NOËL
Participez au calendrier de l'avant revisité ici !

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Joy Monroe
Etudiante en 5ème année — Wampus
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule - épine du monstre du fleuve blanc - 25,5 - fine - souple

Feuille de personnage
Expériences Magique:
100/150  (100/150)

Boissons, gonzesses et rébellion / Eliza

le Dim 3 Déc - 13:04



Boissons, gonzesses et rébellion

Time to look into your eyes
Time to find truth, time against the lies
Time will give us a sign
I can make a promise, it’s our time to shine


La semaine avait pris une tournure bien désagréable. Bien désagréable… Je pense que l’expression est encore trop faible ! Un doux euphémisme. A midi. Quelques jours plus tôt. Tout le monde était convoqué dans le hall. La nouvelle m’avait d’abord ravie. La veille. J’avais envoyé un hibou à notre directrice. Je lui faisais part de mes doutes. Mes craintes. Quand certains s’amusent à parler de pureté de race. Ce n’est pas drôle. La discrimination reste de la discrimination. Alors j’ai prié Holloway de rappeler les valeurs d’Ilvermorny. Valeurs auxquelles je tiens.

Par je ne sais quelle magie noire. Le résultat fut tout l’inverse. En entrant dans le hall. En me hissant sur l’un des balcons. Pour mieux observer. En compagnie de ma bande. Je ne savais pas que Holloway serait la tigresse. Nous les antilopes. La réunion pris un tournant de chasse aux sorcières. Il y eut des destitutions. Livie renvoyé de son rôle de préfet. Perceval limogé de son poste de capitaine de l’équipe de Quidditch. Et ce ne sont là que les exemples pour ma maison. Le carnage fut plus étendu encore. Même Leo. Le frère de Livie. En a pris pour son grade. Lui. Sans doute l’un de mecs les plus pipou de l’école se faisait également anéantir par Holloway.

Une fois la réunion terminée. Je n’ai pas demandé mon reste. J’ai filé comme l’éclaire. Aussi vite qu’une antilope. J’avais besoin d’air. J’en ai toujours besoin. Voilà que je suis frappée d’indignité ilvermornienne. La belle affaire ! Je suis en colère. Je suis triste. Je ne sais même plus ce que je ressens tant la scène m’a abasourdi. Un stupéfix n’aurait pas mieux agi sur moi. Ce n’est pas la punition en elle-même qui me révolte. C’est le comportement de notre directrice. Elle qui représente la gardienne des valeurs de notre école. Comment a-t-elle pu s’emporter ainsi ? Peut-être que les lettres des autres étaient plus piquantes. Bien que j’imagine mal un prof comme Blackcrow être assez stupide pour s’aborder son poste. Ne parlons même pas de Leo. Lui ?  Écrire une lettre insultante ? C’est le monde à l’envers !

Bien qu'à la fin de la réunion. Holloway m'a donné raison. Je n'en reste pas moins amer. Comment peut-elle punir des étudiants qui ne font que soulever des problèmes au sein de l'école ? Ses discours rassurants n'ont fait que me rendre plus perplexe encore. Ainsi. Après toutes ces émotions. Il ne me fallait rien de moins qu’une séance shopping pour bien commencer mon week end. Aussi. Je suis partie plus tôt vers l’Ivre-Grotte. Bien avant mon rendez-vous de 16h avec Eliza. Ma puckpuck négligée préférée qui s’est elle aussi retrouvée mêlée à cette folie. Le temps file. A mesure que je passe dans les boutiques. Profitant de cette balade pour commencer à acheter quelques cadeaux de noël. Non loin du bar. Notre rendez-vous. Je finis par apercevoir Eliza. Encore plus mal coiffée que d'habitude. A moins que ce ne soit qu’une impression. A force. Avec elle. Je ne sais plus ! « Hey, Eliza ! » Lancé-je en te faisant un signe de main. « Bah alors, ma petite antilope. » Tiens. Je dis beaucoup antilope aujourd’hui. Je sais pas pourquoi. « T’avais peur que je te perde dans la foule ou c’est la réunion d’Holloway qui t’a décoiffé plus que d’habitude ? »

Sourire taquin. Petit pique entre fausses vraies ennemies. Vraies fausses amies.  



love.disaster


Dernière édition par Joy Monroe le Mar 5 Déc - 0:17, édité 2 fois



avatar
Invité
Invité

Re: Boissons, gonzesses et rébellion / Eliza

le Lun 4 Déc - 13:02
Le weekend démarrait sous une ambiance morose au château. Depuis la réunion explosive du hall, l’ambiance était au plus bas et il régnait une atmosphère à couper au couteau dans Ilvermorny. On repassera pour l’ambiance festive d’avant Noël. Elizabeth ruminait depuis, d’une humeur exécrable, dégoutée du déroulement des choses. Déjà que sa foi dans le système n’était pas bien grande, cette catastrophe avait finie par couler le peu d’estime qu’elle avait pour l’autorité. Elle se contenterait donc de fermer son clapet puisque c’était ce qu’on voulait d’elle, mais elle ne lèverait plus le petit doigt pour faire évoluer le système, car le système ne voulait pas de son aide, ou celle de quiconque d’ailleurs.

Heureusement qui disait weekend, disait sortie à Ivre-grottes. La Puckwudgie avait vraiment besoin de se changer un peu les idées et quitter cette espèce de prison qu’on osait appeler école. Ce fut donc de bonne heure que la jeune fille partit ce matin-là, prête à faire deux trois emplettes pour les fêtes et passer une bonne journée hors de l’enceinte d’Ilvermorny. En règle générale elle n’allait à Ivre-grottes que pour passer du temps dans le bar, la rouquine détestait tout ce qui était foule de shoppers et autres joyeusetés consuméristes mais elle devait s’occuper de ses futurs cadeaux et elle avait bien besoin de ne pas réfléchir pendant quelques heures.

D’ailleurs, elle avait à faire aujourd’hui. Elle ne savait pas trop pourquoi elle avait fait ça, mais elle avait accepté de boire un verre avec cette pimbêche de Monroe. Bon, elle n’était pas une méchante fille mais elle l’insuportait la plupart du temps. Bizarrement, elle devait bien reconnaître (jamais publiquement ceci dit) qu’elle l’appréciait d’une certaine façon, elles avaient passé leur scolarité ensemble et les couloirs seraient moins intéressants sans ses petites piques quotidiennes. Mais elle pensait qu’elle avait fait une erreur: ce n’était clairement pas la période pour l’embêter, elle sentait bien qu’elle pouvait partir au quart de tour, encore pire qu’un hippogriffe vexé.

Les heures défilèrent assez rapidement et Elizabeth avait assez subi pour le restant des fêtes. Pratiquement une journée entière de foule pour trouver trois misérables cadeaux de sa liste. N’importe quoi. Elle commanderait le reste via hibou, il y avait pas moyen qu’elle subisse une autre journée de foule. Surtout que le pire restait à venir, les dates les plus chargées pour les magasins environnants n’étaient pas encore arrivées.Secouant sa crinière d’effroi rien qu’en pesant à cela, elle consulta rapidement sa montre. Presque l’heure de filer retrouver cette chère Joy. Plus affectueusement surnommé l’appât-mecs dans le milieu.

Avec difficulté, elle se fraya un chemin jusqu’au Bar de Mainmaligne et repéra rapidement la jeune Wampus, entourée de son halo habituel, des nigauds la mattant « discrètement » dans un périmètre assez vaste de la rue. Se préparant mentalement à l’affrontement de petites piques qui allait suivre, elle s’avança vers elle, sa chevelure virevoltant au rythme énergique de sa démarche. Joy l’avait également aperçu car elle lui lança un signe de la main tout en la saluant. Un salut très particulier d’ailleurs.

*Antilope? Sérieusement? Je me coltine les surnoms pourris ces derniers temps moi. Je vous présente Elizabeth, Princesse des slogans selon ce taré de Walker et antilope selon Miss Paillettes. Et comme d’habitude une réflexion sur mes cheveux! Ils vont bien merci, pas besoin de remarquer à chaque fois que c’est aussi ordonné qu’un jardin infesté de gnomes. Et il fallait vraiment qu’elle mentionne la seule chose que je veux oublier???*

La rouquine sentit bien son tempérament prendre le dessus et chauffer tel un volcan. Une antilope donc? Dans ses souvenirs les antilopes avait des cornes non? Et les cornes peuvent être dangereuses pour les écharpes de certaines petites malignes. D’un mouvement souple, elle sortit sa baguette et profita de la foule pour masquer son geste et que l’autre ne puisse la contrer. Discrètement et rapidement surtout, elle chuchota la formule.

- Diffendo.

Sur l’écharpe de sa « rivale », une déchirure apparue. Elle n'était pas bien grande car le sortilège n'était pas bien puissant, histoire d'éviter un accident et égorger la pauvre Wampus en public, mais elle était bien visible. Voilà qui devrait agacer la demoiselle et apporter un peu de satisfaction vengeresse à la rouquine.

*Prends ça Miss Parfaite!*

- Mais bonjour à toi aussi Joy. Il me semble que ton écharpe n’a pas apprécié ta rencontre avec une antilope. Dit-elle d’un sourire narquois, pointant la déchirure. A croire que mes cornes sont plus maladroites que je ne le pensais. Enfin, rentrons avant que ton si joli minois soit affecté par ce froid et que tu sois obligée de fuir au château pour te cacher.

Elle tourna les talons sans autre forme de procès, direction son endroit préféré d’Ivre-grottes. Comme un poisson dans l’eau, elle esquiva sans problème la foule de clients et s’installa à une petite table, bien au chaud. En attendant que la princesse daigne venir elle enleva son manteau et posa ses courses, se mettant à l’aise pour ce qui allait suivre. Une fois arrivée, elle décida de s’excuser pour toute à l’heure. A sa façon.

- Ne t’en fais pour ton écharpe, mes cornes ont un système de réparation intégré, j’arrangerai ça avant de partir. Quant à cette histoire avec la directrice, m’en parle pas, c’est n’importe quoi. A croire qu’elle a décidé d’apprendre plus sur les Non-majs sauf qu’elle n’a pas dû lire ton livre sur les émojis mais plutôt celui sur les dictateurs du XXème siècle. Elle secoua la tête, énervée par ce délire absurde. Bref, si on commandait? Je me rappelle que tu m’as invité ici pour boire un verre justement.

Oui, elle se faisait inviter sans la moindre gêne. C’était Monroe après tout, elle pouvait se le permettre. Elle alla un des serveurs traînant tel un vautour autour de leur table. Parfois c’était pratique d’être en compagnie d’une vélane.
avatar
Joy Monroe
Etudiante en 5ème année — Wampus
Niveau : Ensorceleur
Baguette : Bois de saule - épine du monstre du fleuve blanc - 25,5 - fine - souple

Feuille de personnage
Expériences Magique:
100/150  (100/150)

Re: Boissons, gonzesses et rébellion / Eliza

le Mer 6 Déc - 23:53



Boissons, gonzesses et rébellion

Time to look into your eyes
Time to find truth, time against the lies
Time will give us a sign
I can make a promise, it’s our time to shine


Alors que la lumière de la malice illumine mon regard. Tu répliques. Usant de tes cornes d’antilope. Pendant que je regardais ailleurs. Juste quelques secondes. Quelques secondes d’inattention toutefois suffisantes. Un sortilège plus tard et voilà que mon écharpe. Ma belle écharpe à une petite déchirure. Oh. Toi. Je vais te bouffer. « Méfiance petite antilope. Tu le payeras cher. » lancé-je dans un sourire peu rassurant. Je mets ma vengeance à plus tard. Car il parait que ce plat est meilleure froid. Surtout. La foule ne me permet pas grand-chose. Mais je connais un volatile qui va morfler…

Nous entrons. « Ne t’en fais pas pour ma peau. Avoir du sang de vélane a deux trois avantages. » Je dévisage quelques secondes tes joues. Juste avant de reprendre. « La tienne en revanche est bien irritée. Tu devrais mettre davantage de crème. Heureusement que ta wampus chérie t’a apporté ce qu’il faut ! » Clin d’œil. « Mon écharpe te remercie. Elle vaut plus chère que tes tripaux. » Sourire narquois. Je pose cape sur le dossier de la chaise. Avant de mettre mon sac à mes pieds. Puis m’asseoir. Les petites taquineries semblent terminées. La fête est finie.

« Je sais pas quel strangulot l'a piqué… Hey ! Je me souviens pas t’avoir dit que je te payer un coup. Petite profiteuse va ! Mais soit. Je te paye ton verre… Si tu me payes le mien ! » Un sourire satisfait illumine mon visage. « Une eau glouglousse s’il vous plait. » lancé-je dans un magnifique sourire charmeur. Envouteur. Pour que le serveur n’ose pas me demander mon âge. Les commandes faites. Je porte de nouveau mon attention sur toi. « Enfin. Pour revenir à notre tyran… J’ai halluciné. » Le mot est faible.

Mais la vérité. En vérité. C’est que tu prennes ma défense m’a réellement touché. Sans doute ai-je même un peu rougi sur le coup.  Même si je ne sais trop comment te le faire comprendre. « Ma lettre n’avait rien d’insultant. Je faisais juste remarquer que certains ont tendance à dire des conneries plus gros que des trolles. » Et dans ma propre maison notamment… « Ilvermorny… C’est le respect des autres. Le mélange. L’égalité. Pas des… oh merci. » lancé-je au serveur qui revient avec nos boissons. « Je disais… pas des punitions qui tombent avant de comprendre ! Tu lui avais écrit quoi toi ? »

« A la dictature ! » lancé-je en levant mon verre pour trinquer avec toi.



love.disaster


Dernière édition par Joy Monroe le Ven 8 Déc - 21:20, édité 1 fois



avatar
Invité
Invité

Re: Boissons, gonzesses et rébellion / Eliza

le Ven 8 Déc - 13:26
Monroe n’avait rien perdu de sa superbe. Elle était maîtresse dans l’art de lui balancer des répliques cinglantes sur son physique avec le plus grand des sourires, comme si elle ne se rendait compte de rien. Une vrai vendeuse dans l’âme. Mais cela faisait bien longtemps qu’Elizabeth était immunisée à ces petites flèches empoisonnées. Elle avait appris à les lui renvoyer, dans un jeu de ping-pong absolument interminable et qui n’avait jamais de gagnante. Juste des fulgurances d’un des deux camps avant que l’égalité ne s’installe à nouveau.

Elle laissa couler, sachant pertinemment que se joues étaient rouges principalement à cause du froid. Le désavantage d’être humaine, on peut être affecté par la météo et ne pas ressembler à une diva des podiums vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle se contenta juste de lancer un grognement d’avertissement. Sa baguette ne demandait qu’à sortir de nouveau et elle n’était pas d’humeur à la brimer plus que nécessaire.

- Très rassurant de savoir que tu places tes vêtements au-dessus de la vie humaine. Si une vie vaut moins qu’une écharpe, j’ose pas demander combien coûte ta cape de princesse des neiges. Je veux pas avoir de cauchemar cette nuit. Railla-t-elle, le regard rempli de malice.  

Elle ne put s’empêcher de faire une moue renfrognée devant la manigance de la demoiselle. Tant pis pour son verre gratuit, vraisemblablement elle allait devoir débourser pour sa boisson. Bah, elle trouverait bien un moyen de se faire inviter gratuitement. Ce n’est pas les ressources qui manquaient à la demoiselle, donc elle pouvait parfaitement lui payer un verre, maman chérie gagnait assez pour pouvoir acheter le bar entier. Et les boutiques adjacentes.

- Soit elle a subi un maléfice la rendant irascible, soit elle montre son véritable visage. Personnellement plus le temps passe, plus je commence à douter de sa santé mentale, je me demande s’il le nous fait pas un pétage de plombs en règle. Ironisa-t-elle, amère. Un whisky pur feu, merci.

Son regard n’acceptait aucune question de la part du serveur. De toute façon il était bien trop abruti par la Wampus donc il n’était pas prêt de se poser des questions aussi futiles que l’âge de la rouquine. Elle s’estimait déjà chanceuse qu’il se soit souvenue que la commande était pour deux personne et pas uniquement pour celle qu’il croyait être la dix-huitième merveille sorcière. Elle soupira, exaspérée, et replaça son attention sur sa camarde.

La rouquine acquiesça devant la remarque de celle-ci. Qui n’avait pas halluciné devant cette scène digne d’un mauvais film non-maj? Surtout, comme elle l’avait dit, les punitions n’étaient pas du tout gradés selon la gravité de l’acte commis. Vous n’allez pas lui faire croire que tout le monde méritait d’être mangé à la même sauce, c’était tout bonnement absurde. On n’utilisait pas un Patronus sur toutes les créatures, qu’elles soient des lutins de Cornouailles ou des Détraqueurs.  

La rouquine trinqua, avec une gravité moqueuse. Si la directrice la voyait elle n’hésiterait pas à la renvoyer à ce moment-là. Pas qu’elle ne réfléchisse déjà à une éventuelle expulsion vu comment les choses se passaient dernièrement. L’école était devenu un véritable asile de fous.

- Longue vie à la nouvelle reine des extrêmes je suppose. Moi? Oh juste un coup de gueule contre cette manie d’envoyer n’importe qui ranger la bibliothèque. J’en ai marre d’apprendre que des premières années finissent amochés par un énième bouquin. Je n’avais rien écrit de méchant. C’est vrai que mes mots étaient un peu colorés mais rien d’outrageux non plus. J’ai l’impression de l’avoir menacer d’un Cruciatus vu comment elle l’a pris. Elle soupira. Bref, je ne suis pas la plus à plaindre non plus, ce n’est pas moi qui a perdu ma place en tant que joueuse ou préfète. Herim est dans un état lamentable…toute la maison se démène pour qu’il ne sombre pas dans une dépression.

Elle leva son regard vers Joy. Il était vrai que la deuxième grande victime dans cette histoire était elle. La rousse avait été révoltée principalement pour eux deux. Ils n’avaient strictement rien fait. Elle maintint le contact et demanda d’une voix douce, ne voulant pas mettre la jeune fille dans l’embarras. Pas pour cela en tout cas.

- Et toi? Tu vis comment tout ça? Je trouve ça tellement injuste que tu sois punie alors que tu ne faisais que demander de l'aide. Elle fit une mine désolée, ses yeux reflétant qu’elle était sincèrement navrée pour la Wampus.  
Contenu sponsorisé

Re: Boissons, gonzesses et rébellion / Eliza

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum