:: Le Château :: Les Maisons :: L'allée des peintures vivantes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I’ll never give in how high the mountains rise ❖ Gaia [Quête]

avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 18:52
Invité
I’ll never give in how high the mountains rise ❖ ft. Gaia Grass
Être au mauvais endroit au mauvais moment. C’était peut-être la définition exacte de cette matinée.

Après avoir fait son jogging quotidien, pris une douche, être allé manger un morceau, Elsie avait décidé de rejoindre sa salle de classe. Le cours de défense contre les forces du mal était intéressant, celui de potion passionnant et métamorphose passionnant. Mais à la fin de ce dernier, elle s’était retrouvée à ranger la salle en vue du cours suivant. Elle s’était donc mise en retard pour le déjeuner. Elle n’avait pas cours cette après-midi-là, désirant perfectionner son jeu au Quidditch elle avait réservé le terrain et fait passer le message aux joueurs des Wampus qui désiraient s’entraîner pour qu’ils la rejoignent sur le terrain à 14h.

Elle passa au réfectoire pour manger quelque chose rapidement, un simple sandwich à la dinde ferait l’affaire. Elle attrapa une pomme qu’elle allait manger sur le chemin est but une grande lampée d’eau. Elle avait besoin de s’hydrater en prévision de l’après-midi qu’elle allait s’infliger. Parce qu’il était hors de question que l’équipe des Wampus ne perde la coupe de Quidditch, elle allait faire en sorte de ne jamais laisser un souaffle passer dans ses anneaux.

Elle quitta le réfectoire une demi-heure après y être entrée et se dirigea d’une démarche assurée vers la salle commune. Elle allait déposer ses affaires et se changer avant d’aller jouer. Elle en profiterait pour récupérer les joueurs qui lézardaient dans la pièce : hors de question qu’un joueur libre ne s’entraîne pas avec elle aujourd’hui.

Après avoir enfilé un jogging, fais une tresse et pris un sweat chaud, elle ressortie de leur maison. C’est là qu’elle aperçut Gaia. Elle lui fit un grand signe de main et lui sourire.

— Salut Gaia ! Tu viens t’entraîner avec moi ?

A peine avait-elle fini sa phrase que deux fantômes passèrent près des jeunes filles en riant et hurlant, faisant sauter tous les tableaux des murs. Elsie attrapa la main de Gaia et s’agenouilla, portant ses bras au-dessus de sa tête pour se protéger. Quand le calme fut revenu, un surveillant arrivant en râlant.

— C’est pas possible ! Vous deux, rangez moi ces tableaux ! Il faut retrouver ces fantômes !

Adieu après-midi Quidditch. Un regard en coin à Gaia et un soupir avant de se relever, attrapant le premier tableau près d'elle.

— Bon bah, mettons-nous au travail.
© Fiche de RP codée par France. Toute copie partielle ou complète est prohibée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Lun 2 Jan - 13:29
Gaia Grass
Après huit ans passés dans cette école, vous commencez à avoir l'habitude que vos journées ne se déroulent jamais de manière linéaire. C'est peut-être bien pour ça que j'y suis encore ! Dans un lycée ou une université non-maj, j'aurais craqué il y a bien longtemps.

Pourtant cette journée avait clairement commencé de manière chiante, disons-le franchement. J'avais passé une matinée de cours bien au chaud, dans une salle, à écouter (plus ou moins) et prendre des notes (entre deux dessins), autant dire que le temps s'était étiré, étiré... Il y a des jours où on fait des sorties ou des travaux pratiques, la huitième année a beau être exigeante avec sa spécialisation, elle offre tout de même sa dose de préparation à notre vie de sorcier et ça implique de ne pas être constamment le nez collé sur une feuille. Aujourd'hui, non, les profs s'étaient tous passés le mots pour nous faire vivre le jour le plus long. La dernière heure, rythmée par les grondements de mon ventre, avait été la plus pénible et dès l'instant où le signal salvateur avait marqué la fin de cet enfer, je m'étais empressée de rejoindre la cantine.

Je n'avais pas de plan pour l'après-midi. Quand nous n'avons pas cours, les profs nous donnent une quantité inhumaine de devoirs, comme si ça ne leur plaît pas qu'on ait une seconde de temps libre, et passer la demi-journée à faire des recherches et rédiger des trucs ne m'enchantait pas du tout. D'un autre côté, je n'étais déjà pas une élève brillante, alors si en plus je ne faisais même pas le minimum, je me retrouverais vite avec un retard considérable. Y a-t-il déjà une personne qui s'est fait virer pour nullité ? Je n'ai pas envie d'être la première ! Une fois restaurée, je me dirigeai donc vers le quartier des Wampus pour récupérer de quoi travailler efficacement, à la bibliothèque, pour faire les choses bien.

C'est là que je croisai Elsie, elle me fit signe en souriant et je l'imitai, m'apprêtant à décliner sa proposition. Mais je n'eus pas le temps de lui exprimer ma peine et mon dégoût face à cette montagne de boulot qui me poussait à refuser à contrecoeur une après-midi de Quidditch, parce que des fantômes jugèrent très amusant de mettre le bordel dans l'allée. Mon amie m'entraîna au sol et une fois accroupie, je me couvris également la tête, à l'aide de mon sac. Enfin les deux esprits endiablés prirent la poudre d'escampette, ne laissant qu'un silence perplexe et un sacré désordre.

« J'allais te dire que je ne... »

« C'est pas possible ! Vous deux, rangez moi ces tableaux ! Il faut retrouver ces fantômes ! »

Ce n'était pas possible ! Non ! D'accord, je n'étais pas enchantée à l'idée de faire mes devoirs, mais au moins ç'aurait été utile à quelque chose. En revanche, ranger la pagaille des autres, c'était hors de question. J'étais en colère et j'avais juste envie de crier à quel point à la face de ce surveillant, mais Elsie, toujours pleine de bonne volonté, se résigna à remettre en place les tableaux. La pauvre était préfète, elle ne pouvait pas se montrer de mauvaise volonté. Je me contentai donc de lâcher un bruyant soupir irrité en serrant mes poings avant de me relâcher pour aider mon amie. Elle m'en voudrait si je la laissais toute seule, même pour des raisons scolaires. De toute façon, à ce moment-là je n'avais plus aucune motivation à travailler, le seul réconfort que je trouvais à cette situation était l'idée de poursuivre ces deux canailles et leur enfoncer mon poing dans... utiliser ma baguette pour... C'est trop dur de se battre contre des fantômes en fait !

« Raaaaaaah ! Mais quelle bande de... Raaah c'est n'importe quoi cette école ! »

Me saisissant d'un tableau avec précaution, je le replaçait à l'endroit que je songeai être le plus convenable. J'empruntais régulièrement cette allée et même s'il m'était arrivé de m'y arrêter pour regarder les peintures ou même discuter avec, parfois, le plus souvent je traçais pour rendre à un endroit ou à un autre sans perdre temps, parce que je déteste perdre du temps. Du coup, je ne savais pas si je trouvais à chaque cadre la bonne place et la plupart de leurs occupants ayant déserté temporairement, personne ne pouvait m'aiguiller. On verrait plus tard, s'il fallait réorganiser le tout pour que ce soit plus harmonieux ou simplement que ça rentre, cette perspective me semblait déjà plus amusante.

« Eh vous ! Un peu plus de délicatesse je vous prie ! »

Ce n'était pas vraiment le moment de me prendre la tête, en plus je m'appliquais vraiment pour manipuler les toiles. D'accord, je ne suis pas la personne la plus douce, mais je respecte l'art, et surtout à cet instant j'avais plus envie d'en finir, ce qui impliquait de ne pas passer une demi-heure dans le bureau de la directrice pour dégradation des biens de l'école.

« Je fais ce que je peux, je vous signale ! Je pourrais vous laisser là aussi hein... »
grognai-je avant de lui demander de façon tout aussi rude « Et si vous vous rendiez utile aussi en nous disant plutôt qui a fait ça ? »

« C'est une hôoooonte que cette école accueille de jeunes élèves aussi impolis ! De mon temps, nous avions des cours de manières ici et il fallait se tenir, sinon... »

« Je m'en fous de votre temps ! » hurlai-je, hors de moi.

Alors qu'il continuait à vociférer contre moi, j'essayais de faire abstraction de toutes ses âneries et de me calmer. Dans un effort de concentration extrême, je parvins à le remettre à sa place (au sens propre, pas au figuré, si seulement...) et je l'interrompis à nouveau, sans avoir écouté ce qu'il racontait :

« Vous savez c'est aussi dans votre intérêt de dénoncer ces fantômes. »

Mais il n'avait rien vu, me sembla-t-il déceler au milieu de son charabia conservateur. Je retournai vers Elsie qui de son côté avait bien avancé dans le rangement. Il nous restait quelques tableaux à remettre, les plus hauts, où nous aurions besoin de magie, à défaut d'avoir des centimètres en plus. Je pouvais la faire léviter, ou inversement, ou bien lancer un accio pour attraper mon balai, mais j'avais peur de bousculer à nouveau les toiles, car ce sortilège se montrait parfois un peu brusque, à l'image de la sorcière qui l'utilisait.

« Pour les plus hauts t'as une idée ? Peut-être que tu peux utiliser un Wingardium Leviosa sur moi pendant que j'en tiens un ? »

Il faudrait que je m'accroche ferme, mais ce n'était pas comme si je manquais de force. J'en profitai pour lui glisser, avec un sourire et un peu d'espoir :

« Si on finit assez tôt, peut-être qu'on aura encore le temps de s'entraîner. »

La nuit tombait trop vite en hiver, mais même si nous ne posions nos fesses sur nos balais qu'à partir de quatre heures, nous aurions bien une bonne heure avant qu'il ne fasse tout noir. C'était jouable et certainement plus alléchant que d'enchaîner les corvées et les devoirs. Le problème résidait dans le fait que le surveillant voulait absolument retrouver les fantômes, et sans mentir, j'en avais une furieuse envie aussi ! Mais ça signifiait que même une fois le rangement achevé, il nous manquerait l'enquête avant d'être totalement libres. Il valait mieux qu'un de ces personnages de peinture ait vu quelque chose !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 14 Jan - 11:59
Invité
I’ll never give in how high the mountains rise ❖ ft. Gaia
Ce n’était pas comme ça qu’elle avait prévu de passer son après-midi. Aussi, elle portait une mine un peu résignée. Mais Elsie était du genre pleine de bonne volonté alors, s’il fallait ranger les tableaux en question, elle le ferait sans dire un mot de plus. Parce qu’elle était préfète, oui. Mais aussi parce c’était les risques de ce genre d’école. Mais elle n’en aurait pas voulu à Gaia si la demoiselle avait dû partir, elle aurait pu se débrouiller seule. Elle était souvent passée dans ces couloirs sans jamais faire attention à certains tableaux qui, pourtant, étaient très beaux. Elle en replaça une partie, écoutant d’une oreille amusée Gaia se querellée avec l’un d’entre eux. Le discours de « vieux con » conservateur et borné ressemblait à s’y méprendre à ceux que son père lui tenait certaines fois. Elle avait pris l’habitude de ne plus écouter et ne plus répondre, parce qu’il se fichait de savoir ce qu’elle pensait, il n’avait rien à faire des opinions d’une « faible femme ». Enfin, c’était comme ça qu’Elsie l’avait toujours perçu. Elle ne serait que bonne à mariée le jour où ils auraient l’occasion de fusionner des entreprises. Mais elle ne se laisserait pas faire, ça non.

Une fois les trois premières lignes remises en place, elle observa le haut des murs. Elle s’entendit penser tout haut lorsque Gaia pris la parole. Un rire répondit à sa batteuse et elle hocha un peu la tête.

— Oui, il faut trouver une solution. Ce n’est pas que je n’ai pas confiance en mes sorts mais je ne suis pas sûr qu’un Leviosa soit la meilleure idée du siècle. Enfin si, mais directement sur les tableaux, pas sur toi ou sur moi.

Elle se frotta la nuque et soupira doucement, ramenant sa tresse en arrière.

— On pourrait commencer par étaler les tableaux selon leurs places ? Et ensuite essayer de les fixer avec un Leviosa. Qu’en penses-tu ?

Elle se maudissait de ne pas avoir appris de sort de rangement, elle savait qu’il en existait et tout ça aurait été beaucoup plus rapide. Mais elle refusait de faire léviter Gaia dans les airs, les tableaux seraient bien plus simple à contrôler.

— Je sais pas, on doit pas chercher les fantômes… ? Que crois-tu qu’ils puissent leur faire ?

Un rire ponctua la phrase. Allez, il valait mieux faire ces tâches dans la bonne humeur plutôt que de s’attarder sur les détails agaçant et insignifiant.

— Comment tu t’en sors en cours ? Ça se passe bien ?
© Fiche de RP codée par France. Toute copie partielle ou complète est prohibée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Mer 18 Jan - 19:41
Gaia Grass
Bon, Elsie n'avait pas l'air très chaude pour me faire léviter (ni elle aussi, mais je pouvais concevoir qu'elle n'ait pas confiance en mes sortilèges). Cependant, je n'étais pas sûre d'arriver à fixer les tableaux directement avec un sort, je les voyais déjà dégringoler dès l'effet de lévitation disparu, j'avais bien plus confiance en mes bras ! Mais bon, je connaissais suffisamment ma camarade pour savoir que je ne pourrais pas la faire changer d'avis là-dessus alors je consentis à trouver une autre solution. Elle avait raison, nous devions retrouver ces fantômes alors autant faire d'une pierre deux coups et les forcer à ranger... Non, ils se plairaient trop à défaire le fruit de nos efforts et il n'était pas question que je remette en ordre leur bazar deux fois dans la même journée. Une, c'était déjà trop.

« On les retrouvera après. Puis on se cassera. Très loin, avant qu'ils foutent encore le bordel et qu'on nous demande ENCORE de ranger. »

Tout en discutant avec ma préfète, je relevais les tableaux et les alignais en dessous de ce que je présumais être leur place. Au moment où elle m'interrogea sur mes cours, j'avais les yeux posés sur la représentation d'un paysage côtier où s'animait une tornade qui faisait voler toits et lampadaires. Les quelques personnages présents sur le tableau s'accrochaient à des rochers pour ne pas être engloutis par la mer, déchaînée. Si je voulais être dramatique, je pouvais tout simplement mettre Elsie face à cette peinture et lui répondre que c'en était une métaphore très exacte. Mais ce serait un peu exagéré. Non, vraiment, je ne m'en sortais pas si mal. Je soupirai et me tournai vers elle.

« Bof. Ca dépend, j'peux avoir de bonnes notes quand je me motive, parce que j'ai laissé tomber les matières où j'étais vraiment un déchet. Mais tu sens bien que c'est la huitième année quand tu peux plus te contenter du minimum. » Je revins vers mes tableaux, marquant une pause avant d'ajouter : « Encore heureux, j'ai pris une spé assez sympa. Puis il est cool, Carter-Owl... » Je m'interrompis, j'oubliais toujours que mon amie était sa sœur.  « Enfin ton frangin quoi. Ses cours sont cool. » Il n'avait que quelques années de plus que moi, donc c'était parfois difficile de le voir en tant que prof, mais je ne le fréquentais pas lorsqu'il était élève, c'était déjà ça. J'eus un petit sourire en imaginant à quel point ce devait être étrange pour les jumeaux. Est-ce qu'ils étaient tenus de l'appeler 'Professeur' ?

Une fois les cadres positionnés, je me lançai dans la lévitation. Je ne sais même plus pourquoi j'avais peur à ce moment-là, enfin c'est vrai ! C'est un sort de débutant, j'ai dû l'apprendre en première année, deuxième année maximum, et depuis, j'en ai fait voler des objets ! Mais là, je faisais face à des objets centenaires, parfois de vrais chefs-d’œuvre, et je respectais même celles aux sujets les plus désagréables. Alors en faisant preuve de la plus grande précaution, je pointai ma baguette sur le paysage à la tornade, inspirai et prononçai la formule : « Wingardium Leviosa ! » Et alors qu'il s'élevait au rythme de ma baguette (donc pas bien vite), je me concentrais pour le maintenir dans le bon sens et surtout entier. Il arriva en fin de compte à la bonne hauteur. Vint le moment de vérité où je dus relâcher mon contrôle et le voir tenir ou s'écraser au sol. Heureusement pour moi (et pour lui), il resta sagement accroché au mur et je pu laisser échapper un long et sonore soupir de soulagement.

« Aaaaaaaaaaaaaaah ! C'était tendu sérieux ! » Je pus enfin en rire et regardai à nouveau ma capitaine, pour voir où elle en était. Je pensais – j'espérais – qu'elle avait dû aller plus vite que moi, elle était habile avec la magie. De toute manière, les prochains seraient moins fastidieux, à présent que j'avais vu que ce n'était pas si terrible que ça, je devrais être en mesure de le faire avec plus d'aisance.

« J'te jure qu'après je vais avoir besoin de me défouler. Soit ça passe sur les fantômes, soit ça passe sur le terrain. Mais j'ai pas encore trouvé comment passer mes nerfs sur un fantôme ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 1 Fév - 19:34
Invité
I’ll never give in how high the mountains rise ❖ ft. Gaia
Elsie se débrouillait pour remettre les tableaux comme elle le pouvait. Elle n’était pas encore très précise et rattrapait quelques toiles de justesse sous les sermons et les injures des habitants des tableaux. Ils étaient bien ingrat quand même, ils auraient pu partir et les laisser au sol sans s’occuper d’eux.

Elsie appréciait Gaia pour son caractère si honnête et indépendant. Elle n’hésitait pas à dire franchement ce qu’elle pensait et Elsie l’enviait pour ça. Elle ne pouvait pas être si honnête et devait parfois se réfréner. C’était insupportable parfois et elle finissait par s’enfermer dans son univers sans rien dire à personne, profitant de quelques instants de solitude bienvenus. Parce qu’elle avait beau aimer tout le monde, elle avait aussi besoin de souffler.

Elle écouta les mots de Gaia avec un petit sourire, ça lui faisait plaisir d’être de « corvée » avec la jeune femme.

— Je ne suis pas sûre qu’on parvienne à mettre la main dessus. Ce sont des fantômes quand même. Ils connaissent cette école bien mieux que nous. Et puis s’ils traversent un mur, on risque de mettre un bon moment avant de les retrouver de nouveau.

Un soupir quitta les lèvres carmines et Elsie s’étira un peu. Elle se demandait s’il n’était pas plus sage de laisser le personnel retrouver les fantômes… Mais elle hésitait, tout simplement parce qu’on leur avait donné la mission de le faire et qu’il était probablement nécessaire qu’elles aillent au bout de leur tâche.

Une fois les tableaux accrochés, elle posa ses mains sur ses hanches et écouta Gaia lui parler de ses cours. Elle sourit en l’entendant évoquer Rhys et haussa les épaules.

— J’aime beaucoup les cours de Rhys également. Il est vraiment passionné et ça se voit, ça rend le tout beaucoup plus intéressant.

Elle sourit un peu et haussa les épaules.

— Et puis, t’en fais pas. C’est pas gênant qu’il soit mon frère.

Elle aurait eu plus de peine si Gaia lui avait avoué être super proche d’Edern. Mais, elle sentait que Rhys avait envie de faire des efforts. Alors ça lui convenait.

— On n’a qu’à les chercher un moment et si on les retrouve… Je sais même pas comment on pourra les retenir. Ça passe à travers des sorts de protection un fantôme tu crois ?
© Fiche de RP codée par France. Toute copie partielle ou complète est prohibée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
40/100  (40/100)
icône :
Citation : La vie, c'est simple, il suffit de faire ce qu'on a envie de faire au moment où on a envie de le faire et sans se poser trop de questions.
Niveau : Sorcier en Herbe
Baguette : 23 cm, bois de laurier, plume d'oiseau-tonnerre, souple
Spécialité : Etude et soin aux créatures magiques
Quidditch : Batteuse
Gaia Grass
Etudiante en 8eme année - Wampus
Etudiante en 8eme année - Wampus
Lun 13 Fév - 9:15
Gaia Grass
Elsie me transmit ses doutes sur la probabilité que nous retrouvions les fantômes responsables et je devais bien l'admettre : elle avait raison. Dans ma petite tête de brute irréfléchie, j'imaginais tout un tas de sortilèges lumineux et douloureux, mais c'était de l'ordre du fantasme. En me repassant les  quelques sorts qui pouvaient fonctionner sur un esprit, je réalisais que je n'en maîtrisais aucun. Ma préfète suggérait un sort de protection et je haussai les épaules. Qu'est-ce que j'en savais, moi, si un tel enchantement pouvait retenir un fantôme ? Ce n'était pas comme si j'étais en mesure d'en produire un de toute façon. J'agrémentai ma gestuelle perplexe par un commentaire qui faisait presque pléonasme : « J'sais pas. » Puis ajoutai, en essayant de ne pas avoir l'air trop impressionnée : « Tu sais lancer des sortilèges de protection toi ? » Parfois j'oubliais qu'Elsie était trois années en dessous de moi, et lorsque ça me revenait, ce n'était jamais de la façon la plus agréable.

J'étais sûre que ces saletés de fantômes étaient en train de se gausser dans un coin. Dans un premier temps, j'avais cru qu'ils avaient pris la fuite pour se terrer dans un endroit bien planqué du château. Mais non, le spectacle devait être bien trop beau : deux élèves forcées de remettre en ordre tout leur carnage, pestant, certes, mais dont les menaces n'avaient aucune portée. Car nous affichions sans discrétion notre impuissance et ils devaient s'en délecter. Ca me mettait hors de moi, mais j'essayais de me contenir. J'avais méchamment envie de frapper quelque chose et plus ça allait, plus cette envie était dure à réprimée. On pouvait aussi aller voir Holloway et lui dire « Désolée M'dame la dirlo, mais on a cherché partout, on les a pas trouvés. » mais peut-être bien qu'elle saurait que nous n'aurions pas cherché partout. Et mentir à la directrice, ce n'était pas la meilleure des idées.

Exaspérée, je lançai un : « HA. HA. C'est bon on s'est bien marrés, maintenant faudrait peut-être voir à arrêter de se planquer comme des gros lâches ! » Cette fois, toute l'allée entendit l'écho de leurs rires. Je bouillonnais. « Mais continuez ! De toute façon c'est tout ce que vous pouvez faire, rigoler !» Les provoquer n'était pas très prudent, mais je n'étais pas en mesure de juger de ce qui était risqué ou non, j'étais si énervée ! « Allez amenez-vous si vous vous croyez si malins ! »

Lorsque les deux foncèrent sur nous comme des furies, je n'avais pas exactement de plan. Mais j'avais des réflexes, c'était peut-être mon seul avantage dans cette histoire. Ni une, ni deux, ma baguette dégainée, je criai avec conviction : « Flipendo ! » ce qui eut pour effet d'assommer la créature visée. Son camarade prit la fuite et je brûlais de lui courir après, mais c'était impossible. Peut-être aurais-je eu une chance avec mon balai, peut-être aurais-je dû lancer cet accio tout à l'heure au final. Enfin, nous en avions déjà eu un c'était le principal, et je m'empressai de m'éloigner pour aller chercher un adulte, une autorité quelconque, pour me dépêtrer au plus vite de cette corvée. Sans demander son avis à Elsie, je lui expliquai, envoyant ma voix depuis le fond du couloir : « Occupe-toi de le garder, je vais chercher quelqu'un, et ensuite on se tire de là ! »

Sort:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: Les Maisons :: L'allée des peintures vivantes-
Sauter vers: