:: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aide moi à y voir plus clair. ft Marie-Octobre Villesalem [Terminé]

avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 19 Nov - 18:29
Invité
J'étais arrivé dans le petit jardin de la bibliothèque comme l'indiquait le hibou de Marie, la veille. Je faisais les cent pas, les mains jointes devant moi, nerveux. J'arrachais les petites peaux qui dépassaient de mes ongles jusqu'à même m'en faire saigner sur un doigt. Mais j'étais bien trop occupé à me faire du mourron pour ce qu'allais penser Marie à mon sujet, quand elle saurait, que de remarquer ma micro blessure.

Je finis par m'asseoir sur le petit banc, martyrisant une herbe volée au passage dans la terre molle, encore humide par les pluies récentes. Il faisait plutôt beau aujourd'hui, on avait de la chance. Au pire, on aurait bougé à l'intérieur... Je commençais à peine à réfléchir à ce que j'allais lui dire quand elle apparut au loin.

Léger sourire, bras qui fait signe, j'essayais de garder mon calme alors que mon coeur était prêt à exploser. J'avais vraiment peur de ce qu'elle allait penser de moi. J'aurais été amoureux d'une fille, je lui aurais demander conseils, mais je n'aurais certainement pas eu autant de soucis. Après tout, c'est normal d'aimer une fille, c'est dans l'ordre des choses. Mais, un garçon? Est-ce que c'est vraiment normal? En fait, ma situation était encore bien plus complexe que ça... J'y avais bien réfléchit et il était vraiment temps que j'en parle à quelqu'un.

-Bonjour Marie !

La saluais-je avec le sourire, malgré tout. J'étais heureux de la revoir, quand même. Ca faisait du bien de voir quelqu'un qu'on aime simplement, sans complication et sans malaise. Juste, quelqu'un avec qui on a une relation saine, franche et surtout posé. Parce que oui, Marie, c'était un peu comme mon cours de Yoga à la fin de la semaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 19 Nov - 19:06
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
Marie-Octobre n'était typiquement pas la ponctualité incarnée, contrairement à la majorité de ses frères. Elle avait été légèrement retenue par sa camarade de dortoir qui luttait avec un devoir de potions particulièrement corsé, bien sur Marie avait voulu l'aider avant de regarder sa montre et se souvenir qu'elle avait un rendez-vous urgent. Elle attrapa son samovar et un boîte de biscuit que lui avait envoyé sa mère - elle aurait été incapable de les manger seules et son frère avait reçu une boîte identique. Elle envoya le samovar et la boîte de biscuit dans son sac et remis ses chaussures, de gros godillots en cuirs, les éternels, avant de passer un immense cardigan bordeaux par dessus son chemisier à fleurs. Elle prit aussi une immense écharpe, qui était un châle en soi mais qu'elle entortilla autour de son cou et allait sortir avant de se rappeler d'une chose importante. Elle sorti sa baguette de la poche de son pantalon en velours beige et la pointa vers son tricot en marmonnant la formule que sa mère lui avait enseignée et qu'elle avait un peu modifiée. Son tricot s'éleva à trente centimètres au dessus de son lit et les aiguilles se mirent a faire glisser les mailles dessus et dessous de leur propre chef.

Marie fila ensuite droit vers les jardins qui jouxtaient la bibliothèque. C'était un petit endroit avec une fontaine, elle courut de tout se soul avant de ralentir et de marcher dignement devant les autres élèves et dès qu'elle fut seule elle se remit à dévaler les couloirs bringuebalante. Lorsqu'elle pris un virage dans un couloir Inono glissa sa tête hors de son sac d'un air absolument furieux, sorti de sa sieste et malmené de si bonne heure... Bonne heure ? C'était la fin de l'après-midi, la fin des cours donc. Mais l'écureuil avait sa propre façon de décider du tôt et du tard selon le cadran.

Bonjour Hugo ! Lança Marie avec un sourire tendre, elle posa son sac sur le sol et se laissa choir sur le banc de pierre avant de sortir son samovar de son sac et la boîte de biscuit qu'elle posa entre eux sur le banc. Excuse moi, des problèmes de potions m'ont un peu retenue, un biscuit ? Elle ouvrit la boîte et lui tendit, c'était une recette maison, toute simple, des gâteaux parfumés à la noisette et fourré au chocolat.

Son écureuil s'extirpa du sac, grimpa le long de la jambe de Marie et estima qu'il avait aussi le droit de se servir, il chipa un gâteau dans la boite avant de se réfugier dans la poche du cardigan de sa maîtresse. Marie tapota le haut de son samovar qui s'ouvrit pour révéler deux tasses qu'elle sorti et que le samovar rempli poliment.

Raconte-moi ce qui te tracasse, je t'écoute... Poussa gentiment Marie en croquant un de ses biscuits avec une gorgée de thé bien chaud.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 19 Nov - 19:26
Invité
-Excuse moi, des problèmes de potions m'ont un peu retenue, un biscuit ?

Je secouais négativement la tête toujours avec mon sourire forcé et gêné, pour lui faire comprendre que ce n'était pas grave pour son retard et de toute façon, je ne l'avais même pas remarqué. Les gâteaux néanmoins me faisaient envie et j'osais donc en prendre un alors que Marie servait le thé et prenait elle-même un biscuit.

-Raconte-moi ce qui te tracasse, je t'écoute..
-Et bien... En vérité... C'est compliqué...

Je détournais le regard, honteux. Je ne savais pas trop pourquoi en réalité, ce n'était rien de grave et ce genre de choses étaient courantes à notre époque. Mais je n'assumais clairement pas et ça me faisait encore plus de mal alors.

-.. Il y'a... Jake. Et... En fait. J'ai des sentiments très forts pour lui depuis... Un moment. Et ça me dérange pour être tout à fait franc.

J'étais heureux d'être amoureux de lui d'une certaine façon. Mais je savais que ça tuerait sûrement notre amitié et qu'il me verrait différemment, peut être était-ce là le fond du problème après tout? Peut-être aussi que, si j'avais su garder mes sentiments pour moi, alors ca serait passé et j'aurais fini par oublier. Mais je savais désespérément qu'un jour, prochain, très prochain, j'allais finir par craquer et tout lui dire.

Je ne voulais pas faire de bourde. Au secours Marie ! Frustré et en colère contre moi-même, je me levais soudainement du banc, sourcils froncé.

-Tu comprends, je n'ai jamais ressenti ça, je ne suis jamais sorti avec quelqu'un, fille ou garçon et... Je ne sais pas ce qui se passe au juste. Je ne sais pas comment faire, comment lui dire, je sais pourtant qu'il... Enfin il ne me jugera pas, il sera gentil et... Me recalera doucement. Mais ça va tout détruire et ça j'veux pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 15:36
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
Marie acquiesça avec un sourire compréhensif en attrapant un autre biscuit, en vérité tout était compliqué, rien n'était jamais simple. Surtout quand il s'agissait de sentiments, Marie-Octobre avait déjà pu s'apercevoir de ce genre de chose dans sa propre famille.

Hm... Si tu es persuadé que Jake ne te jugeras pas et seras compréhensif, pourquoi diable cela briserait-il votre amitié ? Questionna Marie-Octobre d'une voix douce, elle trempa son biscuit dans son thé. Au même moment Hugo se leva soudainement et son samovar sursauta, décollant ses quatre petites pattes en argent du sol et se mit à courir frénétiquement autour de la petite fontaine en émettant des sifflement stridents.

Elle mâchonna son biscuit en regardant du coin de l’œil son samovar effrayé, façon de parler, qui courrait autour de la fontaine. Elle tira sa baguette et l'agita vers son samovar, envoyant une gerbe d'étincelles argentée qui semblèrent calmer le récipient ensorcelé.

Je vais passer pour une vieille sorcière rétrograde, mais c'est de ton âge ce genre de découverte. Commenta Marie en rangeant sa baguette, regardant le samovar revenir se pencher pour remplir les tasses de thé. Et comment nom d'un chartier es-tu convaincu qu'il va te recaler ? Tu n'en sauras rien tant que vous n'aurez pas eu cette discussion. Même dans l'hypothèse ou Hugo était sûr, il restait une infime chance non ? De toute façon elle n'allait pas briser ses espoirs par la raison, c'était cruel.

Sur une note réaliste cependant, à défaut de détruire votre amitié, un petit quelque chose changera entre vous, éventuellement. Mais même ça tu sais, ce n'est pas certain, cela peut tout aussi bien ne rien changer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 16:18
Invité
Comment je pouvais savoir qu'il allait me recaler? Mais parce que... Enfin, si jamais il avait eu des sentiments similaires aux miens, il l'aurait dit non? Ou montré? Je ne sais pas. Ca paraissait tellement logique et... L'espace d'une seconde, je me mis à rêver que ce soit réciproque. Des rougeurs apparurent alors sur mes joues et je secouais frénétiquement la tête de gauche à droite.

-En fait je crois qu'il a des sentiments pour quelqu'un d'autre.

Ce quelqu'un d'autre dans ma tête s'appelait Elsie. Et Elsie, elle était beaucoup mieux que moi. Je veux dire, ce n'est pas comparable physiquement déjà c'est une fille et moi je suis un garçon. Mais. Elsie était quand même moins timide et moins complexé que moi. Elle était plus grande que moi aussi. Et surtout, c'est une fille. Et je crois que Jake, il préfère les filles. En fait j'en sais rien du tout...

Je revenais m'asseoir près de Marie sur le banc, tapotant avec douceur le samovar que j'avais effrayé plus tôt. Un demi-sourire sur les lèvres, à moitié triste et heureux, j'expliquais à Marie :

-Mais je ne veux pas que ça change. Ca me fait peur. Dans un sens ou l'autre en fait. Et je ne veux pas non plus me faire de faux espoirs... C'est pour ça que je préfère juste t'en parler et pas à lui... Je n'ose pas, ça me fait peur.

Est-ce que les grands ressentent aussi ce genre de choses? Est-ce que les adultes comprennent plus vite les choses? Est-ce que c'est moins dur ou compliqué? Et les filles alors? Est-ce que c'est que moi, ou les garçons? Je soupire doucement, mâchouillant le gâteau que j'avais presque broyé quand je m'étais levé tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 17:31
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
Marie se mordit la lèvre, il était adorable, mais contrairement à ce qu'elle pensait expliquer elle savait que les relations amoureuses n'avaient rien de simple, c'était même tout le contraire dans un premier temps. On lui avait appris que rien n'était simple, rien que la relation de ses parents n'était pas simple, sa famille paternelle n'avait en rien aidé... C'était cependant différent ici, et Marie n'était pas experte en amour, elle était surtout experte en tricot.

C'est compliqué en effet... Dans ce cas, si tu penses qu'il éprouve des sentiments pour quelqu'un d'autre, compte tu vraiment lui dire ? Admit Marie, elle reposa sa tasse au sommet du samovar qui fit quelques tours sur lui-même de contentement. Très compliqué cette affaire, en effet...

Et ça Marie-Octobre avait connu, non seulement de son propre point de vue mais aussi avec un de ses frères. Elle avait déjà été amoureuse mais elle ne s'était jamais posé la question de l'avouer à la personne concernée, elle ne l'avait jamais dit du tout et ça lui convenait très bien comme ça. Même si elle avait été très triste pendant un long moment elle avait en quelque sorte fait fi de la chose et accepté son sort.
Mais sur ce point personnel Marie était assez déprimante.

Si vous êtes deux à ne pas vous parler, ça n'ira jamais dans le bon sens cette affaire... Marie reprit sa tasse de thé et en bu une autre gorgée. Son samovar siffla doucement de contentement et laissa ployer ses petite jambes pour se poser au sol. Mais je crois que tu ne peux pas t'empêcher de faire ce que les non-majs appellent des plans sur la comète Hugo... Ni t'empêcher d'avoir peur, c'est au contraire plutôt normal. Marie repris un biscuit et le trempa dans son thé. J'ai bien peur que ça ai déjà changé de ton côté, car non seulement il est ton ami mais aussi un peu plus que ça si j'en crois ce que tu me dis, ce n'est déjà plus comme avant...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 17:57
Invité
Ouais clairement, rien n'était déjà plus comme avant de toute façon... Marie avait raison sur ce point, malgré l'entêtement que j'avais à essayer de faire comme si de rien était, en présence de Jake. Compliqué? Sûrement. Mais pas impossible cependant. En y réfléchissant un peu plus, la solution était simple : Ne rien dire et laisser le temps au temps, ou parler. Et voir ce qui arriverait, assumant les conséquences bonnes, ou mauvaises... Effrayant comme perspective.

-Je ne sais pas garder les choses pour moi. Expliquais-je en souriant doucement à Marie. -Je sais garder les secrets des autres, mais je suis incapable de garder ce que je ressens pour moi. C'est pour ça que je t'en parle à toi aussi.

J'imagine qu'elle avait compris. Je tournais la tête quelques minutes. Les larmes me montaient aux yeux et j'ignorais réellement pourquoi. Il n'y avait vraiment pas de quoi pleurer ni être triste au final. Mais ça coulait tout seul et je finis par me jeter sur les genoux de Marie la tête cachée dans mes bras.

-Je suis désolé, je suis désolé !

Pleurais-je à moitié, honteux d'embêter Marie avec mes histoires d'enfants, sans intérêts. Du moins je le sentais comme ça. Je me sentais gamin, trop gamin. Me calmant un peu, je sortais ma tête de mes bras pour mieux parler.

-Je suis ridicule. Comment puis-je espéré que quelqu'un m'aime un jour, Marie? Regarde comment je réagis? Je ne suis pas à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 18:58
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
Seigneur, songea Marie, ce n'était pas le but de la manœuvre. Elle se frappa intérieurement, mais à la fois ce n'était pas plus mal qu'il craque maintenant plutôt qu'ailleurs, quoi qu'elle resta persuadée qu'il craquerait sûrement ailleurs. Elle leva les yeux au ciel pour voir la boîte de biscuit sauvée de justesse et la posa en équilibre sur le samovar qui se redressa et se tint raide comme un pilier.

De quoi t'excuser ? Tu n'as rien fait de mal... Il est parfois égoïste de garder certaines choses pour soi tu sais ? Murmura Marie en lui caressant les cheveux.

Elle glissa un bras autour de lui et lui caressa gentiment le dos. On était souvent désolé d'être ce que l'on était, Simon était pareil dès qu'il pleurait il explosait en excuses et pleurait donc d'autant plus. Marie plongea la main dans la poche de son cardigan, Inono était un écureuil qui avait compris au fil des années que ce genre d'eau ne se buvait pas mais s'essuyait et il tenait dans ses petites pattes un mouchoir à carreaux propres, que Marie avait toujours avec elle pour ce genre de cas d'urgence. Elle le lui prit des pattes et le tendit à Hugo.

Dans ce cas que devais-je dire ? Crois-tu qu'un jour un garçon serait assez stupide pour me demander d'aller au bal avec lui ? Sourit Marie-Octobre d'un air amusé. Soyons réaliste quelques secondes, Marie n'avait rien d'une jolie fille, elle était quelconque au possible et le savais parfaitement. Je vais te dire, tu n'as pas besoin d'être plus ceci ou moins cela, parce qu'il n'y a qu'en étant toi même que quelqu'un t'aimera pour ce que tu es. Elle réfléchis quelques secondes et ajouta sur le ton de la confidence. Je vais te confier quelque chose, c'est à propos de Charles, mon frère le plus âgé, il est sorti de l'école avant que tu n'y entre. Pour tout te dire il est assez arrogant, il était chez les Serpents... Hé bien il croyait que pour que la fille qu'il aimait lui retourne ses sentiments il devait être le meilleur en tout et il l'était parce qu'il est sûrement le plus intelligent de nous six. Mais ça n'a pas suffit, parce qu'il n'a jamais été lui-même, il était pédant, presque imbuvable et m'a plusieurs fois rabrouée quand j'étais venue lui demander de l'aide. Marie fit une pause un instant, histoire de résumer là ou elle voulait en venir, elle était bavarde. Ce que je veux dire, c'est que cette fille, dont j'ai oublié le nom, a préféré sortir avec le meilleur ami de mon frère, pour la simple et bonne raison que ce bon vieux William était quelqu'un d'honnête qui ne savait en aucun cas mentir et a toujours fait preuve d'honnêteté envers elle. Et crois moi, Charles et William n'y connaissaient rien en amour, que ce soit avec les filles ou les garçons. Marie-Octobre sourit à l'évocation de ce souvenir, parce qu'elle et Dominick avaient assisté au refus qu'avait essuyé Charles, bien entendu ils ne s'étaient pas moqués de lui et l'avaient consolé, mais ils avaient tout les deux devinés depuis longtemps que la demoiselle avait des vues sur William et non pas le pauvre Charlie. Je me rends compte que j'aurai dû résumer ça par une phrase : l'amour, contrairement aux potions, ne suis aucune recette stricte. Soupira Marie, après avoir assommé le pauvre Hugo d'une des innombrables histoires de famille qu'elle avait dans les poches.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 19:16
Invité
Alors, c'était si simple que ça ? Rester soit-même et ça me tomberait dessus sans prévenir? Mais et si je n'aimais pas cette personne à mon tour, lui ferais-je du mal comme je souffre actuellement? Un soupire s'échappa d'entre mes lèvres et je me redressais, essuyant mes dernières larmes. J'étais sensible et un peu pleurnichard sur les bords quand je ressentais trop de choses. Mais j'avais un avantage, je me calmais relativement vite.

-Tu as raison Marie.

Je soupirais une seconde fois pour calmer un début de hoquet qui passait par là et finit par sourire de nouveau face à mon amie. Je pris une tasse de thé pour me réchauffer un peu.

-De toute façon, je finirais par lui dire d'une façon ou une autre, autant que ce soit d'une façon réfléchit et calme... Tu ne crois pas?

Je crois qu'elle était d'accord avec moi, mais je l'avais fait venir pour des conseils, alors autant lui demander son avis jusqu'au bout. Ca pourrait m'éviter une gaffe ou deux prochainement.

-Je ne suis pas comme ton frère. Je ne peux pas être ce que je ne suis pas. En fait, je ne sais pas faire grand-chose. Je suis assez faible et petit, maigrichon et j'ai de mauvaises notes en général. Je fais pourtant de mon mieux.

Je n'avais que très peu confiance en moi, c'était clair depuis toujours. Et pourtant, je savais que mes amis, comme Jake ou Marie, croyaient en moi chaque jour encore plus. Et la peur de les decevoir était parfois terrifiante. La seule chose qu'on ne pouvait pas me retirer, c'était l'entêtement dont je faisais preuve pour avancer dans la vie. Mais c'était bien là la seule chose dont j'étais fier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 20:01
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
Marie opina du chef avec assurance.

Ce serait l'idéal que vous en discutiez calmement, ensemble, car même si dans l'hypothèse il ne retourne pas tes sentiments, dans un sens ça le concerne aussi.

Elle récupéra un biscuit et le fourra presque entièrement dans sa bouche, elle avait très faim il fallait l'admettre, elle avait passé le déjeuner a finir son devoir de métamorphose. Elle regarda Hugo, avec un regard affectueux, c'était un ange et il ne s'en rendait même pas compte, il avait là toutes les armes pour devenir quelqu'un de bien... Enfin, selon le chemin qu'il choisirait de parcourir.

J’espère bien que tu n'es pas comme Charles ! Il est parfois odieux et n'est pas très fin malgré son intelligence. Marie-Octobre fronça légèrement ses sourcils, elle connaissait ces répliques, ce manque d'assurance, elle en avait souffert pendant ses trois premières années ici avant de finalement changer, respectant ainsi sa propre nature plutôt que d'essayer de coller à celle des autres. Harry Potter n'était qu'un gamin maigrichon à lunettes et orphelin, pourtant il a accompli de grandes choses tu ne crois pas ? Répliqua Marie d'une voix malicieuse.

Tu es encore très jeune Hugo, tu vas encore grandir et changer, faire de son mieux est déjà quelque chose d'incroyable en soi, cela prouve que tu persévère et c'est une chose qui te seras plus qu'utile dans le futur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Dim 20 Nov - 22:03
Invité
Harry Potter, hein? Ce garçon qui a fait énormément parlé de lui, pour son courage et ses pouvoirs merveilleux? Moi je ne suis pas un élu, moi je suis qu'un petit garçon ordinaire. Enfin, un sorcier ordinaire... Vous me comprenez. Mais c'est vrai que j'allais encore changer et grandir. Du moins j'espère !

-Oui bien sûr. Mais Harry Potter est beaucoup trop célèbre à mon gout. J'aime rester discret quand même. Plaisantais-je.

Non vraiment, j'espérais qu'elle avait raison et que je prendrais plus confiance en moi plus tard. C'était quelque chose de pesant à force. Je devais apprendre à m'accepter, moi, Hugo, sans penser à ce que les autres pourraient penser de moi...

-Merci d'être venu, Marie, je t'aime beaucoup tu sais?

En toute amitié bien sûr, mais je voulais qu'elle le sache, elle était tellement gentille et patiente avec moi. Je lui piquais un second gâteau et une seconde tasse de thé. C'est vrai en fait, qu'est-ce que je ferais sans elle des fois?

-Je vais prendre mon courage à deux mains et tout lui dire... Et j'assumerais la suite des choses, comme un homme !

Je levais les bras tel un homme fort voulant montré ses muscles, le gâteau en bouche que je mâchouillais toujours. Ouais, ça ne faisait pas très homme viril tout ça quand même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Lun 21 Nov - 14:43
Invité
Marie-O'
&
Hugo
see it clearer
C'est vrai qu'une célébrité pareille c'était un inconvénient de taille, il fallait l'admettre et le reconnaitre à sa juste valeur. Marie n'avait jamais rien envié a cet homme, vraiment rien, parce qu'elle préférait nettement tricoter plutôt que sauver le monde. Même si elle aurait sûrement été d'un certain secours parfois, dans l'hypothèse.

C'est normal, ne me remercie pas. Répliqua Marie avec un sourire en buvant une gorgée de thé.

Elle était satisfaite d'avoir été d'une quelconque aide, même si en y réfléchissant elle n'avait jamais que fait des suppositions et balancé des phrases bateaux. Si jamais Dominick apprenait qu'elle avait balancé Charles et son raté sentimental, il lui remonterait les bretelles de sa salopette avant de rire pendant une semaine entière à chaque fois qu'il croiserait son regard.

C'est l'esprit ! Approuva Marie en levant sa tasse de thé pour saluer sa résolution. Et quelle que soit l'issue de cette discussion, au moins tu ne seras plus dans le doute. Même si Marie espérait sincèrement que cela se passe bien, l'issue restait incertaine et comme la peur n'évitait pas le danger il fallait être prêt à envisager le pire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 22 Nov - 1:52
Invité
Bon très bien. Il ne fallait plus que trouver le bon moment pour parler à Jake. L'angoisse remontant à nouveau, j'étais à la fois effrayé et excité parce que je m'apprêtais à faire. C'était la première fois que je me déclarerais à quelqu'un. Et comble de la surprise c'était un garçon. Chose que je n'aurais jamais cru faire un jour.

-Très bien. C'est décidé.

Je me relevais et me penchais vers Marie pour lui faire un câlin.

-Merci pour tes précieux conseils, comme d'habitude, tu as réussi à m'apaiser et me guider.

Sur ce, j'avais des devoirs à faire, en retard bien sûr, sinon ce n'est pas drôle . Et puis une potion à méditer aussi. La potion pour Lola, sur laquelle je travaillais avec Jake régulièrement ces temps-ci.

-Je vais devoir y aller, du travail m'attend.

Un signe de main et me voilà parti en lançant un dernier sourire à Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin-
Sauter vers: