:: Le Château :: L'Ivre-Grotte :: Les Boutiques Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

cheap thrills • Circé

avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 15 Nov - 21:15
Invité
Marie-O'
&
Circé
CHEAP THRILLS
Marie-Octobre, si vous payez un peu d’attention à ce qui vous entoure, a un style vestimentaire assez particulier, composé en grande majorité de laine, de vêtements trop grands et de motifs dont le bon gout est discutable et d’écharpes et de cardigan qu’elle fourre dans son énorme besace de cuir quand elle est en classe. Mais depuis son plus jeune âge elle n’avait jamais été connue pour autre chose que ses salopettes et ses grosses chaussures d’où dépassaient des chaussettes faites mains, ainsi personne n’avait vraiment connu Marie autrement et ce depuis son entrée à Ilvermorny.
En bref si vous vouliez des conseils vestimentaires, ce n’était pas Marie qu’il fallait questionner.

C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles elle avait lâché son tricot.
C’est d’ailleurs sûrement la première chose qui a dû vous surprendre. Non, Marie avait conservé sa salopette, trop large, ses godillots en cuir fauve et surtout un épais pull maison, en laine couleur sable, la baguette enfoncée dans la poche sur la poitrine de sa salopette et une épaisse écharpe autour du cou.
A la question : et le froid ? Je vous répondrais que ce pull en laine irlandaise très épaisse recouvrait plusieurs autres couches de vêtements. Les chaussettes elles, étaient un peu moins ordonnées, composées de toute les chutes de laines que Marie avait pu récupérer au fil de ses travaux elles étaient rayées horizontalement et composées de strates incertaines parfois irrégulières qui dépassaient de ses chaussures jusque sous sa salopette un peu trop courte, à mi-mollet.

Et elle marchait les mains dans les poches à sa taille au milieu des boutiques, elle avait réussi à se faire traîner loin de son tricot, incroyable. Parce que, même en cours parfois, elle ne pouvait s’empêcher de tricoter, certains professeurs n’y faisaient même plus attention d’ailleurs. Même si d’autres au contraire… Mais Marie au final, c’est mamie gâteau et tricot, normal. Mais alors qui a réussi cet exploit que celui de tirer Marie du coin de son feu et de son tricot ? Circé.
Il faut dire que Circé et Marie sont de très bonnes amies, vraiment. Marie l’aime beaucoup Circé, non seulement parce qu’elle la trouve très jolie – il faudrait être aveugle pour ne pas le voir, c’est un point qu’elle notait toujours avec admiration chez Circé ou Ivy. Même si pour le coup Marie était un peu nerveuse, car même si son compte en or était plutôt replet, l’idée de changer de vêtement la terrifiait un peu. Il fallait dire qu’elle avait un très net souvenir d’une fois ou elle porté une tenue un peu plus féminine que de coutume et elle n’avait pas forcément été ravie des réactions de ses pairs, elle avait tellement paniqué qu’à l’époque il avait fallu appeler son frère ainé Charles, qui à l’époque était en huitième année pour la calmer.

Mais à l’instant présent Marie était plutôt souriante, quoi que nerveuse. Heureuse aussi au final de ne pas être coincée dans son trou à regarder ce travail non fait, les devoirs amoncelés sur lesquels elle passerait une nuit entière à plancher parce qu’elle tenait absolument à finir ce pull en angora qu’elle tricotait depuis bientôt une semaine. Et surtout elle n’était pas là à surveiller tout le troupeau de premières années qui sinuait dans les couloirs prêt à se tromper et à s’attirer pléthore d’ennui – à la rigueur elle règlerait tout ça en rentrant.

Est-ce que tu sais que la dernière fois que j’ai été acheter des vêtements, ça remonte à mon entrée dans cette école ? Ce qui, au passage n’était pas faux, nous parlons de vêtement autre que l’uniforme de l’école. Tout le reste est issu de ses frères, de sa mère et de ses tricots, tout à fait. On a même cru pendant longtemps qu’elle avait un petit copain parce qu’elle avait piqué le t-shirt de l’un de ses frères aînés sur lequel il y avait un Magyar à Pointes noir sur fond rouge, la légende perdure mais en fait ce n’était que le t-shirt deux fois trop grand de Dominick, son second frère aîné.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
50/150  (50/150)
icône :
Citation : Il faut se méfier de l'eau qui dort...
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois d'amboine, d'une belle couleur ambrée, produisant une magie d'une exceptionnelle beauté. Cœur composé d'une plume de phénix . Mesure 29,7 cm et est particulièrement efficace pour les sortilèges.
Quidditch : Attrapeuse
Préfet : oui
Circé Silverwood
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Ven 18 Nov - 22:07
Circé Silverwood
L'automne était la saison préférée de Circé. La nature se paraît de mille et unes couleurs chatoyantes à mesure que l'hiver approchait et avec lui l’effervescence de Thanksgiving puis Noël, les succulents repas, les friandises à tout va, la neige, les soirée au coin du feu.. Autant dire que les dégustation de thés et de petits gâteaux en compagnie de Marie-Octobre étaient les bienvenus au moins autant que ses confortables écharpes en laine, bonnets, mitaines et autres accessoires qu'elle seule savait si bien confectionner. Une fois la préfète des Puckwoodgenie avait tenté de montrer à son homologue des Serpents Cornus comment s'y prendre pour faire des mailles mais cela n'était vraiment pas fait pour elle. A vrai dire la rouquine ne comprenait pas pourquoi son amie s'évertuait à faire tout ce travail laborieux à la main alors qu'il suffirait d'ensorceler les aiguilles pour qu'elles tricotent toutes seules, mais bon, chacun était libre d'avoir le passe temps qui lui plaisait et elle n'aurait essayé de changer Marie pour rien au monde. La Serpent cornue ne savait même plus exactement comment leur amitié avait commencé. Les deux filles avaient appris à se connaître petit à petit, avec le temps et tout c'était fait naturellement. Circé adorait Marie, son calme, sa gentillesse, ses conseils et même son côté un peu farfelu, qui, à ses yeux, la rendait tout simplement géniale.

Ce samedi là, la jolie rousse avait décidé de sortir un peu du château. Elle tenait absolument à faire les boutiques et bien sur, il n'était pas question qu'elle y aille seule. Marie devait impérativement l'accompagner. Premièrement parce que faire les boutiques avec une amie c'était beaucoup plus amusant que tout seul et qu'à part Marie, elle n'en avait pas beaucoup d'autres; deuxièmement parce que ça lui ferait du bien de lâcher un peu son tricot et faire quelque chose de différent; et troisièmement parce qu'il était grand temps qu'elle se trouve autre chose à porter que ses vêtements informes ayant pour la plupart appartenu à ses frères. La Pukwudgie pourrait être tellement jolie, si seulement elle acceptait porter des tenues qui la mettraient davantage en valeur ! D'ailleurs, Circé comptait bien sur cet après midi shopping pour faire en sorte que Marie reparte avec toute une panoplie de nouveaux vêtements à la mode. Ce serait sa mission du jour. Elle était même prête à lui en offrir une partie elle même pour que son amie se sente obligée de les porter. Certes, c'était un peu de la manipulation émotionnelle, Circé n'était pas dans la maison des rusés pour rien, mais c'était pour la bonne cause ! Le bien fondé de son projet se confirma d'ailleurs quand la concernée lui avoua que la dernière fois qu'elle avait acheté des vêtements remontait à son entrée à Ilvermorny, en d'autres termes 7 ans plus tôt ! Sérieusement, elle leur avait jeté un sortilège d'extension à ses vêtements pour rentrer encore dedans ? La demoiselle ne put s'empêcher de rire à cette idée.

« Décidément, Marie, tu es irrécupérable !»  rigola-t-elle. « Heureusement que je suis là pour te trainer faire les boutiques ! Tu vas voir, on va s'amuser ! »

Les deux filles venaient justement d'arriver au niveau des premiers magasins. Enthousiaste, la cinquième année entraina sa camarade à sa suite jusqu'à la boutique  S&C «Sorcières et Chiffons » qui avait des collections magnifiques et un choix incroyable. On y trouvait essentiellement des articles de marques, pas forcément donnés, il fallait être honnête, mais carrément sublimes. Sans pour autant être une grande fan de mode, Circé aimait toujours découvrir les nouvelles collections qui sortaient régulièrement ou observait la manière dont les gens dans la rue étaient habillés. Parfois, les non maj's avaient des tenues franchement bizarres, et pourtant la mode sorcière pouvait être encore bien plus fantaisiste et haute en couleur. Il fallait dire qu'elle n'avait encore jamais vu un moldu porter un chapeau tel que celui qu'était en train d'essayer une cliente d'un certain âge. Celui ci formait un nid d'oiseaux avec des rubans de couleur et ses occupants voletaient joyeusement autour de la tête de la sorcière. Dans la collection on trouvait également d'autres modèles un peu similaires, notamment un semblable à une énorme fleur comme un genre de nénuphar avec des papillons autour que la rouquine ne put s'empêcher d'attraper et de se mettre sur la tête en pouffant à moitié de rire.

« Ha ha ! J'ai vraiment l'air d'une plante verte comme ça ! » Commenta la jeune femme en admirant son allure ridicule dans un grand miroir mural.  A peine eut-elle retiré le chapeau que son attention fut attirée par une magnifique robe rouge en dentelles. « Oh regarde !»

Ni une ni deux, la demoiselle se hâta en direction de la robe pour aller l'admirer. Circé avait toujours trouvé le rouge magnifique mais c'était une couleur qu'elle ne pouvait pas porter car cela jurait toujours affreusement avec sa crinière rousse. En revanche, elle était certaine que ce serait absolument merveilleux sur Marie-Octobre.

« J'ai une idée ! Tu n'as qu'à choisir des vêtements pour moi, moi j'en choisis pour toi ! Qu'en dis-tu ? » S'exclama la préfète, le regard pétillant, en faisant à son amie son plus beau regard de biche pour que celle ci soit incapable de refuser sa proposition.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 19 Nov - 17:32
Invité
Marie-O'
&
Circé
CHEAP THRILLS
En pénétrant dans la boutique, Marie pris une grande inspiration pour s'empêcher de fuir en courant. Ce fut le temps de voir un chapeau sur le thème aviaire qui pépiait joyeusement, le visage  de Marie se décrispa aussitôt et sourit de toute ses dents, amusée par l'allure du chapeau. Circé attrapa l'un des chapeaux et le plaça sur sa tête, l'énorme nénuphar papillonnant était d'un goût incertain mais Marie-Octobre ne put s'empêcher de trouver que Circé ressemblait sur le coup à une sorte de dryade.

Plutôt une dryade, mais une dryade étrange quand même ! Pouffa Marie en s'approchant des autres vêtements. Mais Circé venait de trouver quelque chose, et Marie cacha tant bien que mal son air horrifié : une robe…

Si son épouvantard avait dû être autre chose que ces sales guêpes, il aurait été une robe, pas comme celle-ci mais une robe quand même. Elle était jolie cette robe, la dentelle était délicate, mais jamais grands dieux Marie n'oserait porter ce genre de chose, à chaque bal c'était le même problème, elle ressortait la même tenue sobre mais limite informe et se cachait dans un coin pour faire du tricot. Mais visiblement cette année ce serait un sacré raté... Marie approuva tout de même Circé, la robe était très jolie.

J'en dis que tu es très brave pour un serpent... Mais ça marche pour moi ! Céda Marie, incapable de refuser ce plaisir à sa camarade préfète. Elle regarda de tous les côtés et écarta les mains en signe d'acceptation et de résignation, de toute façon elle n’y couperait pas. Bon, à la chasse alors, rendez-vous ici avec... disons deux tenues différentes. C'est d'accord ? Un instant de réflexion nécessaire pour éviter de sortir un malheureux chiffre tortueux.

Normalement Circé ne refuserait pas, au contraire, Marie sentait qu'elle avait plongé le nez en avant dans le piège tendu par la vile serpentine et que ce piège hélas venait de se refermer sur elle, au milieu des fripes et chiffons de cette boutique outrageusement fabuleuse mais atrocement terrifiante pour la pauvre Marie-Octobre. Mais soit ! Elle acceptait le défi, Circé était en plus une jeune femme absolument magnifique, donc elle pouvait se permettre de porter à peu de choses près n'importe quoi... Bon pour elle-même elle avait de sérieux doutes en vérité, après tout elle était très quelconque et n'avait aucune envie de faire un effort surhumain pour être jolie - à ses yeux pour qu'elle devienne jolie il lui faudrait des années de travail.

Marie se tortilla les mains dans les rayons en réfléchissant soigneusement, elle avait de jolis cheveux roux, des yeux clairs, donc il fallait des couleurs sombres. Une autre robe attira son attention, pas pour elle mais pour Circé, c’était une robe un peu grandiloquente il fallait l’admettre. Elle était bleu saphir, plutôt sombre, et taillée dans un tissu soyeux et brillant qui ressemblait à l’eau de la mer la nuit et qui s’éclairait selon les plis et les mouvements de la robe. Elle avait des manches longues bordées de perles bleues et de dentelle noire.
Marie s’arrête devant quelques secondes, curieuse.
Finalement elle tendit les mains vers elle et la décrocha de son portique avec un sourire satisfait. Une de faite, mais pour la deuxième, elle n’avait aucune idée de quoi faire, elle revenait un peu penaude vers l’endroit où elles s’étaient quittées, non loin des cabines. Elle n’y connaissait vraiment rien en mode, rien de rien, elle ne savait pas quoi proposer à Circé, elle avait un peu honte d’ailleurs, mais inspira un grand coup et revint à demi-bredouille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
50/150  (50/150)
icône :
Citation : Il faut se méfier de l'eau qui dort...
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois d'amboine, d'une belle couleur ambrée, produisant une magie d'une exceptionnelle beauté. Cœur composé d'une plume de phénix . Mesure 29,7 cm et est particulièrement efficace pour les sortilèges.
Quidditch : Attrapeuse
Préfet : oui
Circé Silverwood
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Sam 26 Nov - 2:43
Circé Silverwood
Circé souriait d'un air radieux, toute excitée que Marie ait accepté sa proposition. D'ailleurs, la remarque de son amie l'amusa beaucoup. En vérité, elle était bien davantage rusée et malicieuse qu'elle n'était brave. De son point de vue, c'était surtout sa camarade qui n'avait peut être pas tout à fait réalisé la porté du compromis qu'elle venait juste d'accepter. La rouquine se mordit la lèvre, les yeux brillants d'enthousiasme. Si c'était ce qu'il fallait pour que la Pukwoodgie ose porter un vêtement féminin et sexy qui la mettrait en valeur, elle même était tout à fait disposée à aller acheter immédiatement le chapeau aux papillons et à le porter toute la semaine. La serpent cornue se souciait tellement peu de ce que les gens pouvaient bien penser de ses côtés excentriques que cela lui était parfaitement égal.

La brune lança finalement le top départ de la chasse au trésor en suggérant qu'elles choisissent chacune deux tenues avant de se retrouver ici pour s'échanger leurs trouvailles. Le sourire mutin de la demoiselle s'élargit.

« Ça marche !» Conclut-elle avant de se hâter dans les rayons à la recherche de la tenue parfaite pour Marie-Octobre.

Comment allait-elle s'y prendre pour dénicher la perle rare au milieu de toutes ses merveilles plus fabuleuses et fantasques les une que les autres ? Voilà un véritable défi qui lui était lancé ! Elle ne devait pas perdre de temps ! Avec regard alerte d'Attrapeuse, la rouquine se mit en chasse, jetant des coups d'oeil partout autour d'elle et farfouillant au milieu des cintres en attrapant tout ce qui retenait son intérêt. On était bien d'accord que Marie avait dit « deux tenues » et non deux vêtements, or une tenue, pour être complète devait forcément être composées de plusieurs pièces n'est ce pas ?  Fière de sa propre conclusion, Circé se consacra joyeusement à la création de la première tenue qu'elle destinait à sa camarade, reposant certaines pièces qu'elle remplaçait par d'autres jusqu'à se faire sa petite sélection.

Elle avait retenue une élégante paire de bottines noires en cuir pourvue de petits talons, pas très hauts pour que Marie puisse facilement marcher avec mais suffisamment pour être féminins; une jupe tweed en laine marron taille haute qui s'arrêtait au dessus du genou, courte mais pas trop. En haut, Circé opta pour une chemise souple de couleur noire avec un col cousu de perles fantaisistes et une cape courte assez chaude pour l'hiver. Elle alla même jusqu'à ajouter des collants noirs transparents sur lesquels des motifs s'animaient et tourbillonnaient allégrement sur la jambe. Voilà qui faisait un ensemble, décida la rouquine, les bras déjà chargés de cintres.

Elle s'apprêtait à partir à la recherche du deuxième quand son œil averti se posa sur une robe extraordinaire. En taffetas, d'une somptueuse couleur mordorée, celle ci semblait constituée d'or liquide. La lumière se réfléchissait à merveille dans les plis du tissus, y dessinant de chatoyants reflets cuivrés. Elle était travaillée de manière raffinée et élégante mais sans trop de fioritures, simplement une bande de tissu pour marquer la taille et une délimitation au dessus du buste. Le haut de la robe présentait un col bateau, sans manche et recouvert de strass. Cela était parfait car on évitait le côté inconfortable du bustier et les décolletés trop plongeant de la plupart des autres robes. Bon, Marie allait probablement faire une syncope, mais pour Circé, le doute n'était pas permis, il lui fallait cette tenue ! Toute garde-robe digne de ce nom se doit de contenir au moins une robe de bal !

La rouquine n'avait pas encore eu le temps de chercher des chaussures pour aller avec et potentiellement une petite veste que sa camarade préfère attendait déjà à leur point de rendez-vous. Tant pis, elle pourrait toujours s'occuper de ça plus tard pendant que la Puckwoodgenie ferait l'essayage de tout ce qu'elle avait déniché.

« Tiens, voilà ta première tenue ! » S'exclama la jolie rousse, enchantée, un sourire rusé sur les lèvres, en refourguant dans les mains de son amie la montagne d'habits qui constituait son premier ensemble.

Ce n'est qu'alors que la demoiselle de cinquième année posa son regard sur la trouvaille de Marie pour elle même. C'était une robe de bal, absolument fabuleuse. Tout, de la couleur, de la forme et du détail lui plaisait. Circé était amoureuse. D'une robe. Oui oui c'était tout à fait possible. La rousse s'en saisir sans plus attendre pour mieux l'admirer  et elle avait hâte de la passer pour voir comment celle ci lui allait.

« On a plus qu'à aller essayer !»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 30 Nov - 18:56
Invité
Marie-O'
&
Circé
CHEAP THRILLS
C’est en voyant les bras chargés de vêtements de Circé que Marie-Octobre manqua de tomber dans les pommes de honte et de peur, il y avait effectivement de quoi en voyant le contenu des bras de la jeune femme. Mais comment diable allait-elle porter ça ? Et comment cela se mettait-il ? Marie n’avait jamais vraiment porté autre chose de que des salopettes – elle portait celles de ses frères quand elle était petite. Mais elle allait se tordre les chevilles avec des chaussures pareilles… Oh elle n’avait même pas pensé aux chaussures, comme quoi ce n’était vraiment pas dans sa nature ce genre de chose – ou du moins pas à son habitude.

Oh mon dieu… je n’ai trouvé que cette robe et toi en si peu de temps tu as trouvé tant de choses ? Lança Marie d’une voix effrayée, comme si soudainement elle venait de réaliser que Circé avait des pouvoirs supplémentaires particulièrement terrifiants. J’ai honte, nom d’une pelote, j’ai honte… Ajouta la Pukwudgie avec un sourire, plutôt fière en voyant le regard de Circé sur la robe qu’elle avait trouvée.

Le plus inquiétant aux yeux de Marie serait qu’elle prenne goût à ce genre de choses, ce serait assez terrifiant et elle avait peur du regard de ses frères – et de tout autre garçon plus âgé qu’elle de manière générale, ce n’était pas de sa faute elle était comme ça. Elle aimait être discrète et passe-partout – même si dans les faits tout le monde la remarquait à cause de ses tricots. Soudainement Marie se retrouva les bras remplies de vêtements, un peu perdue elle ausculta rapidement les pièces et manqua de s’étouffer en regardant la jupe, c’était très loin de ce qu’elle portait en été, à savoir un sarong très long et banal. Elle avala sa salive et inspira longuement pour se calmer et acquiesça. Après tout le pire était à venir, cette robe de bal lui filait la chair de poule.

En effet, allons-y. Marie se dirigea vers une cabine d’essayage et étala devant elle les vêtements, ils étaient tous très beaux et semblaient, sans être vraiment son genre, tous tenir logiquement ensemble. Cet état de fait étonna Marie et força son admiration une nouvelle fois – lui montrant également quelle piètre femme elle pouvait être au final.

Elle était clairement plus douée sur un balais qu’elle ne l’était en terme fanfreluches. Elle s’enferma dans une des cabines d’essayage et se mit en tête d’enfiler les vêtements qui composaient sa tenue, des collants au chemisier tout se passa bien, puis vint la jupe. La force mentale qu’il fallut à Marie pour la porter manqua de lui faire perdre connaissance, courage Marie, courage. Une fois qu’elle eut réussi à la mettre dans le bon sens elle enfila les chaussures qui magiquement furent à la bonne taille – les nombreux avantages des boutiques magiques, puis passa un long moment à regarder les motifs du collant s’enrouler le long de ses jambes. Elle se tourna vers le miroir dans la cabine pour ajuster les boutons de sa chemise et en croisant son reflet devint rouge vif. Mon Dieu, Marie en jupe, ayant l’air féminine, il manquait juste éventuellement du maquillage mais même sans… En dernier elle posa la cape sur ses épaules et se regarda encore dans le miroir.

Bon… Je te montre mais ne rigole pas. Lâcha Marie en sortant sa tête du rideau pour s’adresser à Circé avant de respirer un grand coup et d’écarter le rideau pour faire quelque pas, qui furent plus facile que ce qu’elle pensait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
50/150  (50/150)
icône :
Citation : Il faut se méfier de l'eau qui dort...
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois d'amboine, d'une belle couleur ambrée, produisant une magie d'une exceptionnelle beauté. Cœur composé d'une plume de phénix . Mesure 29,7 cm et est particulièrement efficace pour les sortilèges.
Quidditch : Attrapeuse
Préfet : oui
Circé Silverwood
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Ven 2 Déc - 20:07
Circé Silverwood
Le moment était venu d'aller essayer les premières trouvailles. Circé avait vraiment hâte de voir ce qu'allait donner sur Marie, la tenue qu'elle lui avait composée ! Tandis que la Pukwoodgie s'enfermait dans la première cabine pour passer la montagne de vêtements que la rouquine lui avait délivré, celle ci se contenta d'accrocher sa robe bleue à l'intérieur de la sienne mais n'alla pas essayer tout de suite. Il lui restait d'abord une petite chose à faire et puis, elle préférait attendre de voir d'abord sa camarade dans la tenue « de tous les jours » avant qu'elles n'essayent ensemble leur robe de bal respective, ce serait beaucoup plus sympa.

Pendant que Marie-Octobre était occupée à se battre avec les habits neufs derrière le lourd rideau de la cabine, Circé retourna rapidement dans le magasin, directement en direction du rayon chaussures. Une fois encore il y avait pas mal de choix, on y trouvait de tout, du très classique dans des couleurs sobre au parfaitement excentrique avec des tons électriques. La serpent cornu hésita. D'un point de vue strictement esthétique, il était certain que de superbes talons aiguilles c'était vraiment classe mais encore fallait il réussir à tenir toute une soirée avec... Enfin, si elles étaient équipées d'un bon sortilège de cousinage, cela pourrait aller, mais après, il fallait aussi savoir marcher avec.  Malheureusement, il n'y avait pas de sortilège pour apprendre l'équilibre. L'idéal serait sans doute d'opter pour des petits talons pas trop hauts.  

Circé passa rapidement en revue ce que la boutique avait comme modèles en exposition et déjà la rouquine était amoureuse de la moitié des paires de chaussures qu'elle avait sous les yeux. C'était inévitable. Sorcière ou pas, elle restait une femme... et c'était des chaussures, elles étaient faites pour s'entendre. Bon, réfléchissons, les robes étaient déjà suffisamment grandioses comme ça, il valait mieux opter pour des chaussures discrètes et passe-partout qu'elles pourraient même remettre facilement à une autre occasion. Des escarpins peut être ou des ballerines ? Elle pouvait essayer de partir sur du noir, ce serait sobre et classique... La jeune femme décida d'aller demander à la charmante vendeuse si celle ci avait des modèles correspondants à lui proposer mais avant qu'elle ait pu en placer une, la sorcière d'âge mûr avait bondi d'un air excité comme si elle n'attendait que d'être sollicitée en s'exclamant:

« Non, ne me dites rien, je SAIS ce qu'il vous faut ! J'ai tout un tas de modèles que vous allez A-DO-RER vous et votre amie. Je vais vous chercher ça, vous allez voir !»  

« Mais...»

« Non non non pas de mais, allez donc essayer vos robes, je m'occupe de tout !» Et elle était partie toute guillerette avec des yeux pétillants sans que Circé ait pu émettre le moindre mot.

Okay.... Ne venait-t-elle pas de lui faire exactement le même coup que celui qu'elle même avait fait à Marie-Octobre 10 minutes plus tôt ? La rouquine en avait bien l'impression.. mais soit, elle verrait bien ce que la vendeuse fantasque allait bien leur réserver.. Bah, après tout le but de cet après midi shopping était de s'amuser et ce serait certainement très divertissant ! La serpent cornu sourit pour elle même, ce serait la Pukwoodgie qui allait être ravie ! Songea-t-elle amusée tout en retournant au niveau des cabines d'essayage.  La préfète n'eut pas à attendre bien longtemps avant que sa camarade ne se décide à sortir et elle se mordit légèrement la lèvre d'impatience.

Sa première réaction en apercevant Marie fut d'écarquiller les yeux, la Pukwoodgie était vraiment super belle comme ça, ça lui allait franchement ! Circé ne put d'ailleurs pas retenir un élan de fierté en la voyant, tant elle était satisfaite du choix qu'elle avait fait pour elle. Evidemment, comme c'était elle qui l'avait choisi, on pouvait l'accuser de ne pas être tout à fait objective, mais pourtant, elle était tout à fait sincère. Elle sautilla joyeusement comme une enfant le jour de Noël en s'exclamant:

«  Marie, tu es trop belle ! Ça te va super bien ce look ! Aller fais pas cette tête ! On dirait que tu viens de croiser un épouvantard ! » gloussa-t-elle. « Si tu veux, on peut demander à la vendeuse ce qu'elle en pense, mais je suis sure qu'elle va adorer aussi !»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: L'Ivre-Grotte :: Les Boutiques-
Sauter vers: