... » Susurra-t-il à son oreille avec un sourire aguicheur, simplement par envie de la provoquer. Il faut dire que se retrouver seul avec elle dans une chambre avait de quoi lui donner des idées.. Il rit doucement, d'un rire chaud et sensuel, viril avant d'ajouter d'une voix malicieuse. « Je t'attends dehors. » Il se détacha alors de la jeune femme et sortit de la chambre aussitôt, histoire de ne pas de se laisser le temps de changer d'avis justement.

Bien qu'il découvrait la maison, Mephisto n'eut guère de mal à rejoindre la pièce principale où il retrouva Elena qui discutait en portugais avec deux autres types. Charmeur, il alla rapidement les remercier pour leur hospitalité et les soins prodigués avant de se retourner vers la bimbo brésilienne.

« J'espère que vous n'êtes pas froissée suite à la petite méprise de tout à l'heure, ma chère, je m'en voudrais de vous quitter dans de telles conditions. Et puis, j'espère avoir prochainement l'occasion de vous remercier. » Un sourire séduisant, un ton plein de sous-entendu, il n'en fallait guère plus pour relancer le jeu qu'ils s'étaient livrés plus tôt. Il s'amusait à lui laisser entrevoir une ouverture, une possibilité, simplement pour la garder sous le coude au cas où il aurait à nouveau besoin d'elle. Elena lui confia une petite carte du quartier sorcier en lui expliquant brièvement où se rendre et lui indiquant quelques endroits sympa à visiter, comme le Jardin botanique enchanté où l'on trouvait des espèces de plantes exotiques existants nulle part ailleurs, les clubs où des vélanes faisaient des représentations de danses dans des tenues affriolantes pour le plaisir des clients, ou encore les plages paradisiaques dans des criques protégées, inaccessibles aux non-maj's où des sirènes venaient à l'occasion pour se détendre, au milieu de coquillages magiques qui jouaient des mélodies ensorcelantes.  

Après avoir pris congé, le ténébreux attendit quelques instants sur le porche que Vitany le rejoigne pour leur petite sortie et lui adressa un sourire complice en la voyant approcher. En parfait gentleman, il lui offrit son bras.

« Par quoi souhaites-tu commencer, ma petite ? Y a-t-il un endroit particulier ou tu aimerais aller avant qu'on aille boire ce verre ? » Souffla-t-il lui laissant jeter un coup d'oeil à la cartes des quartiers magiques de Rio où se trouvaient toutes les bonnes adresses.


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Dim 15 Jan - 17:22
Vitany Lockwood
Tes affaires sales dans les mains, tu entrepris de vider les poches de ton short. Il était d'ailleurs déchiré par endroits, mais étrangement tu n'avais repérer aucune plaies sur le haut de tes cuisses. Tu avais sans doute été chanceuse. Ce fut lorsque tu posa ton haut sur le lit, que tu poussa un soupire désespéré. Il était en lambeaux, et tu l'imaginais assez facilement irrécupérable. Peut être que Anita, ta grand mère pourrait réussir à faire quelque chose... Même Samedi ne pouvait pas porter un truc pareil. Souriant distraitement, tu en vins à retirer les quelques Gallions que tu avais dans les poches. Tu ne t'étais pas souvenue en avoir pris au moment de partir, sans doute des restes de la dernière fois que tu l'avais mis. C'était un mystère. En les comptant, tu fus soulagée de voir qu'il y en avait pour plus de deux verres. Mais il te fallait des chaussures bon sang ! Tu finis par déposer ton short sur le lit, soupirant légèrement. Tu ne pouvais pas sortir comme ça, avec ces chaussures là, ça dénotait trop avec ta tenue. Mais tu n'avais pas non plus envie de sortir pieds nus. Mais, si ça se trouvait, tu pourrais dégoter une paire pas trop loin et pas trop chère. Tu allais prendre ce risque, par manque de choix.

Sentant des mains se glisser sur ta taille, tu eus un sursaut, t'attendant à avoir mal, mais ça n'avait pas été le cas. Tu penchas alors légèrement la tête sur le côté, un doux sourire malicieux naissant sur tes lèvres. Être prisonnière de cette chambre ne t'était pas une image inconfortable. Tu fis un pas en arrière, venant coller ton corps contre le sien. "Tant que c'est toi mon geôlier..." soufflas-tu, alors qu'il se défaisait déjà de toi. Et à peine eus-tu le temps de te retourner, qu'il quittait déjà la chambre. Tu te mordis la lèvre inférieure, prise de pensées obscènes. Bon sang, ce qu'il pouvait être attirant. Tu secouas doucement la tête, essayant de chasser ces penser, pour pouvoir t'asseoir sur le lit, et chausser tes chaussures sans chaussettes. Déjà, la chaleur environnante t'étouffait. Et même si tu avais l'habitude de l'humidité louisianaise, pourtant ici, tu avais justement l'impression qu'elle te manquait.  

Tu attrapas toutes tes affaires sales, pour les emmener avec toi en direction du salon. Avec une aisance inconsidérée, tu t'approchas du trio, qui discutait tranquillement. Tu t'éclaircis la voix, attirant trois paires d'yeux sur toi, alors que tu affichais un sourire doux et serein. "Où est-ce que je peux vous mettre ça...?" demandas-tu, avec les rictus d'une mine timide. Le jeune homme qui s'était occupé de toi se leva du sofa pour s'approcher de toi, et te prendre ton tas d'habits, te disant qu'il allait s'en occuper. Merveilleux. Tu avais absolument besoin qu'un bel inconnu vienne s'occuper de tes petites culottes. Tu roulas des yeux, toujours souriante, avant de lui demander si vous aviez la possibilité de dormir ici cette nuit, lui expliquant que vous ne trouveriez pas la force pour regagner le Nord des Etats-Unis après la journée que vous aviez passé. Compréhensif, il se tourna vers ses camarades, l'un acquiesça, mais tu ne vis pas Elena répondre, Elena qui s'était réinstallée dans le sofa. Il t'annonça alors qu'il ne voyait aucun problème à ce que vous passiez la nuit ici. Dans un sourire pincé, tu le remercias avant de quitter leur maison une bonne fois pour toute, pour rejoindre Mephisto qui, comme il te l'avait dit, t'attendait dehors.

Tu glissas alors ta main sur le bras qu'il t'offrait, te penchant légèrement sur la carte pour observer les endroits que vous pouviez aller voir, visiter. Et étant donné que la journée était déjà bien entamée, tu ne te doutais pas une seule seconde que la nuit allait tomber rapidement. Vous aviez peut être quelques heures devant vous, une ou deux. Idéal pour aller te cherche une paire de chaussures adéquate, et peut être passer par une parfumerie pour te remaquiller rapidement et te parfumer. Ton ventre se mit à rugir alors. Oui, il n'avait pas fait un simple gargouillis, il avait véritablement rugi. Tu te pinças les lèvres en regardant du coin de l’œil ton mage. Tu n'avais pas mangé de la journée, et avant d'aller boire un verre, il te fallait absolument manger quelque chose. Sinon, tu n'allais pas tenir la soirée. Tu pointas alors un doigt sur la carte, prête à tracer votre itinéraire.

"Je te propose qu'on aille se manger un morceau au café des Ogresses. Ensuite, on aura qu'à remonter la rue, il faudra que je m'arrête ici. Je dois changer de chaussures, tu vois... Puis, on pourra passé dans cette parfumerie, et couper par les Jardins pour rejoindre le Cabaret des Nymphes ? Il n'y en aura pas pour longtemps pour les deux boutiques, je te le promets." finis-tu, dans un sourire charmeur.

Tu le pensais parfaitement comme ce genre d'hommes qui ne supportent pas d'être trainés dans les boutiques par la femme qu'ils accompagnaient. Mais tu n'en avais pas pour longtemps, vraiment. Pour tes chaussures, tu trouverais forcément rapidement une paire d'escarpins noirs. Et quant à la parfumerie, tu voulais seulement mettre un peu de sombre sur tes yeux, lorsque tu n'en avais pas, tu te sentais comme nue. Tu ajoutas par la suite qu'il n'était pas obligé de t'accompagner s'il ne voulait pas. Tu n'en aurais pas pour plus de cinq minutes. Toujours accrochée à son bras, tu posas ta main libre sur ton bras, venant te coller un peu plus contre lui. "On y va ?"

Tu souris un peu plus, alors que tu commençais à l'entraîner avec toi, dans la rue. Et c'était d'ailleurs étrange comme elle pouvait te rappeler quelque chose, cette rue. Elle t'était familière. Peut être que ton père t'y avait emmené un jour, quand tu n'étais encore qu'une gamine. Mais cette sensation de déjà vu te dérangeait un peu. Quoiqu'il en fut, tu l'entraînas avec toi, remonter la rue pour rejoindre le café des Ogresses donc. Tu voulais manger quelque chose de rapide et qui te remplirait bien l'estomac. Mais tu n'avais aucune idée de ce qu'ils pouvaient offrir dans ce genre d'établissement. Et en plus de ça, tu n'avais pas imaginer une autre dépense que des chaussures et un coup à boire. Tant pis. Tu allais marchander. Et s'il le fallait, tu allais triturer l'esprit de la vendeuse si jamais son prix ne t'était pas assez arrangeant. Il fallait bien que tu te débrouilles pour sortir vainqueur de cette soirée, bon sang !

Le trajet fut plus court que tu ne t'y étais attendue. Vous arrivâtes bien vite au café des Ogresses. Tu entraînas Mephisto à l'intérieur, alors que tu le tirais gentiment. C'était un petit café très cosy, et qui semblait garantir un service rapide. Tu glissas alors une main de son bras à sa main, pour le tirer vers l'une des banquettes du café. Il te faisait penser à ces petits cafés américains qu'il y avait un peu partout d'ailleurs. Rapidement assis, on vint vous voir pour que vous passiez commande. Tu demandas un burger, un gros burger, te justifiant comme quoi tu avais une faim de loup, en regardant Mephisto. Il n'était pas dit que tu allais le finir pourtant. Tu penchas la tête sur le côté, détaillant ton sorcier alors que le serveur était parti. Tu te perdis à détailler encore une fois les traits de son visage, les lignes de sa gorge, jusqu'à la peau qu'il avait laissé dénudée en gardant sa chemise légèrement ouverte. Revenant sur ses yeux tu souris, avant d'appuyer ta tête contre la paume de ta main.

"Tu ne vas pas avoir chaud comme ça ? Si Elena a bien choisi tes vêtements, c'était pour la faire baver un peu plus... Ils sont inappropriés pour des touristes américains, qui sont venus se perdre en Amérique Latine. " ris-tu doucement.

Oui, Elena avait bien choisi la tenue de ton professeur, ça tu ne pouvais pas le nier. Mais, tu le sentais comme serré, et par une chaleur pareille, tu trouvais ça fortement dommage, tu te doutais qu'il n'allait peut être pas être bien à son aise. Mais tu te faisais aussi peut être des idées. Tu te redressas une fois que les plats revinrent. Que ton burger arriva. Tu salivas instantanément, avant de regarder Mephisto, en lui souriant, encore et toujours. "Bon appétit." lâchas-tu dans un français parfait.

A table.
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Lun 16 Jan - 22:35
Mephisto L. Blackcrow
La sortie en perspective s'annonçait des plus agréables et Mephisto en était enchanté. Le simple fait de passer une soirée loin de la grisaille d'Ilvermorny était en soit une idée réjouissante, et Rio de Janeiro en particulier constituait une destination de choix. Il avait bien envie de visiter un peu la ville, surtout escorté d'une aussi plaisante compagne. Cette occasion de passer du temps avec Vitany dans un cadre bien différent de cette foutue école de magie le ravissait. D'ailleurs son étudiante paraissait elle aussi plutôt se complaire en sa présence. A vrai dire, le sorcier trouvait de plus en plus difficile de résister à son attirance pour la jeune femme, mais pour l'heure, il préférait ne pas y penser et simplement profiter de ces instants partagés. D'ailleurs, leur petite escapade dans la jungle et sans doute le fait d'avoir frôlé la mort, semblait les avoir encore rapproché davantage. Leur complicité s'en trouvait renforcée, plus intime et cela était tout aussi grisant qu'inapproprié.  

Alors que la demoiselle s'accrochait à son bras, le ventre de celle ci semblait pousser un véritable cri de famine tant il gargouilla bruyamment. Un sourire un peu amusé étira les lèvres du lord qui baissa le regard en direction de sa petite louve lui jeter un coup d'oeil furtif. Se penchant doucement vers elle, il lui susurra tendrement:

« Je manque vraiment à tous mes devoirs. Voilà qu'après t'avoir trainé dans ce temple maudit, je te laisse mourir de faim.. »

Après avoir jeté un bref coup d'oeil au parcours que suggérait la jeune femme, l'enseignant se contenta d’acquiescer d'un signe de tête silencieux. L'itinéraire ne l'intéressait que peu en vérité, la présence de Vitany à ses côtés suffisait à son plaisir. Alors, certes, il était quelque peu dubitatif concernant son désir de s'arrêter dans deux boutiques. Encore, pour ce qui était des chaussures, il pouvait comprendre, mais il se demandait bien ce qu'elle pouvait vouloir aller foutre dans une parfumerie ? Quoi, fallait-il qu'elle achète d'urgence un nouveau parfum ? Si ce n'était qu'une histoire de coquetterie, elle aurait pu simplement emprunter des produits à Elena, non ? Et puis d'ailleurs, elle lui plaisait bien assez comme elle était au naturel, sans fioriture. Il se garda bien du moindre commentaire cela dit. Mephisto avait beau compter un nombre effrayant de maîtresses à son actif, sur bien des aspects il était certain qu'il ne comprendrait jamais les femmes. Parfois il ne fallait tout simplement pas chercher la moindre logique à leur raisonnement.

Le ténébreux escorta la demoiselle le long du chemin qui menait jusqu'au restaurant que cette dernière avait choisi. Le café des Ogresses. Pour être honnête, l'enseigne n'inspirait pas plus que cela le professeur de Sciences Occultes. Seul, il n'y aurait sans doute jamais mis les pieds, ne trouvant pas, à première vue, l'établissement suffisamment raffiné pour son bon goût d'aristocrate. Toutefois, si manger là pouvait faire plaisir à Vitany il était prêt à laisser une chance au café. Peut être la nourriture y était-elle par ailleurs très bonne. Il se laissa entrainer par sa petite louve jusqu'à une banquette dans un recoin tranquille qui avait le mérite de leur offrir au moins un semblant d'intimité.

Mephisto étudia la carte un instant avant de décider de tester une spécialité locale au nom bizarroïde à base de fruits de mer, crevettes, lait de coco, gingembre et d'épices divers. En reportant son attention sur sa belle étudiante, il s’aperçut qu'elle l'observait, le détaillait même pour être exact. Cela l'amusa. Il aimait savoir qu'elle le trouvait attirant, qu'elle le désirait, autant que lui même brûlait d'envie de la mettre dans son lit. Il lui adressa un sourire charmeur tout en la fixant à son tour. Il contempla un instant le brun profond de ses prunelles pétillant de malice avant d'admirer les traits harmonieux de son visage, s'attardant sur l'ourlet délicat de ses lèvres qui le tentaient. La remarque que la jeune femme fit alors lui arracha un léger rire. Le franc parler de Vitany l'amusait.

« Et bien... Il est vrai que la coupe est assez près du corps, mais au moins le tissu est suffisamment léger pour que ce ne soit pas trop inconfortable. »  

S'il se sentait un peu étriqué dans le pantalon, la chemise en soie lui convenait très bien. Certes, il aurait pu décider d'aller s'acheter quelque chose de plus décontracté pour se vêtir, mais il avait tendance à se montrer assez pointilleux sur les vêtements qu'il s'offrait. Il détestait les matières trop grossières ou rugueuses et était particulièrement exigeant avec le rendu de la coupe, ainsi que la manière dont le vêtement tombait sur lui. Or, il n'avait pas spécialement envie dans l'immédiat d'aller courir les boutiques et il n'avait pas Stinky avec lui pour porter les paquets. Parce que bien sur il n'était pas question qu'il aille se trimballe un sac.

Leurs plats arrivèrent et ils commencèrent à manger. Le burger de la jeune femme était simplement énorme et il était curieux de savoir si elle réussirait à tout avaler. Son plat aussi était copieux et le cuisiner n'avait pas lésiné sur les épices. C'était un peu fort, mais globalement très bon. Mephisto s'amusait à regarder sa petite louve manger avec appétit, quoi que «dévorer» aurait été plus exact.

« Mais dis moi, je croyais que tu aimais prendre des risques, et voilà que tu te contentes d'un bon vieux burger à l'Américaine. Où est donc passé ton esprit d'aventure, ma belle ?» La charria-t-il affectueusement en souriant d'un air rusé.

Leurs assiettes se vidèrent en un rien de temps, chacun s'attelant à se remplir le ventre. Il faut dire qu'ils n'avaient rien mangé de la journée depuis ce matin et que mine de rien partir en exploration en pleine Amazonie, et risquer d'y rester ça creuse.

« Tu prendras un dessert ? » Avait demandé Mephisto à son étudiante alors qu'ils terminaient leur plats avant d'ajouter un « Je t'invite.» sur un ton qui ne souffrait aucune réplique.

Il prit pour sa part un espèce de flan au coco qui avait l'air particulièrement savoureux histoire de continuer à tester la cuisine locale puis donna 5 Gallions au serveur pour payer l'addition, ce qui était tout à fait raisonnable, lui faisant grâce de quelques Mornilles en guise de pourboire.

Au moment de quitter le restaurant, le ténébreux alla tenir la porte à la jeune femme, fidèle à ses manières de gentleman anglais, laissant celle ci le précéder dans la rue avant qu'il ne la rejoigne. Un sourire aguicheur sur les lèvres, il s'amusa alors à adopter une voix délibérément guindée pour déclarer.

« Maintenant que vous êtes rassasiée, je suppose qu'il est temps d'aller chercher vos souliers, milady. » Il esquissa alors un simili de révérence pour le côté théâtral et lui offrit une nouvelle fois son bras pour l'escorter jusqu'à la boutique. En marchant, il finit par glisser son bras dans le creux de ses reins de façon à la tenir plus proche de lui pendant qu'ils déambulaient dans les ruelles animées. Des tas de petits marchands présentaient leur étalage chargés de toutes sortes de marchandises exotiques et de bibelots dont la plupart n'étaient que de vulgaires pièges à touristes. Un misérable brocanteur eut même le culot de lui foutre sous le nez une ridicule breloque en bois  en osant prétendre qu'il s'agissait d'une amulette qui attirait la chance qui protégeait des maléfices. Si son regard avait pu tuer, l'imbécile en aurait été foudroyé sur place. Etrangement, l'escroc se garda bien d'insister et alla plutôt se rabattre sur un autre groupe de touristes naïfs qui semblaient très intéressés. « Quel dommage que nous n'ayons pas amené la statuette maya, j'aurais beaucoup aimé tester l'efficacité de son colifichet..» susurra-t-il à l'oreille de son étudiante d'un air machiavélique.

La petite boutique de chaussures apparut finalement devant eux alors qu'ils tournaient à l'angle de la ruelle suivante. La perspective de poireauter pendant que sa petite louve s'efforçait de dénicher un modèle qui lui plaisait ne l'emballait pas plus que ça. Comme il observait les environs dans l'espoir de trouver de quoi s'occuper, son regard se porta sur la vitrine d'une boutique de lingerie sexy qui présentait un ensemble soutien-gorge, string et porte jarretelle en dentelle rouge outrageusement provocant. Un trop large sourire grivois vint alors étirer les traits du sorcier qui se pencha vers Vitany pour murmurer d'un ton enjôleur:

« Tu es sure que tu ne préfèrerais pas essayer de la lingerie ? Regarde, c'est joli ça...»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Jeu 19 Jan - 18:17
Vitany Lockwood
Le burger qui était posé devant toi était tout simplement énorme. Et à cet instant, tu n'avais qu'une idée en tête, l'engloutir. Tu n'allais même pas chercher à le déguster, non, tu avais beaucoup trop faim pour ça. Alors, tu avais abandonné l'idée de te servir de tes couverts très vite. Tu allais manger avec les doigts, et c'était tant pis pour les règles de bienséance en communauté. Bon sang ce que tu avais faim ! Si faim, que tu te disais que bientôt, chaque être humain serait, à tes yeux, des énormes steak bien saignant sur pattes. Du avais vraiment la dalle. Tu pris une bouchée de la chose, trop grosse. Et lorsque tu sentis la nourriture descendre dans ton gosier, tu ne pus t'empêcher de pousser une gémissement de plaisir. Tu allais te remplir la panse, bien comme il fallait. Le burger te sembla disparaître bien vite d'ailleurs. A la remarque de Mephisto, Tu ris doucement, posant le burger pour venir mettre ta main devant ta bouche. Tu déglutis calmement avant de lever un doigt en l'air te redressant et portant ta tête haute.

" Comme le dirait Anita, si tu veux te remplir la panse efficacement dans un endroit inconnu, fies toi à un bon gros steak et ça devrait aller. " ris-tu, reprenant une bouchée de ton repas.

Les assiettes se vidèrent plutôt rapidement. Vous aviez tous les deux faim en fait. Tu acceptas en souriant lorsqu'il te proposas de prendre un dessert, tu avais opté pour un thé glacé. De quoi te désaltérer après ce que tu venais d'engloutir. Car, à cet instant, tu te serais sentie comme le loup auquel les chevreaux ont rempli l'estomac de pierres, afin qu'il coule dans le ruisseau. Tu te serais sentie incapable de nager d'ailleurs, c'en était certain. Et alors que tu t'affalais dans la banquette, une main sur le ventre, tu soupiras d'aise. Pour le coup, tu étais rassasiée. Tu n'allais plus pouvoir rien avaler avant un moment. D'habitude, tu avais un appétit d'oiseau, mais tu n'étais jamais contre un bon gros repas une fois de temps en temps. Et ça ne t'étais pas arrivée depuis les vacances de Noël, lorsque vous l'aviez fêter chez la famille Lynch. Vous étiez resté quelques minutes de plus, histoire que la digestion commence à faire effet. En réalité, tu avais bien peur d'avoir une énorme ventre après ce que tu avais mangé ! Mais, tu étais faite de telle sorte que, quoi que tu avale, tu ne pouvais pas prendre un pet de graisse. Tu faisais beaucoup de dépense à côté. L'adrénaline et autres était un de tes moyens préféré pour te faire fondre... Quoi qu'il en fut, tu suivis ton sorcier, le remerciant lorsqu'il te teint la porte.

"En effet ! De nouveaux souliers tous neufs, je ne puis d'avantage déambuler avec ces guenilles. " lui répondis-tu, balançant tes cheveux en arrière d'un geste de la main, dans un air des plus hautain.  

Tu t'accrochas enfin à son bras, comme il te le présentait. Tu n'allais pas refuser cette offre. Et cela te permettait d'être plus proche de lui, pendant un moment. Tu appréciais réellement ce moment en sa compagnie. Il t'en avais fait voir de toutes les couleurs aujourd'hui. Tu étais passée par la colère, de lui devoir obéissance, parce que tu n'avais jamais été capable de recevoir des ordres. Les ordres, tu les donnais chez toi, tu n'en recevais pas. Et tu n'étais pas spécialement ouverte à ce que cela change. Tu prenais évidemment sur toi pour ta scolarité, car tu y étais contrainte. Mais pour ce qui était en dehors, tu étais assez intelligente et suicidaire pour arriver à te sortir de n'importe quelles situations. Ensuite, tu avais eu peur, peur qu'il se soit fait mal, qu'il eut été blessé, ce qui avait été le cas. La colère était revenue, avant que l'une horreur se passait sous tes yeux. Il t'avait terrifiée. L'avoir vu frôlé la mort, que toi aussi tu l'avais frôlée, tu te disais que forcément, ça n'allait peut être pas vous laisser indemne. Au niveau des vos émotions. Enfin, pour toi en tout cas, tu avais sans doute réalisé qu'il faisait parti des rares personnes que tu te refusais à perdre. A moins que ce fut des pensées sous le coup de la peur et de l'adrénaline ?

Et alors que tes yeux étaient perdus dans le vague coloré de la rue que vous arpentiez, le bras de ton sorcier glissa jusqu'au creux de tes reins. Tu lui avais jeté une doux regard assez furtif avant de le reporter sur les différents étalages de l'étrange marché quasiment nocturne. La nuit n'était pas encore tombée, mais tu sentais que ça n'allait pas tardé. Rien qu'à sentir l'air, il te semblait bien moins étouffant que lorsque vous étiez rentré dans le café. Tu avais fait un pas sur le côté lorsqu'un marchand vous sauta dessus, il t'avait surprise, mais il se ravisa presque aussitôt après avoir rencontré les yeux de ton mage. "Dis... tu m'attendras pour l'étudier ? Je vais pas te laisser faire tout seul. On sait jamais, peut être qu'un matin on se retrouvera avec une belle statue du Professeur Blackcrow au milieu de la salle de classe..." avais-tu demandé, avant de rire doucement. L'insinuation qu'il pouvait se faire foudroyer par le regard de Méduse en voulant étudier l'objet te faisait bien rire. Tu savais la chose impossible, mais avec le temps tu avais fini par t'attendre à tout.

Enfin arrivés devant la boutiques de chaussures, tu te mis sur la pointe de pieds pour tenter de voir ce qu'il se passait à l'intérieur. Tu savais ce que tu voulais. Et il y avait tellement de bimbos au Brésil, qu'il ne te sera pas compliqué de trouver ce que tu cherchais. Tu arquas un sourcil quant à la proposition de Mephisto, te retournant doucement pour voir ce qu'il te montrait. Un ravissant ensemble rouge. Tu souris. Il savait que tu portais le rouge avec indécence, alors forcément, tu comprenais qu'il soit tenté par ce genre d'essayage. Pourtant, affichant une mine complètement détachée, tu avanças vers la boutique de chaussure, avant de te retourner sur lui, un sourire beaucoup trop malicieux et joueur affiché sur les lèvres.

" Eh bien... Vas me l'acheter au lieu de fantasmer dessus. Étant donné que tu connais mes mensurations, ça ne devrais pas trop être difficile. Sache pourtant que je préfère les tanguas aux string. Ça fait de bien plus jolies fesses." lui annonças-tu sur un ton provocateur et charmeur.

Tu lui fis signe du doigt pour qu'il vienne avec toi avant de l'attraper avec toi dans la boutique. Tu jetas un oeil rapide aux différentes chaussures exposées avant de tomber sur une paire d'escarpins noirs, avec une semelle en cuire et l'extérieur en simili daim. Tu attrapas rapidement ta pointure avant de quitter tes propres chaussures dans un soupire de satisfaction. Tes pieds respiraient enfin. Puis bon, les chaussure de montagne moutarde avec ton ensemble sexy noir, c'était pas que ça ne s'accordait pas mais... Cela ne s'accordait pas du tout. Tu glissas alors tes deux pieds dans les nouvelles chaussures. Leur talon devaient mesurer quelque chose comme huit centimètres, de quoi ne pas te faire mal au pieds, et surtout te rattraper au niveau de ta taille. Tu jetas un oeil dans un miroir mis à disposition, elles étaient confortables. Puis tu vis l'état de tes jambes. "Vertigineuses..." souris-tu pour toi même. Tu te retournas alors vers Mephisto, le poing appuyé sur la hanche, le regardant d'un air joueur, lui demandant son avis sans vraiment ouvrir la bouche. Oh et puis, de toute façon, c'était le genre de chaussures que tu pouvais remettre sans hésitation. Tu finis par hausser les épaules et te diriger vers la caisse avec les chaussures au pieds et tes anciennes chaussures et la boite dans les mains. Tu déposas tes chaussures ainsi que la boîte sur le comptoir, faisant ainsi comprendre que tu voulais un prix. D'humeur marchande, et sans trop avoir insisté, tu t'en sortis pour pas trop cher avant de rejoindre ton beau ténébreux et sortir de la boutique à son bras.

Tu jetas une dernier coup d'oeil à la boutique de lingerie d'en face. Ne pouvant t'empêcher de sourire. Pourtant, tu l'invitas à passer votre chemin, pour rejoindre la petite parfumerie que tu avais repérée, que si trouvais à une boutique de celle de chaussures. Tu le lâchas délicatement avant de te retourner vers lui, dans un sourire navrée. "Je comprend que tu ne veuilles pas m'accompagner là dedans... J'en ai pas pour longtemps, je reviens vite, promis !"

Tu le quittas alors, entrant dans cette boutique qui failli te faire tourner la tête. Les odeurs y étaient trop nombreuses. Mais tu n'en avais pas pour longtemps. Tu avais en tête de te remaquiller rapidement, peut être te parfumer, avant de repartir. Tu longeas l'étalage qui présentait les parfums féminins, avant de t'arrêter brusquement devant un flacon qui ne t'étais pas inconnu. Tu pris le flacon entre tes doigts. Il n'avait rien de spectaculaire, mais tu savais ce qu'il renfermait. Une vendeuse vint près de toi, pour te parler de la chose. Elle sembla surprise que tu te sois arrêtée dessus, que c'était quelque chose qu'elles ne conseillaient pas aux clientes. Et pourtant, elles avaient bien tord. Une fois que tu lui avait annoncé que tu n'avais besoin de rien, tu ouvris la flasque, venant positionner ton nez par dessus. Tu y inspiras une trop grande bouffée. Tes yeux papillonnèrent, ton ventre vibra, c'était comme une caresse sensuelle qui glissait sur tout ton corps. Tu connaissais la fragrance originale, similaire à un filtre d'amour, elle était capable de vous faire sentir l'odeur qui vous plaisait le plus. Te mordant la lèvre, tu parvins à capter une goutte de l'essence pour la déposer dans le creux de ta gorge. Un autre frisson te parcouru l'échine, alors qu'il te semblait que le temps s'était ralenti.

Tu reposas la fiole sur l'étalage. Tu semblais complètement ailleurs, comme droguée. Tu glissas une main dans te cheveux, avant de sortir de la boutique. Et alors que tu t'attendais à retrouver Mephisto dehors, tu fus bien triste de te retrouver toute seule. Tu fus comme perdue un instant. Tu décidas finalement de t'appuyer contre le mur qui était à côté de la vitrine de la parfumerie. Le parfum t'avait complètement retourné le cerveau. Et pas qu'à toi visiblement. Le visage se tournaient vers toi lorsqu'ils passaient devant toi. Ceci t'arracha d'ailleurs un sourire en coin. Au fond de toi, tu avais peut être peur que ce Cabaret des Nymphes soient le repère à Vélanes. Et tu devais avouer que cela te dérangerait si son attention n'était pas sur toi ce soir...

Tu glissas tes doigts dans tes cheveux, les démêlant à l'occasion. Finalement, tu étais ressortie de cette parfumerie sans maquillage. Tu n'en avais plus eu l'envie. Et alors que les regards sur toi se faisaient un peu plus insistant, tu serras les dents, le cherchant des yeux parmi la foule.

"Bon sang, mais qu'est-ce que tu fous..." soufflas-tu.    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Dim 22 Jan - 2:06
Mephisto L. Blackcrow
L'image de lui même pétrifié à jamais dans la pierre fit grimacer légèrement le ténébreux enseignant  qui trouvait cette perspective aussi déplaisante qu'insultante. Non pas qu'il existait des morts non déplaisantes, mais tout de même. Lui, se faire avoir de la sorte d'une manière aussi grotesque ?  Jamais de la vie. En revanche, l'idée d'attendre Vitany pour étudier l'objet était tout à fait possible, après tout, elle avait participé à sa découverte donc on pouvait considérer qu'elle en avait gagné le droit. Considérant la jeune femme un instant, Mephisto savait qu'il ne pourrait pas le lui refuser, toutefois il fallait aussi qu'elle arrive à s'assagir et à se montrer moins téméraire. En toute honnêteté, il avait encore un peu en travers le coup qu'elle lui avait fait dans le temple lorsqu'elle avait sauté au beau milieu des acromentules.

« Nous verrons cela. » Répondit-il après un moment. Sa voix était ferme mais non dénuée de douceur: « Mais si tu veux que je puisse te faire confiance, tu vas devoir apprendre à m'écouter, ma petite. » Il s'était arrêté de marcher un instant pour mieux regarder la jeune femme en face tandis qu'il venait cueillir délicatement son visage dans la paume de sa main. Ses yeux sombres fixant les siens, il poursuivit: « Je ne te demande pas de m'obéir aveuglément, mais simplement de ne pas en faire qu'à ta tête. Fie-toi à moi et à mon expérience. » Le sorcier espérait sincèrement que la jeune femme prendrait ses propos en considération et qu'elle apprendrait, avec le temps, à se reposer davantage sur lui. Sa jeunesse et son impulsivité pouvait lui faire commettre de dangereuses erreurs surtout si elle persistait à le suivre en plongeant toujours plus profondément à la découverte des secrets les plus obscurs des Sciences Occultes.  

Alors qu'ils étaient arrivés à la boutique de chaussures, Mephisto s'amusa de la réaction de la jeune femme à sa proposition indécente. Vitany ne manquait pas d'audace, lui rétorquant carrément d'aller lui offrir l'ensemble de lingerie au lieu de fantasmer dessus. Le Lord éclata de rire. Un sourire fourbe se dessina sur les lèvres fines du ténébreux alors qu'il songeait que la délicieuse demoiselle qui l'accompagnait prendrait probablement peur si elle connaissait ne serait-ce qu'un aperçu des fantasmes obscènes qu'il pouvait avoir. Ses iris s'assombrirent en échos à ses pensées malsaines alors qu'il se penchait vers son étudiante.

« Mes fantasmes sont loin d'être aussi innocents... » Susurra-t-il, la voix enjôleuse. « Mais je note l'information. »

Non, il n'irait pas lui acheter cet ensemble, ni un autre, pas aujourd'hui et ce simplement par principe. Mephisto n'était pas et ne serait jamais un laquais à qui l'on pouvait donner des ordres. Or la formulation toute malicieuse qu'elle soit recelait une intonation bien trop impérative à son goût. Il n'était pas un homme que l'on pouvait manoeuvrer à sa guise. Il se laissa malgré tout entrainer dans le magasin de chaussures sans grande conviction. Le lord jeta un coup d'oeil vaguement blasé aux différents modèles exposés car, étant un anticonformiste avéré, la mode l'ennuyait au plus haut point. Prenant sur lui, il observa distraitement l'essayage de sa petite louve. Il est vrai que les escarpins mettaient en valeur ses jolies gambettes, ça lui allait bien mais l'enseignant n'était pas non plus un fétichiste. Heureusement, Vitany ne mit pas longtemps pour se décider et paya rapidement après avoir réussi à obtenir une petite ristourne. Incorrigible.

Accrochée à son bras, la jeune femme le guida alors jusqu'à la parfumerie qu'elle avait repéré. Au moins, elle n'insista pas pour qu'il l'accompagne, ce qui l'arrangeait. Oh Mephisto pouvait se montrer coquet à l'occasion mais pour l'heure il n'avait aucune envie de s'attarder dans cette boutique où régnait trop d'effluves de parfums entêtantes. Il laissa donc Vitany entrer seule, se contentant pour sa part de trainer dans la ruelle en jetant un coup d'oeil alentour. Le jardin botanique se trouvait à deux pas et il était curieux à l'idée d'aller y faire un tour. Il était réputé pour sa beauté autant que son immensité, et connu pour abriter toutes les plantes magiques les plus rares existant. A son entrée, une boutique proposait d'ailleurs un grand nombre d'espèces végétales de toutes sortes. Le Lord se demandait s'il pourrait y trouver une variété très particulière de rosiers aux pouvoirs particulier très peu connu du grand public. Cela valait le coup d'essayer.

Jetant un dernier coup d'oeil à la parfumerie, il s'éloigna rapidement en direction du fleuriste, à la recherche de sa fleur très spéciale. Cela lui prit un peu plus de temps que prévu car dans l'idéal il aurait voulu être revenu avant que son étudiante ne sorte de la boutique, mais c'était sans compter sur la fleuriste un peu trop collante qui s'évertuait à lui proposer tout un tas de fleurs certainement ravissantes mais qui s'avaient rien à voir avec celle bien spécifique qui l'intéressait. Néanmoins, et non sans satisfaction, il finit par trouver ce qu'il était venu cherchait. En revenant vers la parfumerie, il aperçut Vitany en train d'attendre contre la devanture du magasin et se hâta de la revenir à sa hauteur, se faufilant entre les passants.

« Je suis là, navré pour l'attente. J'espère que ceci m'aidera à me faire pardonner...» Un doux sourire en coin, il présenta alors à la belle animagus une superbe rose d'un pourpre profond, sanglant qui dégageait une aura particulière.  « Bien que je ne sois pas un passionné de botanique, j'ai toujours eu un faible pour cette fleur. » Expliqua-t-il, charmeur. « Il s'agit d'une variété de roses très spéciales dites 'Magie Noire'. Son essence possède le pouvoir unique d'attiser les passions et les désirs les plus sombres. On l'utilise parfois dans certains rituels un peu particuliers...» Il demeura évasif mais Vitany devinerait peut être ce à quoi il faisait référence. Des rituels de magie érotique, une branche largement méconnue dont la pratique était bien souvent jugée tabou et interdite.

« J'ai pensé qu'elle te plairait, j'espère ne pas...»Comme il s'était penché pour offrir la rose à Vitany, le délicat parfum de celle ci vint envoûter ses narines, le stoppant net dans son mouvement. La fragrance, oh combien délicieuse, l’enivrait, lui faisant presque tourner la tête au point que pendant plusieurs secondes il ne put détacher son regard d'elle et en perdit le fil de ses propos. Il la regarda intensément plusieurs secondes, les yeux assombris de désir. Il dut se faire violence pour rester maitre de lui même et ne pas aller la plaquer contre le mur pour l'embrasser fiévreusement. Au prix d'un effort de volonté pour se ressaisir, il réussit tant bien que mal à reprendre suffisamment de contenance pour terminer sa phrase. «...m'être trompé...»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Mar 24 Jan - 22:50
Vitany Lockwood
La fragrance que tu avais déposé dans ton cou t'étais enivrante. Tu étais déconcentrée. Tu ne te souvenais plus qu'elle faisait ce genre d'effet. En même temps, la première fois que tu l'avais essayé, c'était il y a longtemps, si bien que l'odeur n'avait été qu'un lointain souvenir. La première fois que tu avais rencontré ce parfum, c'était grâce à un vieil homme, un genre de marchand itinérant qui avait fait escale jusque dans ta Nouvelle Orléans. Il était bien étrange d'ailleurs, mais ton père semblait vouloir quelque chose de lui. Tu ne te souviens plus ce qu'il lui avait demandé, mais tu te souviendrais toujours du flacon que le vieillard t'avait tendu, te faisait sentir cette odeur si envoutante. Suite à sa visite, tu avais fouillé dans toutes les parfumeries qu'il t'avait été donné de voir, mais impossible de le retrouver. Comme quoi, c'est lorsqu'on ne chercher plus un bien qu'il finit par vous tomber dessus.

Tu relevas la tête dans un soupire. Mephisto tardant à revenir cela te permettait de penser à ce qu'il t'avait dit plus tôt. A propos de la confiance qu'il pouvait t'accorder. Si ses mots t'étaient apparus comme une remontrance paternelle, tu devais admettre qu'il avait certainement raison. De part son âge, et donc son expérience, il était plus à même d'agir correctement, et ce dans n'importe quelles circonstances. Alors, en y repensant, tu devais bien avouer que ce que tu avais fait au temple était tout à fait inconsidéré. Autant par moment tu pouvais prendre le temps de réfléchir aux différentes possibilités, au différentes portes de sorties qui pouvaient s'offrir à toi, autant parfois tu avais besoin de faire quelque chose de stupide pour que les idées viennent. Tu secouas la tête, il avait raison. Tu avais failli y passer.

Tu plissas les yeux, alors qu'un homme s'approchait dangereusement de toi. L'air qu'il avait sur son visage était tout à fait effrayant. Et lorsque la voix de Mephisto retentit, tu fus soulagée de voir que l'homme s'était rapidement ravisé. Tu le regardas alors approché, un air aussi surpris qu'interrogateur sur le visage. Etait-il réellement revenu avec un fleur dans les mains ? Tu arquas un sourcil alors que tes yeux naviguaient entre les yeux de ton ténébreux et la rose. Tu te pinças alors les lèvres alors qu'il te tendait la fleur, tu étais bloquée entre deux type de sensation, d'envie. Non seulement tu avais terriblement envie de lui rire au nez, pensant que ce qu'il venait de faire était ridicule, il t'avait fait attendre pour une modique fleur ! Mais d'un autre côté, tu trouvait ce geste terriblement charmant et séduisant. Tu pris donc la rose du bout des doigts, alors qu'il semblait essayer de finir sa phrase. Tu tendis ton oreille vers lui, un sourire à la fois doux et moqueur accroché à tes lèvres. Tu te mordis finalement la lèvre inférieure, absolument satisfaite de l'effet que la fragrance lui avait faite.

Tu portas ta rose à tes narines, afin d'en renifler doucement le parfum. Après ce que tu venais de sentir, tu trouvais qu'elle manquait de saveur. Mais, un autre jour, tu étais certaine qu'elle te dévoilerait quelque chose de fabuleux. Tu levas les yeux sur ton professeur en souriant, avant de venir t'accrocher à son bras et l'entraîner avec toi, pour continuer votre route. Le club n'allait pas venir à vous. "Une rose, hein...? " Tu ne supportais pas les roses pour ces côtés là, romantique et complètement gnian-gnian. C'était le genre de fleur que les hommes apportaient pour se faire pardonner de quelque chose. Mais tu devais te résoudre à apprécier le geste. Il t'avait touché, et tu étais réellement déçue de comprendre que tu étais comme toutes ces femmes. Facile à amadouer avec une fleur. Pourtant, tu devais bien avouer qu'elle était vraiment spectaculaire. Tu n'avais jamais vu rose pareille. Son volume, sa couleur si intense. Tu glissas distraitement sur les pétales, les effleurant par la même occasion. Et alors qu'un sourire en coin se dessinait sur ton visage, tu le tournas vers Mephisto, sensiblement fière de ce que tu allais lui demander.

"Tu... Tu as déjà essayé ce genre de rituel ? Ceux dont tu m'as parlé, avec la rose. " souris-tu, curieuse de savoir ce qu'il en était.

Oui, tu étais curieuse. Tu voulais tout connaître de lui. Car, pour le moment, tu ne savais pas grand chose. Il possédait des terres en Angleterre, d'où son titre, il est doublement veuf et il est collectionneur. Autant de reliques porteuses de sortilège, que de femmes. Mais tu voulais savoir plus de choses à son propos. Ton visage se baissa à nouveau sur la route que vous suiviez, avant que tu ne te serre davantage contre lui. A vrai dire, tu ne savais plus bien où tu allais, et malgré ton sens de l'orientation assez aiguisé, l'odeur du parfum t'avait chamboulé les méninges. Et pour tout avouer, tu étais plus concentrée sur le fait de ne pas te séparer de ton homme plutôt que sur la route. Pourtant, tu ralentis le pas en voyant que la luminosité baissait petit à petit. Tu relevas la tête finissant par t'arrêter. Tu avais toujours aimé les couchés de soleil. Pour toi, ils étaient souvent synonymes de commencement d'ailleurs, surtout lorsque tu étais chez toi.

Tu relevas la tête vers Mephisto, venant lui déposer un doux baiser sur la joue avant de recommencer à avancer, ayant lâcher son bras cette fois-ci. Tu lui jetas un dernier coup d'oeil avant de sourire. "Bon, on va se le boire ce verre ? " fis-tu en te retournant finalement vers lui. "Par contre, je ne sais pas du tout où on est..." finis-tu par lâcher dans un soupire navré. Ramenant la rose à ton nez, tu cachas un sourire malicieux. Tu avais hâte d'aller boire ce verre, de voir comment la soirée allait se terminer. Et tu ne voulais absolument pas être perdue dans les ruelles de Rio...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Jeu 26 Jan - 1:39
Mephisto L. Blackcrow
La rose pourtant exceptionnelle qu'il avait offert à Vitany lui paraissait désormais bien insipide. Comparé aux effluves délicieusement entêtantes de parfum qui émanaient de son étudiante, celui de la fleur bien que riche et puissant ne faisait que pâle figure. Il avait pensé la surprendre mais c'était finalement l'inverse qui s'était produit. Il ne restait qu'à espérer qu'elle ait malgré tout apprécié le geste même si l'effet désiré était tombé à l'eau. A vrai dire, Mephisto peinait à garder les idées claires tant cette odeur obsédante lui montait à la tête. Il ne pensait qu'à venir poser ses lèvres dans son cou exposé et goûter sa peau douce et délicate. Il la désirait déjà bien plus qu'il ne devrait en temps normal mais là, l'attraction magnétique qu'elle exerçait sur lui était aussi incontournable que la gravité. Voilà donc ce pourquoi la demoiselle tenait à aller à la parfumerie. Par Salazar, Vitany allait vraiment finir par le rendre cinglé. Tout au moins, la conscience que la fragrance agissait à s'y méprendre comme un philtre d'amour lui permettait-elle de restait à peu près lucide et maitre de lui même. Par chance, avec l'expérience il réussissait plutôt bien à résister  aux envoutements de ce genre, si bien que le charme des Vélanes par exemple ne l'affectait que peu, mais il avait ses limites, comme tout le monde.

Enivré par la douce proximité de la petite louve pendue à son bras, Mephisto se laissa entrainer dans les ruelles en direction du Cabaret des Nymphes. La belle animagus ne manqua pas de l'interroger sur les fameux rituels qu'il avait évoqués, lui demandant s'il s'y était déjà essayé. Tournant le visage vers Vitany, le sorcier l'observa un instant, une lueur malicieuse brillant dans les yeux. Un sourire rusé étira ses lèvres en réponse. La curiosité dont faisait preuve la jeune femme à son égard l'amusait beaucoup.

« J'en ai pratiqué quelques uns..» souffla le ténébreux d'une voix énigmatique.  Il s'attachait à conserver un brin de mystère pour éviter de trop la choquer en lui révélant les choses les plus malsaines qu'il avait pu expérimenter. Certains rituels puisaient leur magie dans le sexe, le désir et la jouissance pour insuffler puissance, force et énergie par exemple, mais certains exigeaient bien davantage que simplement de la luxure.  « Toutefois, il y en a un bien particulier que je n'ai jamais eu l'occasion de tester...» poursuivit-il, l'air malicieux, tentateur. « C'est un rituel qui implique une fusion totale du corps, de l'âme et l'esprit dans communion parfaite, absolue, entre les partenaires. Ce n'est pas le genre de chose que l'on peut faire avec n'importe qui..»

Le maître des Sciences Occultes s'étonnait presque de constater avec quelle surprenante facilité il pouvait parler de tout ceci avec sa petite louve, ce n'était pourtant pas des révélations anodines car les pratiques mentionnées étaient profondément taboues. La complicité qu'il partageait avec Vitany cependant ne datait pas d'hier et il savait qu'elle ne le trahirait pas.

La nuit était tombée rapidement. Déjà, le ciel crépusculaire rougeoyait dans des nuances de pourpre, de violine et d'orangé qui plongeaient la ville de Rio dans un arc en ciel de couleurs chatoyantes. Le paysage exotique était de toute beauté avec les reflets du couchant sur l'océan. Voyant que la jeune femme avait cessé de marcher, il s'arrêta à son tour en tournant la tête pour lui jeter un regard interrogateur. A sa plus grande surprise, Vitany le gratifia alors d'un chaste baiser sur la joue. Ce geste plein de tendresse le troublait un peu, pourtant, il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire ravi qui s'accentua encore lorsque son étudiante lui avoua qu'elle était totalement perdue. Il jeta un coup d'oeil aux environs puis à la carte d'Elena afin d'évaluer leur localisation parce qu'en toute honnêteté, lui non plus n'avait guère suivi le parcours emprunté.

« Hum, il semble qu'on soit allé un peu trop loin, il fallait tourner dans la rue juste avant. » Rit-il doucement, amusé par la situation. A croire que sa petite louve était toute aussi distraite que lui même.

Mephisto glissa un bras possessif autour de la taille de la belle étudiante pour l'attirer contre lui et l'entraina à sa suite dans la bonne direction. Après être un peu revenus sur les pas et avoir bifurqué dans deux ruelles, ils arrivèrent rapidement devant l'entrée étonnamment sobre du cabaret. C'était de toute évidence le genre d'endroit qu'il fallait connaître pour y aller car un touriste ordinaire n'aurait sans doute pas l'idée de s'y arrêter. L'intérieur était bien plus surprenant encore. A la fois luxueux et sombre, l'endroit était décoré dans un style élégant et assez gothique. Les tables en bois verni étaient disposées de façon à créer de petits espaces séparés très chaleureux. Le seul éclairage venait des grands chandeliers en argent qui donnaient une ambiance tamisée et intime tandis que sur les murs sombres, plusieurs miroirs ornementaux permettait un jeu de lumière complexe qui agrémentait la pièce tout en agrandissant l'espace. Le ténébreux comprenait sans mal pourquoi Elena lui avait suggéré cet endroit.

A leur entrée, une sublime blonde à la beauté troublante dans une tenue de cuir noir bien trop suggestive vint les accueillir. Une Vélane à n'en pas douter. Mephisto ne put s'empêcher de sourire, non en raison du charme de la créature mais car ce lieu de débauche lui plaisait. Il prit un instant la serveuse à part, lui soufflant quelques mots à l'oreille pour lui demander une table dans un coin tranquille tout en glissant une pièce d'or entre ses doigts arachnéens.  La vénale demoiselle lui adressa en retour un sourire éblouissant et lui souffla de la suivre. Elle les guida jusqu'à une petite alcôve légèrement en retrait. Dans le creux formé par le mur, une large banquette de velours en arc de cercle recouverte de coussins moelleux entourait une unique petite table ronde. Le sombre professeur nota aussi avec un intérêt amusé qu'il y avait même des rideaux qui pouvaient être fermés au cas ou les clients voudraient davantage d'intimité..

L'enseignant invita Vitany à s'installer sur les coussins avant de s'y glisser à son tour, à ses côtés car ainsi ils étaient bien plus proches que s'il était assis en face, séparé d'elle par la distance de la table. Si sa petite louve lui avait bien fait tourner la tête avec son parfum enivrant, c'était à son tour à présent de lui rendre la pareille. Esquissant un sourire malicieux et outrageusement aguicheur, Mephisto se tourna alors vers sa belle étudiante et s'inclina vers elle, son visage tout près du sien. Il glissa doucement sa bouche jusqu'à son oreille pour susurrer d'une voix sensuelle:

« L'endroit ne te met pas mal à l'aise, j'espère ?»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Dim 29 Jan - 1:54
Vitany Lockwood
Désorientée, tu suivis ton ténébreux professeur à travers les ruelles de Rio. Le regard tout de même perdu sur les bâtisses et les couleurs du crépuscules déposées sur les murs, tu regrettas presque de t'être parfumée de cette unique goute d'essence. Tu avais beau avoir un caractère assez fort, et loin d'être idiote, il y avait des choses contre lesquelles il t'était impossible de luter. Cette faiblesse, dans laquelle tu étais enfermée à présent, te rendait béa. Un rien pouvait te ravir, et tu t'imaginais bien capable de suivre n'importe qui aussi. Mais encore une fois, tu ne te souvenais d'aucune façon les qualités du parfum, autre que s'adapter aux nez des personnes le respirant. Peut être était-ce pour cela que ton père avait refusé de l'acheter.

Quoi qu'il en fut, vous arrivâtes rapidement devant le club que vous avez proposé Elena plus tôt. La ruelle dans laquelle vous aviez pénétré te sembla alors bien sombre. Pour le coup, tu compris rapidement pourquoi la brésilienne avait voulu amener Mephisto dans ce genre d'endroit, seuls les personnes connaissant les environs pouvaient connaître ce genre d'endroit. Tu manquas d'ailleurs une occasion de faire la remarque à ton professeur. Mais, ton cerveau ralenti par la fragrance, t'avait empêché d'ouvrir la bouche. Bon sang, qu'il te tardait de t'accommoder de la chose pour ne plus te sembler débile ! Il t'entraina alors à l'intérieur, alors que tu moulinais pour essayer de décrocher un mot. Mais, la situation empira.

Elle empira à la venue d'une magnifique blonde aux yeux clairs. Tu restas bouche bée devant sa beauté, son charme. Une Vélane. Tu détestais ces créatures pour l'effet qu'elles te faisaient. Face à elles, tu perdaient tes moyens. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle tu évitais Ivy autant que possible lorsque tu étais à Ilvermorny. Ne pouvant détourner les yeux de la créature, tu pris tout à coup peur lorsque tu sentis l'étreinte de ton mage te quitter. Face à elle, tu ne répondais plus de toi, comme vidée. Tu détestais les Vélanes, tu détestais voir à quel point tu pouvaient être faible d'esprit. Tu songeas alors trop rapidement pour ta cervelle endormie, que ton père devra t'enseigner l'occlumencie lorsque tu rentrerais. Tu revins tout de même peu à peu à toi lorsque Mephisto t'entraîna avec lui, te dirigeant vers une table qu'il avait demandé. L'envouteuse blonde quittant ton champ de vision, tu secouas doucement la tête, portant une main à ta tempe avant d'aller t'asseoir comme t'y invita ton mage. "Je déteste les Vélanes..." soufflas-tu, alors que tu le suivais des yeux venir s'asseoir auprès de toi.

Et comme tes esprits t'étaient revenus, tu en profitas pour admirer ce qui t'entourait. Tu aimais cette ambiance gothique, plongée dans la pénombre. Tu trouvais la décoration des lieux effectuée avec soin, et d'un main de maître. Cependant, il y avait un petit quelque chose qui te faisait déjà tourner doucement la tête, à moins que ce ne soit la fragrance que tu portais dans le creux de la gorge qui remontait trop vite à tes narines. Tu finis par quitter tes chaussures, pour venir poser tes pieds sur la banquette, te penchant ainsi vers ton professeur, appuyée sur un bras. Alors que lui même se penchait sur ton oreille. Sentant son souffle chaud glisser contre toi, tu ne pus retenir un frisson te parcourant de part en part. Ce qu'il te souffla ensuite t'arrachas un sourire malicieux ainsi qu'une seconde vague de frissons qui remontait le long de ton bras. Tu tournas très légèrement la tête vers lui, te mordant la lèvre inférieure.

"J'ai connu plus lugubre." lui répondis-tu, alors que tes yeux se posèrent sur la carte du club.

La malice qu'on pouvait lire sur ton sourire s'étira à ton visage entier, alors que ton regard était rivé sur la carte. Si Mephisto voulait jouer, alors tu allais jouer aussi. Sans soucis. Car tu trouvais totalement injuste qu'il n'y ait qu'une personne qui puisse s'amuser. Tu te pinças alors les lèvres, tentant tant bien que mal de réduire ce sourire joueur qui avait élu domicile sur ton visage. Tu étais fière de ce que tu allais faire. Après tout, vous étiez venu ici pour boire un verre, non ? Un verre ou deux. Alors, ne prenant pas la peine de poser un pied à terre, tu te penchas vers la table, qui était d'ailleurs plus proche que tu ne l'avais pensé, pour attraper la carte du club. Penchée ainsi, tu te cambras évidemment, avant d'attraper la carte, pour revenir dans une position un peu plus confortable. Ne quittant pas les yeux de la chose, tu arquas un sourcil, ne daignant même pas jeter un regard à ton professeur. Ouvrant la carte, tu vins t'appuyer contre lui, afin qu'il puisse la lire par dessus ton épaule. Il y avait un large choix de boissons alcoolisée, tu retenue d'ailleurs un rire en voyant que l'un des cocktails était composé avec des pétales de Magie Noire, rose que tu avais d'ailleurs déposé sur la table en venant t'asseoir.

"Tu prendras quoi ? Je t'invite." finis-tu pars lâcher, faisant écho à ce qu'il t'avait dit lorsque vous étiez au café. Le choix t'était difficile, d'un côté tu mourrais d'envie de gouter leur rhum, et d'un autre côté tu étais absolument tentée par ce cocktail à base de cette rose. Finalement, tu jetas ton dévolu sur un Péché du Phénix, un savoureux mélange de Gin, Tequila, Liqueur de Chocogrenouille et de Menthe poivrée. Il te fallait quelque chose qui allait t'amener de la fraicheur, et tu savais que c'était l'effet qu'allait avoir la menthe poivrée sur toi. Tu attendis quelques instant avant que quelqu'un ne vienne vous voir pour prendre commande. Commande passée, tu regardas Mephisto du coin de l'oeil avant de te décaler doucement de lui. Tu t'allongeas alors doucement contre les coussins, soutenant ta tête dans ta main, alors que ton regard était posé sur ton invité. Repensant à ce qu'il t'avait dit à propos des rituels plutôt tendancieux, tu te souvins qu'il y en avait un qu'il n'avait encore jamais eu l'occasion de testé. Pourquoi ? Prise d'une soudaine curiosité, tu aimais revenir sur des discussion antérieure, montrer à quel point tu avais suivi la chose. Et bien que tu étais curieuse de connaître le pourquoi du comment, tu te voulais encore et toujours joueuse. Piquante même. Et tu imaginais que vous aviez tout de même quelques minutes avant que vos verres n'arrivent.

"Tu m'as dit tout à l'heure, qu'il y avait un rituel que tu n'avais pas encore testé. J'imagine que ce ne serait pas avec une simple fille rencontrée et séduite au détour d'une soirée dans un bar, un peu éméchée et totalement sous ton charme. Alors, quel type de personne attends-tu pour ce genre de rituel ?" demandas-tu, vraiment curieuse de connaître la réponse qu'il allait te donner. Et à travers cette question tu osais imaginer qu'il se dévoilerait un peu plus à toi. Tu voulais mieux le connaître, cet homme mystérieux, dont tu ne savais rien, et qui te donnait totalement envie de t'abandonner à lui. Ton regard et ton sourire s'étaient adoucis, bien que tes lèvres restaient figées dans un petit rictus malicieux. Tu passas distraitement le bout de ta langue sur tes lèvres. Oui, cette fois elles avaient bien meilleur goût. Tes yeux glissèrent également distraitement sur les lèvres de ton ténébreux, avant de revenir à ses yeux avec légèreté. Elles aussi avaient bon goût, en y repensant...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Dim 29 Jan - 21:24
Mephisto L. Blackcrow
Mephisto ignorait si c'était toujours l'effet du parfum qui exerçait son emprise sur ses sens mais il ne pouvait pas détacher ses yeux de Vitany. Il la détaillait, comme hypnotisé, observant le plus infime de ses mouvements alors qu'elle se penchait en avant pour se saisir de la carte. Le regard concupiscent du sorcier glissait sur la cambrure de son dos dont il entrevoyait la peau nue à travers les motifs en dentelle de son body bien trop moulant jusqu'à la naissance de ses petites fesses rebondies dissimulées par son mini short en jean. Il avait terriblement envie d'elle et les pensées qui s'insinuaient en lui en cet instant n'avaient rien de chastes. Il voulait la faire sienne, et très franchement, selon la tournure que prendrait cette soirée, il doutait sincèrement d'être capable de faire preuve d'autant de retenue qu'il en avait eu jusqu'ici à son égard. Il y avait bien trop longtemps qu'ils jouaient à ce jeu du chat et de la souris, or il arrivait toujours un moment où le chat se lassait de jouer et finissait par dévorer sa proie.

Lorsqu'elle se redressa, venant s'appuyer contre lui, le Lord passa le bras dans son dos de façon à rendre leur posture plus confortable. Sa main audacieuse caressa le tissu en dentelle avant de se poser possessivement sur la taille de sa petite louve. Il aimait la sentir aussi près de lui que possible même s'il savait bien que c'était là une attitude tout à fait inappropriée de la part d'un enseignant envers son élève. Cela faisait déjà un bon moment de toute façon que la complicité qu'ils partageaient dépassait de très loin ce qui était normalement acceptable dans le cadre d'une relation entre professeur et étudiante. Mephisto approcha son visage par dessus l'épaule de son étudiante pour jeter un coup d'oeil à la carte des cocktails qu'il parcourut rapidement. Il hésita un instant assez tenté par du Whisky Pur Feu mais opta finalement pour un Sacred Inferius, un mélange à base de Rhum, de racine d'Aubépine et de Liqueur de citrouille qui serait certainement plus rafraichissant. Ils passèrent rapidement commande et la serveuse s'éloigna une nouvelle fois pour préparer les boissons. Vitany s'écarta alors de lui pour s'allonger de côté sur les coussins, les jambes repliée dans sa direction. Le brun ténébreux reposa pour sa part son bras sur le dossier, s'y appuyant du coude, en se positionnant légèrement de biais sur la banquette de façon à être tourné vers la demoiselle. Il posa son menton sur sa main sans cesser d'étudier la belle sorcière à ses côtés. Il se demandait vaguement ce à quoi elle pouvait bien penser en cet instant et ce qu'elle avait en tête.

Elle le prit quelque peu au dépourvu en l'interrogeant à nouveau sur le fameux rituel qu'il avait évoqué plus tôt pendant qu'ils marchaient. Ses sourcils se froncèrent brièvement alors qu'il la considérait.  Son bras libre se tendit distraitement en direction de la table pour prendre entre ses doigts longilignes la Rose délicate qui gisait sur la table.  Il joua pensivement avec la fleur, la faisant tourner entre ses doigts. Si la question le déstabilisa, il n'en montra rien, se contentant de prendre quelques instant pour réfléchir à sa réponse. Son regard glissa un bref instant sur les pétales sombres de la fleur, avant de revenir se poser, inquisiteur, sur le visage de la jeune animagus.

« Honnêtement, je n'en ai aucune idée. » Répondit-il au bout d'un moment alors qu'il étudiait la chose, l'air sérieux et pensif.  « Je ne me suis jamais vraiment posé la question dans la mesure où aucune femme que j'ai connu ne m'intéressait suffisamment pour que j'envisage la chose. »

La stricte vérité. Il n'avait pas pour habitude de s'attacher aux femmes avec qui il pouvait coucher, elles n'étaient là que pour le divertir. Or le rituel donc il était question impliquait de mettre son âme à nue, dans une connexion sans réserve, profondément intime. Mephisto s'avérait être assez réticent à l'idée de partager sans retenue avec qui que ce soit tous ses secrets les plus enfouis et ses désirs les plus sombres. S'il devait envisager ce rituel ce ne pourrait qu'être avec une femme de qui il serait particulièrement proche, en qui il aurait pleinement confiance et avec qui il pourrait être totalement lui même. Le maître des Sciences Occultes détaillait le joli visage de sa petite animagus, guettant les expressions qui passaient sur celui ci au fur et à mesure de ses confessions intimes. Si rien n'obligeait l'enseignant à lui répondre, se plier à l'exercice lui donnait aussi l'occasion de tester ses réactions et de mieux la cerner. Il était d'ailleurs lui même assez curieux de savoir pourquoi ce sujet l'intéressait.

« J'imagine qu'il faudrait une personne avec qui j'aurais une affinité particulière... » révéla-t-il d'une voix enjôleuse tout en fixant Vitany d'un regard intense. Il esquissa un sourire rusé, tandis qu'il se demandait avec un intérêt amusé si la jeune femme en face de lui serait susceptible de répondre aux critères qu'il énonçait.  « Une femme dont je serais suffisamment proche pour pouvoir me dévoiler totalement à elle, sans craindre de la choquer... Mais j'avoue avoir du mal à accorder ma confiance.»

Le ténébreux s'interrompit alors, se perdant dans des pensées tumultueuses qui assombrissait son regard.  Cela n'était pas sans raison si le ténébreux n'accordait que peu de crédit aux femmes. Elles étaient bien trop sujettes aux caprices ainsi qu'aux réactions disproportionnées et irrationnelles. Sa seconde femme par exemple avait totalement pété les plombs à cause d'un artefact de magie noire qu'il étudiait. Vitany, cependant, était très différente, à la fois de par la famille qui était la sienne, l'éducation qu'elle avait reçu et son caractère propre. Elle comprenait ce genre de chose. Le ténébreux songea d'ailleurs qu'elle aurait très certainement beaucoup aimé l'artefact en question. C'était une pierre qui possédait la propriété unique et extraordinaire de pouvoir aspirer l'essence vitale de toute créature ou être vivant en contact avec elle; essence qu'il était ensuite possible de redistribuer pour prolonger la vie d'une personne mourante par exemple ou assurer l'immortalité de son propriétaire.. Il était assez ironique d'ailleurs, que ce soit cette pierre qui avait tué sa femme en aspirant sa vie, sachant que s'il l'avait voulu, Mephisto aurait pu l'utiliser pour la sauver. Mais elle voulait le dénoncer, cette garce vénale avait l'intention de détruire sa vie, alors il n'en avait rien fait. Naturellement il s'était bien gardé de révéler le potentiel véritable de l'artefact au MACUSA quand celui ci avait envoyé ses aurors enquêter sur l'accident et confisquer l'objet.  Absorbé par ses réflexions, Mephisto avait laissé le silence s'installer quelques instants avant de reprendre, un sombre sourire sur les lèvres:

« Tu savais que ma dernière épouse voulait me dénoncer aux autorités pour possession illégale d'artefacts ? »

Cette dernière déclaration était plus un test qu'autre chose. Il savait, de part la complicité qu'ils partageait avec la demoiselle, qu'il ne courrait aucun risque à aborder ce sujet avec elle. Après tout, ne l'avait-elle pas accompagnée pas plus tard que ce matin à la recherche d'une relique au pouvoir tout aussi sombre que la pierre évoquée précédemment ? Et puis, étant un ami de la famille, il était bien placé pour savoir que les Lockwood avaient aussi quelques petits secrets. Il était même possible que Vitany sache déjà tout de l'histoire par son père. Mais il voulait simplement voir la réaction de la jeune femme. Le retour de la serveuse avec les boissons interrompit momentanément la discussion dont le sujet était bien trop sensible pour risquer d'être entendu par des oreilles indiscrètes.

« Enfin, je crois que nous avons assez parlé de moi pour le moment. » Susurra le sorcier pendant que la serveuse posait leur cocktails respectifs sur la table avant de tourner les talons, les laissant seuls pour de bon.

« A ton tour...» déclara le Lord d'une voix sensuelle en s'emparant de son verre. Sans quitter Vitany des yeux, il porta le liquide coloré à ses lèvres afin d'en boire quelques gorgées. « Apprends moi une chose que j'ignore à ton sujet. »  


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Jeu 2 Fév - 22:02
Vitany Lockwood
La curiosité était autant une qualité qu'un défaut. Elle était appréciée notamment pendant les cours, les professeurs avaient toujours aimé te voir participer, poser des questions pour pouvoir enrichir ton savoir. Mais lorsqu'elle était plus penchée du côté des défauts, c'était parce que tu aimais tirer les vers du nez aux gens. Il t'arrivais souvent de jouer à cela, qui poserait le plus de questions pour connaître mieux l'autre. Qui allait être le plus pertinent, pour arriver aux questions gênantes faisant déclarer forfait au duelliste ? Restant allongée, tu attendis que ton professeur te formule sa réponse. Tu la trouvais d'ailleurs assez longue à venir. Tu suivis sa main des yeux, lorsqu'il vint attraper la rose, avant de les replonger dans son regard. Tu étais curieuse de savoir ce qu'il attendait exactement pour effectuer ce rituel, et s'il avait réellement envie de le faire. Tu arquas un sourcil lorsqu'il t'avoua qu'il n'en avait aucune idée. Et alors qu'une fin sourire se dessinait sur tes lèvres, tu imaginais que c'était soit pour éviter de te cracher le morceau, soit vraiment qu'il n'en savait rien. Dans le second cas, tu en aurais presque été déçue. Tu ne souhaitais pas que le jeu s'arrête ainsi, sur une réponse lambda.

Rebaissant ton sourcil, tu ne le quittait pas des yeux. Plongeant ainsi dans ses iris d'un vert sombre, tu voulais lire en lui comme dans un livre ouvert. Mais, force était de constater que ça t'étais impossible. C'était bien plus facile sur les gamins de l'école. Il était vraiment très aisé de lire, d'analyser les sentiments des gens, par rapport à leur visage. Mais Mephisto n'était pas quelqu'un de très expressif, et il fallait avouer que tu avais du mal à déceler quoi que ce soit, qui aurait pu venir de l'expression de ses yeux, ou de son visage. Il n'était pas stoïque, mais le fait que tu ne puisse pas deviner ses ressentiments te gênait. Tu avais toujours aimé avoir le contrôle sur n'importe quelle situation, et celle-ci t'échappait. Quoiqu'il en fut, tu fus incapable de te retenir de glisser ton regard sur la bouche de ton professeur. Tu l'écoutais autant que tu lisais sur ses lèvres. Bon sang ce que tu avais envie de lui sauter au cou pour l'embrasser ! Tu serras doucement la mâchoire, avant de rire doucement à sa remarque sur la confiance. "C'est ce qu'on m'a dit..." ris-tu donc. Tu avais bien compris qu'il allait sans doute avoir du mal à t'accorder sa confiance, il te l'avais dit plus tôt d'ailleurs.

Un silence. Ton regard quitta son visage pour gagner le vague du club. Posant la tête contre un coussin, tu posas tes mains contre ton ventre. Tu avais hâte qu'on vous apporte ces foutus verres. Tu avais soif, et tu avais surtout besoin de quitter l'enveloppe odorante qui t'entourait. Tu voulais sentir autre chose que cette effluve envoutante. Tu jetas un oeil à ton ténébreux. Il semblait plongé dans ses pensées. Un léger sourire étira le coin de tes lèvres, et tu le laissa ainsi, tu ne souhaitais pas le déranger plus. Tu étais déjà bien trop dérangeante d'ailleurs ! La journée avait été riche en émotion, il fallait bien se reposer encore un peu, car tu doutais qu'avoir dormi tout l'après-midi vous suffirait à être en forme. Tu te demandais d'ailleurs quand est-ce que vous rentreriez à Ilvermorny. Bien que tu n'avais aucune envie d'y remettre les pieds. Là bas, tu ne pouvais pas être aussi proche, aussi familière avec lui. Et c'était cette proximité que tu adorais. Oh, vous pouviez bien sur l'être à l'école, mais cela faisait déjà un moment que ça durait. Proches sans l'être, à se cacher et jouer avec le feu. Mais, c'était lassant à force. Et aujourd'hui, tu ne te sentais pas spécialement comme son élève. Plus comme... Tu n'en savais rien en fait, mais tu n'étais pas son élève aujourd'hui, c'en était certain.

Sa déclaration t'arracha un large sourire, accompagné d'un doux rire. "L'idiote." avais-tu fait, tout en acquiesçant. Oui, tu connaissais cette histoire. Ta mère t'avait apporté les détails croustillants de l'histoire. Mais pour toi, la vie ôtée en valait la peine. Elle n'avait qu'à pas fourrer son nez dans des affaires qui n'étaient pas les siennes. Les verres arrivèrent enfin, tu te redressas alors doucement, alors qu'il t'annonça qu'il voulait mettre un terme à ses révélations. Tu étais déçue, tu t'étais attendue à plus, mais tu allais sans doute essayer de lui faire dire d'autres choses. La soirée ne faisait que commencer après tout. Et alors que tu te penchais pour récupérer ton verre, il te stoppa net dans ta lancée. A ton tour ? Tu lui jetas un regard suspicieux avant de te saisir de ton verre pour revenir t'asseoir correctement. Tu te tournas alors vers lui, en entendant sa requête.

"Quelque chose que tu ignore ? Hm... Tout dépend de ce que tu veux savoir. Il doit y avoir pas mal de chose que tu ignore à mon sujet..." lui souris-tu, la voix enjôleuse.

Tu soupiras alors, quittant son regard et te mordant la lèvre inférieure pour regarder en l'air. Tu pouvais lui dire beaucoup de chose qu'il ne savait pas. Tu pouvais lui annoncer que lorsque tu rentrais en Nouvelle Orléans, tu étais plus connu sous le nom de Samedi. Tu pouvais lui avouer que tu avais tendance à aimer voir les gens souffrir, la torture étant dans tes gênes, tu ne pouvais pas faire autrement. Tu pouvais aussi lui dire que tu aider ton père à créer une meute de loups, et que tu adorais jouer avec les louveteaux sous ta forme lupine. Tu pouvais lui dire que ta chambre ressemblait à un musée, et que tout un morceau de la pièce était enchanté pour éviter que tu ne te réveille pas le lendemain matin. Tu aurais pu lui dire que tu n'avais rien à cacher, ta mère finissant toujours par découvrir ce que tu mijotais. Mais une image s'arrêta alors dans ta tête. Ta mine s'assombrit alors doucement, et tu t'enfonças un peu plus dans la banquette, alors que tes doigts jouaient avec ton verre. Tu te pinças alors les lèvres, finissant par les mordre doucement. Les images d'une baguette bien différente de la tienne, un éclair vert se dessinèrent dans ta tête. Tu serras la mâchoire un instant, avant de soupirer, et de te tourner à nouveau vers lui, un sourire doux sur le visage.

"J'ai enlevé la vie à un homme, avec une baguette qui ne m'appartenait pas, et à l'aide d'un sortilège défendu." lâchas-tu finalement. Tu baissas doucement les yeux, approchant ton verre de tes lèvres pour boire une gorgée du liquide. "J'étais assez petite pour que ce soit considéré comme un accident, mais aussi assez grande pour en avoir plus ou moins conscience. La baguette de mon grand-père est aussi vicieuse que lui, elle prend le moindre mot et le peu volonté de la personne qui la tient. Et puis, elle a du reconnaître que c'était quelqu'un de la famille. Enfin, il y a des mots et des formules que des gosses ne doivent pas entendre." avais-tu continué, passant finalement ta langue sur tes lèvres.

Ton regard resta perdu un moment. Les images de la scène dansant dans ta mémoire, tu revoyais la main de ton grand-père fermement posée sur la tienne qui tenait sa baguette. La formule qu'il te chuchotait. Aujourd'hui, avec le recule, tu pouvais te dire que c'était bien lui qui l'avait tué. Mais le souvenir que tu en garde t'était assez perturbant. Tapotant le verre avec tes ongles, tu finis par boire ta boisson cul sec. Reposant le verre sur la table, tu eus un frisson lorsque tu sentis le liquide glisser dans ton corps. Tu te tournas une nouvelle fois vers ton professeur, un sourire pour le moins joviale imprimé sur tes lèvres. Tu t'approchas de lui, d'une manière plutôt féline, avant que tes yeux ne fassent la navette entre ses yeux et son verre. " C'est bon ?" susurras-tu, alors que tu te retrouvais beaucoup trop proche de lui.

Ne pouvant pas décrocher de ce sourire joviale devenu joueur, tu te mordis encore une fois la lèvre inférieure avant d'approcher ta main de celle qui tenait son verre, venant glisser tes doigts sur les siens pour incliner le verre vers toi. Et alors que tu penchais la tête, tu te permis de lui piquer une petite gorgée de sa boisson. Tu te reculas juste assez pour lâcher prise au niveau du verre. Mais tu regardais Mephisto avec des yeux pétillant de malice. S'il pensait s'en tirer comme ça, il avait bien tord. Tu lui tournas alors légèrement le dos, te permettant ainsi de venir t'appuyer contre lui.

" A toi maintenant, de me dire quelque chose que j'ignore sur toi." souris-tu, alors que tu attrapas une mèche de tes cheveux pour jouer avec.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Dim 5 Fév - 3:29
Mephisto L. Blackcrow
Le commentaire de Vitany sur son ex-épouse décédée amusa beaucoup le ténébreux. Le mot
« Idiote »  résumait à peu près tout ce que lui même pensait justement d'elle.  Un léger rictus, à la fois  sombre et moqueur échappa de ses lèvres étirées en un sourire fourbe. Sans doute était ce cruel de sa part que de parler de la défunte avec si peu d'égard, mais la vérité est qu'il n'avait jamais aimé cette femme. Oh elle était très belle, incontestablement, un peu dans le même style que la médicomage Elena d'ailleurs. Le genre à savoir exactement ce qu'elle voulait et à l'obtenir, or c'était lui qu'elle avait voulu et il l'avait épousée. L'ennui c'est qu'au lieu de le vouloir tel qu'il était vraiment, elle s'imaginait pouvoir le manoeuvrer à sa guise comme elle devait avoir l'habitude de le faire avec tous les hommes qu'elle avait connu et elle s'était trompée lourdement en pensant qu'elle pourrait le changer. Catherine, puisque tel était son nom, avait eu ce qu'elle méritait en fin de compte, songea-t-il sarcastiquement, le visage indéchiffrable.

Comme il étudiait la jeune femme à ses côtés, ses yeux d'un vert profond ne la quittant pas les siens, il eu tout le loisir d'apprécier son hésitation quand il lui demanda de lui révéler quelque chose à son tour. Ses lèvres s'ourlèrent en un sourire outrageusement malicieux tandis qu'il attendait, silencieux, qu'elle décide de ce qu'elle voulait bien lui confier. Il y avait en effet beaucoup de chose qu'il ignorait sur elle, ses habitudes, ses passes-temps, ses goûts dans bien des domaines, ses souvenirs les plus marquants et ses secrets si elle en avait. Toutefois, il n'avait posé aucune question précise, préférant la laisser totalement libre de choisir le sujet de sa révélation car c'était le choix qu'elle allait faire qui l'intriguait. Accoudé sur le dossier dans une attitude parfaitement décontractée, le lord porta tranquillement son verre jusqu'à ses lèvres, sirotant quelques gorgées du liquide goûteux. Le rhum mélangé à la liqueur de citrouille caressait agréablement ses papilles. Le maître des Sciences occultes arrêta momentanément de boire quand sa petite louve commença à se confier, lui avouant sans détour qu'elle avait commis l'impardonnable, un meurtre, alors qu'elle était bien trop jeune pour avoir pleinement conscience de ce qu'elle faisait.

Le ténébreux ne s'attendait certainement pas à une telle révélation. Il n'était pas tant choqué que la belle sorcière ait pu tuer quelqu'un de sang froid que surprit par le fait qu'elle lui confie cela avec une telle facilité, montrant ainsi à quel point elle lui faisait confiance. Bien sur, il était loin de se douter que la jeune femme portait le poids d'un tel acte. Il connaissait suffisamment les Lockwood et notamment l'homme qu'était l'aïeul pour ne pas être étonné outre mesure qu'une baguette meurtrière ait pu avoir été glissée entre des mains enfantines et innocentes. Toutefois, ce n'était pas une chose anodine que d'ôter la vie d'un être humain. S'il ne portait aucun jugement, Mephisto ne pouvait que se demander de quelle façon la jeune femme avait alors vécu la chose, et comment ce souvenir avait pu la marquer et la façonner. Une part de lui aurait aimé pouvoir l'en préserver, même si cela avait sans aucun doute contribué à faire d'elle la jeune femme qu'elle était aujourd'hui et qu'il désirait d'ailleurs plus que de raison.

La révélation de sa petite n'était au fond que le rappel que la famille Lockwood avait de sombres secrets, largement plus que la sienne d'ailleurs, qui, en dépit de son goût pour la magie noire et les puissants artefacts, restait bien plus modérée. Le propre père de Mephisto n'était qu'un banal collectionneur sans grande envergure et le sorcier n'avait d'ailleurs plus guère de contact avec lui. C'était le propre goût du brun pour le pouvoir qui l'avait poussé toujours plus loin sur la pente glissante de la magie noire alors qu'il s'évertuait à tester les aspects les plus obscurs de la sorcellerie dans son étude des sciences occultes. Ce n'était d'ailleurs pas sans raison qu'il s'était rapproché de Polonius lorsqu'ils étaient plus jeunes, attiré par les sombres pratiques de cette famille.

L'enseignant ne fit aucun commentaire sur les aveux de son étudiante, simplement car il n'y avait rien de pertinent à dire, mais il était touché qu'elle se soit confiée à lui.  D'ailleurs, le regard intense et attentif qu'il posait sur elle valait bien mieux que les quelques mots plein de banalité qu'il aurait pu exprimer.  Il devinait que c'était un souvenir qui devait lui pesait qu'elle lui avait confié là. D'ailleurs, il ne fut guère surprit de la voir vider son verre d'un trait, mais là encore, il ne fit aucun commentaire. Le visage impénétrable, Mephisto se contenta de porter une nouvelle fois le verre à ses lèvres trop sèches à son goût afin de les humidifier, vidant le verre petit à petit, une gorgée après l'autre. L'expression avide et joueuse de Vitany l'arrêta momentanément, lui faisant hausser un sourcil interrogateur tandis que la séduisante sorcière se rapprochait beaucoup trop de lui. Il se figea un instant dans l'attente de ce qu'elle allait faire, ses pensées s'emballant inspirées par son propre désir en s'imaginant l'embrasser. Le temps qu'il intègre la question qu'elle venait de poser, la belle animagus avait déjà posé sa main au dessus de la sienne, s'accaparent ainsi son verre qu'elle inclina vers elle afin d'en prendre une gorgée. Haussant un sourcil, le lord se contenta de la laisser faire en la dévisageant d'un air carnassier.

« Mais dis moi, petite coquine, que tu aies fini ta boisson ne t'autorise pas à t'approprier la mienne que je sache.. » la gronda-t-il en plaisantant, d'une voix enjôleuse et susurrée sans se départir de son sourire rusé. Il brûlait d'envie l'attraper pour s'emparer de sa bouche, et peut être l'aurait-il fait si elle ne s'était pas tournée de façon à venir s'appuyer contre lui avant de lui retourner la demande qu'il lui avait faite un peu plus tôt. Son sourire s'élargit alors qu'un bref soupir amusé lui échappa. C'était de bonne guerre. Le lord avala encore un peu de liquide avant de passer furtivement sa langue sur les lèvres. Qu'allait-il bien pouvoir lui dire ? S'enquit-il en lui même avant qu'une idée l'amusant assez ne lui vienne à l'esprit.

« Hum... Mon second prénom est Lazare. » Déclara-t-il malicieusement, un trop large sourire sur les lèvres. Il jouait. Sachant pertinemment que sa petite attendait une révélation à la hauteur de la sienne et que cette seule information ne saurait en rien satisfaire sa curiosité. « Quoi, ça ne te suffit pas ?» poursuivit-il en riant doucement.

« Voyons voir...» Mephisto fit mine de réfléchir un instant avant de continuer. « Je pourrais te parler de mes frasques lorsque j'étais moi même étudiant à Ilvermorny ? Il faut dire que j'ai fait un certain nombre de conneries assez mémorables. » Rit-il en levant brièvement les yeux au ciel, ce que bien sur Vitany ne pouvait pas voir. « Ton père a d'ailleurs participé à la plupart d'entres elles.»

Qu'il ait fait des conneries, c'était en soi un bel euphémisme. Le ténébreux avait été un beau diable à cette époque, non pas qu'il ait beaucoup changé en soi mais il s'était au moins un peu assagi avec le temps. Après une nouvelle gorgée de son cocktail, il reprit, décidé à satisfaire enfin la curiosité de la demoiselle. Il allait lui donner ce qu'elle avait demandé, et plus encore, parce qu'il le voulait bien. Se redressant légèrement, il vint positionner son bras gauche autour de la taille de sa petite louve, sa main glissant doucement contre son ventre tandis que la droite restait prise par le verre qu'il tenait toujours.

« Tu as peut être entendu l'histoire de ce garçon de Thunderbird qui est mort il y a quelques années dans des circonstances assez mystérieuses ? A cette époque je voulais tester les limites du serment inviolable... Ton père avait été notre enchaîneur. » Il aimait à se révéler ainsi, par énigme et sous-entendus, en disant seulement assez pour que l'on comprenne, mais sans jamais entrer dans les détails et sans avouer directement. Un manière de garder l'intérêt de la miss en éveil. « On peut évoquer aussi ce rituel que nous avions fait... d'ailleurs la zone est toujours condamnée. Mais ça Polonius te le racontera. Après tout, c'est sa faute si ça a foiré et mal tourné...Il n'avait pas voulu m'écouter...» Commenta le sorcier avec amusement. Il semblait décidément que ce soit un trait propre aux Lockwood que de n'en faire qu'à leurs têtes... « Je crois si je devais seulement te lister l'ensemble de mes méfaits nous y passerions la nuit...»

Il but une gorgée supplémentaire de sa boisson.

« Entre autre, la directrice de Horned Serpent qui exerçait à l'époque est partie en dépression avant de démissionner... La pauvre femme était maudite, littéralement. » sourit-il. « Elle enseignait l'étude des non majs.» Une simple précision mais qui expliquait beaucoup de choses par sous-entendus. Si le lord ne prenait jamais le risque de révéler ouvertement ce qu'il pensait des moldus et de cette matière, son opinion sur la question était assez explicite dès lors qu'on le connaissait un peu. Alors oui, estimant que les élèves pouvaient bien se passer de cette discipline, Mephisto avait eu l'idée de s'essayer à une petite malédiction en s'inspirant de celle qui affectait le poste de DCFM à Poudlard. Il était plutôt satisfait du résultat à ceci près que la sienne avait affecté l'institutrice décédée quelques années après et non le poste en lui même. Il était encore novice à cette époque...  Cette fameuse enseignante l'avait une fois traité de démon... Il faut dire qu'elle n'avait pas tout à fait tord. A bien des égards, il pouvait être un démon sans âme ni conscience.

Terminant son verre après une dernière lampée, il l'abandonna sur la table et vint finalement positionner son autre main sur le ventre de Vitany. Il l'enlaça étroitement, l'entourant de ses bras solides, en la rapprochant encore davantage de lui. Elle, en tout cas, ne pourrait pas se débarrasser si facilement de lui... Mephisto se pencha alors doucement, plaquant son torse contre son dos avant de glisser son visage sur son épaule. Enfouissant le nez dans son cou, il inspira quelques effluves supplémentaires de l’enivrant parfum qu'elle portait si bien. Il n'avait plus envie de lutter. Ses lèvres chaudes effleurèrent la peau nue de sa clavicule avant de remonter jusqu'à sa mâchoire en embrassant son cou dénudé.

« Il y a encore autre chose que tu devrais savoir sur moi... » souffla-t-il sensuel et tentateur contre son oreille, entre deux baisers, tandis que sa main droite descendait pour caresser la cuisse de la demoiselle. « Je dois t'avouer que j'ai vraiment très envie de te faire l'amour...»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Lun 6 Fév - 23:04
Vitany Lockwood
"C'est moi qui paie, non ?" lui avais-tu rétorqué, alors qu'il te gronda gentiment à propos de son verre que tu t'étais approprié. Tu t'étais appuyée ainsi contre lui pour avoir un véritable contact. Tu devais avouer que tu voulais plus que ses mains posées sur tes hanches, ou seulement le contact de son torse contre son dos. Tu voulais des choses qui n'étaient pas censées être permises, ni même pensables, dans une relation entre une élève et un professeur. Mais le jeu que tu avais instauré, dans l'espoir de le séduire, de séduire un homme proche de ton père pour ne pas décevoir ce dernier, tout était devenu plus complexes. Avec l'âge, tu voulais autre chose qu'une élève assidue et douée dans la matière qu'il enseignait. Tes envies avaient grandies en même temps que toi, tu ne pouvais plus rester de marbre devant le charme évident de ton professeur. Alors, ce jeu au début anodin, avait évolué lui aussi. C'était un jeu dangereux, contre lequel tu n'avais plus envie de te battre. Pas ce soir en tout cas. Car, encore une fois, vous étiez sortis du contexte de l'école. Tu n'étais pas son étudiante ce soir.

Sa main posée sur ton ventre, tu vins glisser doucement la tienne dessus. Venant la caresser machinalement du bout des doigts alors que tu attendais qu'il te révèle ces choses que tu ignorais à son sujet. Tu tournas légèrement la tête vers lui, histoire de lui prêter une oreille attentive. Son deuxième prénom était Lazare. Tu arquas un sourcil. Tu ne pus tout de même pas t'empêcher de rire doucement à cette annonce, alors qu'il continuait. Tu devais le prévenir que tout ce qu'il s'apprêtait à te dire pourra être retourné contre lui. Surtout son second prénom, tu allais pouvoir le charrier sans retenue. Tu n'allais certainement pas te gêner pour ça. Mais tu devais avouer que connaître ce qu'il avait pu faire à l'école était bien plus alléchant que d'avoir connaissance de son second prénom. D'autant plus si cela impliquait ton père. Tu savais qu'ils s'étaient rencontré à l'école, mais tu ne te doutais pas que leur amitié avait commencé là bas. Alors tu avais hoché la tête lorsqu'il te fit la proposition, bien que cette annonce n'attendait aucune réponse. Et là pour le coup, tout ce qu'il allait dire sera retenu contre ton père. Tu étais friante de tout ce qui était détail croustillant par rapport à ton père. Tu ne le connaissais que peu cet homme, mis à part le fait qu'il soit ton géniteur. Il n'avait jamais eut le loisir de rire avec toi. Ce privilège avait été donné à ta mère. Il fallait le comprendre, il avait la déception familiale sur les épaules, ayant engendré deux échecs d'affilé, un cracmol et une fille. Tu vins même à rire toute seule, te demandant si ce n'était pas ton adorable professeur qui avait maudit ton père durant sa jeunesse !

Tu buvais ses paroles, comme un bon verre de whisky pur feu. Et en parlant d'alcool, tu avais bu le tien beaucoup trop vite. Si bien que, la boisson mélangée à l'effluve trop prononcé du parfum, te faisaient tourner la tête. Tu étais ravie de voir que ton père avait eu ses failles, qu'il avait fait des conneries alors que toi, pauvre petite chose, tu t’efforçais de ne pas en faire ! Enfin, tu restais une grande gamine, et tu faisais forcément des bêtises. Mais tu avais toujours la présence d'esprit de ne jamais te faire prendre, ou de faire accuser quelqu'un d'autre. Le vice était malheureusement héréditaire, comme le fait d'être têtu, comme il venait si bien de le souligner à nouveau. T'arrachant un autre sourire, un autre rire. "Il faut que tu m'emmène voir ça de plus près ! Je veux voir les dégâts !" t'étais-tu enthousiasmée à l'annonce de ce lieu condamné au sein de ton école. Tu n'avais jamais eut la curiosité de trop visité le château, à tord d'ailleurs. Mais, il fallait dire qu'au début de ta scolarité, tout ce que tu souhaitais, c'était que ton père ne soit pas trop déçu de toi. Aujourd'hui, ce n'était pas que tu t'en contrefoutais... Mais un peu quand même. Tu étais majeure, tu avais atteint l'âge où tu devais avoir un peu plus de liberté. Et tu étais arrivée à un point où ta curiosité était presque devenue insatiable. Et à l'annonce de l'ancienne directrice de ta maison, tu fermas les yeux, prise d'un fou rire silencieux lorsqu'il te précisa son enseignement. Cela ne t'étonnais pas le moins du monde qu'ils aient réussi, à deux, à la faire démissionner.

Tu lâchas un long soupire alors que tu le sentais bouger, pour qu'il lâche son verre, alors qu'il revenait tout contre toi t'enlacer un peu plus fort contre lui.Tu fus soudainement prise d'un long frisson alors qu'il glissait ses lèvre dans le creux de ton cou. Ils devinrent plus violents alors qu'il déposait des baiser contre ta peau, alors qu'il continuait ses confessions. Tu te mordis la lèvre inférieure avec force. Tu avais même sentie tes joues se réchauffer à sa révélation. Bon sang, toi aussi tu avais cette envie. Mais elle t'était informulable. Tu laissas un petit silence s'installer alors que tu faisais courir tes doigts sur la main qu'il avait posé sur ta cuisse. Tu tournas à nouveau légèrement la tête vers lui, alors que tes doigts vinrent s'enlacer entre les siens, appliquant une pression supplémentaire.

"Ah..." commenças-tu, un fin sourire dessiné sur les lèvre, le regard pourtant bas, alors que tu imitais un air navré. "C'est bien ce que je craignais... L'alcool et le parfum t'ont fait tourné la tête... Tu débloque complètement chéri..." finis-tu, alors que tu serrais ses mains dans les tiennes, avant de reprendre avec douceur et délicatesse "La journée a été longue... Il est temps de rentrer.". Tu repositionnas ta tête droite, espérant de tout coeur qu'il allait se laisser faire. Tu te doutais bien qu'il n'allait pas accepter aussi facilement, il n'était pas comme ça. Mais tu avais besoin qu'il se laisse guider, seulement histoire de cinq petites minutes. Cela n'allait pas durer plus longtemps. Tu tentas alors de décoller doucement ses mains de toi. "Il faut que j'aille payer.." lui susurras-tu, tu ne voulais pas te battre pour quitter son emprise. Tu ne voulais pas ta battre, non seulement parce qu'il avait plus de force que toi, mais également parce que tu voulais y rester. Tu attendis alors qu'il te relâche un peu, pour te lever. Tu te retournas vers lui, venant lui saisir une main, alors que tu l'invitais à te suivre. Tu glissas ta main libre dans ta poche pour en sortir deux galions, qu'ils gardent la monnaie.

Tu entraînas alors ton ténébreux avec toi, hors du bar, les yeux rivés sur le sol, pour seulement entendre la vélane vous demander si vous les quittiez déjà. Tu ne voulais pas être à nouveau bloquée à cause d'elle, pas une seconde fois. Arrivés dehors, tu fis au plus vite, ne voulant pas qu'il pose de questions, il n'y en avait pas besoin. Tu l'entraînas donc avec toi, transplanant jusque devant chez vos hôtes, chez la belle Elena et ses deux amis médicomages. La main sur la poignée de la porte, tu adressas tout de même un regard à Mephisto, lui disant qu'ils vous hébergeaient pour la nuit. Vous entrâtes, et à pas de loups vous vous dirigeâtes jusqu'à la chambre dans laquelle vous vous étiez reposé tout l'après-midi. Tu tremblais, pour une raison qui t'échappait, tu t'étais retrouvée chef d'orchestre mal organisée. Tu agissais sous l'impulsivité, sous la fatigue. Sous le profit. Tu amenas Mephisto jusqu'à cette chambre, pour y entrer, avant d'attendre qu'il ferme la porte derrière lui. Lorsque tu entendit celle-ci se fermer, tu fermas les yeux un bref instant, avant de faire volte face, pour te coller à lui, le plaquant ainsi contre cette porte, et lui offrant un baiser. Un baiser d'abord hésitant, puis plus passionné tandis que tes doigts venaient s'entremêler dans ses cheveux. Cela faisait combien de temps que tu attendais ça ? Que vous l'attendiez ?

Tu finis par reculer légèrement de lui, interrompant se baiser plutôt bref en réalité. Tu te mordis la lèvre inférieure, tout en lâchant ses cheveux pour poser tes avant bras sur ses épaules. Tu plongeas ton regard dans le sien, alors qu'un sourire malicieux naissait sur tes lèvres. "Donc... Je m'en remets à toi, c'est ça...?" ris-tu doucement. Tu approchas une dernière fois ton visage du sien, pour mieux glisser le bout de ta langue sur ses lèvres. "Je les préfère tout de même sans cet arrière goût alcoolisé..." susurras-tu, en souvenir d'un baiser qu'il n'avait pas pu partagé avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Mar 7 Fév - 20:54
Mephisto L. Blackcrow
La proximité de Vitany, son corps chaud et délicat tout contre lui, ça le rendait fou, et c'était sans parler de ce parfum maudit qui achevait de lui faire perdre la tête. Il avait terriblement envie d'elle au point d'en oublier à peu près tout le reste, en commençant par l'endroit où ils se trouvaient jusqu'au fait qu'elle était son étudiante et la fille de Polonius. Tous les garde-fous et les barrières qu'il avait pu s'imposer à lui même avaient volé en éclat avant même qu'il lui fasse cette déclaration, lui exposant explicitement son désir pour elle. Ce soir, elle n'était plus qu'une sublime jeune femme, majeure, qui l'attirait irrépressiblement. Mephisto ferma les yeux un court instant, appréciant le contact de ses lèvres avides sur sa peau exposée. Par Merlin, que celle ci était douce et désirable.. Sa main gauche, plaquée sur son ventre, continuait à la pressait contre lui, toujours plus fermement en remontant doucement jusque sous sa poitrine. De l'autre, il pétrissait délicatement le haut de sa cuisse, encouragé par la jeune femme dont les doigts vinrent s'entrelacer aux siens tandis que son corps répondait à ses attentions. Le souffle court, il rouvrit les yeux, à deux doigts de péter les plombs en entendant son commentaire.

Elle lui disait qu'il débloquait ? Se fichait-elle de lui ?! Non, il ne supporterait pas qu'elle se refuse à lui, pas ce soir, pas après avoir tout fait pour le tenter comme elle l'avait fait. Rien que le foutu parfum qu'elle avait mis était un appel au viol ! Et voilà qu'elle repoussait une fois encore ses avances ? Si c'était toujours un jeu, cela ne l'amusait plus du tout...

« Vitany... » gronda-t-il, la voix un peu rauque. C'était un avertissement. Le sombre sorcier était mortellement sérieux et elle aurait bien tord de le tourner en dérision, parce que non, il ne débloquait pas et il n'avait aucune envie de la lâcher. D'ailleurs, son étreinte se fit plus forte encore et plus insistante alors qu'elle tentait doucement de se dégager...  « Restons encore un peu...»

Le ténébreux la sentait essayer de le faire lâcher prise, il l'entendit vaguement dire qu'elle devait aller payer mais il ne pouvait pas se résoudre à la laisser filer. Elle n'avait pas le droit de le frustrer de la sorte, en se refusant à lui après l'avoir tant aguiché.. Puis, il prit brusquement conscience de ce qu'il était en train de faire... Il n'avait vraiment plus les idées claires ! Il n'allait tout de même pas la forcer quand même ! Que cela lui plaise ou pas, elle lui avait dit non, implicitement... Alors certes, si elle jouait à se payer sa tête, ça allait très mal se terminer. Toutefois, il pouvait bien être le dernier des connards il n'avait jamais forcé une femme et il n'allait certainement pas commencer avec sa petite louve. A contre cœur, il desserra son étreinte et la relâcha en se murant derrière un visage impassible, dur et impénétrable.

Alors qu'il retrouvait sa présence d'esprit et son sang froid, elle s'arrêta pour lui prendre la main afin de l'entrainer à sa suite. Drôle d'attitude pour quelqu'un qui vient de rejeter des avances... Mais qu'avait-elle en tête ? Le lord était perplexe. Il n'était plus très sur de bien comprendre quelles étaient ses motivations.. Dubitatif, il la suivit machinalement, dans un silence hermétique. Il ne prit même pas la peine de répondre à la Vénale venue s'enquérir de leur départ, la snobant tout à fait, et se laissa guider hors des lieux. Avant qu'il n'est pu envisager de poser la moindre question, la jeune femme les fit transplaner. Il ne lui fallut qu'un coup d'oeil alentour pour reconnaître l'endroit qu'ils avaient quittés un peu plus tôt, la résidence d'Elena.  Il haussa un sourcil interrogateur en voyant Vitany s'avancer vers la porte avant qu'elle ne lui apprenne qu'ils les hébergeaient. Voilà qui simplifiait les choses..

Un peu incertain quand aux intentions de son étudiante, il la suivit silencieusement à l'intérieur tandis qu'elle le guidait vers la chambre d'ami qu'ils avaient quittés plus tôt. S'arrêtant à l'entrée de la chambre, le maitre des Sciences occultes hésita un instant tout en détaillant la demoiselle qui lui tournait le dos. Etait-ce cela qu'elle avait en tête tout ce temps ? Simplement quitter le club pour regagner la tranquillité de cette chambre ? Comme il l'observait, il la sentait légèrement fébrile, mal assurée. Cela ne la rendait que plus désirable encore. Il avança d'un pas et referma la porte derrière lui. Le cliquetis métallique de la serrure parut résonner dans la maison endormie. Le lord eut à peine le temps de se retourner que la jeune femme revenait vers lui d'un pas décidé avant de l'embrasser en le repoussant contre la porte. D'abord prit de court par l'impulsivité de ce geste, il se reprit bien vite, son corps réagissant instinctivement pour lui rendre ce baiser qu'il désirait depuis bien trop longtemps. Son bras puissant s'était glissé dans le creux de ses reins, ce qui lui permettait de tenir la jeune femme collée à lui tout en lui caressant le dos.  L'enseignant s'empara de ses lèvres avec avidité tandis que sa main libre lui empoignait la nuque avec douceur et fermeté. Ses doigts se mêlaient à ses longs cheveux bruns tandis qu'il la maintenait de façon à presser davantage sa bouche sur la sienne. Leur échange était sauvage et passionné, mais bref, car déjà Vitany s'écartait légèrement de lui, mettant un terme au baiser.

Malgré la légère frustration occasionnée, ce répit n'était pas une mauvaise chose car le ténébreux voulait y aller en douceur. Vitany serait à lui cette nuit et il avait bien l'intention d'en profiter. Mephisto plongea alors ses yeux verts dans ceux noisettes de son étudiante alors qu'elle l'enlaçait, ses bras autour de son cou. Dans l'intensité de son regard sombre brûlait une passion dévorante qui n'aspirait qu'à s'exprimer, se disputant à la tendresse qu'il ressentait envers elle. Reprenant les mots qu'il lui avait adressé plus tôt dans la soirée, elle lui demanda en riant si elle devait s'en remettre à lui. La question ne manqua pas d'amuser le sorcier. Un sourire confiant, arrogant et très masculin étira alors ses lèvres bien que son expression conservait une certaine douceur rassurante. Elle le pouvait en effet, même s'il n'était pas contre quelques initiatives de sa part. Comme sa petite louve approchait à nouveau son visage du sien pour goûter ses lèvres, il en profita pour la faire pivoter légèrement en reculant de quelques pas de façon à la coincer contre une commode. La déclaration de la demoiselle  lui arracha alors un léger froncement de sourcils, car il était bien en peine de comprendre le sens de ses mots.

« Mais de quoi parles-tu donc, ma petite ? » répliqua-t-il en riant doucement. Et après c'était lui qui débloquait hein ? Il ne lui laissa pas vraiment le temps de répondre toutefois, car il s'empara à nouveau de ses lèvres qui le tentaient tant, lui donnant un baiser profond, possessif.

En dépit de son désir intense, il prenait son temps, ses gestes n'étaient pas empressés, mais doux et plein d'assurance tout à la fois. Lui tenant toujours la nuque d'une main, il laissa l'autre descendre le long de son dos, jusqu'à riper légèrement sur le tissu du short en jean. Ses doigts expérimentés épousèrent la forme de ses fesses, les caressant avec insistance tout en s'aventurant plus bas encore jusqu'à sa cuisse. Il l'attrapa d'une poigne ferme avant de la soulever, de façon à ramener sa jambe sur son flan, le long de sa hanche alors qu'il se pressait davantage contre elle en un coup de rein suggestif. Il vint ensuite cueillir son menton entre ses doigts pour maintenir son visage à sa hauteur. Il planta une nouvelle fois son regard dans le sien, cherchant à y déceler les émotions intimes et les pensées qui pouvaient bien la traverser en cet instant. Un sourire malicieux se dessina ses lèvres, puis le lord inclina son visage, rapprochant une fois de plus ses lèvres des siennes. Toutefois, au lieu de l'embrasser, il vint lui mordre délicatement la lèvre inférieure, la coinçant doucement entre ses dents un bref instant avant de la relâcher.

« Je veux que tu sois mienne. » souffla-t-il alors tout contre sa bouche en n'écoutant que son désir. Le ténébreux voulait la posséder, la prendre, de toutes les manières dont un homme peut prendre une femme. Cette nuit, il voulait qu'elle soit à lui, toute entière. Il sourit, d'un sourire carnassier, prédateur, une expression trop malicieuse sur le visage. Il ajouta: « J'espère que tu ne prévoyais pas de dormir beaucoup cette nuit..?»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Mer 8 Fév - 13:50
Vitany Lockwood
Tu avais un sourire malicieux accrochés au lèvres, alors que ton professeur n’avait pas compris la référence de ta phrase. Tu pensais lui expliqué, à l’occasion, s’il te redemandait pourquoi. Tu pus tout juste lâcher un léger rire avant qu’il ne revienne à toi, s’emparer de tes lèvres dans un baiser passionné. Il avait fait en sorte que tu sois coincée entre lui et la commode qui se trouvait près de la porte. La même sur laquelle tu avais posé l’artefact que vous aviez volé au temple dans la matinée. Et alors que tes lèvres étaient prisonnières des siennes, tu sentis ton cœur s’emballer. Il s’emballa comme jamais tu ne l’avais senti s’accélérer. Tu le désirais, comme jamais encore tu n’avais désiré un homme. Il fallait dire que vous jouiez à ce jeu de séduction depuis bien trop longtemps. Alors forcément, l’envie grandissante, comme un feu que vous aviez allumé, que vous aviez entretenu en braises. Un feu qui n’attendait qu’à s’embraser une fois pour toute, dans la passion et l’envie que vous aviez finalement travaillée, entretenue. Le feu passionnant qui t’animait te réchauffa toute entière, ce soir tu voulais lui être exclusive. Tu voulais être à lui, toute entière. Tu voulais t’offrir à lui, t’abandonné à lui. Tu lui rendais alors son baiser, appuyant tes mains sur la commode contre laquelle Mephisto t’avait coincée.

Lorsque ses doigts glissèrent sur tes fesses, tu ne pus t’empêcher de coller un peu plus ton bassin contre lui. Ton cœur tressautait dans ta poitrine alors que ses doigts agrippaient ta cuisse pour qu’il remonte ta jambe contre lui. Tu lâchas un soupire tremblant, saccadé lorsque ses lèvres te quittèrent. Tu les cherchas alors un instant, penchant ton visage vers lui, le souffle chaud et tremblotant, alors qu’il saisit ton menton entre ses doigts. Tes yeux s’ouvrirent lentement sur son regard pénétrant. Tu serras légèrement la mâchoire alors qu’un fin sourire se dessinait sur tes lèvres. Tu brûlais d’envie, tu le voulais. Tu sentis alors ton visage s’empourprer doucement alors que ton ténébreux te fixait. Tu te sentais totalement dénudée, et l’intensité de son regard était telle que tu te sentis comme une petite souris prise entre les griffes acérées d’un chat sauvage. Tu resserras ta jambe contre lui alors qu’il saisissait ta lèvre entre ses dents. Son souffle chaud sur tes lèvres, cela avait franchement tendance à te rendre folle. Tu ne pensais qu’à une seule chose : reprendre possession de ses lèvres. Et alors qu’il te révélait qu’il voulait que tu sois sienne, tu te mordis la lèvre inférieure, c’était ton cas aussi. La suite de sa déclaration tu fis lâcher un léger rire, alors que le dos de tes doigts glissèrent le long de ses mâchoires, descendant dans son cou.

" Jusqu’à épuisement… " lui susurras-tu, n’ayant pas réduit ou augmenter la distance minime qui séparait vos lèvres. Pourtant, ton regard s’était abaissé glissant sur ses lèvres, pour entrapercevoir les lignes de sa gorge. Tu déposas un léger baiser sur ses lèvres, avant de les déplacer, les faire cheminer sur la commissure de ses lèvres, parcourant les lignes de sa mâchoire avant de descendre petit à petit dans son cou. Et alors que tes lèvres s’occupaient à goûter sa peau chaude et douce, tes doigts se chargèrent de défaire sa chemise, sans te presser. Pourtant tu t’arrêtas en chemin, tu lui avais défait seulement un bouton. Penchant légèrement la tête sur le côté, tu le regardas du coin de l’œil, avant de prendre appuie sur sa main qui maintenait ta jambe contre lui. Tu entrepris de faire remonter lentement ta jambe libre, quittant ton escarpin pour glisser ton pied avec lenteur contre la jambe de ton homme. Agrippée ainsi à son col, tu comptais sur lui pour qu’il ne te lâche pas durant ton ascension. Tu te mordis la lèvre inférieure, alors que ton visage était enfoui dans son cou, la montée de ta jambe était lente et sensuelle, tu voulais lui montrer que toi aussi tu avais terriblement envie de faire l’amour avec lui. Tes mains s’agrippèrent mieux à lui, alors que tes les avais déplacées jusque dans son cou afin de te positionner au mieux, tes deux jambes ayant dorénavant quitté le sol. Tu les croisas d’ailleurs dans son dos, le serrant avec force pour ne pas tomber. Tu te permis même de te remonter doucement, mettant ainsi vos visages à la même hauteur.

Tu reculas ta tête de son cou, lui offrant un doux sourire avant de reprendre le déboutonnage de sa chemise. Les yeux concentrés sur ce que tu faisais, tu penchas la tête sur le côté. " Combien de temps me veux-tu à toi… ? " demandas-tu, sans lui adresser de regard. Tu étais curieuse de savoir ce qu’il voulait de toi. De savoir s’il ne te voulait que pour une unique nuit, où s’il voulait que tu sois à lui pour plus longtemps. Car tu ne voulais pas être un trophée, tu n’étais pas une récompense, sa récompense d’une patience beaucoup trop poussée. La chemise finalement déboutonnée en entier, tu fis glisser le tissu lentement mais surement. Et alors que tu accompagnais le vêtement le long de ses bras, tu te penchas sur son épaule, lui déposant de longs baisers avant de continuer : " Une nuit… Deux… ? Bien plus encore… ? " alors que tu t’attardais sur la seconde partie de ta demande. Tes lèvres s’attardèrent sur son épaule, mais tu les remontas doucement, un large sourire sur les lèvres, déposant d’autres baisers sur sa peau trop chaude. Ta bouche se posa à la naissance de son cou, le long de celui-ci, afin d’arriver jusqu’à son oreille. Tu étais ainsi pressée toute contre lui, un bras par-dessus son épaule agrippait ses cheveux avec tendresse, tandis que ta main libre glissait sur son cou, descendant sur son torse. Elle continua, se coinçant légèrement entre vos ventres, elle reprit pourtant sa course, frôlant son nombril de tes doigts avant de se stopper alors que tes doigts avaient tout juste glissé entre sa peau et ses vêtements. Le souffle tremblant, tu lui embrassas d’abord le lobe de son oreille pour mieux pouvoir lui souffler, d’une voix sensuelle et chaude : " Je ne veux pas être un trophée parmi ton tableau de chasse…" . Tu finis par attraper son lobe entre tes dents, respirant dans le creux de son oreille.

Être un objet à ses yeux était ta plus grande crainte. Tu voulais être plus qu’une simple fille avec qui il avait couché, comme bien d’autres avant toi. Tu voulais avoir de l’important pour lui. Tu pressas ton bassin un peu plus contre lui, coinçant définitivement ta mains entre vos deux corps, resserrant également l’emprise de tes jambes autour de lui. Tu empoignas avec plus de forces ses cheveux aussi, alors que tu lâchais son oreille pour glisser ton nez sur sa joue, et de reculer enfin ton visage du sien. Tu dégageas doucement ta main coincée, la passant dans son dos, alors que tu te penchais sur son torse, esquivant ainsi un possible baiser de sa part. Tu embrassas à de nombreuses reprises le haut de son torse, ne pouvant pas spécialement aller plus bas. Pourtant, tu voulais à nouveau ses lèvres. Pour remonter, tu eus un sourire sur les lèvres, tu remontas ainsi le long de sa gorge, frôlée par ta langue avant de reprendre possession de ses lèvres. Dans un baiser passionné, et langoureux cette fois-ci. Tu avais envie de lui, et malgré le fait que tu ne souhaitais pas être une récompense, tu devais bien admettre que tu étais incapable de lui refuser quoique ce fut ce soir.

Tu remontas encore contre lui, serrant encore la pression de tes jambes. Te retrouvant de ce fait un peu plus haute que lui. Tu caressas doucement sa langue avec la tienne, alors que ton souffle tremblait. Tu tremblais toute entière en réalité. Tu lâchas alors subitement un léger gémissement de bien être, qui te surpris d’ailleurs. Tu finis par mettre fin à votre baiser, te mordant la lèvre inférieure. Pourtant, tu ne reculas pas ton visage du sien, souhaitant garder cette proximité avec lui. Toutes traces de sourires avaient également disparut de ton visage. Finalement, tes doigts virent de nouveau glisser sur le torse de Mephisto, t’attardant sur les cicatrices qu’il présentait, en redessinant ses contours. Tu tremblais, prise de frissons incontrôlables. A moins que ce n’était que les réponses de ton corps aux battements trop intenses de ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Sam 11 Fév - 18:31
Mephisto L. Blackcrow


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Lun 13 Fév - 22:20
Vitany Lockwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Sam 18 Fév - 1:25
Mephisto L. Blackcrow


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Jeu 23 Fév - 21:59
Vitany Lockwood


Vos ébats durèrent une bonne partie de la nuit. Tu avais d'ailleurs rarement (voir jamais) passé une nuit pareille. Dans un jeu incessant de gain de contrôle sur l'autre. Oui, cela avait duré longtemps, et cela avait été aussi torride que sensuel. Si bien que, chacun à bout de force, vous aviez fini par vous endormir dans les bras l'un de l'autre, d'épuisement. La journée, la nuit, tout avait été trop long aujourd'hui. Tout t'avais paru durer plus longtemps que d'habitude.

Un rayon de soleil venant filtrer à travers tes paupières closes t'arracha à ton doux sommeil. Tu t'étais peut être endormie tout près de ton amant, tu t'étais réveillée au bord du lit, dos à lui. Tu avais du avoir chaud cette nuit, et cela avait du être tout à fait normal. La région ne vous donnait pas spécialement de passer une nuit fraîche, pas en cette période de l'année en tout cas. Tu lâchas un long soupire mêlé à un gémissement, de bien être. Oui, tu avais merveilleusement bien dormi. Tu finis par entrouvrir les yeux, sur la lumière qui t'avait réveillée. Un léger mouvement de recul, tu te décalas un peu afin de ne pas avoir ce rayon de soleil dans les yeux. Quelle heure était-il ? Tu étais complètement décalée. Tu avais encore la tête dans le gaz. Tu ne t'étais pas encore rendue bien compte de ce qu'il s'était passé la veille. Était-ce vraiment réel ? Un instant tu avais imaginé que tout n'avait été que fantasme et fabulation. Pourtant, c'était bien réel.

Tu te retournas doucement vers Mephisto, l'observant d'un regard doux et presque aimant. Il était terriblement beau, au delà d'être séduisant, il te plaisait beaucoup trop. Un frisson, tu remontas le drap contre ton épaule, avant de venir te blottir contre lui, posant ta tête contre son torse. Tu posas une main près de ton visage, alors que tes doigts caressaient machinalement sa peau. Pour un peu, son rythme cardiaque te bercerait presque, tu étais prête à te rendormir. Tu restas ainsi un instant, avant de déposer un baiser sur son torse, et de te remonter doucement jusque pour atteindre ses lèvres. Tu lui donnas un baiser doux et léger avant de t'asseoir dans le lit et de te frotter la tête. Tu n'avais pas les idées claires. Mais une chose était certaine, tu en avais assez d'être dans ce lit. Tu te mordis doucement la lèvre, alors que tu la sentais gonflée, tu t'étais sans doute blessée cette nuit... Tu regardas un instant ton mage, avant de lui sourire. " Salut..." fis-tu, la voix douce, et mal réveillée.

Tu avais ressentis des choses qui ne t'était pas encore donné de ressentir. Et tu te sentais étrange. Bizarre. "Je... Je vais prendre un bain..." hésitas-tu avant de te lever doucement du lit. Tu te déplaças alors jusque dans la salle de bain qui était accolée à la chambre, te frottant la tête. Tu fis couler l'eau dans la baignoire, avant de t'y installer, avant même qu'elle soit remplie. Tu avais juste besoin de sentir de l'eau, de te détendre un peu. Enfin, tu étais détendue, mais d'une étrange façon. Tu lâchas un long soupire, alors que tu regardas du coin de l’œil la chambre, puisque tu avais laissé la porte de la salle de bain ouverte.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Sam 25 Fév - 22:43
Mephisto L. Blackcrow
Les rayons du soleil filtraient doucement à travers la la fenêtre de la chambre d'ami, baignant la pièce d'une douce clarté. Encore à moitié étourdi par le sommeil, Mephisto en percevait seulement la luminosité à travers ses paupières closes. Alors qu'il reprenait peu à peu conscience, les souvenirs de la nuit passée lui revenaient en mémoire. Leurs corps en sueur vibrant au même rythme tandis qu'ils se pressaient l'un contre l'autre, leur affrontement coquin pour avoir l'ascendant sur l'autre alors même que le plaisir les submergeaient et l'extase partagée de ses moments intimes.. Cette nuit avait été torride, épuisante, jouissive. Leurs ébats, aussi sauvages et passionnés que coquins et sensuels, s'étaient prolongés, encore et encore jusqu'à ce qu'aucun d'eux ne soit plus en état de continuer. Hier soir, le Lord avait enfin fait l'amour à son étudiante, franchissant irrévocablement cette limite qu'il s'était imposé à lui même. C'était une folie à bien des égards, il en avait conscience, mais il ne regrettait rien. Les répercussions, s'il devait y en avoir, il serait bien à temps de les assumer plus tard. Vitany était son amante désormais et il ne reviendrait la dessus pour rien au monde.

Le ténébreux se sentait incroyablement bien ce matin. Heureux et léger. Ce qui en soit n'avait rien de très étonnant après une nuit comme celle qu'ils venaient de passer. Mais le simple fait de se réveiller avec sa petite louve à ses côtés lui procurait un profond bien être. Alors qu'il demeurait allongé sur le dos, il sentait justement la jeune femme bouger près de lui et venir se blottir contre son torse dans le creux de son bras. C'était ainsi d'ailleurs qu'ils avaient fini par s'endormir. Machinalement, il lui caressa doucement le dos, ce geste lui semblait parfaitement naturel, comme si c'était là une chose qu'il avait l'habitude de faire. A vrai dire, Mephisto s'était rarement senti aussi bien auprès de quelqu'un. Un discret sourire vint doucement effleurer le visage du Lord quand il sentit les lèvres de son étudiante se poser sur les siennes et il entrouvrit les yeux afin de la regarder.

« Bonjour, ma petite. » répondit-il avec douceur, la voix encore un peu empâtée par le sommeil. Le sorcier observa un instant la jeune femme, son regard intense tendrement posé sur elle, songeur alors qu'elle commençait à s'éloigner pour prendre un bain. Il devrait avoir des scrupules, il aurait eu milles raisons pour cela, à commencer par le fait qu'il était son professeur et un vieil ami de son père.. Mais il n'en avait pas. Vitany était assez grande pour faire ses propres choix et ne devrait avoir de son point de vue aucun compte à rendre à Polonius, pas plus que lui même. Mephisto ne savait pas bien où cette relation pourrait les mener, la seule chose dont il soit parfaitement certain c'était qu'il appréciait tout particulièrement son étudiante et ne désirait rien d'autre qu'être son amant. Il n'avait jamais été question d'aucun engagement du reste, chacun restait parfaitement libre, il s'agissait seulement de profiter du temps passé ensemble et des délicieux moments qui leur étaient donnés.

L'eau du bain coulait depuis quelques instants quand le ténébreux décida de se lever à son tour pour la rejoindre. Comme elle avait laissé la porte ouverte, le maître des Sciences Occultes n'eut qu'à se déplacer jusqu'à la salle de bain avant d'entrer à son tour dans la baignoire. Il ne prit pas la peine de lui demander son avis, estimant qu'après la nuit qu'ils avaient passé, ce serait largement superflu. D'autant plus que si elle avait voulu sa tranquillité, elle aurait logiquement fermé la porte. La baignoire était bien assez grande pour que deux personnes y soient largement à l'aise. Mephisto se glissa simplement derrière elle et s'installa dans l'eau chaude en passant ses jambes de part et d'autre des hanches la jeune femme. Il l'enlaça tendrement, l'entourant de ses bras musclés et l'attira fermement contre lui. Son torse appuyé contre le dos de son étudiante, il avança son visage au dessus de son épaule et embrassa doucement sa tempe avant de glisser sa joue contre celle de Vitany.

« J'ai beaucoup aimé cette nuit... » Susurra-t-il à son oreille  « J'espère que de ton côté tu n'as pas de regrets.» Une part de lui craignait qu'à la lumière du jour elle puisse regretter ce qu'il s'était passé entre eux la vieille. A présent que le désir fiévreux qui les animait hier était retombé, il était possible qu'elle ne soit pas aussi à l'aise que lui même par rapport à tout ça et il ne pourrait que comprendre.

Tendant un bras, Mephisto attrapa le flacon de savon proche de lui. Il versa un peu du liquide parfumé dans la paume de sa main et entreprit de frotter doucement le dos et les épaules de Vitany en repoussant ses cheveux humides. Ses mains se firent caressantes, glissant sur la peau douce de sa petite louve jusqu'à sa taille avant de remonter le long de son ventre pour atteindre sa voluptueuse poitrine. Il ne faisait que la savonner cependant, ses caresses n'avaient rien de particulièrement sexuel même s'il est vrai qu'une part de lui était très tenté de remettre ça dans le bain. Ils allaient pourtant devoir rentrer un jour d'autant que le ténébreux n'avait aucune idée de l'heure qu'il pouvait être.


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Mer 1 Mar - 22:24
Vitany Lockwood
Assise dans la baignoire, les jambes remontées contre toi, tu avais enrouler tes bras autour alors que tu sentais le niveau de l'eau monter contre toi. Un bain chaud était la seule chose qu'il te fallait. Enfin, la seule chose, oui et non. Ton regard tourné vers l'intérieur de la chambre, tu souhaitais intérieurement qu'il te rejoigne. Et lorsque tu l'aperçus, tu détournas lentement le regard alors qu'un sourire malicieux et ravi vint naître sur ton visage. C'était une sensation étrange, tu étais complètement perdue sans l'être tout à fait. Tu aurais sans doute du t'en vouloir d'avoir déraper la veille. De l'avoir chauffé volontairement et d'avoir craqué. Ce n'était pas moral de coucher avec son professeur, et même si tu voyais par là un moyen d'avoir des faveurs de sa part, cela restait malsain. Tu savais que, d'un point de vu stratégique, c'était une bonne chose de l'avoir dans ta poche. Pourtant, ce n'était pas ce que tu ressentais. Tu ne voulais pas tirer de profits de lui, avec un autre cela aurait été sans doute le cas. Mais, c'était différent. Tu étais une amante parmi tant d'autres, une amante pour qui il avait risqué sa vie. Et, ce n'était certainement pas le cas de ces tant d'autres.

Le sentant s'installer derrière toi, glisser ses jambes contre tes hanches, pour enfin t'attirer à lui, tu échappas un léger soupire de bien être. Tu te blottis un peu plus dans le creux de ses bras, ramenant à nouveau tes jambes contre lui. Tu resserras également son étreinte, appuyant tes mains contre ses bras. Tu aurais pu rester ainsi toute la journée. Ses bras, son étreinte, son emprise avaient quelque chose de réconfortant, presque protecteur. Tu t'y sentais d'ailleurs terriblement bien. Mais tu savais que c'était une chose de laquelle tu ne pourrais pas abuser. Et rien que d'y penser, cela te donnait d'étranges sensation dans le creux du ventre. Tu vins doucement appuyer ta joue contre la sienne, alors qu'il t'avouas qu'il avait beaucoup apprécié cette nuit. C'était ton cas aussi. Tu n'avais pas souvenir d'avoir passé une nuit pareille d'ailleurs. En même temps, il t'était difficile de te remémorer quoi que ce fut pour l'heure. Des regrets ? Tu n'en avais pas, pas encore peut être ? Tu ignorais s'ils allaient finir par venir, mais pour le moment, tu n'en avais aucun. Tu avais passé une soirée délicieuse, et tu serais prête à recommencer sans hésitation. Tu étais agréablement bien en sa présence. Et tu ne pensais pas que ce sentiment allait s'amoindrir, pas pour le moment du moins. Peut être qu'un jour tu finirais par te lasser ? Tu secouas alors doucement la tête en souriant avant d'annoncer légèrement rieuses : " Non... Je suis une grande fille maintenant. J'ai beaucoup aimé aussi..."

Il bougea, tu t'avanças alors qu'il commençait à te savonner le dos. Non, tu n'avais aucun remords. Tu avais tout le temps d'en avoir, le jour où votre relation se sera faite révélée. Mais, ce ne sera pas de sitôt, et tu allais y veiller. Il n'y avais pas de raison pour qu'une telle chose arrive de toute façon, si ? Bon sang Vitany, il fallait vraiment que tu arrêtes de penser. Tu n'avais jamais été adepte de grandes pressions, alors tu vivais au jour le jour. Et encore une fois, cela n'allait pas changer. Tu étais impulsive, et c'était ce qui te tenait en vie. Enfin, à l'intérieur du moins. Ses mains glissant sur ton ventre, puis sur ta poitrine te sortir de tes pensées. Tu souris tendrement avant de te saisir du savon et d'en prendre dans le creux de ta main. Tu te savonnas rapidement les jambes avant de t'arrêter. Tu te mordis doucement la lèvre, un instant alors que tu demeurais immobile. Tu finis enfin par glisser ta langue sur ta lèvre avant de te retourner doucement pour faire face à Mephisto, alors que tu étais toujours plus ou moins recroquevillée sur toi même. Le sourire et le regard pleins de malice, tu te penchas en douceur sur lui, pour éviter de glisser d'une part, mais aussi pour venir t'emparer de ses lèvres. Un baiser à la base doux, dont l'intensité trahissait ton envie. Tu glissas finalement ta langue sur sa lèvre avant d'en faire de même sur la tienne.

"C'est moi, ou toi ? Qui a mordit si fort qu'elle en est encore glonfée et presque douloureuse ?" lui susurras-tu, tandis que tu prenais appuie sur la baignoire, derrière lui, afin de remonter l'une de tes jambes contre lui. Ton coeur se mit à battre la chamade, il tapait fort contre ta poitrine pendant que tu voulais retourner chercher ses lèvres. Mais on t'en empêcha. Un son, bien trop dérangeant, vint t'arrêter net, alors que tes yeux plein de haine se posèrent avec lenteur sur la porte de la chambre. On venait de toquer. Tu serras la mâchoire, tout en souriant. Tu volas un baiser à ton amant pour mieux t'écarter de lui. Et alors que tu tentais de recouvrer une position assise, tu posas tes orteils contre son torse, pour y prendre appuie et te glisser de l'autre côté de la baignoire. Tu haussas rapidement les sourcils, un sourire beaucoup trop malicieux affiché sur les lèvres. Tu étais d'humeur joueuse, tu avais terriblement envie de jouer. Mais ce n'était plus le moment. Un à moment où un autre, il vous faudra rentrer. Et tu n'avais aucune putain d'envie de rentrer à Ilvermorny. Tu passas une dernière fois ta langue contre ta lèvre enflée, alors que tes yeux se dirigeaient à nouveau en direction de la porte qui s'ouvrait timidement.

Qui de vos trois hôtes avaient bien l’indécence de déranger leurs invités ? Tu aurais voulu parié tout ce que tu avais sur la belle et sulfureuse Elena. Bien sur, cela ne pouvait être qu'elle. La veille, elle s'était faite rembarrée comme une mal propre. Sans doute voulait-elle une petite revanche ? Et bien que tu pensais cette possibilité improbable, tu entendis les talons claquer alors qu'elle était entrée. Sans pression. Tu levas les yeux au ciel, reportant ton intérêt sur ton amant. Tu glissas ton pied sur lui, d'une façon beaucoup trop sensuel. Venant caresser sa peau, en partant de ses côtes pour descendre sur sa cuisse. Tu appuyas distraitement ton coude contre la baignoire, ton menton contre le dos de tes doigts, tandis que tu vins te mordiller l'auriculaire. Laissant ainsi planer un message aguicheur et tendancieux. Les talons claquèrent dans votre direction. Tu aurais tout donner pour lui claquer la porte au nez. Tu te contentas cependant de la toiser, te trouvant alors face à la porte. Tu arquas un sourcil.

Un problème ? T'étais-tu empêcher de lâcher. Tu avais envie pourtant de l'envoyer bouler. Mais, ton amant le faisait avec tellement plus de classe, que tu ne pouvais que le laisser faire. Lui laisser gérer la situation. Le mieux serait encore, avant qu'elle ne pénètre dans la salle de bain, et qu'elle vienne s'appuyer à la baignoire. Tu l'imaginas capable de faire ceci. Elle ne s'était pas dérangée pour le draguer sans retenue la veille. Les jambes l'une contre l'autre, légèrement repliée, tu voulais seulement qu'elle retourne d'où elle venait.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
10/300  (10/300)
icône :
Citation : Viens donc jouer avec moi, si tu l'oses...
Niveau : Auror
Baguette : Tremble - Ventricule de Dragon - 41 cm
Poste : Professeur de Sciences Occultes et Directeur d'Horned Serpent

Mephisto L. Blackcrow
Professeur de Sciences occultes
Directeur d'Horned Serpent
Professeur de Sciences occultes  Directeur d'Horned Serpent
Ven 3 Mar - 0:23
Mephisto L. Blackcrow
Les mains du ténébreux ne semblaient jamais vouloir cesser de courir sur la peau douce et parfumée de Vitany. Il ressentait le besoin de sa présence, et ne pouvait s'empêcher de rechercher son contact. Il se sentait infiniment bien auprès d'elle et ne voulait pas que cette sensation prenne fin, il voulait la prolonger le plus longtemps possible. Le plus étrange, c'est que ce n'était pas là quelque chose qui lui était familier. D'ordinaire, il se lassait assez vite des femmes avec qui il avait couché et une fois qu'il avait obtenu ce qu'il désirait, il préférait retourner à sa tranquillité. C'était différent cette fois bien que la raison n'en soit pas claire. Bien sur, cette relation avec son étudiante était toute fraiche, il désirait toujours ardemment la jeune femme et il y avait quelque chose de particulièrement excitant à savoir que ce moment qu'il partageait loin d'Ilvermonry, cette intimité défendue entre professeur et élève, était leur secret. Un rictus amusé se peignit sur le visage de Mephisto à la réponse de sa petite louve. Effectivement, il y avait bien longtemps qu'elle avait cessé d'être une enfant et cela faisait ailleurs un bon moment qu'il avait cessé de la voir comme telle..

« J'avais remarqué... » souffla-t-il d'une voix chaude et malicieuse.

Evidemment, du point de vue de Polonius, elle resterait toujours sa petite fille mais le Lord chassa immédiatement cette pensée trop perturbante. Il aviserait bien en temps voulu les conséquences et les réactions de son vieil ami si un jour cette histoire devait être découverte, en espérant qu'ils n'en viendraient pas aux baguettes.. Cela l'emmerderait assez d'être banni de la Nouvelle Orléans et de perdre définitivement l'amitié du patriarche Lockwood. Autant dire qu'il valait sans doute mieux pour tout le monde que son aventure avec Vitany ne s'ébruite jamais... Mephisto ne ne releva pas cependant le reste de sa phrase. Mais, s'il savait déjà par ses réactions de cette nuit qu'elle n'avait pu qu'aimer, cela lui plut de l'entendre le dire.

Le baiser sauvage de la demoiselle ne tarda pas à écarter définitivement les réflexions tumultueuses du sorcier qui cogitait toujours beaucoup trop. Il n'y pouvait rien, c'était dans sa nature d'être assez calculateur et d'anticiper les choses pour ne jamais être pris au dépourvu. D'autant que pour le coup, il s'était fourré dans une drôle d'emmerde. Comme il rendait son baiser à son étudiante, sa main remonta machinalement jusqu'à sa nuque, s'emmêlant dans ses cheveux humides, tandis que l'autre comprimait ses jolies fesses. La remarque que fit alors la belle animagus ne manqua pas de l'amuser et pour être honnête il n'était pas sur du tout de la réponse. C'est vrai qu'il lui avait mordu les lèvres à plusieurs reprises, et bien d'autres endroits encore d'ailleurs, mais y était-il allé suffisamment fort pour en arriver à ce résultat il n'en était pas sur. Il faisait attention à ne pas la blesser quand même mais dans la passion du moment qui pouvait dire ? Il aurait facilement pu se laisser un peu emporter...

« Aucune idée... » Répondit-il en riant doucement. « En revanche, il ne fait aucun doute que les belles griffures qui ornent mon dos sont ton œuvre... » Un sourire trop malicieux et plein d'arrogance étira ses lèvres. Bien sur, cela ne pouvait que lui plaire et le ravir puisque ces marques témoignaient du profond plaisir qu'il lui avait donné cette nuit. Comme Vitany se rapprochait, Mephisto aurait voulu l'attirer pour la placer au dessus de lui et l'embrasser mais le son dérangeant d'une main frappant à la porte lui rappela l'endroit où ils étaient et la présence d'une hôtesse un peu trop insistante. Le regard du ténébreux ne se tourna pas immédiatement vers la porte cependant, car le bruit parasite, tout comme son auteur, n'était de des détails secondaires et sans grand intérêt.  Alors que son amante se reculait contre le fond de la baignoire, en venant poser un pied délicieusement provoquant contre son torse avant de le faire glisser jusqu'à sa cuisse, le sorcier ne la quittait pas ses yeux. Son regard sombre, joueur et calculateur la fixait intensément. Il avait très envie de répondre à son invitation sensuelle et il n'allait pas s'en priver.. Mais dans l'immédiat, il y avait une nuisance à écarter. D'ailleurs, le regard meurtrier de sa petite louve en direction de la porte était particulièrement adorable.  

Elena ne tarda pas à entrer dans la chambre, si on avait pu sentir une légère hésitation au début, le claquement de ses talons hauts sur le sol alors qu'elle approchait de la salle de bain, témoignait qu'elle avait vite retrouver son audace naturelle. Certes, elle était chez elle, et ils abusaient un brin de son hospitalité, mais tout de même. Tout sourire, Mephisto se redressa en pivotant légèrement, s'appuyant sur le rebord de la baignoire et tourna la tête de façon à la voir approcher vu que la porte se trouvait derrière lui. La médicomage s'arrêta bientôt sur le seuil de la salle de bain alors qu'elle posait son regard sur eux.

« Elena ! » s'exclama-t-il d'une voix mielleuse et sensuelle qui ne laissait rien entrevoir de l'agacement qu'elle pouvait lui inspirer, tandis qu'il posait une main possessive sur la jambe de son amante, l'empêchant de retirer son pied. « Vous venez vous joindre à nous ?» s'enquit-il, ironique, en prenant un air faussement étonné, comme s'il s'agissait d'une agréable surprise et que la possibilité qu'elle s'incruste n'avait rien d'étrange. Naturellement, Mephisto était à peu près certain que Vitany allait également le détester pour sa réplique, vu qu'il y avait très peu de chance (aucune) qu'elle soit d'accord pour un plan à trois avec Elena.. Mais bon, ce n'était pas comme s'il proposait vraiment à Elena de les rejoindre.. Quoi qu'à la réflexion, celle ci était bien capable de le prendre au mot. Peut être n'avait-il pas été très fin sur ce coup là, il avait momentanément sous-estimé le culot à toute épreuve de la brésilienne. Tant pis. Estimant préférable de ne pas lui laisser le temps de répondre, il enchaîna. « En tout cas, j'espère qu'on ne vous a pas réveillée hier soir.. Nous avons essayé de ne pas être trop bruyants, mais vous savez ce que c'est... »

Mephisto fut ravi de voir que ses allusions à peine voilées avaient atteint leur objectif car de toute évidence, la brésilienne ne s'était pas attendu à ça. La bimbo parut décontenancée et le ténébreuse d'amusa de voir les efforts qu'elle déployait pour ne pas montrer sa frustration. Elle réussit cependant à reprendre contenance de manière plutôt admirable compte tenue de la situation et à garder la face en répondant:

« Oh, inutile de vous en faire pour ça, ma chambre est bien insonorisée ! En tout cas, je suis ravie d'apprendre que vous avez passé une bonne soirée...» Le regard d'Elena passa rapidement de lui même à Vitany avant de revenir à Mephisto. Elle poursuivit en s'efforçant d'apparaitre aussi désinvolte que possible: « J'aurais été ravie de vous rejoindre, mais je me suis déjà douchée.. Je voulais seulement vous demander si vous vouliez manger quelque chose ? Ma servante peut vous préparer un repas...» Le lord sourit, avant de décliner à son tour.

« Oh c'est vraiment très gentil, mais nous ne voulons pas abuser en nous imposant davantage.. Si cela ne vous ennuie pas, nous allons simplement finir de nous laver avant de nous préparer pour rentrer d'ici une petite heure.. »
« Bien sur... aucun problème. Je vais vous laisser dans ce cas. Prenez votre temps... »

La pauvre Elena cachait vraiment très mal sa frustration, c'était assez amusant, parce que naturellement, elle avait très bien comprit où il voulait en venir. La brésilienne s'efforçait juste de conserver ce qui lui restait de fierté en faisant comme ci cela lui était parfaitement égal. En tout cas,  le ténébreux était bien content d'entendre la porte se refermer derrière leur hôtesse. Il reporta son attention sur sa belle étudiante, une lueur sauvage dans le regard et un sourire carnassier sur les lèvres.

« Viens par là, toi. » ordonna-il en se redressant dans la baignoire pour attraper Vitany et plaquer vigoureusement ses lèvres contre les siennes. Il l'attira fermement contre lui et la pressa contre les carreaux froids du mur au dessus de la baignoire « Tu n'es pas si pressée de rentrer, n'est ce pas ?»


Computer HopeComputer Hope
PLAYWITCH
DC de Circé Silverwood
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
130/150  (130/150)
icône :
Citation : Cours petit chaperon. Ta survie ne dépend que de ta vitesse, et de celle de ton Loup.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de Pin / Épine du monstre du fleuve blanc / 34 cm / Peu Flexible
Spécialité : Sciences Occultes
Quidditch : Capitaine - Batteuse
Vitany Lockwood
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Etudiante en 9ème année — Horned Serpent
Ven 3 Mar - 17:46
Vitany Lockwood
Un sourire duquel tu ne pouvais pas te défaire, était affiché sur ton visage. Car, bien que tu n'avais pas apprécié l'irruption de la brésilienne dans votre intimité, tu te sentais toujours aussi joueuse. Elena s'était avancée jusque dans l'encadrement de la porte, alors que tes yeux étaient toujours posés sur elle. Un air de défis plongé dans le regard, tu étais dans une situation que tu semblait gagnée d'avance. Mephisto l'interpella, alors que tu sentais sa main se poser sur ta cheville, dans un geste égoïste et possessif. Ton sourire, à moité caché par ta main, ne se défaisait pas. Alors, lui laissant ta jambe, et assise dans une position assez peu confortable tu devais l'avouer, tu te mis à caresser doucement sa cuisse du bout du pied, attendant qu'il en ait finit avec sa tirade. Et lorsqu'il l'invita à les rejoindre, tu pouffas légèrement, ayant senti l'ironie dans sa voix. Tu aurais d'ailleurs été tentée pour enrichir l'offre qu'il lui faisait, mais tu avais bien peur que le culot de la médicomage ne l'entraîne à prendre cette moquerie pour réalité. Non, tu ne voulais pas la voir dans ton bain, avec ton amant. Et puis de toute façon, tu avais toujours été égoïste, tu n'avais jamais aimé partager.

Le dialogue continua ainsi. Dans un échange d'abord à sens unique, avant que la brésilienne ne semble déstabilisée par les dires de ton professeur. Cependant, elle reprit bien vite du poil de la bête. Tu t'amusas de la situation. De voir à quel point il pouvait être adroit avec ses mots. Et pas qu'avec ses mots d'ailleurs. Tu admirais presque son habilité d'élocution, comment il pouvait mener à la baguette n'importe qui. Pour ta part, tu avais besoin d'être canalisée pour être capable de faire ce genre de choses. Et c'était surtout en présence de ton père qu'il t'arrivait parfois de faire des prouesses d'élocution. Dans la recherche éternelle d'une reconnaissance, d'apporter de la fierté, à un être qui attend beaucoup trop. Un être qu'il valait mieux ne pas contrarier d'ailleurs. En pensant à lui, tu te rendis bien vite compte que tu allais devoir user de tes charmes et autres pour calmer la bête, si un jour il apprenait quoique ce fut de votre relation. Tu espérais d'ailleurs que tout cela reste secret un moment. Tu levas distraitement la tête vers le plafond, essayant de capter le regard d'un ange bienveillant. Tu savais qu'on veillait sur toi, et ce n'était pas quelque chose qui te plaisait énormément...

Le mouvement de la sulfureuse brune se retournant pour quitter la pièce te fit revenir à toi. Tu reposas doucement le regard sur ton amant, alors que ton sourire allait finir par te décrocher la mâchoire. La porte finit par se fermer, un dernier coup d'oeil celle-ci avant de retourner sur ton ténébreux. Ton ténébreux qui affichait quant à lui un sourire et un regard aussi carnassier l'un que l'autre, dans lesquels tu lisais son envie. Le jeu pouvait continuer. Tu te reculas alors doucement pendant qu'il s'avançait sur toi avant de te saisir pour emprisonner tes lèvres. Tu gloussas sous le coup de l'amusement que t'avais apporté la venue de votre hôtesse ainsi que la réaction de ton mage face à tes avances. Et alors qu'il t'attira contre lui avec ferveur et force, tu enroulas tes bras autour de son cou, glissant une main dans ses cheveux pour y emmêler tes doigts. Tu lui rendais son baiser, alors qu'il te soulevait sans mal. Tu fus prise d'un frisson désagréable, tout en lâchant un gémissement du à la surprise,  lorsqu'il te plaqua contre les carreaux gelés du mur. De ta prise sur ses cheveux, tu lui retins doucement le visage légèrement écarté du tien, pour répondre à sa question.

" On va finir par se demander où nous sommes passés... Et ce n'est pas une bonne chose." commenças-tu, avant de venir effleurer ses lèvres, lui donnant de légers baisers. " Un professeur et son élève favorite partis un matin, disparus pendant toute une journée, qui finissent par réapparaitre le lendemain dans l'après-midi ? Un soucis, aussi important soit-il, n'a pas pu être aussi difficile à gérer pour un excellent sorcier... " continuas-tu, pour reprendre entre deux baisers, sans lésigner pour lui flatter son égo : " Un sorcier maître de sciences obscures et duelliste de renom. Et, qui plus est, beaucoup trop séduisant et sexy... Ne penses-tu pas que ce serait un peu... Suspect...?" finis-tu par hasarder, te mordillant doucement la lèvre inférieure alors que la main qui n'était pas dans ses cheveux avait glissé dans son cou pour cheminer sur son torse.Tes doigts toujours fermement accrochés à sa chevelure,tu lui fis doucement pencher la tête sur le côté, pour venir glisser tes lèvres dans son cou. " Et la baignoire est une mauvaise idée. On va glisser et foutre de l'eau partout." lâchas-tu finalement. Tu lâchas ses cheveux pour glisser tes mains jusque sur ses hanches, afin de le décaler doucement de toi, alors que tes lèvres étaient revenues chercher les siennes. Donner un bien pour que l'acte principal passe sans encombre. Tu vous fis pivoter doucement sur le côté, ne lâchant ses lèvres que lorsque tu retrouvas ta place au centre de la baignoire, et non contre un mur.

"Et puis... Je n'ai pas envie de me relaver." ris-tu alors que tu sortais en douceur de la baignoire, de peur de glisser. Tu balayas tes cheveux humides de la main, pour venir te positionner devant le lavabo de la salle de bain, devant le miroir. Tu examinas rapidement ton reflet, peignant tes cheveux de tes doigts. Le calvaire avec les cheveux longs, c'était qu'il s'emmêlaient facilement. Ce que tu lui avais dit n'était pas totalement faux, vous étiez sortis d'Ilvermorny depuis peut être trop longtemps. Mais ce n'était pas assez. Si cela n'avait tenu qu'à toi, tu ne serais jamais rentrée... Un regard malicieux jeté sur le reflet de Mephisto, tu souris du même air malicieux. Tu te retournas doucement, prenant appuie contre le lavabo, pour lui sourire. " Tu ne veux pas en garder pour plus tard...?" lui demandas-tu presque timidement. Tu devais avouer que tout ceci te plaisait. Votre relation était toute naissante, toute neuve, toute fraîche, et toi aussi tu avais indécemment envie de profiter de lui. Pourtant, tu avais aussi terriblement peur que tout ceci devienne lassant. Et lassant essentiellement pour lui.

Tu ne voulais pas que cela se termine aussi vite. Car tu savais qu'il était un homme qui se lassait plutôt vite de ses conquêtes. Sur ce point de vue tu le connaissais bien malheureusement. Tu savais qu'il était collectionneur de femmes, et qu'il se lassait rapidement. Et tu ne voulais pas être de ces femmes qu'il jetterait une fois qu'il en aura eu assez. Car, bien qu'il n'était pas question de relation sérieuse, tu devais avouer que penser qu'il pourrait en avoir assez de toi, cela te brisait déjà le coeur. Tu voulais lui être une source infinie de surprise et de plaisir. Mais tu étais jeune et sans expériences, alors tu t'attendais au pire. Tu glissais machinalement tes doigts dans tes cheveux, le regard soudain perdu dans le vide, alors que l'eau qui était encore sur toi ruisselait jusque sur tes chevilles. Tu ne voulais pas que tout s'arrête tout de suite parce que vous aurez été trop gourmands.

Mais tu ne pouvais pas lui résister... Pas longtemps en tout cas. 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: L'Horizon — RPG :: L'Amérique :: Le Brésil-
Sauter vers: