:: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Insomnie [Pv: Nathan]

avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
50/150  (50/150)
icône :
Citation : Il faut se méfier de l'eau qui dort...
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois d'amboine, d'une belle couleur ambrée, produisant une magie d'une exceptionnelle beauté. Cœur composé d'une plume de phénix . Mesure 29,7 cm et est particulièrement efficace pour les sortilèges.
Quidditch : Attrapeuse
Préfet : oui
Circé Silverwood
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Jeu 6 Oct - 23:34
Circé Silverwood
Cette nuit là, Circé n'arrivait pas à fermer l'oeil. Une angoissante obsession la hantait. Elle avait la certitude que son père était là, dehors, quelque part et qu'il n'attendait qu'une opportunité pour venir l'arracher à cette vie qu'elle affectionnait tant pour lui apprendre l'art de torturer des gens et l'obliger à tuer des enfants sans défense...comme Lisa.  Il avait beau s'être passé 7 années sans le moindre incident depuis sa dernière rencontre avec son père, le souvenir de cette journée continuait à la tourmenter au point qu'elle en fasse régulièrement des cauchemars. Naturellement, la Serpent cornu savait que cela était ridicule, elle était parfaitement en sécurité à Ilvermorny et elle même n'était plus la fillette sans défense qu'elle était alors, mais, malheureusement, la peur n'avait rien de rationnel. Plutôt que de continuer à se tourner et se retourner indéfiniment dans son lit sachant que le sommeil ne viendrait pas, elle décida de se lever pour aller marcher un peu. La jeune femme avait besoin de prendre l'air, néanmoins, elle ne souhaitait pas spécialement pour l'instant s'aventurer hors de l'enceinte protectrice des murs du château... sait-on jamais.  

Arpentant les couloirs déserts de l'école endormie, Circé marcha un peu au hasard, accompagnée seulement par le léger écho de ses pas qui résonnait contre les murs de pierre. Par habitude, ses pieds la conduisirent jusqu'à la bibliothèque, lieu qu'elle trouvait réconfortant, et elle s'étonna de la trouver ouverte. N''était-elle donc jamais verrouillée ? La bibliothécaire avait sans doute oublié de fermer la porte. Pensant à un coup de chance ou à un signe du destin, la rouquine y pénétra d'un pas silencieux comme si elle craignait de troubler la sérénité des lieux. Cela lui procura une drôle de sensation de se retrouver dans cette immense salle plongée dans les ténèbres, c'était à la fois étrange et excitant. Mais ce n'était pas comme si elle faisait quelque chose de mal n'est ce pas ? La jeune femme passa par l'allée des prophéties, se laçant bercer par les lumières diffuses qui émanaient des globes. C'était là une magie bien mystérieuse qui avait tendance à la fasciner mais cette fois là, elle se contente de traverser la salle sans s'y arrêter. Ses pas la conduisirent finalement jusqu'au petit jardin, un espace à la fois ouvert et protégé qui offrait une magnifique vue sur les étoiles. C'était l'endroit parfait pour être seule avec ses pensées et chasser ses tourments. L'eau claire qui coulait de la fontaine produisait une son enchanteur, comme une délicate mélodie. La cinquième année songea que la simple beauté de cet endroit avait quelque chose de bien plus magique que tous les sortilèges du monde.

Elle s'avança d'un pas léger jusqu'au rebord de la fontaine pour s'y appuyer quand, du coin de l'oeil, elle aperçu une silhouette masculine dissimulée dans la pénombre. L'espace d'un instant, elle fut tétanisée de terreur et son cœur du rater plusieurs battements alors qu'elle s'imaginait son père tapi dans les ténèbres mais elle se reprit à temps en reconnaissant le visage familier de son professeur de potion, Nathan Cunningham.

« Oh... désolée Professeur, je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un ici à cette heure. » bafouilla-t-elle encore tremblante, et sans la moindre notion de l'heure qu'il pouvait bien être hormis le fait que c'était très tard, ou très tôt, selon le point de vue.

Alors que son cœur retrouvait peu à peu un rythme normal, elle réalisa soudain qu'elle n'avait pas quitté sa chemise de nuit ni ne s'était donné la peine d'enfiler des pantoufles. En fait, elle n'avait rien prit d'autre que sa baguette magique parce que la sentir au creux de sa main la rassurait. Elle songea qu'elle devait faire une drôle d'impression ainsi, au milieu du petit jardin, pied nu et en nuisette, elle allait très probablement passer pour une espèce de folle, mais tant pis, le mal était fait. Ce n'était pas comme si elle n'avait pas l'habitude de passer pour une cinglée de toute façon. Tout en s'efforçant de reprendre une contenance, elle posa son regard de jade sur l'homme en face d'elle, essayant de distinguer ses traits dans la pénombre. Le professeur de potion était un bel homme, à la fois séduisant et mystérieux. Le masque d'austérité qu'il affichait en permanence intriguait la jeune femme qui sentait qu'il était bien plus profond et sensible qu'il ne voulait le montrer.

« Cela vous ennuie-t-il si je me joins à vous un moment ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Lun 24 Oct - 2:42
Invité
La nuit était une compagne fidèle pour Nathan, le calme qu’elle procurait était propice à la lecture et à l’apprentissage. C’était lorsque tout le monde était couché qu’il se sentait le plus éveillé intellectuellement. Après avoir partagé le dîner avec certains de ses collègues et tandis que ceux-ci avaient voulu prolonger la soirée, le professeur Cunningham leur avait faussé compagnie, prétextant avoir encore une montagne de parchemins à corriger. En vérité, Nathan avait déjà lutté contre lui-même en acceptant leur invitation, et consacrer toute sa soirée à des bavardages absurdes pour lesquels il n’éprouvait aucun intérêt lui paraissait être une corvée bien trop inutile et bien trop lourde. Aussi, il s’était éclipsé, ignorant les suppliques de certains de ses collègues qui le priaient de rester malgré l’heure déjà tardive.
Le silence des couloirs, seulement brisé par le bruit de ses pas, égaya immédiatement l’humeur de Nathan. La tranquillité de l’école endormie la rendait beaucoup plus belle à ses yeux et se promener à travers tous ces couloirs était un pur délice. Le professeur laissa alors son esprit vagabonder, ses pieds l’emmèneraient où bon leur semblerait ; il n’avait pas vraiment envie de rejoindre ses appartements dans l’immédiat, après tout.
Ainsi sa balade prit fin lorsqu’il se rendit compte qu’il s’était naturellement dirigé vers la bibliothèque. Un léger sourire inscrit sur ses lèvres, il fouilla alors sa poche pour en sortir un trousseau de clés et déverrouilla la porte. Il flâna à travers les rangées pendant un long moment, ouvrant des ouvrages çà et là, s’attardant plus ou moins longuement sur l’un d’entre eux à chaque nouvelle étagère que ses yeux parcouraient. Aucun ne retint cependant son attention avant qu’il n’eut rejoint le rayon des Potions.

Une petite pile de livres sous le bras, Nathan résista à la tentation de se perdre dans la salle des prophéties et sortit prendre l’air dans le jardin. Cet endroit, habituellement submergé d’élèves, Nathan l’évitait à tout prix. Mais cette nuit-là, le cadre était idyllique : la lune, dans le ciel dégagé, éclairait délicatement le décor et le clapotis de la fontaine était une douce musique aux oreilles du professeur. L’ambiance était tranquille et il ne lui en fallut pas davantage pour se convaincre qu’il devait en profiter. Le banc qui était presque caché entre deux imposants arrangements de plantes lui parut trop inconfortable et Nathan y fit apparaître une demi-douzaine de coussins avant de s’installer.

Absorbé par sa lecture, il ne remarqua pas tout de suite que quelqu’un s’était approché. Ce ne fut que lorsque, du coin de l’œil, un mouvement éveilla son attention qu’il se rendit compte qu’une jeune fille était appuyée sur le rebord de la fontaine. Arquant un sourcil, se demandant ce qu’elle pouvait bien faire ici à cette heure-ci, Nathan se redressa lentement. La jeune fille se figea alors et Nathan, conscient que son attitude avait pu lui paraître menaçante, se leva et s’avança légèrement vers elle. L’élève le reconnut avant que lui n’ait réussi à remettre un nom sur son visage.

- Eh bien, je ne m’attendais pas non plus à être dérangé à cette heure-ci, je dois l’admettre, dit-il, une froncement de sourcils suspicieux assombrissant son regard.

Il dévisageait la jeune fille, bien peu soucieux du malaise que cela devait provoquer en elle. Silverwood, évidemment. La triste renommée du père de cette dernière la précédait certainement partout. Mais Nathan savait qu’elle se montrait être une élève douée et appliquée, toujours travailleuse et c’étaient là des qualités qu’il affectionnait particulièrement. Une fois le nom de la jeune fille retrouvé, il revint à lui et se surprit à la détailler de haut en bas. Circé était une jeune femme absolument ravissante et la tenue qu’elle arborait à cet instant n’était pas des plus chastes au regard d’un homme. La demande de Circé le tira brusquement de ses pensées.

Euh… Non, je… Non bien sûr, si vous voulez vous asseoir… proposa-t-il en désignant le banc de la main. Dites-moi, miss Silverwood, aurais-je – par le plus grand des hasards – oublié de verrouiller la porte de la bibliothèque après mon passage ?

Il se garda bien d’avouer à son élève que ce ne serait pas la première fois que cela arrivait. La bibliothécaire va me retirer ma clé si elle l’apprend, songea-t-il avec amusement. Il suivit la jeune fille et prit place à côté d’elle sur l’un des coussins, mettant le livre qu’il était en train de lire de côté.

- Comment se fait-il que vous vous promeniez en dehors de vos quartiers à cette heure-ci ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
50/150  (50/150)
icône :
Citation : Il faut se méfier de l'eau qui dort...
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois d'amboine, d'une belle couleur ambrée, produisant une magie d'une exceptionnelle beauté. Cœur composé d'une plume de phénix . Mesure 29,7 cm et est particulièrement efficace pour les sortilèges.
Quidditch : Attrapeuse
Préfet : oui
Circé Silverwood
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Etudiante en 5ème année — Horned Serpent
Mer 26 Oct - 23:48
Circé Silverwood
Dans sa grande chemise de nuit blanche à dentelle, Circé n'en menait pas large à se retrouver ainsi sommairement vêtue face à son professeur de potion. Elle devait ressembler à une âme errante, un fantôme ou une cinglée échappée d'un asile, au choix. Ce n'était pas étonnant que l'enseignant la dévisage d'un drôle d'air en la détaillant de la tête aux pieds. Il était heureux que la pénombre les dissimule un peu, car la demoiselle se sentait rougir de gêne sous son regard inquisiteur. Être ainsi observée lui donnait envie de se tortiller pour essayer de disparaître, si bien qu'elle enroula ses propres bras autour de sa poitrine comme si ce geste pouvait la soustraire à la vue du sorcier. Elle aurait été ravie d'être une animagus afin de se changer en souris.

D'un point de vue extérieur, on aurait pu croire qu'elle avait un peu froid, d'autant plus qu'elle frissonnait, mais la cause en était tout autre. Les visions d'horreur qui hantaient ses cauchemars s'attardaient encore dans son esprit même si la présence inattendue du professeur Cunningham semblait les faire s'évaporer comme neige au soleil. Immobile telle une biche prise dans les feux d'une voiture, Circé resta plusieurs secondes incapable de détacher son regard de celui du professeur et elle fut vraiment soulagée qu'il accepte sa compagnie. Elle avait craint l'espace d'une seconde qu'il ne la renvoie sans cérémonie dans son dortoir. Et il aurait eu tous les droits de le faire. Au lieu de ça, le maître des potions qui se tenait désormais debout en face d'elle, se révéla étonnamment avenant. On était bien loin de l'homme froid et autoritaire qui dispensait d'ordinaire les cours de potion. D'ailleurs sa question sur son éventuel oubli du verrouillage de la porte fit naître un sourire timide sur les lèvres de la rouquine.

« C'est donc vous que je dois remercier pour cet heureux hasard ..? » Répliqua-t-elle en retour, avant de poursuivre, en écho involontaire à une pensée non formulée qu'elle intercepta. « Je vous promets que la bibliothécaire n'en saura jamais rien de ma bouche. »

Sur l'invitation de Nathan Cunningham, la demoiselle, un brin intimidée, se dirigea vers le banc et s'installa sur les cousins en repliant simplement ses jambes contre elle, entre ses bras. Ce n'était peut être pas une attitude très adulte ni très élégante mais elle s'en moquait bien. Elle avait surtout besoin de se sentir réconfortée et de se vider la tête. Curieusement, la cinquième année était heureuse que le professeur soit là. Même si ce n'était pas très rationnel, la simple proximité de l'homme à côté d'elle l'aidait à se sentir mieux. Comme elle épiait son profil du coin de l'oeil, elle se surprit à remarquer à quel point il pouvait être charmant, ainsi, dépourvu de son masque d'austérité. Il était indéniablement un homme séduisant. Circé n'eut cependant pas le loisir de l'étudier bien longtemps car l'enseignant la ramena à la réalité en lui demandant ce qui l'avait conduite si loin de son dortoir. Une nouvelle fois, elle se sentit rougir sous le coup de la honte. Comment avouer à l'enseignant que la raison pour laquelle elle avait fuit son lit était parce qu'elle faisait des cauchemars, sans passer pour une stupide gamine de 5 ans d'âge mental ?

« Je... hum...Vous allez me trouver ridicule... » avoua-t-elle., hésitante, en se mordillant la lèvre inférieure en signe de nervosité. Elle aurait certainement pu inventer un quelconque mensonge pour expliquer son escapade d'une manière qui la ferait moins passer pour une fillette pleurnicharde, mais à quoi bon ? La vérité était ce qu'elle était après tout, au moins pouvait-elle avoir le courage d'assumer... « Je cherchais à fuir un cauchemar. » murmura-t-elle, les yeux rivés sur la fontaine, d'une voix si basse qu'elle couvrait à peine le bruit d'écoulement de l'eau.

« J'avais simplement besoin de m'aérer les idées... et ici, c'est un endroit où je me sens bien.. » Reprit-elle, avec un peu plus d'assurance. « Votre présence aussi est apaisante d'ailleurs... »

Circé se demanda vaguement comment l'enseignant prendrait cet aveu de sa part, mais c'était la stricte vérité. C'était ainsi qu'elle ressentait les choses alors il n'y avait aucune raison de ne pas le dire, n'est ce pas ?

« Et vous alors ? Est ce que vous venez souvent lire ici après la fermeture de la bibliothèque ? » demanda-t-elle finalement d'une voix douce en osant croiser à nouveau le regard du professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin-
Sauter vers: