:: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Don't you have anything better to do?" - [Pv. Sophie Cerisier] [TERMINE]

avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Jeu 6 Oct - 13:18
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

C'était une journée comme les autres, tout aussi paisible que les autres ; tout du moins, dans la mesure du possible dans un établissement rempli de jeunes sorciers et où il était normal de se promener en balais volant avec un gros crapaud à la main.

Toujours était-il que - aux yeux de Thomas - le calme régnait encore sur l'école à cette époque de l'année : il n'y avait pas encore la pression des examens ni l'excitation des fêtes de fin d'année, beaucoup cherchaient encore leurs marques, les devoirs n'étaient pas encore trop trop importants, et l'automne ramenait petit à petit la fraîcheur dans les couloirs de l'école après un été bien trop long et chaud. Autrement dit, c'était une période de l'année que le jeune français appréciait plutôt bien. Il pouvait passer encore du temps dehors comme tranquillement à l'intérieur, à lire un bon livre sans qu'il n'ait à s'inquiéter de ce qui l'entourait, de toutes les pressions qui pouvaient lui écraser les épaules. Enfin, il y en avait bien toujours une qui était omniprésente, mais ça.. il essayait de l'oublier.

C'était donc ainsi que le jeune sorcier s'était retrouvé à vagabonder dans les couloirs, sa sacoche à la main - et Swift endormi dans sa capuche - avant de finalement laisser ses pas le mener jusqu'à un endroit plutôt abandonné à cette heure de la journée : le petit jardin. Oh, il y avait bien quelques âmes errantes comme lui, bien sûr, mais ce n'était pas comme la cohue qu'il pouvait y avoir dans les couloirs et dans les autres lieux bondés de l'école. Certes, il aurait pu retourner dans son dortoir entre deux cours mais.. cela faisait loin pour pas grand chose. Et puis, c'est qu'il aimait bien cet endroit, tout simplement.

En silence, il était alors s'asseoir non loin de la fontaine au pied d'un arbre dont les feuilles avaient déjà tourné à l'orange ; loin des regards des autres, mais pas caché non plus. Là, il put laisser sa sacoche retomber par terre à côté de lui, tandis que Swift s'en allait déjà chasser les derniers papillons de la saison. Il n'aurait plus manqué qu'une bonne boisson chaude, et ce moment de quiétude aurait été parfait.

Malheureusement, le calme ne durait jamais vraiment bien longtemps entre ces murs.


Hrp:
 


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Jeu 6 Oct - 22:14
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Les intercours. C'était quelque chose que Sophie aimait bien en fait. Le temps de retrouver des copains, des amis, passer un moment avec eux pour retourner à la dure réalité. Car, même si la brune aimait la compagnie des gens qu'elle côtoyait, elle détestait l'Amérique. Elle était une étrangère, "la française", la "cerise" qu'elle ne captait que sous "chérie", et elle ne supportait pas ça. Alors bien qu'elle adorait les personnes avec qui elle partageait sa maison, il y avait quelque chose qui n'allait pas. Elle avait le mal du pays. Alors, le matin elle avait sortie ses affaires moldues, son thermos, pour se faire un chocolat bien chaud, comme avant. Ca avait été compliqué à trouvé, mais elle avait trouvé !

Et à la sortie de son cours, son balais avec le thermos dans une main, son sac en bandoulière sur son autre épaule, elle s'était faite attrapée par des amis, riant aux éclats pour aller profiter de cet entre deux cours. Elle avait d'ailleurs plus d'une heure, et elle comptait se rendre sur le terrain de Quidditch, histoire de prendre véritablement l'air. Voler lui permettait de toucher les nuages, d'avoir cette liberté, cette légèreté qu'on perdait dès qu'on revenait sur terre.

Alors il y eut des blagues, des bousculades, les Oiseaux Tonnerres riaient fort et bousculaient le monde. Sophie suivait, parce qu'elle était un peu comme ça elle aussi. Puis on lui avait lancé un défis, qu'elle avait vaguement compris, elle se retrouva rapidement sur son balais à voler au dessus des gens, riant aux éclats. Jusqu'à ce qu'elle s'arrête net. Elle aurait reconnu cette tignasse entre mille. Sophie était descendue de son balai, et était restée plantée là au milieu du passage. Elle n'avait aucune idée de comment elle devait réagir. Elle avait peur, elle était excitée, heureuse et désespérément triste en même temps. On vint la rappeler à l'ordre, elle demanda à ce qu'ils continuent sans elle. Et ils partirent.

Mais il était là. Sophie tremblait. Elle serra son balai avant de s'avancer dans le petit jardin. Elle enjamba un furet qui jouait avant de s'approcher doucement de lui. Sophie s'était mordue la lèvre. Elle connaissait le malaise qu'il y avait entre eux deux, mais elle devait sauter le pas. Elle inspira longuement et silencieusement. Thomas avait la tête baissée sur un de ses livres, elle en profita pour glisser son thermos entre son visage et le bouquin. Elle le connaissait par coeur.

«Hey Petit Prince... Tiens, il est encore chaud...»

Avait-elle été trop directe ? Elle avait aussi pensé lui sauter au cou, mais elle ne se sentait vraiment pas à son aise. Alors qu'elle vint s'asseoir à côté de lui sans un autre mot, après qu'il eut pris le thermos. Pour au final glisser sa main sur celle de son frère.
Elle devait entrer dans un jeu de séduction, juste pour le revoir plus de cinq secondes, et surtout, qu'il parle... Elle regardant le ciel, histoire de prier sa bonne étoile qu'il ne la jette pas...
Commentaire


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Ven 7 Oct - 4:10
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Perdu dans ses pensées - il était après tout bien trop occupé à dévorer son livre du regard - le jeune sorcier n'avait alors plus vraiment fais attention à ce qui l'entourait. Pourquoi l'aurait-il fais ? Il n'était pas pressé, avait une bonne heure devant lui, puis n'avait pas besoin - ni l'envie - de regarder les autres autour de lui. Quant à Swift, il se débrouillait très bien tout seul, et était même capable de retourner jusqu'au dortoir par ses propres moyens ; quand bien même Thomas n'avait jamais su comment. Peut-être que le furet avait un bon samaritain qui le ramenait toujours jusque là-bas ? A moins qu'il ne soit en réalité un Chartier et qu'il soit capable de déjouer les tours des maisons cachées et fugueuses. ... Non, impossible : il était un peu trop stupide pour faire ça.

Et peut-être que son maître aussi l'était à sa manière pour ne pas avoir remarqué que quelqu'un s'était avancé jusqu'à lui ; et pas n'importe qui, bien évidemment. Aurait-il pu essayer de l'éviter ? Non, pas ainsi : c'était trop tard. Avant que le jeune français n'ait pu réaliser, il y avait déjà une thermos chaude qui s'était dressée entre son visage et les pages de son livre.

« Hey Petit Prince... Souffla une voix qu'il ne connaissait que trop bien, même après toutes ces années : tiens, il est encore chaud... »

Prit de court par une telle intrusion, le jeune sorcier ne put qu'afficher une grimace crispée tout en levant les yeux vers sa jumelle. Si lui avait tout fait pour l'éviter depuis le début de l'année, elle, avait visiblement fait exactement l'inverse pour le retrouver. Ce n'était pas la première fois qu'ils se croisaient dans l'école ; mais c'était bien la seule fois où il n'avait aucun moyen de se soustraire à sa route. Alors, il se contenta de prendre la thermos tout d'abord en silence, avant de reporter son attention vers son livre. Qui sait.. peut-être était-elle juste venue pour lui donner ça, et allait repartir maintenant ?

« Merci Sophie, souffla-t-il dans leur langue maternelle. »

Dans sa bouche à lui, ce prénom devait sembler presque étranger, malvenu.. et quelque peu amer. En l'appelant de la sorte, Thomas mettait encore plus de distance entre eux deux, tandis que sa jumelle, elle, prenait place à ses côtés. Toutefois, lorsque la main de cette dernière glissa sur la sienne, les doigts du brun se crispèrent dans l'herbe ; avant qu'il ne ramène sa main vers son livre pour tourner une page.

Il n'avait certes pas fini de la lire encore, mais au moins, il avait pu retirer sa main. Comment faisait-elle pour faire comme si rien ne s'était passé, comme s'ils avaient encore treize ans et qu'ils ne s'étaient quittés que le temps d'un été ? C'était risible ; tout du moins, pour lui.

« Qu'est-ce que tu es venu faire par ici ? finit-il par lui demander. »

Pour une fois, il lui parlait ; mais c'était seulement parce qu'il n'avait pas réellement le choix. Et aussi, sans doute pour lui faire comprendre qu'elle avait d'autres choses plus intéressantes à faire que de rester là avec lui.

Après tout, n'était-ce pas ce qu'elle avait fait ces trois dernières années ?


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Sam 8 Oct - 16:30
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Sophie. Elle avait senti son coeur se serrer. Et lorsqu'elle avait senti la main de son frère se retirer, elle avait plisser les yeux. Qui s'étaient remplis de larmes. Elle plaqua un peu plus sa tête contre l'arbre et se mordant les lèvres. Il faisait tout pour agrandir le trou qu'il y avait entre eux. Mais, la jeune sorcière devait s'estimer heureuse, son frère ne lui avait pas répondu en anglais au moins. Mais Thomas faisait tout pour entretenir l'espace qu'il y avait. Et, à cause de ça, Sophie se sentait coupable. Aurait-elle du le suivre, laisser leur mère seule ? N'aurait-elle pas souffert sans personne elle aussi ? Mais plus que ça, la brune aurait-elle du revenir pour Noël ? Elle voulait lui en parler, mais il rendait le dialogue impossible. Ce devait être aujourd'hui ou jamais. Elle allait déballer son sac, c'était décidé.

Puis il demanda ce qu'elle faisait là. Elle comprit directement le sens de la phrase. Il était cinglant, dur et froid. Comme au début de l'été. Il avait changé, et Sophie voulait retrouver le Thomas d'avant. Et elle allait faire des pieds et des mains pour y parvenir ! Elle était buttée la petite, et elle n'allait certainement pas s'arrêter aux pics d'acier que lui lancer son frère. Elle voulait le ravoir pour elle. Sophie, quand elle s'y mettait, elle pouvait devenir le pire des parasites. Mais pour en revenir à ce qu'il lui avait demandé, elle devait bien se justifier, alors elle avait sourit.

« Ma maison est bruyante et toujours en hyper activité. J'avais besoin d'un peu de calme... avait-elle tout simplement dit, avec calme. »

Sophie devait maintenant réfléchir à comment elle pouvait capter l'attention de son jumeaux. Elle savait pertinemment qu'il ne décrocherait pas de son livre, son but était de l'ignorer pour qu'elle puisse partir. Elle connaissait la stratégie de Thomas, et ça lu ifaisait mal au coeur. Elle ne comprenait seulement pas pour pourquoi il faisait ça, pourquoi il essayait de la faire culpabiliser. Et ça marchait ! Mais la brunette ne se rendait pas bien compte de son crime, de quoi elle était coupable.

La brune se tourna sur le côté, vers lui, pour le regardait. Elle adorait le regarder lire, et même qu'il lui fasse la lecture. Ça lui manquait. Elle le regarda attentivement, sa coiffure, ses yeux bougeant aux rythmes des lignes qu'il survolait, ses mains. Elle vint poser une main sur son propre bras, en souvenir d'une étreinte bien lointaine. A combien de temps remontait cette dernière étreinte d'ailleurs ? Quand avaient-ils dansé la dernière fois ? Tout ceci lui semblait si lointain. Son visage se renferma quelque peu, la tristesse venait se peindre sur sa mine, et a mesure que ses yeux se remplissaient d'eau, de petites gouttes salées venaient perler son visage.

« Tu me manques, Louis... souffla-t-elle, la voix tremblante. »

Et d'une main hésitante elle vint replacer une mèche de cheveux de son frère derrière son oreille, avant de glisser ses doigts sur sa joue. Elle vint ensuite délicatement tirer sur la manche de la chemise du sorcier, au niveau de son coude. Comme quand ils étaient petits, et que Sophie tentait de réconfortait son frère qui s'était mis à la bouder...
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Dim 9 Oct - 4:18
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Sans doute aurait-il pu se montrer plus aimable avec sa jumelle, peut-être aurait-il du également l’accueillir d'une toute autre manière ; mais aussi, sans doute aurait-elle mieux fait de ne jamais l'abandonner dans un premier temps, ni même attendre autant de temps avant de la rejoindre. Qui sait, Thomas aurait sans doute réussi à pardonner sa cadette si elle était arrivée après un an, ou peut-être même après Noël, mais ça.. ça faisait juste beaucoup de sans doute et de peut-être. En réalité, le français n'avait aucune idée de comment les choses auraient pu tourner si elle était venue le rejoindre.

Aurait-il été plus heureux ? Ça, il aimait à croire que oui. Est-ce que sa vie à l'école aurait été moins difficile ? Bien sûr. Ils se seraient entraidés comme ils l'avaient toujours fait : elle lorsqu'ils étaient en compagnie du reste du monde, et lui lorsqu'ils se retrouvaient tout seul. Maintenant, Thomas n'était plus certain que cette complicité puisse un jour renaître de ses cendres comme un phœnix aurait été capable de le faire.

Oh, pourtant, c'est qu'il en avait envie ; quand bien même il ne se l'avouerait jamais, et encore moins à sa jumelle. Enfin, il le devrait pourtant.

« Ma maison est bruyante et toujours en hyper activité. J'avais besoin d'un peu de calme... lui avoua-t-elle ; sans qu'il ne soit certain que ce soit la vérité. »

Pensivement, le jeune garçon avait alors hoché la tête sans répondre quoi que ce soit. Qu'aurait-il pu dire de toutes manières ? Qu'il comprenait sa situation et que c'était souvent pareil chez lui ? Qu'il n'y avait pas de soucis et qu'elle pouvait rester là à ses côtés si elle cherchait un peu de calme ? Non, bien sûr que non. Il préféra garder le silence sans même adresser un regard à sa sœur, ne bougeant que pour déposer sa thermos - même pas ouverte - à ses côtés, juste entre eux deux, avant de finalement retourner à la lecture de son livre.

Malheureusement pour lui, Sophie ne comptait pas laisser tomber aussi facilement.

Même sans la regarder directement, Louis sentait bien que son regard était porté sur lui ; et qu'elle le fixait, comme elle avait toujours eu l'habitude de faire. Pour un peu, Thomas aurait presque eu l'impression qu'ils étaient encore enfants, et que elle l'écoutait raconter une histoire, un fin sourire rêveur sur les lèvres. Mais cette époque était révolue depuis longtemps.

« Tu me manques, Louis... finit-elle par souffler. »

Pourquoi avait-il fallu qu'elle dise ça ? Pourquoi maintenant ?

Dérouté par un tel aveu - mais également par le geste fraternel et bienveillant de sa jumelle lorsqu'elle vint toucher sa joue avant d'agripper sa manche - Thomas sentit ses lèvres se pincer, tandis qu'un sentiment inqualifiable vint lui ronger l'estomac. Était-ce de la honte ? A moins que ce ne soit encore plus de rancœur ?

Dans tous les cas, le jeune garçon n'aimait pas ça du tout.

« C'est un peu tard pour s'en prendre compte, tu ne penses pas ? Avait-il demandé tout en refermant un peu brusquement son ouvrage, avant qu'un soupir amer ne s'échappe de ses lèvres : enfin.. Tu devrais retourner avec tes amis maintenant. »

Puis, sur ces mots, le français finit enfin par reporter son attention vers son reflet ; qui sait, peut-être pour chercher à y lire autant de peine que celle qui avait vécue dans son cœur durant toutes ces années.

A moins que ce ne soit juste pour la faire partir.


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Dim 9 Oct - 22:09
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Sa main était restée accrochée à la chemise de son jumeau. Elle avait penché la tête sur le côté. De loin, on aurait dit un couple qui n'allait pas fort, limite sur la rupture. Mais Sophie rit intérieurement. Il était impossible de rompre avec son double quand bien même une des parties faisait souffrir l'autre. Pourtant, Anna et Louis s'était toujours bien entendus, de part leur complicités sans failles. Mais comme tous frères et soeurs, ils avaient eut quelques moment, peu nombreux, de mésententes. Cependant, ça n'avait jamais duré très longtemps. Alors que là, cela commençait à peser à Sophie.

Puis le brun reprit la parole. Sophie écarquilla les yeux sous ses mots. Et lorsqu'il lui demanda de rejoindre ses amis, les yeux de la sorcière succombèrent sous une trop grande vague d'eau. Tant et si bien, que l'eau coula sans qu'elle n'eut à cligner des yeux. Et lorsqu'il tourna enfin son visage sur elle, Anna sentit le monde s'écrouler sous ses pieds. Elle avait envie de tomber, de ne jamais se relever. Ses yeux rougit plongèrent dans ce bleu que trop familier, elle ne revenait pas de ce qu'il venait de lui dire. Elle papillonna des cils alors, ne sachant pas quoi lui répondre. Bon sang, mais pourquoi faisait-il ça ? Trois ans ne lui avait pas suffit, il fallait qu'il continue alors qu'ils s'étaient enfin retrouvés ?!

« Des amis... Tu crois que c'est facile ? Tu penses que j'en ai beaucoup ? Je suis la pauvre fille qui a toujours besoin d'aide parce qu'elle ne comprend rien. fit-elle, la voix tremblante, alors que ses larmes continuaient de couler. Je t'ai écris des lettres Tom ! Tous les mois pendant un an et demi ! Pourquoi, pourquoi tu ne m'as jamais répondu ? J'ai persisté, tous les mois j'attendais que tu m'écrives. Tu ne l'as jamais fait. Tu crois que ça a été facile pour moi ? J'étais comme toi, loin de mon double et j'étais terriblement mal ! continua-t-elle, sans pouvoir s'arrêter et sans lui laisser le temps de répondre. Maman voulait qu'on vienne vous voir un été, je ne t'ai jamais prévenu pour te faire la surprise, mais elle n'a jamais pu se libérer. Tu crois que j'étais comment à ce moment là ? Et puis, oui, j'aurais pu vous rejoindre à Noël. Au risque de me louper mon année ! Mais j'avais peur. J'avais peur que tu sois effectivement comme ça avec moi, j'avais peur de l'inconnu de l'Amérique, et j'avais surtout aucune envie de repiquer mon année parce que je ne maîtrisais pas la langue ! Alors excuse moi d'avoir refuser d'aller dans un endroit qui m'était inconnu, reprendre un cursus en cours d'année, qui m'était lui aussi inconnu, et tout ça dans une langue que je suis loin de maîtriser. Mais ça, t'as pas l'air de l'avoir compris. »

Elle fit une pose. Ses mains vinrent essuyer ses larmes. Sophie tremblait, elle tremblait comme une feuille. Et alors qu'elle essayer de s'arrêter, mais elle devait se rendre à l'évidence, il lui était impossible de s'arrêter de sangloter. Alors ses mains vinrent couvrir son visage, et elle ramena ses jambes contre elle. Sophie souffrait, comme jamais elle n'avait souffert avant. Elle n'avait d'ailleurs jamais réellement souffert. Mais Louis était son double, et la vie de la sorcière sans lui n'avait aucun sens. Sophie aurait tout donné pour qu'il la prenne dans ses bras, ça l'avait toujours calmée. Mais elle ne devait certainement pas compter là dessus. Sophie était sensible, trop sensible, et elle avait gardé ce mal trop longtemps en elle. Et la bombe à retardement qu'elle était devait bien finir par exploser un jour ou l'autre...

La brune ne saurait dire combien de temps elle était restée comme ça, pas trop longtemps sans doute. Mais quoi qu'il en fut, elle avait réussi à calmer ses larmes, alors qu'elle hoquetait toujours. Elle finit alors par relever son visage rougit et trempé vers son frère.

« Tu veux bien me dire ce que tu me reproches exactement...? Et ce que je dois faire pour que tu arrêtes tout ça... avait-elle soufflé. »

Elle avait les bras croisés sur ses genoux, le visage posé dans le creux de ses bras. Elle avait besoin de lui, plus qu'il ne devait s'en douter d'ailleurs. Et elle voulait plus que tout que sa comédie s'arrête. Elle pourrait faire tout ce qui est en son pouvoir pour récupérer son Louis. Alors, si elle devait se mettre en danger pour qu'il daigne venir à elle, elle le ferait sans hésitation.  
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Lun 10 Oct - 11:00
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Lorsque le français vit le regard de sa sœur s'écarquiller et ses yeux se gorger de larmes, il comprit dans l'instant qu'il était peut-être allé trop loin ; pourtant, il n'avait fait que dire ce qu'il avait sur le cœur.. ou au moins une toute petite partie de ce qu'il ressentait vraiment. Pourtant, était-ce la meilleure des méthodes si cela faisait pleurer Sophie ? Ça, il n'aurait su le dire. Peut-être que ce n'était qu'un juste retour des choses, et qu'il était temps qu'elle comprenne le mal qu'elle avait fait à son double mais, en même temps, la voir ainsi ne faisait que serrer le cœur et l'estomac de son ainé plus qu'ils ne l'étaient déjà habituellement. Là, à cet instant là, Louis aurait tout donné pour être ailleurs.

Puis, tout à coup, le silence fut brisé par les mots et les larmes de Sophie.

Sans pouvoir réagir ni même dire quoi que ce soit, Thomas du affronter tout le flot de paroles de sa jumelle comme un chevalier désarmé face à un gros dragon prêt à le dévorer. Bon, un dragon qui pleurait et qui avait le grognement tremblant, mais un dragon quand même. Et ce pauvre reptile était tout seul parce qu'il ne comprenait pas vraiment la langue des hommes. Bon, d'accord, Sophie n'avait rien à voir avec un reptile, mais cela ne changeait rien aux faits : elle avait des soucis à comprendre l'anglais, comme lui en avait eu lors de sa première année. Alors, bien sûr, il ne pouvait que comprendre ce qu'elle avait ressenti. Lui aussi, il s'était retrouvé tout seul avec personne pour l'aider à comprendre, si ce n'était quelques sorciers là pour l'épauler ; et ils n'avaient pas été nombreux. Mais là n'était pas le seul problème, malheureusement.

Son double lui reprocha également de ne jamais avoir répondu à ses lettres, quand bien même elles avaient été nombreuses et bien fournies. Louis n'avait jamais prit la peine de lui en renvoyer - n'avait pas osé ? - et de son côté, Anna s'était également sentie rejetée. Pourtant, c'était elle qui avait choisi de rester, elle qui n'avait pas trouvé un moyen de venir le voir un été, elle qui avait choisi de finir sa troisième année en France afin de ne pas louper son année, et elle qui avait eu peur de l'inconnu. Pourtant, lui il s'était lancé là-dedans, lui, le petit Tom qui était toujours dans l'ombre de sa jumelle ; alors pourquoi elle n'avait pas pu faire pareil ? Bien sûr qu'il comprenait ses motivations, bien sûr qu'il s'était douté de tout ça mais.. ce n'était pas pour autant qu'il l'acceptait. S'il avait été dans la situation de sa cadette, il aurait tout quitté pour la rejoindre ; qu'importait les études et la barrière du langage, Louis l'aurait fait pour elle. Mais ça, il fut bien incapable de lui avouer de but en blanc sur le coup ; les mots de sa sœur l'avaient touché, ça, c'était certain.

Tandis que Sophie posait sa tête dans le creux de ses bras, son ainé, lui, ne put que détourner le regard vers son livre tandis que ses doigts se crispaient sur sa couverture ; ouvrage qui sembla tout à coup bien plus intéressant que les yeux rougis et larmoyants de sa sœur. Encore une fois, il fuyait, d'une manière ou d'une autre.

« Tu veux bien me dire ce que tu me reproches exactement...? Et ce que je dois faire pour que tu arrêtes tout ça... Finit-elle par lui demander. »

Que pouvait-il répondre à ça, à tous ces mots, à ces dernières questions ? Thomas n'en avait pas la moindre idée, n'avait aucune envie de répondre, de vivre ça plus longtemps. Mais il était toujours prit au piège, elle ne le laisserait pas partir sans réponses ; sans au moins quelques mots. Peut-être qu'après toutes ces années, il lui devait au moins ça.

« Moi, j'aurais tout quitté pour toi si tu me l'avais demandé, souffla-t-il d'une petite voix, sans que cette dernière ne soit tremblante pour autant. »

Pourtant, quelque chose trahissait son anxiété actuelle : ses doigts qui tapotaient sur son livre. Dire ce qu'il avait sur le cœur, ce n'était pas vraiment du goût de Thomas ; et ce, que ce soit par écrit ou en face. Non, en face c'était encore pire qu'à l'écrit. Qui sait, s'il avait répondu à ses lettres, peut-être n'aurait-il pas eu à affronter cette situation ? Peut-être se serait-il mieux senti et aurait mieux accueilli Anna ? Allez savoir ; il n'avait aucun moyen de remonter le temps pour changer ses possibles erreurs.

« Ça m'aurait été égal de rater une année ou de ne rien comprendre à une langue, si tu avais été là, reprit-il ensuite, le regard toujours fuyant. Tu crois que moi je n'ai pas eu peur, tout seul ici pendant trois ans ? Tu.. - il prit une pause, et ses doigts se crispèrent sur le livre - tu m'as abandonné. »

Et là, son ton avait finit par changer ; il n'y avait plus de colère ou de rancœur comme avant, seulement un triste chagrin. Alors, un soupir finit par s'échapper des lèvres du français.

Non, il ne se sentait pas mieux après avoir dit tout ça.


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Lun 10 Oct - 21:14
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Sophie aimait son frère de tout son coeur. Pourtant, elle n'avait pas pensé, réfléchit à ce qu'elle venait de dire. Elle ne souhaitait en rien le blesser, elle voulait seulement lui ouvrir les yeux. Lui ouvrir les yeux sur quelque chose qu'il avait déjà vécu. Il avait détourné le regard, encore, alors qu'elle avait réussi à capter son attention. Elle ferma les yeux, fronçant les sourcils, elle ne supportait pas son regard fuyant. Car, bien que ce ne fut pas physiquement qu'il fuyait, elle le sentait loin d'elle. Pourtant, elle sentait que ce qu'elle venait de dire n'avait pas spécialement lieu d'être. Sophie avait tendance à parler vite, sans vraiment réfléchir, et elle s'en voulait souvent, surtout lorsqu'elle disait des choses absurdes à son frère. Et c'était ce qu'il venait de se passer. Elle n'avait pas réfléchi qu'il avait déjà vécu tout ça, mais qu'il avait compté sur elle pour le soutenir. Et elle n'avait pas été là.

« Moi, j'aurais tout quitté pour toi si tu me l'avais demandé...avait-il soufflé. »

Sophie rouvrit alors vivement les yeux sur lui. Elle commença même avec "Mais tu-", mais elle s'était très vite arrêtée. Elle ne devait pas remettre de l'huile sur le feu. Et alors qu'elle hoquetait encore, elle tenta un peu plus de se calmer. La jolie brune n'aimait pas voir son reflet comme ça, triste et lui en voulant. Elle ne voulait plus l'avoir comme ça, il fallait qu'elle trouve quelque chose. Puis, il lui dit qu'elle l'avait abandonné. Son coeur se serra un peu plus, si fort que ça lui en faisait mal. Sophie porta d'ailleurs une main à sa poitrine. Elle n'avait jamais voulu l'abandonner. Elle n'avait jamais pensé qu'il l'aurait ressenti ainsi. Elle n'avait pas voulu agir en mal. Elle serra son poing contre elle.

Elle avait toujours pensé Louis bien plus fort qu'elle. Elle, elle n'avait que ses pieds, ses poings et maintenant sa baguette magique. Elle n'avait pas un esprit fort, pas comme celui de son frère. Elle le voyait comme quelqu'un qui avait réussi à se fabriquer une coquille assez solide pour tout surmonter. Sans quoi elle ne l'aurait jamais laissé seul. Elle pensait qu'il n'avait pas besoin d'elle, elle n'était là que pour amuser là que pour amuser la galerie et couvrir de honte les garçons qu'elle frappait. Sophie admirait Thomas, parce qu'il avait cet intelligence, cette diplomatie qui échappait à la jumelle. Elle l'avait toujours admiré, il avait toujours été son héro, en quelque sorte. Parce qu'il avait toujours été là, pour la réconforter, pour la protéger. Pour vérifier sous son lit qu'il n'y ait aucun monstre, pour l'accueillir dans son lit lorsqu'elle avait fait un cauchemars. Il avait toujours été là pour elle. Et elle ? La brune l'avait abandonné. Et il fallait que tout s'arrête.

Sophie sourit cependant, et vint poser sa main sur celle de son frère, celle qui s'était crispée sur son livre. Elle s'était même penchée vers lui, essayé de croiser son regard. Alors même si son regard à elle était rouge, elle avait tout de même une étincelle dans les yeux, et un doux sourire sur les lèvres.

« Hey... chuchotta-t-elle avant de continuer sur la même lancée. Tu te souviens quand l'instite nous avait demandé d'écrire quelque chose à propos de notre héro ? Mes pensées par rapport à mon héro n'ont pas changé... Je t'ai toujours pensé plus fort que moi, tu sais petit frère...  Si j'avais été moins bête...- elle fit une pause à son tour, avant de glisser une main sur le font de son frère et la descendre sur sa joue - Mais j'ai besoin de tes mots. »

Ils n'avaient pas encore découvert un pouvoir de télépathie, mais c'était vrai qu'un seul regard leur suffisait pour se comprendre. La main de Sophie toujours sur la joue de Thomas, bien qu'elle sentait qu'il n'avait pas envie d'une quelconque marque d'affection de sa part, elle vint doucement relever son visage vers elle avant de venir l'embrasser sur la joue, et de le forcé à une étreinte. Elle vint se coller à lui, et le serra. Aussi fort qu'elle le pouvait. Ses mains avaient même ripées sur l'arbre. Son coeur battait la chamade. Elle serait restée comme ça indéfiniment. Elle avait trop attendue pour que cette étreinte vienne de lui, et elle allait tout simplement attendre que ce soit lui qui la pousse pour mettre fin à ce câlin forcé. Elle en était d'ailleurs désolée, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de sourire.  Elle en profita pour frotter son nez (sec) contre son cou, sentir son parfum, la chaleur de sa peau, avant de remonter contre sa tête, donc tout proche de son oreille.

« Je t'aime Thomas Louis Cerisier. Et on ne peut pas rester comme ça longtemps... On a trop besoin l'un de l'autre, tu ne crois pas...? lui avait-elle soufflé dans le creux de l'oreille. »

Oui, ça elle l'aimait. Plus que tout au monde. Et après ce qu'il lui avait dit, elle se voyait comme un monstre... Un monstre collant, mais pas trop plein de morves.
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Mar 18 Oct - 13:22
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Au fond, le jeune homme n'avait jamais été très doué pour exposer ses sentiments, et ce même avec sa sœur ; aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle. Bien au contraire, là, avec tout ce qu'il s'était passé durant toutes ces années, c'était encore pire. Pouvait-il encore seulement se confier un temps soit peu à elle ? Sans doute, mais pas maintenant. Il avait déjà atteint ses limites pour la journée, et dit ce qu'il avait à dire. Elle l'avait abandonné, c'était un fait, on ne pouvait rien y changer ; et c'était enfin dit. Bien sûr, il avait bien plus de choses que ça à lui reprocher, ce n'était qu'un large résumé, mais c'était déjà un début pour lui. Est-ce que ça allait convenir à Sophie ? Non, sans doute n'accepterait-elle pas ces simples mots pour expliquer trois ans de silence. Est-ce qu'elle allait avoir le choix ? Non, non plus. Enfin, au moins, l'espace d'un instant, il la laissa poser sa main sur la sienne.

Le regard à nouveau dirigé vers son ouvrage après son aveu, le sorcier ne vit qu'à moitié le sourire de son double. Pourquoi semblait-elle heureuse dans une situation comme celle-ci ? Il n'y avait pas de raison de faire ça et ce, même si elle se remémorait de doux souvenirs. S'il se souvenait du jour où elle avait parlé de lui en tant que son héro, à l'école ? Bien sûr que oui : il s'était alors senti comme Peter Pan dans les airs, le Petit Prince sur son astéroïde ou bien encore Max sur le dos d'un monstre ; un roi miniature que rien n'aurait pu arrêter. Mais ça, c'était uniquement car il était un enfant à l'époque.

Car non, Thomas n'était pas plus fort que Sophie, n'avait rien de particulier, ni ne pouvait consoler sa jumelle. Elle avait besoin de lui, de ses mots, et lui ne faisait que la fuir. Comme héro à prendre en exemple, on avait vraiment vu mieux.

« Je n'ai rien d'un héro, souffla-t-il entre ses dents et d'un ton plus amer qu'il ne l'aurait voulu, je ne l'ai jamais été.  »

Qui sait, peut-être que sa carapace se brisait petit à petit ?

Non, elle ne faisait que se fissurer par endroits, pour mieux se refermer par la suite ; en effet, le français ne put que se crisper lorsque sa sœur glissa sa main sur sa joue avant de le serrer dans ses bras. Pourtant, il ne bougea pas, sans doute trop piégé pour le faire ; à moins qu'il n'en ait tout simplement pas envie ? Lui-même n'en savait rien, mais n'était pas rassuré dans tous les cas ; pourquoi tout ça ne pouvait-il pas disparaître ?

« Je t'aime Thomas Louis Cerisier. Et on ne peut pas rester comme ça longtemps... On a trop besoin l'un de l'autre, tu ne crois pas...? Finit par souffler sa cadette, tandis que son cœur se serrait. »

Est-ce qu'ils avaient vraiment besoin l'un de l'autre ? Avait-ce seulement déjà été le cas ? Louis n'en savait rien, ne savait plus rien, avait l'impression d'avoir tout oublié au cours de ces trois dernières années. Peut-être que tout était mieux ainsi ? Lui était la plupart du temps seul, mais au moins, il était loin des ennuis la plupart du temps ; enfin, lorsqu'il ne recevait pas des hiboux de reproches ou qu'on l'emmenait faire des promenades impossibles au beau milieu de la nuit. Décidément, les thunderbirds menaient la vie dure au pauvre petit français.

Enfin, il fallait dire qu'il l'avait sans doute un peu cherché, même sans réellement le vouloir.

« C'est ce que je croyais moi aussi, se contenta-t-il de souffler. »

Une fois de plus, le sorcier laissa sa phrase en suspend ; ouvrant une nouvelle porte sans la fermer derrière lui, et laissant à sa sœur le soin de comprendre ou non pourquoi il avait fait ça. Par contre, la reformation de sa carapace ne s'arrêta pas à quelques mots coupant court à leur conversation, mais aussi à des mains posées sur celles de sa jumelle, mains qui repoussèrent doucement - mais un peu fermement malgré tout - son étreinte. Et le tout, sans le moindre regard à nouveau.

En silence, le sorcier vint alors rassembler ses affaires ; glissant son livre dans sa sacoche, attrapant la thermos pour la rendre à Anna.. ses intentions étaient claires.

« Il faut que j'y aille maintenant, reprit-il d'une voix pas très assurée, j'ai.. enfin, mon prochain cours va bientôt commencer. »

Bien sûr, il avait encore le temps avant de se rendre à son cours ; il n'était même pas loin de sa salle. En réalité, une fois de plus, Thomas cherchait à fuir ces drôles d'émotions qui lui compressaient la poitrine et qui n'arrivaient pas à s'échapper toutes seules.. ni même avec un peu d'aide.

Pourtant, il faudra bien que ça sorte, un jour.




Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Mar 18 Oct - 16:30
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Si le monde avait été plus simple, rien n'aurait jamais changé. Sophie referait bien le monde, avec des si. Si elle n'avait pas abandonné son frère ? Si sa mère n'était pas occupée au Ministère ? Si son père ne travaillait pas à l'autre bout du monde ? S'ils pouvaient rentrer chez eux. La brune avait le mal du pays. Elle voulait pouvoir rentrer chez elle, dans un monde meilleur. Elle aimerait pouvoir arranger les choses d'un coup de baguette magique. Mais rien n'était facile. Et Sophie préférait se défiler. Elle non plus n'aimait pas faire face à ses problèmes. Mais elle ne devait pas se défiler aujourd'hui. Pas comme il le faisait, lui.

Il prononça encore des mots qui firent se serrer le coeur de la brune. Il était cassant, froid, méchant. Et Sophie ne comprenait pas pourquoi. Elle avait toujours eut du mal à comprendre pourquoi il faisait ça. Elle avait compris qu'elle lui avait fait du mal, c'en était pas assez pour lui ? Ils avaient attendu assez longtemps, il était temps de revenir à la normale, non ? Mais lorsqu'elle sentit Louis saisir ses mains, elle comprit très vite que cette étreinte forcée était terminée. Elle avait plissé les yeux, froncé les sourcils et s'était reculé en même temps que Thomas la poussait. Pourtant son visage s'adoucit. Elle ne savait pas quoi lui répondre. Elle n'avait plus d'idée. Puisque les souvenirs et ses aveux ne fonctionnaient pas, elle était prête à baissé les bras pour la journée.

Thomas se leva, elle le regarda, d'un air triste, il lui rendit sa thermos avant de commencer à s'éloigner. Il avait autre chose de mieux à faire. Mais c'était sans compter sur la détermination de sa soeur. Elle se leva à son tour, le regardant s'éloigner doucement, avec un sourire navré. Elle savait très bien qu'il ne se retournerait pas, ce n'était pas son style de faire ça. Sauf lorsqu'il était prêt à l'entraîner dans ses rares bêtises. Et étant donné qu'il n'avait rien dans la tête, à part se mettre aussi loin que possible de sa soeur, il n'allait pas se retourner. Sophie se saisit alors de sa baguette, avec un gros pincement au coeur. Elle la tendit alors vers lui.

« C'est héroïque de tourner le dos à ses démons... fit-elle en souriant, avant de continuer plus doucement.- Pardonne moi pour ça, Petit Prince... Incarcerem. »

Un sifflement se fit, alors que dans le même instant des cordages sortirent de la baguette de la sorcière, venant directement s'enrouler autour de son double. Elle se saisit rapidement de son Flèche d'Argent, un balai que sa mère avait trouvé au Ministère, elles se faisaient rares ses bêtes. Elle accrocha l'autre extrémité de la corde lumineuse au balai avant de grimper dessus et de décoller, rejoignant la hauteur de Thomas avant de partir en piqué, vers les airs. Histoire qu'il ne soit pas trop brusqué par le choc. La brune n'avait pas fait attention à la réaction de son frère. Elle fronçait les sourcils à mesure qu'elle montait. Arrivée à une altitude qui lui allait, avant que son balai ne se mette à trembler, elle écourta la longe de la corde, histoire de remonter son frère un peu plus vers elle. Elle vint alors quitter ses chaussures, les accrocher par les lacets avant de les enrouler sur son balai. Sophie aimait voler les doigts de pieds en éventail.

Elle se mit alors à faire l'équilibriste, venant mettre ses pieds sur le manche du balai - agrémenté de quelques secousses - pour enfin lâcher le manche de son balai. L'instrument de vol ne chancela pas alors qu'elle s'avançait vers l'avait de celui-ci, pour se retourner et poser ses mains sur le manche, effectuant ainsi un poirier. Avant de se retourner pour retrouver ses pieds à côté de la brosse du balai. Elle finit par se laisser tomber assise sur le Flèche d'Argent, pour se pencher vers son frère -qui devait certainement paniquer. Et non seulement elle n'y avait pas fait attention, mais en plus elle avait pris soin de l'ignorer. Son enseignement à Beauxbâtons, lui avait appris à rentrer dans sa bulle. Mais aussi à pratiquer des arts tels que la gymnastique (qu'elle ne maîtrisait que peut), et la danse.

« J'ai vu que tu étais dans l'équipe de Quidditch de ta maison, c'est bien... Ecoute, excuse moi. Mais, j'en peux plus que tu cherches par tous les moyens de me fuir. Alors je te laisserais là haut jusqu'à ce que tu te décide à arrêter. Et tant pis si on est en retard à nos cours. »

Avait-elle fait, avec un sourire déconcertant accroché aux lèvres. Maintenant qu'il était au pied du mur il allait pouvoir faire quelque chose non ? De toutes manières, tant qu'il ne lui aura rien dit, ou qu'il n'aura rien fait, la sorcière ne descendrait pas. Elle s'était toujours sentie dans son élément, lorsqu'elle était sur un balai.
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Mer 19 Oct - 14:44
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Sans un mot de plus, le jeune sorcier avait alors continué à ranger ses affaires, avant de rendre sa thermos à sa petite sœur ; il ne désirait vraiment pas faire long feu ici, et n’avait même pas prit la peine de boire une gorgée de chocolat chaud. Oh, pourtant, c’est qu’il devait être bon, mais Thomas n’avait pas le temps d’en profiter ; pas l’envie, aussi. Tout ce qu’il voulait maintenant, c’était de partir loin d’ici et de se trouver un autre endroit paisible – pourquoi pas la salle de cours ? – où Sophie ne pourrait pas venir lui faire la morale. Mais pour ça, il fallait déjà qu’il arrive à s’enfuir de là, et ce n’était pas gagné du tout. Sans doute sa jumelle tenterait de lui parler, de le raisonner, mais lui ne se retournerait pas, ne dirait rien de plus, n’avait rien à dire de plus pour aujourd’hui. Il avait fait un pas – un tout petit pas – alors pourquoi est-ce que cela ne pouvait pas suffire ? Enfin, qui sait, peut-être que la brune le laisserait s’enfuir sans demander son reste ; c’était beau de rêver.

En effet, même si elle le laissa se lever et commencer à s’éloigner, cela ne dura qu’un très court temps. Dans son dos, Thomas entendit son double se lever, sans doute pour essayer de le suivre, mais n’entendit pas ses pas le suivre. Se contentait-elle de le regarder s’éloigner ? Sans doute. Allait-elle dire quelque chose ? Ca, oui, et plutôt deux fois qu’une : la française ne se gêna pas d’enfoncer le couteau dans la plaie, en clamant qu’il fuyait ses démons. Bah, il l’avait bien dit de toutes manières, il n’avait rien d’un héros. Toutefois, il aurait quand même dû s’arrêter pour lui jeter un dernier regard lorsqu’Anna finit par s’excuser... car cela aurait pu lui permettre de répliquer face à son attaque. Incarcerem, le sort qui fait apparaitre des cordes autour du corps de sa victime et qui la ligote sans qu’elle ne puisse s’enfuir. Et c’est ce qui arriva à Louis.

Coupé en plein dans sa course pour fuir sa jumelle, le français retint un hoquet nerveux lorsqu’il sentit les entraves l’empêcher de bouger à nouveau. Attendez. Sa sœur lui avait-elle vraiment jeté un sort pour l’empêcher de partir ?

« Qu.. Qu'est-ce que tu fiches ? S'était-il étranglé sur le coup. »

Pas rassuré pour un sou, le sorcier ne tarda pas à reporter son attention vers son double ; ou plutôt, de tenter de le faire. En effet, avant qu’il ne puisse comprendre ce qu’il se passait, Thomas fut tiré en l’air par une corde qui était désormais reliée au balai de Sophie. Hein ? Quoi ? Vraiment ? Oh putain. En réalité, tout se passa terriblement vite et lentement en même temps : il eut l’impression de sentir son cœur louper de nombreux battements, le sol se déroba sous ses pieds bien trop rapidement, et l’ascension dura une éternité. Éternité durant laquelle le brun ne put s’empêcher de s’agiter et de chercher à raisonner sa cadette.

« Sophie, fais-moi descendre d'ici tout de suite ! Tenta-t-il de la résonner, totalement prit de panique : bordel, mais, tu m'écoutes ? »

Non, bien sûr que non, Madame n'en faisait qu'à sa tête et continuait à prendre de l'altitude. Oh bordel, il allait vomir. Thomas voyait quelques têtes se tourner vers eux, génial, vraiment génial ; comme s'il n'était pas déjà parmi la risée des élèves, il fallait en plus qu'il se fasse martyriser par Sophie devant tout le monde. Enfin, heureusement, il n'y avait pas grand monde à cette heure.. tout du moins pour le moment. Enfin, il n'empêche que le sol s'éloignait de plus en plus d'eux, et que l'ainé des Cerisier n'était pas du tout rassuré. Ce n'était pas comme voler sur un balais là.. il était dans le vide, avec rien d'autre pour le retenir que cette corde.

Mais ça, la jeune fille semblait s'en moquer. Elle avait certes fini par s'arrêter, mais s'était mise à faire des acrobaties sur son balai sans même adresser la parole à son double. Génial, génial.

« Putain. Arrête. De. M'ignorer, commença-t-il à s'énerver, ANNA !»

Peut-être qu'elle allait enfin réagir avec tout ça ; parce que lui, il était au bout du rouleau. S'il avait peur ? Pas qu'un peu, il était même terrifié de se retrouver ainsi saucissonné au milieu du vide. Et si le sort se rompait ? Eh bien ce serait lui qui se romprait le cou - et tous les os - en retombant des mètres plus bas. Et, au fond, Thomas n'avait pas vraiment envie de mourir étalé comme une crêpe dans les jardins d'Ilvermorny ; il n'avait pas envie de mourir du tout, d'ailleurs.

« J'ai vu que tu étais dans l'équipe de Quidditch de ta maison, c'est bien... Avait-elle commencé à lui souffler comme si de rien n'était, avant de reprendre : écoute, excuse moi. Mais, j'en peux plus que tu cherches par tous les moyens de me fuir. Alors je te laisserais là haut jusqu'à ce que tu te décide à arrêter. Et tant pis si on est en retard à nos cours. »

C'est vrai qu'il ne lui avait jamais parlé de son rôle d'attrapeur dans l'équipe de Pukwudgie ; pourtant, il était au courant qu'elle était l'attrapeuse de sa propre maison. Drôle de coup du destin, vraiment, quand bien même ce n'était pas le sujet actuellement. Tout ce que voulait Louis, c'était redescendre et avoir à nouveau le sol correctement en place sous ses pieds.

Pourtant, il resta lui-même malgré tout.

« Qu'est-ce que tu veux que je te dise de plus ? »

Même la peur ne l'avait pas changé ; il restait toujours aussi perdu.


Hrp:
 


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Ven 21 Oct - 11:32
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
La jeune sorcière regretta très vite d'avoir kidnapper son frère. En effet, même si elle l'avait ignoré le temps de leur ascension, elle l'avait entendu râler. Et elle était persuadée que s'il se passait quelque chose de mal, quelque chose qu'elle n'aurait pas pris en compte, alors il serait certainement en colère. Et du coup, leur condition ne ferait qu'empirer. Mais Sophie voulait éviter ça à tout pris. C'était pourquoi, ce fut elle qui détourna le regard une fois qu'elle avait ouvert la bouche. Elle regarda l'horizon, venant se coucher sur son balai. La brune avait toujours eu une parfaite maîtrise de ces ustensiles de vol, toujours et ce dans n'importe quelles conditions. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle pouvait se permettre de lâcher ses mains de son balai, et même de se mettre debout dessus. Anna croisa ses bras sous sa tête, alors que Thomas lui demandait encore une fois ce qu'elle attendait de lui.

Elle attendait qu'il lui parle. Qu'il lui dise à quel point il la détestait de l'avoir laissé, de l'avoir abandonné. Qu'il lui dise ce qu'il avait au coeur bon sang ! Et par dessus tout, elle voulait qu'il arrête de la fuir, tout faire faire pour l'ignorer. Elle ne pouvait plus supporter ça très longtemps. Elle avait passé un été effroyable, elle voulait que tout s'arrête. Que tout redevienne comme avant. Pourtant, elle savait que c'était cause perdue. Non, pas perdue. Sophie était téméraire, et elle allait tout faire pour que les choses rendre dans l'ordre, dans son ordre. Elle inspira alors longuement avant de répondre à son frère. Qui devait bouillir de l'intérieur, alors que sa réponse se faisait longue.

« Je voudrais... Je t'ai déjà dit tout ça, Louis... commença-t-elle - Je voudrais savoir ce qu'il se passe au fond de ta tête. Je voudrais savoir ce que tu ressens. Je ne veux pas que tu me dises des choses qui me fassent plaisir, pour te débarrasser de moi... »


Elle savait qu'il avait toujours eu du mal à parler de ses sentiments. Quel garçon ça ne concerne pas d'ailleurs ? Mais elle ne voulait pas lui mâcher le travail. Elle voulait qu'il lui dise qu'il l'aimait, qu'elle lui manquait aussi, mais que leur rupture l'avait fait souffrir. Anna voulait qu'il lui dise combien de temps ça lui prendrait pour lui pardonner, si jamais il avait en tête qu'un jour ce serait possible. La sorcière fronça les sourcils, plissant les yeux à ces pensées. Elle se faisait du mal pour rien. Elle lui avait déjà tout dit, et lui ne parlait pas. Ça faisait mal au coeur de la française, que son frère ne veuille pas d'elle. Et elle voulait régler leur problème, coûte que coûte. Puis un flash lui traversa la tête, d'autres larmes montèrent, mais elle les ravala rapidement. Il fallait qu'elle arrête son cirque, pourtant elle allait exprimer son idée, d'une façon plus ou moins audible.

« J'aurais pu ne jamais revenir... avait-elle doucement soufflé. »

En effet. Elle aurait pu rester en France, et continuer ses études là bas. Elle serait devenue une grande sorcière, mais une meilleure attrapeuse ! Elle serait rentrée très vite dans l'équipe de France de Quidditch, elle n'avait pas été sacrée meilleure jeune attrapeur pour rien à Beauxbâtons. Elle aurait sans doute eu une belle carrière. Et, comme de meilleurs amis qui ne se voient qu'une fois tous les deux ans, elle aurait retrouvé son frère, comme s'il ne s'était rien passé. Car ils auraient grandis. Grandis et mûris. Mais aujourd'hui, il leur fallait grandir encore, et Sophie venait tout juste d'en prendre conscience.

Quelque chose la gêna enfin. Elle vint reposer son regard sur son pauvre frère pendu, voir s'il allait bien et certainement écouter le peu qu'il allait lui dire. Pourtant, Anna avait un mauvais pré-sentiment. Très mauvais. Elle fronça les sourcils avant de comprendre pourquoi elle avait ce noeud entre les côtes. La lumière de la corde vacillait. Mais Anna ne comprenait pas pourquoi. Le sortilège devait agir assez longtemps pourtant... Elle se pencha alors vers son frère, essayant de reprendre une expression normale, elle ne voulait pas l'effrayer pour rien. Pourtant, lorsqu'elle tendit la main vers lui pour le remonter, il était trop tard.

Le temps sembla se figer pour elle. Son coeur manqua des bâtements. Elle était tout simplement horrifiée.
fin septembre 2016


Hrp:
 


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Mer 26 Oct - 4:00
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Est-ce que Thomas avait envie de parler ? Non, pas plus que d'ordinaire ; c'était même tout le contraire. Il n'avait qu'une envie : redescendre et ne plus entendre parler de sa sœur pour les jours à venir. C'était pas humain de lui flanquer une frousse pareille ! Et en plus, Sophie voulait que son frère parle, qu'il lui dise ce qu'il avait sur le cœur et dans la tête, une bonne fois pour toutes, qu'elle sache enfin ce qui n'allait pas. Est-ce qu'il avait seulement le choix ? Non, pas du tout. On avait jamais vraiment le choix lorsqu'on était suspendu dans le vide à on ne sait combien de mètres du sol ; surtout pas lorsqu'on arrivait pas à atteindre sa baguette. Car oui, il avait essayé. Enfin. Qu'est-ce que cela lui aurait apporté de plus ? Peut-être aurait-il pu lancer un Accio pour récupérer son propre balais et trouver aussi un sort pour annuler celui de sa jumelle, avant de finalement prendre la fuite une fois pour toutes. Sauf qu'il n'arrivait pas à attraper sa baguette ; les liens étaient bien trop serrés pour ça.

Tout ce qu'il put faire alors fut de détourner le regard vers le reste du domaine de l'école ; n'ayant aucune envie de soutenir le regard de Sophie. Déjà qu'elle le retenait captif, mais si c'était en plus pour être obligé de croiser son air attristé.. non, c'était mieux ainsi.

« J'aurais pu ne jamais revenir...
- Tu crois que ça aurait changé quelque chose ? »

Une chose était sûre : cela n'avait vraiment pas été une bonne idée d'ainsi emprisonner Thomas pour le forcer à se confier ; car en plus de la rancœur, c'était aussi de l'agacement qui habitaient désormais ses mots. Si ses mots étaient durs et dépassaient sa pensée ? Certains, oui. Si sa jumelle l'avait cherché ? Un peu, quand même ; elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même. Son ainé avait besoin de temps.. et elle ne lui offrit pas ce loisir.

Alors, d'une certaine manière, la brune avait brisé elle-même une partie de la carapace de son frère ; et cela ne serait bénéfique à aucun des deux.

« Tu veux savoir ce qui va pas, Anna ? Avait-il finit par pester d'une voix courroucée : c'est de te voir agir comme si rien ne s'était passé, comme si on s'était quittés hier. Mais c'est pas le cas, ça fait trois ans bordel. Est-ce que tu t'en rends compte ? Trois ans à croupir ici tout seul pendant que toi tu étais avec tes précieuses amies à Beaux Bâtons. Alors, ouais, je suis un peu amer. »

Enfin, voilà, ça commençait à sortir. Ce n'était qu'une petite partie immergée de l'iceberg, pas assez grosse pour faire couler le Titanic, mais assez conséquente toute de même. Et bien sûr, ce n'était pas terminé. Maintenant qu'il était lancé, Louis n'allait pas s'arrêter de lui-même.

« Merde quoi. Tu serais pas venue si Maman ne l'avait pas fais, reprit-il avec un ton aussi amer que triste, tandis que son regard se reportait vers sa cadette. Alors ne viens pas avec tes dis-... »

Ce fut un coup du destin qui l'arrêta en plein dans sa tirade.

La dernière chose que le sorcier vit clairement fut la main que lui tendait sa sœur, tandis qu'une expression horrifiée prenait place sur son visage. Quoi ? C'était quoi ça ? Par pur réflexe, Louis chercha alors à attraper sa main, et quelle ne fut par sa surprise - ou sa stupeur - de remarquer qu'il pouvait la bouger. Par contre, il ne fut pas assez réactif pour réussir à s'accrocher au balai ou à cette main tendue. Ce moment-là sembla durer une éternité et, d'un coup, le monde s'écroula lorsqu'il finit par réaliser que plus rien ne le retenait attaché ; et donc, qu'il tombait dans le vide. Ses peurs avaient été fondées : il allait mourir.

Pourtant, malgré les cris d'effroi et son cœur qui menaçait d'exploser sa cage thoracique à chaque battement, Thomas tenta de sauver sa peau en attrapant sa baguette ; tout du moins, en tentant. Dans la panique, celle-ci lui échappa des mains.

C'en était fini de lui ; tout ça pour une stupide querelle.


Hrp:
 


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Jeu 27 Oct - 21:19
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Son coeur sembla s'arrêter. Le temps sembla s'arrêter. Tout lui semblait être au ralenti. Elle l'avait vu tenter de l'attraper alors que les liens s'étaient totalement défaits. Elle avait vu le corps de son frère se détendre sous la liberté, avant de le voir s'éloigner d'elle. Ses yeux étaient grands ouverts. Un instant, il lui était impossible de réagir. Sophie était tétanisée. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle n'arrivait pas à réaliser que son frère était en train de faire une chute qui lui serait mortelle. Elle ne prenait pas encore conscience de l'ampleur des dégâts que cette situation allait engendrer.

« THOMAAAAS !!! hurla-t-elle. »

Elle avait hurlé si fort que son hurlement s'était enraillé. Pourtant, elle avait repris ses esprits. Alors ni une ni deux, elle s'élança sur son Flèche d'Argent, pour filer vers son frère. Elle fut légèrement ralentie lorsqu'elle vit la baguette de son frère s'envoler, Sophie l'attrapa de justesse, elle la glissa dans la poche de sa robe avant de continuer sa course. L'atteignant et gagnant sa vitesse de chute, elle devait le stabiliser et l'installer sur son balai afin de réduire l'allure de chute pour éviter d'avoir un choc aussi violant qu'un atterrissage sur la terre ferme. Mais la chose n'était pas aisée. Louis tombait, comme tout le monde en chute libre, allongé sur le ventre. Enfin c'était comme ça que Sophie analysait la situation. Alors elle tenta de l'agripper, mais lors de sa tentative, elle ne pu que le pousser. Thomas tourna, Sophie se prit son pied à l'arrière du crâne. Pourtant elle ne broncha pas, elle n'était pas importante, là tout de suite. Et un coup, c'était rien.

Sophie fronça les sourcils. Leur chute sembla durer une éternité. Et c'était tant mieux pour elle. La brune finit enfin par saisir un bras de son frère pour venir le tirer contre elle. Afin qu'il puisse s'accrocher à elle. Qu'importe qu'il l'étranglait aujourd'hui, elle devait stopper leur chute. Elle attendit qu'il soit bien accrocher pour commencer à réduire l'allure de la chute. Thomas se retrouva rapidement assis derrière sa soeur, tandis que le sol s'approchait de plus en plus. L'allure réduite, et trop proches des toits de l'école, Sophie repartie de plus bel à quarante-cinq degré de leur chute. Elle repartie dans les airs, pour réduire leur vitesse une fois pour toute. Son coeur battait la chamade, et elle n'avait qu'une envie, reposer le pied par terre.

Alors sans un mot, elle rejoignit le petit jardin, à une vitesse convenable, ni trop rapidement ni trop lentement. Elle finit par poser le pied par terre, près de l'arbre contre lequel ils avaient été assis. Son frère derrière elle, elle s'attendait à ce qu'il saute du balai, l'engueule un peu, avant de partir en vitesse. Et cette fois, Sophie le laisserait partir. Elle s'en voulait terriblement. Elle n'avait pas réfléchi, comme souvent lorsqu'elle faisait des choses idiote. Et là, elle avait conscience d'avoir vraiment un petit pois à la place du cerveau. Après un moment, Anna laissa tomber son balai, la tête basse, pleine de remords. Un peu plus ou un peu moins, c'est pas çà qui allait arranger sa journée.

Cela faisait trois ans que Sophie faisait tout de travers. Elle n'avait pas suivit son frère, l'avait abandonné, et n'était jamais revenue vers lui, alors qu'elle aurait pu. Et là, elle le mettait délibérément en danger. Mais, il y avait une chose certaine : jamais elle ne le laisserait tomber. Elle serait toujours là pour lui. Mais il n'était pas disposé à l'entendre encore. Elle s'en voulait pour tout ça. Et le fait qu'elle fasse comme si rien ne s'était jamais passé l'arrangeait. Elle aurait voulu que tout se passe autrement, cela aurait été plus facile. Mais pour l'heure, Sophie ne pouvait plus se battre avec son ombre. Elle avait perdu le combat au moment où elle l'avait fait captif.

Elle devait changer de stratégie. Pourtant, aujourd'hui, elle voulait juste qu'il s'en aille. Elle voulait le fuir. Anna avait honte d'elle même. Et elle sentait que s'il restait, elle allait se mettre à pleurer. Encore. Et ça, elle ne le souhaitait pas.
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Lun 7 Nov - 18:40
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Il ne l'avait même pas entendu hurler son nom, n'avait plus fait attention à rien, ne s'était plus rendu compte de quoi que ce soit : seule la terreur habitait son corps à cet instant précis, l'empêchant de faire ou dire quoi que ce soit. Oh pourtant, il fut bien capable de voir sa sœur foncer vers lui avec son balais, de tenter de l'aider à grimper dessus, ou tout simplement de l'attraper mais.. non, ça ne servait à rien. Thomas tombait beaucoup trop vite, et mis à part mettre un coup à sa jumelle, il fut incapable de lui venir en aide pour se sauver lui-même. Combien de temps cette situation avait bien pu durer ? Ça, il n'en avait pas la moindre idée - une éternité ? - mais d'un coup d’œil extérieur, tout du se passer beaucoup trop vite. Ça allait être fini, l'ainé des Cerisier allait mourir comme ça, éclaté sur le sol tout ça à cause d'une vulgaire dispute. C'était beaucoup trop bête, trop bête de mourir pour ça.

Heureusement pour lui, Sophie avait plus d'un tour dans son sac, et ne tarda pas à agripper le bras de son double pour tenter de réduire la vitesse de sa chute et.. avant même qu'il ne puisse comprendre ce qu'il se passait, son corps fut tiré jusqu'au manche du balais. Sauvé, il était sauvé ! Enfin, ça, Louis ne s'en rendit pas compte tout de suite. Bien trop terrifié pour réagir ou dire quoi que ce soit, il se contenta alors d'agripper vivement la taille de sa cadette, comme pour s'assurer qu'il ne tomberait plus ainsi. Son souffle saccadé et son cœur battant aussi rapidement qu'une locomotive à vapeur, eux, mirent du temps à revenir à la normale ; si avec ça il ne sortait pas avec une peur bleue de tomber à balais en match.. Enfin, au moins, le reste de la descente se fit avec une vitesse raisonnable.

Toutefois, lorsqu'il fut question de reposer pied à terre, les jambes de Thomas cédèrent sous son poids et ses genoux cognèrent la terre du petit jardin ; il avait l'impression d'avoir du coton à la place des jambes. Ce ne fut qu'une fois la terre ferme retrouvée qu'il commença enfin à se calmer, malgré une respiration encore saccadée et un regard écarquillé. Ce ne fut aussi que là qu'il réalisa qu'il venait d'échapper à la mort ; et tout ça à cause et grâce à Sophie. Enfin, ça, il ne réaliserait que plus tard. Là, l'adolescent était bien trop sous le choc pour commencer à fulminer contre sa sœur. Ça, ça viendrait sans doute plus tard.

Après un long instant passé sans rien dire, le français fut sorti de ses pensées lorsque Swift finit par s'approcher de lui et par lui mordiller les doigts. Ah, oui, avec tout ça, il l'aurait presque oublié tiens. Les jambes encore tremblantes, Thomas finit alors par se redresser tout en affichant une mine crispée et en attrapant son furet entre les doigts. Sauf que cette fois-ci, il ne regardait même plus son double ; sans doute que de la fixer l'aurait mis en colère plus que de raison. C'est qu'avec tout ça, il n'avait même plus la force de s'énerver ou de fulminer ; pour le moment, tout du moins. Tout restait à l'intérieur de lui, mais il ne suffirait que d'une remarque pour que tout explose à nouveau. Alors, il valait mieux qu'il parte. Maintenant.

Sans dire un mot, il se traina alors jusqu'à son sac, avant de regarder autour de lui - où avait bien pu passer sa baguette ?


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Ven 11 Nov - 18:33
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Sophie avait eut peur. Très peur même. Elle tremblait encore, ses jambes tremblaient. Elle n'arrivait pas à s'en remettre. Pourtant, ce n'avait pas été elle qui avait chuté. En tout cas, c'était tout comme. Il ne lui serait jamais venu à l'esprit de passer le restant de sa vie sans son frère. Elle avait besoin de lui. Il était tout. Et sans son tout, Sophie n'était plus rien. Elle le savait, elle n'avait pas eu besoin de cette dispute pour le comprendre. Et aujourd'hui, elle ne parvenait pas à l'approcher. C'était regrettable. Elle ne le supportait pas. Mais, elle avait fait l'erreur de tenter de lui sortir les vers du nez. Pourtant, elle le savait, qu'elle ne devait pas le faire.

La jeune sorcière regarda ses mains, il lui était impossible de les garder stables. Pourtant, elle croiser ses doigts derrière son cou, penchant la tête en arrière avant de souffler bruyamment. Elle sentit alors des larmes couler alors que la pression retombait doucement. Anna ne s'était pas tournée vers son frère. Elle n'en avait pas la force. Le mieux pour eux deux, c'était qu'ils s'en aillent chacun de leur côté. Mais, c'était sans compter sur le caractère soucieux de la sorcière, surtout à l'égard de son frère. Cependant, elle avait peur, pour d'ouvrir la bouche pour lui demander si ça allait et qu'il ne puisse s'arrêter.

Le silence qui planait dans le petit jardin était pesant. Et Sophie voulait éviter tous faux pas. Elle ne voulait plus que tout ça recommence. Elle en avait assez qu'il lui fasse du mal avec ses mots. Un autre soupire, elle replia ses bras contre elle, tirant sur sa nuque. Elle sentit d'ailleurs un volume trop important dans sa poche contre elle, sa baguette ne prenait pas autant de place d'habitude. Alors, fouillant dans sa poche, elle en sortit deux baguettes, la sienne, et celle de son frère. Si elle ne la lui rendait pas tout de suite, ça allait mal finir pour elle, encore. Mais elle ne voulait pas l'affronter dans cet état. Et elle ne pouvait pas tout simplement lui rendre sa baguette, sans un mot. La française leva les yeux au ciel en grimaçant. Le sort s'acharnait sur elle. Elle prit soin de ranger sa baguette avant de se retourner vers son frère, pour lui tendre la sienne.

Alors maintenant quoi ? Elle avança vers lui, venant le toucher simplement à l'épaule, avec la baguette. Elle s'éclaircit la gorge.

«Hm.. Tiens, j'ai réussi à la rattraper. Rien de cassé...? »

Non, elle aurait du s'en tenir à la lui rendre sans lui adresser la parole. Se rendant compte de sa bêtise, Anna plissa les yeux, serrant la mâchoire. Elle recula pourtant, après s'être assurée qu'il avait pris son bien. Elle n'attendait pas de réponse, enfin, elle ne voulait pas qu'il lui réponde. Sophie se déplaça alors jusqu'à ses propres affaires, mettant la lanière de son sac sur son épaule, et attrapant son thermos avec réticence. Elle l'enferma entre ses doigts, tout ça était parti de l'objet, car sans ça, elle n'aurait pas trouvé de prétexte pour approcher son frère.

Pourtant, elle aurait aimé l'avoir dans ses bras. Recevoir une étreinte sincère. Non forcée. Mais elle n'allait pas revenir de si tôt. Elle avait terriblement peur maintenant qu'il ne veuille plus jamais lui adresser la parole. La sorcière s'en voulait de l'avoir mis en danger. Elle s'en voulait d'être aussi idiote pour ne pas comprendre qu'il avait besoin de temps ! La brune se frotta la joue, d'une main trop froide avant de rejoindre son balais, avant de poser les yeux sur l'arbre contre lequel ils avaient été assis. Il pouvait partir à présent, et cette fois, elle ne le retiendrait pas. Quoi qu'il advienne.
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
20/150  (20/150)
icône :
Citation : Meh.
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule ; poil de rougarou ; 26cm ; souple
Quidditch : Attrapeur ; a une Comète 290 comme balais
Localisation : Dans un coin paisible en train de lire un livre avec un chocolat chaud à la citrouille
Thomas Cerisier
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Etudiant en 4ème année - Pukwudgie
Mer 16 Nov - 14:12
Thomas Cerisier
"Don't you have anything better to do?"- fin Septembre 2016 -

Thomas Louis CERISIER

Sophie Anna CERISIER

Bordel, mais où était passée sa fichue baguette ? Elle devait être là, quelque part, elle n'avait pas pu disparaître. Est-ce qu'elle était tombée dans un arbre ? Ou bien sur l'un des toits environnant ? Oh, ça serait vraiment embarrassant comme situation ; comment pourrait-il expliquer la disparition de sa baguette ? Comment pourrait-il seulement la retrouver ? Peut-être qu'en utilisant un Rappeltout il arriverait à savoir où elle se trouve ? Aucune idée, Thomas n'avait encore jamais utilisé ce genre d'objet encore, parce qu'il était d'habitude assez ordonné dans ses affaires mais.. là c'était vraiment une situation particulière. D'autant plus que là, il n'arrivait même pas à se concentrer, bien trop sous le choc pour ça ; et la présence de Sophie à quelques mètres de lui ne l'aidait pas à se calmer.

Pourquoi était-elle encore là ? Allez savoir. Tenait-elle à s'excuser pour ce qu'elle avait fait ? Sans doute. Parviendrait-il à la pardonner pour ça ? Pas maintenant, pas tout de suite, pas avant qu'il n'ait réussi à retrouver ses esprits, ainsi que sa fichue baguette. Aie. Qu'est-ce qui venait de le piquer à l'épaule ?

« Hm.. Tiens, j'ai réussi à la rattraper. Rien de cassé...? »

Piqué à vif par cette nouvelle intrusion de la part de sa sœur, Louis ne tarda pas à faire volte face, les traits encore crispés de colère ; quand bien même il la contenait. Il n'aurait suffit d'une remarque et tout aurait explosé comme une bombe, mais Anna devait bien le connaître encore. Sans doute s'était-elle rendue compte qu'elle était allée trop loin. Alors, résigné, son ainé finit par pousser un soupir, comme si tout cela n'avait pas - plus - d'importance, avant d'attraper sa baguette sans même remercier son double. Pourquoi l'aurait-il fait ? Tout ceci était de sa faute. Sophie avait cherché les ennuis, elle ne faisait que récolter ce qu'elle semait.

Sans dire un seul mot de plus - pour le moment - le jeune Cerisier attrapa alors ses affaires, avant de laisser Swift glisser dans dans sa poche. Il n'avait plus qu'à partir maintenant, et c'est d'ailleurs ce qu'il fit.

« Faut toujours que t’aille trop loin, hein ? souffla-t-il d'une voix crispée. »

Ces quelques mots, Thomas les avait lancé alors qu'il passait à côté de sa jumelle, sans même lui adresser un regard, ni lui laisser le temps de répliquer. Et cette fois-ci, le pukwudgie avait sa baguette à la main, et était prêt à riposter si on venait à lui lancer un sort en traitre comme elle l'avait précédemment. Puis, il finit par disparaître dans les couloirs, la boule toujours au ventre.

Rien ne s'était passé comme prévu ; comme toujours.


Thomas râle en cornflowerblue
Never One... without the Other
“And now here is my secret, a very simple secret: It is only with the heart that one can see rightly; what is essential is invisible to the eye.”


Membre de la Brigade de Nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar

Feuille de personnage
Expériences Magique:
0/150  (0/150)
icône :
Citation : Lorem Ipsum
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de noyer noir, étincelle de dragon, 29.8cm, inflexible
Quidditch : Attrapeur ! avec un Flèche d'Argent
Sophie Cerisier
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Etudiante en 4ème année - Thunderbird
Dim 4 Déc - 11:06
Sophie Cerisier
  • Thomas Louis CERISIER
  • Sophie Anna CERISIER
don't u have anything better to do ?
Le visage de Louis l'effraya. L'air sévère, contrarié, en colère. Mais la brune voyait bien qu'il essayait de se contenir. La jeune sorcière se mordit la lèvre inférieure. Oui, évidemment qu'elle s'en voulait de ce qu'elle avait fait. Mais fallait-il vraiment lui en vouloir ? Tout ce qu'elle voulait c'était récupérer son frère auprès d'elle, rien de plus. Elle voulait retrouver la complicité qu'ils avaient autre fois. Fallait-il vraiment en vouloir aux personnes qui voulaient récupérer des êtres chers, quel qu'en soit les moyens ?

Sophie resta figée sur place un instant, regardant son frère récupérer ses affaires. Leur relation allait-elle redevenir comme avant ? Sans doute jamais. Et la gamine regrettait tout ce qu'elle avait fait pour les éloigner. Jamais elle n'avait pensé le faire souffrir autant. Mais le mal était fait, cela ne servait à rien de remuer le couteau dans la plaie, il fallait aller de l'avant. Anna se gratta distraitement la tête. Bon, et maintenant ? Elle n'avait pas le droit de le retenir encore, ce n'était même pas envisageable.

Mais il revint vers elle, la dépassa a peine pour lui souffler quelques mots qui la firent sourire. Oui, elle devait toujours en faire trop. Elle était comme ça Sophie, dans l'extrême, car quand elle voulait quelque chose il était difficile de lui faire lâcher prise. La jeune fille laissa passer son frère, pour se rapprocher de ses propres affaires. Son sac sur son épaule, son thermos dans une main, son balai dans l'autre, la jeune fille grimpa sur l'objet magique pour partir dans la direction opposée de celle de son frère. Une page se tournait. Elle avait espoir que, tout de même, ce qu'elle avait fait allait peut être un peu arranger les choses.

L'espoir la fait vivre après tout... 
fin septembre 2016


Sophie parle en Aqua et en italique lorsque c'est en français
Jamais l'un... Sans l'autre
Si un jour tu te perds. Prend une lampe torche et secoue la très fort. Peut être qu'avec un peu de chance j'arriverai à te retrouver. Sinon... Pense que tu ne dois pas bouger de l'endroit où tu t'es perdu !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: La Bibliothèque I.S.J.S :: Le petit jardin-
Sauter vers: