:: Le Château :: L'Ivre-Grotte :: Le Bar de Mainmaligne Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I Can't Stop Thinking About You ▿ Kai

avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 11:11
Invité
I Can't Stop Thinking About You
Premier jour.
La nuit avait été rude, comme avant un match, Yiannis n’avait pas pu dormir. C’était compliqué de fermer les yeux et de se laisser aller quand un milliard de question résonnaient dans sa tête. Et la plus importante concernait, évidemment, sa capacité à être professeur.

Le lendemain n’était pourtant qu’une réunion du corps enseignant avant la reprise officielle des cours le lundi suivant. Mais il allait être exposé à ses futurs collègues. Dans le sport, ce genre de situation était compliqué. Quand tu es pris dans une équipe de championnat, tu commences remplaçant. Et, le titulaire de ton rôle se sent obligé de t’intimidé pour te dire que tu n’auras jamais sa place. Il te suffit d’être meilleur que lui pour la lui piquer. Et si tu es au même niveau, alors il te faut attendre que la saison se termine avec les fesses posées sur le banc de touche. C’est terriblement frustrant. Mais Yiannis s’est toujours retrouvé en position de force. Il était le meilleur attrapeur de son année. C’est lui qui avait fait gagner la coupe de Quidditch d’Ilvermorny trois années de suite lorsqu’il était attrapeur titulaire. Il était même devenu capitaine de l’équipe de Pukwudgie durant les deux dernières années de ses études. Après ça, il avait été recruté par une petite équipe du classement pendant un an avant d’être pris à Seattle ou il avait décroché deux contrats consécutifs de trois ans. Le deuxième contrat était même en pleine négociation pour être renouvelé lorsqu’il avait fait cette chute.

Ne pas dormir le faisait ruminer pendant des heures des situations idiotes. Il finit par sortir courir un long moment, faire de l’exercice l’avait toujours aidé à y voir plus clair. Il était certain que parmi ses élèves il retrouverait des fans de longue date dont le regard serait empli de mépris de les avoir abandonné ou de pitié pour ce pauvre Yiannis Koundouriotis qui avait un brillant avenir d’une dizaine d’année devant lui.

Le matin arriva rapidement. Il prit une douche, enfila un jean noir et une chemise blanche, attrapa une veste en cuir et se rendit au point de rendez-vous. Son regard passa longuement sur le corps enseignant et il capta le regard d’un type qu’il connaissait. Il était visiblement plus jeune que lui mais il l’avait déjà vu. Il était pourtant incapable de dire quand.

La journée fut très longue. Les nouveaux furent présentés, accueillit plus ou moins chaleureusement, ils déjeunèrent dans la cantine. Revenir à Ilvermorny lui rappelait des souvenirs. Il aurait pu démarcher Poudlard, Beaubâtons ou même Dumstrang pour avoir le même poste mais, ici, c’était chez lui. Même si ça ne lui rappelait pas uniquement de bons souvenirs.

Une fois que les réunions furent terminées, quelques professeurs et membres du personnel lancèrent l’idée d’aller prendre un verre à L’ivre-Grotte. Le bar lui avait manqué, ils y servaient la meilleur bierraubeurre du monde entier ! Alors il accepta vivement et suivi la petite troupe vers le village voisin, les mains au fond de ses poches. Arrivé là-bas, il commanda une bierraubeurre et s’installa près du type qu’il croyait connaître. Il avait vu qu’il avait accepté de venir également et cette histoire avait titillé Yiannis toute la sainte journée. Ou est-ce qu’il avait pu le croiser ?

— Salut, je m’appelle Yiannis, ce n’est pas une vieille technique de drague mais, on ne s’est pas déjà vu quelque part ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
125/250  (125/250)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Mage
Baguette : Bois de saule, plume de phénix, 32,04cm
Poste : Assistant infirmier

Kai Anderson
Assistant Infirmier
Assistant Infirmier
Lun 21 Nov - 13:43
Kai Anderson
Réunion du corps enseignant… les réunions n'étaient pas ma passion, loin de là. Je l'avais découvert lorsqu'on m'avait annoncé que ma présence serait obligatoire malgré le fait que je ne soie pas professeur. Ben voyons. Le matin même, je m'étais levé avec une furieuse envie de me rendre à ce maudit machin en pyjama mais heureusement, une petite voix m'avait rappelé qu'il y aurait probablement des présentations à un moment où à un autre. Je me décidais donc pour mon éternel combo jeans-tshirt, avec une paire de baskets et un sweat zippé pour me servir de veste. J'avais bien une robe de sorcier ou deux, mais je n'avais jamais trouvé ça pratique ou même confortable. Et comme de toute façon je ne comptais pas les mettre pendant l'année… ça aurait le mérite de donner le ton.

Et bon sang, ça avait été looooong. Tout d'abord les présentations avaient pris une éternité et puis il y avait eut tout le blabla qui ne me concernait pas sur les programmes, les interros, … Alors est-ce que ça vous surprend si je vous dit que j'ai été parmi les premiers à accepter l'idée d'aller boire un verre? Ben non. Déjà que pour le principe je ne dis jamais non à un verre, alors en plus après une journée aussi chiante que longue? J'étais presque surpris de ne pas avoir eut l'idée moi-même. Ce qui était en fait nettement moins étonnant si je me souvenais du fait que j'avais le cerveau engourdi à force de ne rien avoir écouté ou peu s'en fallait.

Sauf que. Une fois arrivé au bar et ma boisson en main, je m'étais rendu compte que je n'avais pas forcément envie de supporter encore plusieurs heures de mondanités et de discussions polies sur des sujets tout sauf intéressant parce qu'il faut bien avouer que mélanger une bande de gens ne se connaissant pas, c'était pas le meilleur moyen de passer une soirée géniale.

Je m'étais donc assis à une table, seul, mais je fus vite rejoint… par nul autre que le prof de vol sur balais, qui avait été l'idole de mes jeunes années. Inutile de dire que je souriais de toutes mes dents et que je regrettais nettement moins d'être venu.

"Zut, mon charme fou serait-il en panne?"

D'accord, c'était pas ma meilleure blague mais ça m'avait échappé. Me retenant de rire, je décidais d'enchaîner et de faire comme si de rien n'était.

"Moi c'est Kai, on a été ensemble à Pukwudgie sur la fin de ta scolarité. Quatre ans, je crois? T'as dû pas mal m'apercevoir dans ton sillage, j'étais fan de Quidditch à l'époque."

Expliquais-je, tout en me rappelant de pourquoi cette passion s'était effacée : la suite de mes études. Evidemment, même étudiant à Ilvermorny je savais que c'était un sport dangereux. J'avais fait partie de ces andouilles qui se faufilent au chevet des joueurs pour leur déposer une chocogrenouille. Mais ça ne fait pas le même effet lorsque vous voyez des radios d'os éclatés, que vous devez arrêter une hémorragie interne.

"J'ai failli dire que j'étais surpris que tu te souviennes de moi, mais on va pas se mentir : j'ai pas la coupe de cheveux la plus commune qui soit!"

Sans compter que pendant une période, j'avais été le gars qui s'est fait arracher un bout d'oreille, la faute à une bagarre et à un piercing un peu trop costaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 26 Nov - 2:03
Invité
I Can't Stop Thinking About You
Les réunions de professeurs étaient barbantes. Ceux qui avaient étudié pour enseigner savaient pertinemment à quoi s’attendre alors Yiannis estimait qu’ils n’avaient pas à se plaindre : ils avaient ce qu’ils avaient voulu. Lui, il n’avait jamais demandé à finir là. Enfin, c’était un peu faux, il aurait pu rester à se morfondre dans son immense appartement au cœur de Seattle, ou même de Tribeca, de Central Park ou de San Francisco. Il aurait pu emménager là où il voulait, parce qu’il était riche. Quelques années de carrière, quelques contrats juteux avec des sponsors, il avait son propre modèle de balais, le YK10, qui évoluait tous les deux ans. Le contrat durait jusqu’en 2020, ils l’avaient négocié juste avant son accident. Et malgré sa retraite anticipée, Yiannis restait un joueur célèbre et apprécié. Son image rapportait gros à ses sponsors alors ça restait intéressant de l’exploiter. Et Yiannis continuait à toucher les cachets importants que tout ça lui rapportait sans lever le petit doigt.

Mais, l’ancien sportif n’avait jamais été du genre à rester à ne rien faire, à se tourner les pouces et à abandonner. Alors, lorsqu’Emma l’avait contacté pour venir enseigner à Ilvermorny, il avait été ravi de cette rapide reconversion. Et il avait lu beaucoup d’ouvrage sur la pédagogie, essayant au mieux d’apprendre ce métier pour lequel il n’avait jamais reçu de formation. Il avait eu de très bons professeurs, de ceux qui leur donnaient envie de se lancer corps et âme dans une matière, alors il avait décidé de s’inspirer de leurs méthodes. Pas de cours théorique, uniquement de la pratique. Néanmoins, comme devoirs, ils devraient rendre des exposés et des rédactions sur le vol, l’industrie du balai volant et le Quidditch.

Mais, ce soir, il ne voulait pas parler de son programme. Il avait envie de s’amuser une dernière fois avant de prendre son service. Il n’avait pas envie de se prendre la tête avec quoi que ce soit.  Et quand il avait vu le visage gracile de cet homme, son cerveau s’était mis à tourner à cent à l’heure : qui était-il ? Il le connaissait, il en était sûr. Mais d’où ? Etait-ce un fan collant, un médecin du sport qui lui avait appris la mauvaise nouvelle ? Non, c’était plus vieux que ça. Alors, il l’avait abordé, sans chercher à cacher ses intentions.

— Pas de panique, il n’y a aucun problème avec ton charme, il fonctionne très bien.

Il accompagna sa remarque d’un clin d’œil avant de rire doucement. Il porta sa bierraubeurre à ses lèvres et les glissa dedans, savourant avec plaisir le liquide ambré. Il écoutait en même temps les paroles de son nouvel interlocuteur. Il posa ensuite sa boisson sur la table, d’un coup sec.

— Je me souviens oui, t’étais au premier rang dans les tribunes des Pukwudgie. Ah, le bon vieux temps.

Petit coup de blues passager, il rêvait tellement de pouvoir rejouer au Quidditch un jour. Il se passe une main dans les cheveux et sourit un peu, posant son bonnet sur le côté.

— Ouais, ta coupe passait pas inaperçu. On ne se côtoyait pas trop à l’époque, t’es pas mal plus jeune que moi non ?

Il devait avoir deux ou trois ans de moins, quelques choses comme ça. Les années se mélangeaient rarement dans les écoles, ils restaient souvent entre eux puisque les dortoirs étaient classés par années et les cours aussi.

— Yiannis, du coup. Tu peux m’appeler Yian. C’est plus court.

Un sourire, encourageant. Ils étaient deux professeurs, deux nouveaux et deux jeunes : ça devait forcément les rapprocher.

— Tu fais quoi à Ilvermorny du coup ?

Puisqu'il l'avait abordé, autant faire connaissance jusqu'au bout. Et puis, Kai n'avait pas l'air désagréable. Ni à fréquenter, ni à regarder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
125/250  (125/250)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Mage
Baguette : Bois de saule, plume de phénix, 32,04cm
Poste : Assistant infirmier

Kai Anderson
Assistant Infirmier
Assistant Infirmier
Lun 28 Nov - 23:30
Kai Anderson
J'étais un peu surpris que ma blague ait fait mouche. Et je ne m'y attendais tellement pas que j'avais passé plusieurs secondes à le fixer avec un sourire en coin, ce qui devait probablement me donner l'air passablement con. Mais il fallait dire que ce n'était pas souvent qu'on me faisait des clins d'œil.

"J'me suis même battu quelques fois pour y être."

Rajoutais-je en ricanant, lorsque Yiannis déclara se souvenir. Si je n'avais pas eut peur d'avoir l'air d'un vantard, j'aurais même pu déclarer que j'avais été son plus grand fan à Pukwudgie durant les quelques années où nous avions été ensemble à l'école.

"Quatre ans, il me semble, ouais. Maintenant ça a l'air ridicule mais à l'époque ça faisait beaucoup."

J'eus un nouveau sourire quand le professeur de vol me dit que je pouvais l'appeler Yian. J'aimais bien l'idée de pouvoir utiliser un surnom, même si je n'étais pas le seul. Si mon prénom n'avait pas déjà été si court, j'aurais probablement fait de même. J'avais beau être un vieux pour la plupart des élèves, non seulement je n'en avais pas l'impression mais en plus dans l'absolu je n'étais pas si éloigné des plus âgés d'entre eux.

"Assistant infirmier. Je viens de finir mes études de médicomage, et j'ai même fait des formations de médecine moldue. En fait, mon poste ici va presque me faire des vacances comparé à mes études."

Avouais-je avec un petit rire, en me souvenant d'à quel point ça avait été difficile. Aucune vie sociale, si on exceptait les quelques fêtes étudiantes légendaires auxquelles j'avais réussi à aller.

"Du coup maintenant, au lieu de regarder des gens s'envoyer des cognards à la figure, j'vais préparer des bandages en espérant qu'ils aient mal visé. Faut bien avouer qu'un coup de batte bien ajusté fait moins rêver quand t'es celui qui doit retaper tout le monde."

Ce fut seulement quand je finis de parler que je me rendis compte d'à quel point ce que j'avais dit pouvait le blesser. Mince, je ne savais pas comment il vivait l'arrêt de sa carrière.

"En bref, c'est chez moi que les élèves vont venir pleurer à chaque fois qu'ils ont le nez qui coule."

Je m'interrompis quelques instants, avant de reprendre histoire d'ajouter une petite pointe d'humour.

"Et les profs aussi d'ailleurs, hein. On m'fera pas croire qu'ils chouinent moins. Cela dit, pas besoin d'attendre d'être malade avant de venir me dire bonjour."

Surtout quand on est aussi charmant, mais c'était probablement mieux si je gardais mes pensées à ce sujet pour moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Jeu 8 Déc - 16:47
Invité
I Can't Stop Thinking About You
Yiannis était installé. Il s’était tourné vers Kai et le fixait tout en écoutant ce qu’il lui disait. Il eut un rire et haussa les épaules doucement, amusé.

— Je me battais aussi avant d’intégrer l’équipe ! Tu n’as jamais voulu y jouer ?

C’était peut-être une question idiote, les joueurs y passaient du temps et de l’énergie. Il se souvenait avoir du bosser toute la nuit pour rendre des devoirs en retard ou encore avoir du limité certaines options de cours quand il avait passé la huitième année. C’était différent, mais lui ne vit que pour jouer. Enfin, il ne vivait que pour ça jusqu’à son accident.

— Quatre ans c’est rien maintenant. Mais quand on est ado c’est énorme. Tu as de bons souvenirs de tes années ici ? En tant qu’étudiant, je veux dire ?

Lui, il avait été mitigé sur la fin mais elles restaient les plus belles années de sa vie. Il y repensait souvent avec tendresse, espérant recroiser un jour ces personnes qui avaient, à l’époque, tant d’importance dans sa vie.

Il l’écouta parler de son métier sans rien dire. Il ne pouvait pas lui en vouloir, Kai n’avait pas à se retenir. Mais c’était toujours douloureux. Il aurait voulu être plus fort, pouvoir passer outre, mais c’était trop tôt. Dans quelques années, il pourrait prendre ce genre de discours à la rigolade, aujourd’hui c’était difficile.

— Ou quand t’es celui qui se prend le cognard.  

Parce que c’est ce qui était arrivé. En plein match contre l’équipe de San Francisco, l’un de leur batteur lui avait intentionnellement envoyé le cognard en pleine poire. Il était attrapeur, depuis toujours. C’était le poste qui lui plaisait le plus dans ce jeu. Et il avait souvent soufflé le vif d’or sous le nez de ses adversaires. C’était courant en championnat national qu’un joueur se blesse. Ils donnent le meilleur d’eux même et, si la blessure n’est pas soignée tout de suite, ça peut mal tourner. Yiannis a reçu le cognard en pleine poitrine, lui rapportant plusieurs côtes cassées qui, avec chance, ne touchèrent pas ses poumons. Mais il fit une chute de cinquante mètre de son balai que personne n’aura pu arrêter avant qu’il ne s’écrase au sol. Yiannis à de la chance d’être en vie, de la chance de ne pas être paralysé. Il fut immobilisé pendant plusieurs semaines avant de pouvoir remarcher presque normalement.

Mais il décida de ne pas s’attarder. Ils n’étaient pas là pour ruminer leurs vieilles pensées noires. Alors, il prit une nouvelle gorgée de sa boisson et sourit à Kai.

— Attention, je vais prendre ça pour une invitation ! En tout cas je compte sur toi pour me prévenir des flemmards qui essaient de sécher les cours en passant par l’infirmerie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
125/250  (125/250)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Mage
Baguette : Bois de saule, plume de phénix, 32,04cm
Poste : Assistant infirmier

Kai Anderson
Assistant Infirmier
Assistant Infirmier
Ven 13 Jan - 22:51
Kai Anderson
"Nan, j'ai jamais été assez doué en vol pour ça."

Avouais-je en haussant les épaules. En ce qui concernait le Quidditch, j'avais toujours préféré regarder que de pratiquer. Il fallait dire que le vol sur balais n'avait jamais fait partie des matières dans lesquelles j'avais brillé. J'étais assez bon pour pouvoir voyager l'esprit tranquille, mais ça s'arrêtait à peu près là.

"Assez, ouais. Faut dire, j'ai un peu pris mes études à la légère tout au long de mes années ici alors forcément je venais à Ilvermorny un peu comme en colo."

Autant dire que j'avais bien rigolé. Sa remarque sur les cognards me tira une moue compatissante que je pris néanmoins soin d'effacer rapidement. Il devait en avoir assez des gens qui le couvraient de compassion.

"Promis. J'essayerais de mettre une liste des malades du jour dans la salle des profs, je pense. Ca m'étonnerait pas que certains élèves déclarent avoir passé le cours à l'infirmerie sans que je les aie jamais vus."

Et ça rendrait service à tout le monde. Les élèves n'auraient pas besoin de courir distribuer des petits mots rédigés de ma main les excusant et les profs seraient certains de savoir quels élèves sèchent et quels élèves avaient une bonne excuse. Je m'installais un peu mieux dans le fond de mon siège, portant ma bièraubeurre à mes lèvres tandis que je regardais Yiannis par-dessus.

"Et si ça me gênait pas, que tu prennes ça pour une invitation? J'vais me sentir seul au milieu des élèves qui me prennent pour un vieux, ça sera cool d'avoir un peu de compagnie de temps à autre."

Je pris le temps de reposer mon verre avant de continuer, sans me départir de mon sourire qui ne m'avait pratiquement pas lâché de la soirée.

"Et puis bon, je suis jamais contre un peu de compagnie."


Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 14 Jan - 13:08
Invité
I Can't Stop Thinking About You
Il devait avouer que la compagnie de l’infirmier était agréable. Ca le changeait de tous ces vieux professeurs ronchonnant. Il était beau, il avait de la conversation, il était cool. Et ça, c’était parfait pour lui en ce moment. Il ne doutait pas qu’il croiserait d’autres personnes qu’il apprécierait, mais pour le moment il était bien content d’avoir trouvé Kai.

— Le Quidditch a toujours été toute ma vie, je ne sais pas trop comment je pourrais vivre sans.

C’était pour ça qu’il avait pris ce post, avoir l’occasion d’entraîner les équipes de l’école. C’était une occasion en or et il ne pouvait plus faire que ça. Et puis, ça lui donnait l’occasion d’inculquer sa passion à des petits loups, peut-être formerait-ils le nouvel attrapeur de l’équipe nationale des USA. Un sourire étira ses lèvres à cette idée. C’était une chance sur mille mais, ça lui plairait bien.

— Oh il y en aura toujours pour essayer de gruger et de ne pas venir en cours ! J’en suis sûr ! Si déjà je sais qu’ils n’étaient pas chez toi, ça évitera des prises de bec ! On saura quand ils mentent en disant qu’ils étaient à l’infirmerie !

Et il pourrait les punir. Il avait décidé de trouver des punitions ludiques et amusantes qui permettraient aux jeunes de comprendre ou étaient leurs erreurs et pourquoi il ne valait mieux pas recommencer. Il ne s’était pas encore pencher sur la question mais il comptait bien devenir le professeur dont toutes les punitions sont enviées autant chez les profs que pour les élèves.

— Oh alors si c’est une invitation, je serais absolument ravi de passer du temps en ta compagnie plus qu’agréable.

Il eut un sourire en coin. Il ne savait pas s’il percevait ou non des signaux, s’ils se draguaient un peu ou si tout restait professionnel et amical alors il préférait se méfier des propositions trop franches et ouvertes. S’il pouvait éviter de se mettre Kai à dos, ça l’arrangerait.

— On pourrait créer une soirée hebdomadaire dans votre infirmerie avec bierraubeurre et whisky pur feu pour se raconter les anecdotes déprimantes des élèves de cette école ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
125/250  (125/250)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Mage
Baguette : Bois de saule, plume de phénix, 32,04cm
Poste : Assistant infirmier

Kai Anderson
Assistant Infirmier
Assistant Infirmier
Jeu 19 Jan - 10:27
Kai Anderson
"C'est exactement le but de la manœuvre."

Je ne pouvais pas m'empêcher de sourire en imaginant tout ces pauvres élèves qui allaient se faire punir pour avoir prétendu être à l'infirmerie alors qu'ils n'y étaient pas. Certes, c'était un peu mesquin parce que moi aussi je l'avais fait étant étudiant. Plutôt deux fois qu'une, d'ailleurs, avec certains professeurs connus pour ne pas aller demander à l'infirmerie si l'élève s'y était bien trouvé. Evidemment, cela n'empêcherait pas les élèves de venir se faire aliter pour pas grand-chose mais ça serait déjà un progrès.

Je haussais un sourcil intéressé quand Yiannis me proposa une soirée hebdomadaire. Sur le principe j'étais complètement d'accord, mais il me fallait apporter quelques petites modifications histoire d'être certain qu'on puisse vraiment s'amuser lors de ces soirées.

"Mouais, je sais pas…"

Bon, d'accord, c'était pas très sympa de lui faire peur comme ça. Mais si j'enchaîne tout de suite c'est pas grave, non?

"A l'infirmerie ça risque d'être compliqué. En général on a moins de monde le weekend et en fin de semaine mais c'est rarement vide. Sans compter que j'y passe déjà suffisamment de temps sans avoir besoin d'y organiser des soirées."

Avouais-je avec un clin d'œil, tandis que je réfléchissais à un endroit qui serait plus propice. J'aurais pu proposer mes appartements, ou les siens, mais ça me semblait un peu tôt. Peut-être après quelques soirées, mais pas tout de suite.

"Les salles changeantes, peut-être? On pourra probablement s'en dégoter une sympa où on ne sera pas obligés de chuchoter et de ricaner sous cape pour ne pas qu'on nous entende."


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: L'Ivre-Grotte :: Le Bar de Mainmaligne-
Sauter vers: