:: Le Château :: L'Antre :: Les Couloirs Capricieux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un chat, et deux crétins. ft Mikhael Andersen [Terminé]

avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 3:46
Invité
-Astérius ! Arrête ! Arrête tu vas...

BANG.

Soupirant, je posais mes deux mains sur mon visage. J'adorais ce chat mais, des fois, il faisait quand même pas mal de bêtises. Vous me direz, c'est normal. C'est un chat. Enfin, un jeune chat même puisqu'il est encore chaton. Attrapant le minet dans mes bras, il me regardait d'un air tellement triste -il savait qu'il allait se faire engueuler- que mon propre regard s'adoucis.

-Ah ce n'est pas la peine de me regarder comme ça, hein, le chat...

Mais il continuait, avec ses oreilles rabattu sur la tête et ses yeux tout ronds. Ok là je craque. Même les chats savaient que je ne pouvais pas rester fâcher contre un visage aussi mignon.

-Ca va pas du tout ça. Lui dit-je en lui chatouillant le ventre, souriant à moitié.

Je relâchais la bête qui fila rapidement en dehors du dortoir. Soupirant à nouveau, je me grattais la tête. Le rappel-tout de mon camarade de dortoir n'était plus. Sauf si...

-Reparo.

Et voilà, ni vu ni connu. Reposant la petite chose à sa place sur la table de nuit de mon camarade, je filais à mon tour en dehors du dortoir. Aujourd'hui il faisait moche, il pleuvait de nouveau et j'avais l'intention d'aller réviser quelques cours à la bibliothèque. Habillé de mes éternelles fringues trop larges et de mes chaussettes dépareillé, je me glissais parmi la foule pour finalement atterrir face à ...

-Astérius. Tu ne devrais pas fraterniser avec l'ennemi, tu sais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 4:27
Invité
Quel temps dégueulasse il pouvait faire ! Après les cours, Mikhael aurait bien apprécié sortir un peu et se dégourdir les jambes. Autant dire que ce n'était pas pour cet après-midi. À choisir, le garçon préférait largement la neige.

Les paysages d'ici n'avaient rien à voir avec le Danemark. Ael avait vraiment espéré pouvoir rentrer au pays durant les vacances, mais sa mère était venue lui affirmer le contraire, toute guillerette. Ta carrière était cool pour toi, m'man, mais tu oubliais peut-être un léger détails que tu laissais à la maison, non ? Disons que les fêtes n'en avaient pas vraiment été. Qui disait fêtes ratées, disait humeur massacrante. Tandis que sa génitrice parcourait les États-Unis à étudier des plantes, son cadet était resté à la maison. Un Noël de plus à glander seul devant la télé, avec une commande au restau' chinois du coin en guise de compagnie. Rien à voir avec le festin de grand-mère.

Le Womatou poussa un soupir exaspéré et jeta la lettre fraichement envoyée dans le feu de la grande cheminée de la cantine. Il s'en fichait pas mal, en fait. Sa propre compagnie lui avait suffi. La télé de ces satanés non maj, un peu moins. Comme s'ils avaient besoin de vivre comme eux et de se fondre dans le paysage ! Joyeux Noël... Ce n'était pas ce mot d'excuse bidon qui changerait quoi que ce soit. Son grimoire de métamorphose sous le bras, Mikhael traversa la cantine et décida de se rendre dans les couloirs un peu en avance. Saluant ses quelques connaissances d'un signe de la main, le gamin snobait la moitié des gens qu'il croisait avec cette nonchalance caractéristique des nobliaux un peu trop sûr d'eux.

C'est en ruminant ces pensées qu'Ael aperçut du mouvement du coin de l’œil. Une boule de fourrure s'était mise à courir dans la foule d'élèves rugissante, avant de se percher sur la balustrade d'une arche de pierre. Il était forcément à quelqu'un, évidemment. Regardant à gauche, puis à droite, les prunelles vertes du Womatou se posèrent sur le chaton qui venait de recevoir une goutte d'eau sur le crâne. L'animal se secoua sous le choc, tandis que le garçon s'approchait doucement pour le voir de plus près.

- Qu'est-ce que tu fais là ? C'est pas un temps à mettre un chat dehors...


Un léger sourire flotta sur ses lèvres et il frotta doucement la petite tête de la créature. Vu la taille qu'il faisait, il avait probablement dû s'échapper. Personne ne semblait le réclamer, pour le moment. Ael prit place en s'asseyant sur le rebord, juste à côté de lui. Non, c'était faux, il ne comptait pas le surveiller jusqu'à ce que son maître vienne le chercher...

- Alors ? réfléchit-il à voix haute en cherchant dans la foule. T'es à qui ?

Mikhael ne tarda pas à le savoir. Son sourire mourut instantanément et il fronça les sourcils. Super, il ne manquait plus que cette tête de gland pour arranger la journée... Le Womatou bondit de son perchoir et glissa ses mains dans ses poches, faisant mine de n'avoir rien vu d'important juste à ses côtés. S'il avait su, il aurait sûrement laissé tomber l'idée. Ce type n'en valait pas le coup.

- Maintenant je vois bien ce qu'il fuyait,
répliqua-t-il après avoir été qualifié d'ennemi, t'espérais qu'il te trouve des qualités, Haldor ? Même ton chat ne voulait pas s'afficher avec toi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 15:15
Invité
Alors que je montais moi-même sur une pierre mal enfoncé dans un mur pour atteindre la hauteur de mon chaton, je grimaçais à sa remarque. Astérius dans mes bras, je sautais pour me retrouver de nouveau face au monstre de service. Ce crétin sans âme... Ce chartier de l'enfer. Ah ! Il avait de quoi concurrencer Harvey bon sang.

-Répète un peu par la malpeste ! Espèce de tête d'anchois ! Lui dit-je en m'approchant de lui l'air menaçant, le chaton monté sur mon épaule.

Sans stress, le chat faisait sa toilette tendis que je lançais des éclairs dans le regard de l'autre abruti. Pourquoi l'école avait elle acceptée un débile pareil dans l'établissement? Et encore pire, dans le Quidditch ! Genre, ce n'est pas comme si c'était un danger public, mais un peu quand même hein. Me renfrognant, je croisais les bras et si j'avais pu, j'aurais sûrement grogné.

-Tu n'es qu'un crétin Andersen.

Ca avait toujours été pareil avec Andersen. Depuis la première année. Avant, je ne disais rien. Mais à présent, je lui faisais manger son blason a chaque fois que je le pouvais et quand il m'énervait trop. De toute façon. C'est moi le plus fort. ... Quoi? Quoi? Pourquoi vous rigolez?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 17:06
Invité
"Tête d'anchois", hein ? C'est qu'il avait de l'imagination le petit... Ça changeait radicalement d'avant, tout ça. Et dire qu'en première année, il suffisait de lui donner une légère claque pour le faire pleurer ! À l'époque, Ael déplorait tellement ce petit pleurnichard qui partait en courant dès que l'on proférait la moindre menace à son encontre. C'était jouissif et en même temps, bigrement frustrant. Un peu de répondant ne faisait jamais de mal. Et pourtant, il allait falloir attendre quelques années pour que ce nabot réagisse un minimum. Mikhael haussa un sourcil et un ricanement lui échappa. Ce sourire moqueur sur les lèvres, le garçon approcha son visage de celui de l'Oiseau-Tonnerre et plongea ses prunelles vertes dans les siennes.

- Tu devrais faire attention à ce que tu dis, Haldor. J'ai cassé des crânes pour moins que ça et le tiens est en sursis depuis trop longtemps déjà...

Trop longtemps, oui, mais il voulait conserver son amusement encore un peu. Ce gosse était encore tout mou : impossible d'en faire quelque-chose de potable. Seule la bande de crétins qui trainaient avec lui, passait son temps à lui sauver la mise et à prouver qu'il valait peut-être quelque-chose. Tout seul, ce n'était qu'un ramassis de fringues trop grandes, montés sous une tête à claques.

- Tu traines pas avec Peterson, aujourd'hui ?
demanda-t-il en regardant autour d'eux comme s'il cherchait à apercevoir le concerné. Ton maître aux airs de cadavre ambulant aurait cassé sa laisse ?

Ce type lui donnait tout simplement froid dans le dos. Haldor trainait sans cesse derrière ses talons et tous les deux n'étaient jamais très loin l'un de l'autre. Peterson était de ces types qu'Ael n'avait jamais osé approcher. Un seul regard et il avait l'impression de subir une malédiction : il y avait de quoi flipper légèrement. Même Nightingale n'avait pas l'air aussi bizarre. Lola était brute de décoffrage -qualité appréciable sans nul doute-, alors que l'autre était sinistre et silencieux comme un spectre. Mikhael ne comprenait pas qu'on ait de la sympathie pour quelqu'un d'aussi étrange. Lui-même n'appréciait pas se trouver dans la même pièce que lui.

- Il faut vraiment être barge pour s'approcher d'un type comme lui,
grommela-t-il à l'attention de Hugo, mais ça te va bien. Il a peut-être déjà commencé à aspirer ton âme ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 17:33
Invité
- Tu devrais faire attention à ce que tu dis, Haldor. J'ai cassé des crânes pour moins que ça et le tiens est en sursis depuis trop longtemps déjà...

Ah ouais? Bah vas-y qu'est-ce que tu attends Andersen? Serrant les poings, je n'avais pas reculé. J'avais appris à ne plus réellement m'inquiéter de cette face d'inferis. Genre, ouais, je n'aimais pas spécialement me retrouver pleins de bleus et parfois même le nez cassé, mais au final, j'étais bien content de l'affronter de face. Il comprenait enfin à qui il avait à faire, le chartier en herbe. Et puis le sortilège d'episkey était fait pour ça après tout.

- Tu traines pas avec Peterson, aujourd'hui ? Ton maître aux airs de cadavre ambulant aurait cassé sa laisse ?

-Qu'est-ce que tu dis là ?! Tu va voir qui va casser quoi !

Alors, là, il dépassait les bornes. J'avais sollicité mon chat à descendre de mon épaule. J'allais lui sauter dessus. J'allais le bouffer bon sang ! Cette blondinette à la face de chartier mal coiffé !

- Il faut vraiment être barge pour s'approcher d'un type comme lui, mais ça te va bien. Il a peut-être déjà commencé à aspirer ton âme ?

Ni une ni deux, je poussais un grognement digne d'un chaton enragé et le choppais par le col en serrant les dents, le poing lever. J'allais lui en coller une à cette face de Sanglue !

-Et toi tu me pompe l'air Andersen !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 18:25
Invité
Mikhael afficha un léger air surpris en voyant le nimbus réagir au quart de tour. Alors Peterson n'était pas seulement son acolyte, hein ? C'était aussi un sujet à ne pas aborder ? Comme c'était touchant... Il se félicitait d'avoir touché juste, même si c'était son col que l'autre tenait dans ses mains. Il allait le regretter, ce sale petit véracrasse. Qu'est-ce qu'il croyait ? Avoir assez de forces pour réussir à lui tenir tête ? Espèce de crevette...

- Tu devrais vraiment enlever tes mains de là, Haldor, tu fais pas le poids, je vais te massacrer.

Si la colère de Hugo grimpait, autant dire que la sienne le faisait aussi. C'était physique avec ce gars : il ne pouvait pas s'en empêcher. Pourtant, tous deux se supportaient plus ou moins (plus moins que plus) depuis trois ans. Les habitudes auraient dû s'essouffler. Il semblait bien que ce n'était pas le cas : les habitudes avaient visiblement la dent dure avec ces deux-là. Peut-être qu'un jour, tout finirait par se calmer, mais ce n'était pas encore le cas. D'autant plus après les vacances pourris qu'Ael venait de passer. Il avait grand besoin de se défouler sur quelque-chose, aussi la présence de l'Oiseau-Tonnerre était un peu comme un don du ciel.

Les mains de Mikhael se refermèrent à leur tour sur le col du nabot et il le repoussa contre le mur sans le lâcher. Il voulait se la jouer entre hommes ? Ils allaient se la jouer entre hommes, ce n'était pas un problème ! Le Womatou n'attendait que ça pour avoir une bonne raison de le taper. Autour d'eux, certains élèves s'étaient arrêtés et d'autres regardaient la scène. Les bagarres faisaient toujours leur petit effet dans les couloirs.

- T'es toujours partant pour me cogner ? Réfléchis bien, il se pourrait que tu aies la honte de ta vie.


S'il fallait cogner, pas de problème. Il se fichait pas mal de ce que ça donnerait aux yeux des autres. Il était à crans. Il avait besoin de se défouler. Ce fut le miaulement du chat qui le sortit de sa colère, l'obligeant à tourner la tête dans la direction de l'animal. Massacrer son maître était une alternative intéressante, mais si l'autre ne pouvait pas se relever, le chat allait finir on ne savait où dans le château. Ael fit claquer sa langue contre son palais et repoussa violemment Hugo contre le mur, avant de s'écarter de quelques pas.

- Laisse tomber.

Et avec un peu de chance, les autres allaient finir par se lasser de les regarder. Mikhael leur jeta un regard hautain. Qu'ils dégagent, ça ne les regardait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 31 Déc - 18:46
Invité
- Tu devrais vraiment enlever tes mains de là, Haldor, tu fais pas le poids, je vais te massacrer.

Comment ça je ne fais pas le poids? Comment ça TU va me massacrer? ... Bon théoriquement, je finis le nez dans la poussière en premier, c'est vrai. Mais qui te dit que c'est toujours toi qui gagne Andersen? Au final, on a jamais vraiment su, puisqu'on nous a toujours séparer ! Espèce de crétin.

-Tu fait l'malin parce que tu fais du Quidditch et pas moi?

Un léger grognement supplémentaire sorti de ma bouche alors que l'autre dégénéré du cerveau me choppait par le col aussi. On avait l'air malin comme ça tiens. Je ne lâchais pas pour autant, au contraire, je resserrais ma poigne sur ses vêtements.

Tu crois que tu m'fait peur?

- T'es toujours partant pour me cogner ? Réfléchis bien, il se pourrait que tu aies la honte de ta vie.

-La honte de ma vie c'est de te connaître Andersen.

Astérius ne te mêle pas de ça ! Manquait plus que ça tient. Un chat miaule et le blondinet s'enfuit? Quoi, j'hallucine. Ou alors c'était un prétexte parce qu'il tremblait face à moi? Enfin? AHAH Andersen ! Je savais bien que j'étais le plus fort de nous deux. Qu'est-ce que t'as cru? Non...? Alors quoi? T'as pitié de moi? Ah ça sûrement pas mon gars !

Aïe ! T'aurais pu faire attention quand même. Les murs, c'est dur bordel.

- Laisse tomber.

-C'est quoi ton foutu problème? Lui demandais-je en remettant mon col en place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Lun 2 Jan - 3:02
Invité
- Si t'es complexé avec le Quidditch, Haldor, entraine-toi et je t'attendrai sur le terrain, répliqua-t-il, et ça n'a aucun rapport.

Ça lui faisait honte de le connaître ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire exactement, hein ? Mikhael n'avait pas demandé à lui tomber dessus. Bon d'accord, en faire sa tête de turc en première année, n'avait pas aidé à arranger leur lien, mais ce n'était pas pour le déranger. Avait-il déjà dit combien il détestait ce type ? Des millions de fois en trois ans. Cela dit, maintenant que le bonhomme avait un chat dans les basques, ce n'était plus aussi facile. Il n'allait pas lui sauter dessus alors que le minet les regardait et aurait l'occasion de fuir : la bestiole n'avait pas demandé un tel maître.

Le garçon fit craquer les os de son cou : c'est qu'il commençait à avoir de la poigne, le Haldor. Peut-être qu'on finirait par en faire un homme ? Ce que c'était son problème, hein ? Ce que c'était son problème ? Peut-être bien de voir encore et toujours sa tronche dans la couloirs ? Peut-être autre chose ? Haldor restait un bon défouloir, même si le blondinet perdait peu à peu la motivation de lui taper dessus. Pas devant le chaton, quand même...

- Ah, mais j'ai aucun problème, répondit-il enfin d'un air méprisant, je vois ta sale tête de niais, ça me suffit.

En plus, cet abruti parlait du nez : Mikha était quasiment sûr qu'il était malade. S'il y avait bien de ça, le jeune homme avait dans l'idée de s'éclipser assez vite, en fin de compte. Il s'en était rendu compte en l'ayant tout proche de lui, mais... Bon sang, lui qui attrapait tout ce qui passait ! Le Womatou avait toujours eu ce souci : tomber malade hyper facilement. Si Hugo lui refilait son rhume, autant dire qu'il en aurait pour un bon moment et il n'en avait pas très envie. En étant malade, les entrainements de Quidditch allaient devenir difficiles et il n'avait pas envie de faire faux bond à l'équipe...

- Puis t'as le nez qui coule, c'est dégueux... maugréa le garçon en reculant d'un pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Lun 2 Jan - 23:07
Invité
- Ah, mais j'ai aucun problème, je vois ta sale tête de niais, ça me suffit.

-Tu sait ce qu'elle te dit ma sale tête de nais?

Lui répondais-je en bougonnant à moitié dans ma barbe -Ouais je sais j'en ai pas-. Pff y'avais pas idée de rencontrer ce mec quand j'étais malade. Vraiment, je passais une sale journée. Et ce chat qui continuait de miauler en nous regardant. Astérius, fait pas le malin.

- Puis t'as le nez qui coule, c'est dégueux...

-Pourquoi tu recule? Lui demandais-je à nouveau en haussant un sourcil.

Genre je n'avais pas une tête de déterré non plus. Quant à mon nez, oui bah, qui n'a jamais eu un gros rhume en janvier? Sérieusement. M'approchant d'un pas vers lui, je toussotais dans ma manche. Ce qui eu l'air de lui donner un teint encore plus livide qu'avant. C'était lui le déterré ! Les élèves autour avait finit par reprendre le cours de leur vie ne se préoccupant plus de nous dorénavant. Plus de bagare? Pas intéressant !

-Bah alors, t'as peur d'un petit rhume Andersen? Lui sifflais-je un demi-sourire amusé sur le visage.

Astérius se précipita dans mes pattes et trottina vers Andersen pour se frotter à ses jambes. Je soupirais, complètement blasé. Astérius, arrête de me faire des infidélités s'il te plait, surtout avec ce type, c'est vraiment humiliant !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Jan - 19:59
Invité
- Approche pas, garde tes microbes ! ordonna-t-il.

Plus Hugo tentait d'avancer, plus il reculait. Pas question de chopper le rhume de ce gringalet ! Ça non alors ! C'était déjà pénible à la base, mais venant de lui, c'était juste insupportable. Le garçon fit de son mieux pour ne pas le laisser venir vers lui, mais ce n'était pas facile. Et le bougre avait l'air de bien s'amuser en plus. C'était quoi ce sourire narquois, hein ? Il s'apprêtait d'ailleurs à lui crier dessus une nouvelle fois. Ou à lui mettre un coup dans la figure pour l'obliger à rester en arrière. Il ne s'était déjà que trop approché de lui quelques minutes plus tôt.

Ce fut le chat qui décida de s'en mêler une nouvelle fois. L'autorité qui grimpait à l'esprit de Mikha fut très vite sapée par la présence de la boule de poils noire. Le chaton se frottait à ses jambes sans complexe, ni attache visiblement, tout à fait tranquille. Il ne voyait pas que le Womatou s'en prenait à son maître ? Décidément, ils étaient aussi tarés l'un que l'autre ! Mikhael aurait pu pester, mais il n'en fit rien, trop surpris pour parvenir à en placer une. L'idée de repousser le félin ne lui vint même pas à l'esprit. Étonnant comme une si petite créature pouvait vous désarmer en moins d'une minute... C'était toute la sorcellerie des chats. Satanées créatures de l'Enfer !

- Allez, je suis pas ton maître, moi... grogna-t-il en essayant de lui échapper.

Entre le chat accro aux câlins et le propriétaire malade, c'était l'heure de se replier et de ne pas rester dans les parages. La situation était cocasse, à n'en point douter, mais ça devenait carrément gênant.

- Récupère ta bestiole, Haldor !

Il allait se décider à bouger, le crétin en uniforme, là ? Mikha n'avait pas l'intention de rester là toute la journée à attendre ! Il allait finir par être en retard à ses cours et en prime, avec un chat sur les talons. Il s'imaginait déjà s'asseoir tranquillement sur son siège et constater la présence envahissante du petit félin. Quant au professeur, inutile de dire qu'il ne tarderait pas à lui demander de sortir en croyant qu'il s'agissait de son animal. Que du bonheur, vraiment !

Et alors il perdit patience. Tandis que le chaton continuait inlassablement à se frotter contre ses jambes -et l'envahir de poils par la même occasion-, le garçon fit mine de se baisser, défia la bête féroce du regard et... l'attrapa entre ses mains. On pouvait lui donner beaucoup de défauts, mais Mikhael n'aurait jamais fait de mal à un animal. Contrarié d'avoir dû le faire lui-même, il finit tout de même par tendre sa prise vers Hugo, non sans prendre soin de le soulever correctement.

- Tiens...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Jan - 21:29
Invité
Ne pas m'approcher? Au contraire ! Si ça te permettait au moins une fois d'avoir peur de moi. Mais je cessai tout de même d'avancer après quelques pas, posant mes poings sur mes hanches. Je fis mine de tousser pour l'inquiéter encore plus. Ben ça alors ! Si je m'étais attendu à ce qu'il recule face à quelques petits microbes...

Bon pour le coup, j'étais loin d'avoir un petit rhume. J'étais vraiment pris et ça se voyait apparemment. Merci le bal où j'étais en chemise sur le balcon, merci l'aventure dans la forêt en pleine nuit alors qu'il pleuvait et qu'on se faisait attaquer par des trolls !

Andersen pria Astérius d'aller voir ailleurs, effaçant un demi-sourire amusé face à la situation, j'incitais le chat à revenir vers moi aussi. Echec total. Il s'était vraiment pris d'affection pour mon ennemi juré. Tristesse dans ce monde ! Sale bête.

- Récupère ta bestiole, Haldor !

-Ah mon grand regret, on dirait qu'il t'aime bien. Soupirais-je au garçon alors qu'il grinçait des dents.

Ce dernier se pencha pour prendre mon chat dans ses bras et me le donner ensuite. Mais c'est quoi son problème à la fin? J'ai bien remarqué sa gêne ! Et pas seulement à cause de mon rhume. Le blondinet fondait-il face à un chaton? Attrapant la petite bête qui vint immédiatement rouler sa tête contre ma joue, je riais un peu.

-T'es vraiment bizarre comme type Andersen. Tu vas vers la confrontation mais, tu rejettes les preuves d'affections. Je ne te comprends pas. Dit-je avec plus de douceur que d'ordinaire face à lui.

Tournant les talons, un simple "bye" sorti de ma bouche sans même le regarder. Peut-être qu'au fond il n'était pas si méchant que ça... Il était temps de s'en aller avant qu'Astérius face la bêtise de se retrouver au milieu d'une bagarre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 3 Jan - 22:19
Invité
Le chat l'aimait bien, hein ? Sans blague... Il avait deviné ça tout seul, le Haldor ? Il lui aurait volontiers donné une grande claque derrière le crâne, si ses mains n'avaient pas été prises par le chaton remuant qui lui servait de compagnon. Qu'il apprenne à garder ses bêtes hors de tout danger aussi ! Quelle idée de le laisser partir tout seul à l'aventure ! Mikhael l'aurait bien traité d'irresponsable par dessus le marché, mais c'était sans compter sur son agacement du jour. Pas moyen que ce type sache que la présence d'un chat ne le dérangeait pas. L'étape d'après, ce serait quoi ? Discuter chatons et paillettes devant un chocolat chaud ? Jamais de la vie ! Il préférait encore choper son rhume !

Enfin, l'Oiseau-Tonnerre se décida à récupérer son bien, ce qui permit à Mikha de prendre un peu plus de distance avec lui. Ce n'était pas tout ça, mais il avait aussi autre chose à faire... Le commentaire de ce crétin eut tôt fait de le pousser à grimacer de contrariété. Non mais, on lui avait demandé quelque-chose ?

- Occupe-toi de ce qui te regarde, Haldor ! Dans le registre bizarre, on fait pas pire que toi ! répliqua-t-il en le regardant tourner les talons.

Refuser des preuves d'affection ? C'était un peu facile comme excuse. N'avait-il pas simplement compris qu'il n'avait pas envie de se montrer sympa avec lui ? Pourquoi faire, hein ? Ce type était niais, un peu bébête sur les bords, mou, enfantin et surtout horriblement énervant ! Qu'est-ce qu'il s'imaginait ? Que Mikhael avait besoin de s'entendre dire des trucs pareils ? Rejeter l'affection, aller vers la confrontation... Que ce type essaie de comprendre sa façon d'être et de penser l'agaçait profondément. Après tout, il n'était pas du genre solitaire, il sélectionnait seulement les personnes avec qui il avait envie de trainer et de bavarder, c'était tout.

Il récupéra son grimoire -précédemment posé sur le rebord d'une fenêtre- et le plaça sous son bras. Quoi que pense Haldor, il avait un cours à rejoindre et du travail à fournir. Arriver en retard était bien la dernière chose dont il avait besoin en ce moment. Si ça venait à arriver, autant dire qu'il ne se gênerait pas pour faire de la vie de l'Oiseau-Tonnerre un enfer. Du moins, plus que maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: L'Antre :: Les Couloirs Capricieux-
Sauter vers: