NOËL
Participez au calendrier de l'avant revisité ici !

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Invité
Invité

Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Jeu 30 Nov - 1:54
Leo cherchait des informations sur les Billiwigs. Il avait eu affaire avec ces satanés insectes quelques jours plus tôt, et cela l'intriguait qu'il y en ait à Ilvermory. Il cherchait donc à comprendre pourquoi ces bestioles s'étaient retrouvées si loin de leur Australie natale.
La partie de la bibliothèque consacrée aux animaux et aux créatures magiques était assez mal rangée, aussi ses recherches s'avéraient déjà longues et frustrantes. Super. Merci pour vos si grands efforts de rangement. Leo commença à chercher dans la partie "animaux du monde", remettant à leur place certains livres lorsqu'il savait où ils se rangeaient (à savoir assez peu).
Certains ouvrages étaient perchés en hauteur, et Leo décida de prendre une chaise à roulettes afin de ne pas avoir à lever constamment la tête. Il l'installa, vérifia qu'elle était bien stable, constata que bien évidemment pas du tout et monta. Et mince : il était au niveau de la lettre A. Ce n'était vraiment pas lisible d'en bas. Il pris appui sur l'étagère et déplaça son corps et la chaise en jouant de ses petits bras musclés.
Alors, Basilics, ou comment différencier une mue d'un individu bien vivant, non. Bigfoots à travers le continent, non plus, Loups-garous de...

"... Super mal rangé celui ci"

... Ah ! Billywig ! Leo constata qu'il n'y avait que deux livres traitant du sujet qui l'intéressait (ou du moins seulement deux bien rangés). Il pris les deux ouvrages et descendit de la chaise. Il entreprit de se diriger vers la table la plus proche avec son butin et son escabeau improvisé.
avatar
Invité
Invité

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Jeu 30 Nov - 17:33
Dans ton dortoir, tu avais fait explosé une boîte de Dragées surprises car tu étais tombée sur un goût que tu n'aimais pas forcément, un truc du genre vomi. Et ce genre de petites choses avaient terriblement le don de te mettre en rogne pour le restant de la journée. C'était pour ça que tu avais décidé de passé tes nerfs à la bibliothèque. Histoire de te retrouver au calme, loin de quiconque pourrait te gonfler un peu plus. Et pourquoi pas essayer de piger au moins un tout petit truc en potions magiques ! Tu te pensais un cas désespéré pour cette matière, même si tu étais consciente qu'il fallait que tu y mette un peu du tien. Quoi qu'il en fut, c'était d'un pas décidé que tu avais quitté ton dortoir pour rejoindre la bibliothèque. A pieds. A cette heure, il y avait beaucoup de passage, et tu ne voulais pas tomber sur un préfet. Il fallait peut être que tu songes à postuler cette année d'ailleurs, au moins on te laisserait tranquille.

C'était donc pensive que tu poussas les portes de la bibliothèque pour y entrer. Tu esquivas d'ailleurs un ou deux livres qui voletaient trop bas avant de continuer ton ascension dans le lieu. Alors, sur quoi allait tu bûcher ? Tu n'avais pas spécialement envie de te prendre la tête avec les potions finalement, alors peut être que tu allais rire un peu en voyant ce que les manuels disaient sur ta famille ou encore sur l'art du vaudou. Mais lorsque tu traversas les allées pour arriver à bon port, tu fus stoppée net par ta vision périphérique. Un élève jouait au funambule pour essayer de trouver un bouquin, quelle idée. Mais lorsque tu fis un peu plus attention à la personne, tu eu un sourire malicieux sur les lèvres. Tu t'approchas alors, contournant la table pour te mettre en face de lui, et tapant assez bruyamment sur la table tu finis par t'asseoir.

« Ah ! Herim numéro deux en moins chiant. Tu es exactement le genre de type que je voulais voir, tiens. » annonças-tu, un sourire un peu mauvais sur le visage, tu devais l'avouer.

Tu penchas la tête sur le côté, relevant le livre que le jeune garçon avait dans les mains pour en voir le titre et apercevoir la couverture. Pourquoi s'intéressait-il à ces bestioles ? S'il voulait les étudier, il y en avait dans le domaine, il pourrait directement aller les voir pour leur poser les questions. Et puis en fait, tu t'en foutais complètement de pourquoi il avait un bouquin sur les Billiwigs. Tu relâchas son livre avant de croiser tes doigts et poser ta tête sur le dos de tes mains, un regard presque attendrissant rivé sur lui. Presque attendrissant mais surtout faux.

« Bon alors, comment tu vas, chéri ? Personne ne te fais trop la misère ? Ta soeur a des projets pour toi ? Pas trop grands j'espère, tu n'aurais pas envie de la décevoir, n'est-ce pas ? » demandas-tu, encore une fois tu te moquais bien de ses réponses. Tu avais sans doute envie qu'il te parle, seulement parler. Le pauvre gamin ne devait pas avoir une vie facile. Avec l'autre démone constamment sur son dos. Tu le pensais aveugle d'ailleurs, de ne pas se rendre compte qu'elle l'étouffait. Même lui pourrait s'en rendre compte. Mais non, il l'adulait.

Et c'était quelque chose qui animait en toi, un profond dégoût.

avatar
Invité
Invité

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Dim 3 Déc - 7:08
Leo avait hésité à rouler pour rejoindre la table, mais il était quand même à la bibliothèque, alors il opta pour un choix plus décent : les deux livres dans la main gauche, le dossier de la chaise dans la main droite. Il s’assit ensuite dessus et ouvrit le premier livre. À peine eut-il commencé à lire le sommaire que quelqu’un donna un grand coup sur la table. Leo sursauta.
C’était Vitany, une ancienne amie de sa sœur. Et comme le suggérait le quolibet qu’elle lui avait attribué elles n’étaient pas prêtes de se réconcilier. Leo se demanda pourquoi elle était venue lui parler. Et puis elle posa ses questions avec des sous-entendus hautains.

"Je vais bien merci, on ne me met pas plus la misère que d’habitude alors je suppose que c’est une bonne journée."

Leo se fit la réflexion que Vitany trouverait sûrement qu’il était en train de geindre, mais il ne voyait pas l’intérêt de dire autre chose que ce qu’il pensait. Il poursuivit :

"Alors comme ça tu as appris pour l’élection des préfets ? Oui Livie s’est mise en tête de m’aider à être élu. Je t’avoue que ne l’ai pas crue la première fois qu’elle m’en a parlé, mais en y repensant, peut-être que oui j’ai ma place. Je ne suis pas le meilleur élève, mais j’ai les meilleures intentions du monde, ça peut me légitimer je crois."

Un sourire se dessina sur le visage du jeune homme. Il ne se l’avouerait jamais, mais cette élection le rendait assez fier. Il allait améliorer des choses lui même, activement.

"Je n’ai pas peur de la décevoir, je sais que je serai toujours son frère et qu’elle m’aimera toujours pour ça. Ce dont j’ai peur c’est que les gens ne votent pas pour la personne qui a le plus de choses à apporter. Imagine si au final ça ne se limite qu’à un concours de popularité, ou pire : si je suis élu mais que je me révèle être un préfet en carton. Tout le monde n’est pas comme toi ou Livie."

Leo fit une pause. Il n’aimait pas mettre ses doutes en avant. Il était déjà arrivé que quelqu’un s’en serve contre lui. Mieux valait donc éviter de tendre le bâton pour se faire battre. Leo recentra le débat sur sa grande question actuelle. Il leva son livre et le pointa du doigt :

"Tu savais que ces bestioles sont originaires d’Australie et qu’on en a quand même dans le domaine d’Ilvermorny ? Comment tu expliquerais ça ?"
avatar
Invité
Invité

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Lun 4 Déc - 17:00
Tu le regardais avec des yeux amusés. En réalité, tu ne savais pas trop quoi penser de lui. Car tu ne pouvais pas penser à lui sans penser à sa soeur. Au mal qu'elle avait pu te faire, et inversement. Mais, tu savais très bien qu'il était très différent d'elle, plus réservé. Mais il y avait certaines choses, pour ne pas dire beaucoup, qui te mettaient en rogne. Notamment le fait qu'il adule aveuglément sa soeur. Tu pouvais comprendre qu'une famille ait des liens serrés entre ses membres, mais tout de même ! Il fallait parfois reconnaître les tords de chacun, comme leur qualité.

Tu prêtas une oreille attentive à ce que te disais le garçon, jouant distraitement avec la bague qui avait élue domicile sur ton annulaire gauche. Le blondinet était agaçant de gentillesse. Tu pensai qu'il pouvait se faire manger tout cru par n'importe qui, et le voir subir plutôt qu'essayer de se défendre, ça ne t'allais pas. Tu savais que les puckwudgie n'étaient pas friands de bagarre, et encore tu étais certaine que c'était trouvable, mais il fallait qu'il arrête de se laisser faire ! Puis il te parlas des bestioles, sujet de son étude. Tu écarquillas un instant les yeux avant de secouer la tête et de baisser son bouquin.

« Ecoutes, on s'en fou un peu de ces machins. Ils ont du migrer pour x ou y raison, et se son d'abord retrouver dans un climat proche de l'australien en Amérique. C'est pas hyper étonnant.» annonças-tu, les sourcils froncés et sans montrer aucun intérêt à la question. « Non, moi ce qui m'étonne c'est toi. Comment peux-tu te laisser marcher sur les pieds sans réagir ? Je n'arrive pas à comprendre les gens comme toi enfin à te comprendre. Je veux bien qu'il y ait des bourreaux dans le monde, dans l'école, des Grands Méchants Loups. Mais il faut que les brebis se défendent. Vous ne pouvez pas continuer à vous faire marcher dessus. D'autant plus toi ! Ta soeur c'est Livie ! Elle réagit pas face à ça ?
En fait elle s'en fou complet de toi. Tout ce qu'elle c'est que t'arrive à sa grandeur, soit. Mais, t'es un agneau dont elle s'occupe même pas au final.
»

Tu t'étais emportée. Et tu te rendis compte que tes accusations étaient peut être un peu forte. Tu ne savais pas ce qu'il se passait dans sa famille. Mais tout ce que tu savais c'est qu'il y avait des gens à qui on faisait du mal pour rire. Et tu avais participé à ce genre de choses, même si ton attention était tout à fait portée sur autre chose aujourd'hui. Tu avais cessé ces activités de moqueries, et avec du recul tu t'en voulais, et tu ne parvenais pas à comprendre pourquoi on continuait à faire ce genre de chose.  Pour rire ? C'était aussi vrai que malheureux.

« Pourquoi ta soeur veut que tu soit préfet ? Tu en avais l'idée avant qu'elle t'en parle ?» demandas-tu calment après avoir poussé un long soupire, essayant de redescendre en tension. Ilvermorny était une bergerie dont les chiens avaient disparu, un bergerie infestée de Loups.
avatar
Invité
Invité

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Mer 6 Déc - 2:37
Leo ne comprit pas pourquoi Vitany s’énervait d’un coup. Qu’avait-il fait pour cela ? Il n’avait que répondu à ses questions… Ses mots étaient durs, mais cela ne l’atteint pas, pour la simple et bonne raison qu’elle se trompait sur le point le plus important : Livie n’agissait pas car elle n’était au courant de rien.

"Je n’embête pas Livie avec mes problèmes, c’est tout." dit le jeune d’une voix calme et peu affirmée "Et si elle savait elle devrait elle aussi le cacher à nos parents. Je ne veux pas qu’elle soit complice par le silence"

Leo hésitait entre s’arrêter maintenant ou dire ce qu’il avait sur le cœur. Mais à quoi bon révéler qu’il avait des secrets si c’était pour ne pas lui dire ensuite ? En tout cas il était sûr que c’était une mauvaise chose d’en parler à Vitany. Il marqua donc une petite pause.

"Et non l’idée d’être un jour préfet ne m’avait pas effleuré l’esprit avant qu’elle m’en parle, mais je ne me serais pas lancé dans un défi comme ça si ça contredisait mes convictions… Bon le mot conviction n’est peut-être pas le plus adapté à la situation mais tu comprends. Je ne suis pas un mouton."

Il marqua une pause à nouveau, réfléchissant à la tournure de sa prochaine phrase. Il voulait être bien compris et pris au sérieux, pas question de bafouiller.

"Et tu dis qu’il y a des Grands Méchants Loups à Ilvermorny... Peut-être qu’il faut faire quelque chose pour que personne n’ait rien à craindre ?" commença-t-il "Oui je sais ce que ça fait de se faire marcher dessus, d’être impuissant face à l’acharnement des autres… It’s a very very mad world, comme dit la chanson. Et peut-être qu’avec ce que j’ai vécu je pourrai… Aider."
avatar
Invité
Invité

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

le Ven 8 Déc - 16:41
Ce garçon te perturbait. Sans doute parce que tu connaissais trop sa soeur et que tu pensai qu'au final il devait être comme elle. Mais, force était d'avouer qu'il était tout l'inverse. Et au final, toi, tu lui mentais allègrement. Étais-tu réellement en train de te faire passer pour quelqu'un de doux et avenant ? Car c'était loin d'être dans ta nature, tu avais toujours joué avec le nom que tu portais, la crainte qui naissait chez certain lorsqu'ils finissaient pas comprendre qui tu étais. Qui étais-tu d'ailleurs ? Ces derniers temps, c'était assez compliqué, et tu te cherchais d'avantage qu'auparavant. Avant c'était plus simple, tu étais la Lockwwod qui pouvait croquer les brebis égarer sans un remord. Aujourd'hui tu te sentais différente, était-ce un mal ?

Tu ne comprenais pas d'ailleurs pourquoi il ne parlait pas de sa condition à sa soeur. Sa famille était-elle si dure que cela ? L'un de leurs enfants avaient des problèmes, était-ce si honteux dans avoir dans leur famille. Tu penchas la tête sur le côté, fronçant légèrement les sourcils alors que tu l'écoutais. Pourtant, tu décidas de garder le silence une fois qu'il eut fini de parler. Tes yeux quittèrent les siens pour aller dans le vague de la bibliothèque. Une fois encore tu te surprise à jouer avec l'anneau autour de ton doigt. Tu réfléchissais à ce qu'il avait dit. Tu doutais que les brebis seraient capables de faire quoi que ce soit pour arranger leurs conditions. Mais il ne coûtait rien d'essayer. Tes yeux se reposèrent sur lui alors que tu lâchais un léger soupire.

« Admettons... Comment t'y prendrais tu ? » lui demandas-tu. Tu étais réellement intéressée à vrai dire. Et tu pensais que tu pouvais être la mieux placer pour lui dire si idées étaient bonnes et réalisables ou mauvaises. « Tu sais, je serais bien partie pour t'aider. Pour le coup je suis un peu la personne la mieux placer pour discuter de ça avec toi... Mais c'est ma dernière année, en tant qu'élève, alors je pourrais essayer de rendre les choses meilleures. Enfin, c'est très vite dit, hein ! La vraie question je pense c'est, est-ce que tu veux vraiment que ça change ou ça ne te dérange pas ce que tu subit en ce moment ? » La question était peut être dure, mais réellement importante. Tu devais savoir si c'était pour te faire plaisir qu'il te disait cela, ou s'il y avait un réel désir de rendre la vie à Ilvermorny plus sympa.

Tu t'arrêtas là pourtant. Même si ça te brûlait les lèvres de lui parler un peu plus de toi. De la grande méchante louve que tu avais pu être et que tu étais en ce moment, bien qu'elle s'était calmée. Tu voulais lui demander si sa soeur l'avait prévenu qu'il ne fallait pas côtoyer une Lockwood. Tu voulais lui demander aussi, si finalement ça ne lui plaisait pas de se faire martyriser par Perceval. C'était pour cela que la question que tu lui avais posé été très important, car tu voulais vérifier ses convictions. Bien que tu te doutais que celles qui le poussaient à continuer sa candidature de préfet étaient différentes de celle que tu mentionnais.
Contenu sponsorisé

Re: Un nom encombrant [Leo et Vitany]

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum