:: Le Château :: Les Montagnes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Quête]La p'tite bête ne mange pas la grosse. - Hugo Haldor

avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 4 Mar - 20:35
Invité
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on n'arrêtait plus Mikhael depuis qu'il s'était mis dans la tête de rapporter un maximum de points à sa maison. Bon, trouver de stupides Champifleurs n'avait rien de très glorieux en soi : rien à voir avec des inferi, par exemple. Le garçon s'était enorgueilli de cette aventure avec leur professeur de Défenses contre les Forces du Mal et n'avait aucun mal à la ramener sur le tapi dès que l'occasion se faisait ressentir. Encore quelques années et il n'aurait plus besoin d'être accompagné pour ce genre de choses. Des morts-vivants ? Il en ferait de la pâtée pour Womatou sans aide !

Autant le dire : la perspective de rencontrer des monstres dans la montagne ne lui faisait pas plus peur que ça. Il avait été spécifié de faire très attention lorsque la perspective de s'y rendre avait été abordé, mais c'était loin de le décourager, bien au contraire. Mikha avait bien l'intention de mettre la main sur les plantes en question et de les rapporter, tout en prenant bien soin d'écraser les obstacles d'un grand coup de talon. S'il avait su que les obstacles seraient nettement plus grands que son talon, peut-être aurait-il eu l'occasion d'y réfléchir à deux fois...

Allons, vous vous doutez quand même du bémol qui s'en était venu ternir sa journée, non ? Plus que l'idée des créatures hantant les sentiers, son pire cauchemar marchait à quelques pas derrière lui. Pourquoi avait-il fallu qu'il le croise en partant, hein ? Pourquoi avait-il fallu que ce crétin insiste pour y aller, alors que lui-même était déjà sur le coup ? Plus important : pourquoi existait-il ? Un tas de questions qui demeuraient un mystère et ne manquaient pas de lui arracher une expression complètement agacée. Ce type était une guigne, un point c'était tout.

- Pour la dernière fois, Haldor : tire-toi ! J'ai pas besoin d'un boulet accroché à mes basques !

S'il lui jetait des cailloux, ça marcherait ? Mikhael n'en était pas sûr, d'autant que l'animal était un têtu. Ça faisait peut-être une qualité, mais ça l'exaspérait : donc ce n'était pas une qualité. Plutôt manger des limaces qu'avouer que ce gars pouvait avoir une qualité. Son sac sur le dos, le Womatou avançait sans freiner la cadence, tâchant de rester loin devant. Mais le bougre ne lâcherait pas l'affaire, il en était persuadé. La pente était épuisante à grimper sur ce sentier... Et s'il coupait par un autre chemin pour arriver plus vite ? Après tout, ça ne le dérangeait pas particulièrement de changer d'itinéraire...

Oui, mais tout ça aurait été bien beau s'il n'avait pas été perdu. La vérité était bien simple : Mikhael n'avait pas l'habitude des randonnées de ce genre et avait marché sans réfléchir. D'abord déterminé à grimper -pour atteindre un endroit sur une montagne, il fallait nécessairement grimper, voyons !-, le garçon finit tout de même pas ralentir l'allure. Les arbres se ressemblaient tous, les rochers aussi... Devait-il sortir de ce coin boisé et se diriger vers un endroit un peu plus rocheux ? Ça lui paraissait être une bonne option. Toujours meilleure que celle de demander à son "compagnon" de l'aider un peu.

- À cause de toi, on tourne en rond !
s'exclama-t-il avec toute la mauvaise foi du monde.

Il n'était même pas sûr qu'ils tournaient vraiment en rond, puisqu'ils ne faisaient que grimper... Foutue montagne !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 4 Mar - 23:56
Invité
-Mais je ne t'ai pas invité à venir ! Maugréas-tu en essayant de rattraper le blond devant.

Hé oui... Encore lui, Hugo. Décidément, comme si t'envoyer chercher ce champignon pour ton devoir dans la zone que tu fuyais n'était pas déjà assez difficile comme ça. Il avait fallu que les dieux t'envoient cette sale bête en prime. Au moins, tu te réconfortais en songeant que tu ne serais pas seul dans cet endroit qui te filait la chaire de poule. Beurk ! Et dire que quelque part sous ces roches et cette terre, il y avait milles et une toile cachés en profondeurs, n'attendant que l'imprudence de quelques voyageurs non avertis...

-Est-ce que tu sais où tu vas, au moins, comme ça? Soupirais-tu alors que vous vous essouffliez à grimper cette satané pente. Non, bien sûr que non... Dis-tu finalement en arrivant à sa hauteur et à la pique de sa remarque.

Regardant autour de vous, tu cherchais un repère. Quelque chose que vous guideraient jusqu'aux champignons magiques dont vous aviez besoin tous les deux. Prenant appuis sur tes genoux, tu reprenais ton souffle un instant.

-J'crois qu'on devrait continuer à monter... Genre, y'a une plateforme las-haut, peut-être y a t-il quelque chose.

Te redressant, tu rendais le regard noir que te jetais Mikhael. Quoi encore? Etait-ce de ta faute si vous vous retrouviez ensemble, maintenant, à la recherche de la même plante? -Etrangement, vraiment très étrangement...- Avançant ton visage près du siens, d'un air menaçant, tu serras les points, énervé.

-Ok le grand blond mal coiffé, si t'es pas content t'as qu'à rester ici, ou retourner au château, moi, j'ai un devoir à faire !

D'un pas lourd, tu avançais de nouveau sur la pente rocheuse. T'aidant de tes mains pour les derniers rochers -bon sang ce qu'ils étaient coupant ces rochers !- tu grimpais finalement jusqu'à la dite-plateforme, à bout de souffle, tu t'étais assis sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 7 Mar - 3:41
Invité
Une plateforme ? Mais il n'en avait rien à faire de sa plateforme ! Tout ce qui provenait de Haldor ne pouvait être qu'une mauvaise idée de toute façon ! Mikhael s'apprêtait d'ailleurs à le lui dire, lorsque le gringalet rapprocha son visage du sien avec cet air de crevette sortie de son bac pour être bouffée. C'est qu'il essayait de lui faire peur, le microbe ? Il aurait bien voulu voir ça, tiens ! Qu'est-ce qui lui prenait, d'abord ? Il n'avait jamais vu ce type se mettre dans cet état devant lui. Il voulait sans doute rouler tout en bas de la pente. Ouais, hein ? C'était bien ça qu'il voulait !

- Tu t'es vu récemment ?! s'exclama-t-il face à l'insulte dont l'autre le gratifia sans vergogne.

Grand blond mal coiffé ?!
C'était avec cette tête de... très mal coiffé, qu'il osait lui faire une remarque pareille ? Non décidément, Mikha ne savait pas ce qui le retenait de lui péter une dent ou deux, juste pour lui faire ravaler ses paroles ! Grognant dans la barbe qu'il n'avait pas, le jeune homme n'eut pas le temps de mettre ses menaces mentales à exécutions, que son comparse du jour se remettait en route.

- Plutôt crever que te laisser remporter tous les honneurs, Haldor ! s'époumona-t-il en grimpant sans se faire prier. Et j'étais le premier sur ce coup !

Pourquoi avait-il fallu qu'ils se trouvent au même endroit lorsqu'ils avaient entendu parler de ces Champifleurs ? Le garçon aurait préféré s'en occuper tout seul. Haldor n'aurait jamais pris la peine de le suivre, avant. Ni lui non-plus d'ailleurs. Le voilà qui gravissait la pente rocheuse à sa suite, comme si sa vie en dépendait. Pas question de laisser passer une occasion de rapporter des points à sa maison. Lui qui, auparavant ne portait pas grand crédit à cette course ridicule, se retrouvait légèrement obsédé par cette idée, quitte à se mettre littéralement en danger pour prouver qu'il pouvait aussi participer au bon fonctionnement de sa maison.

Le Womatou fit de son mieux pour parcourir le même chemin que son compagnon du moment, mais ne put réprimer une grimace en apercevant l'état de ses mains. Son professeur de piano en aurait fait une attaque... Les coupures se multipliaient sur ses paumes, même s'il n'y faisait pas particulièrement attention. Pas question de reculer. Il s'épuiserait, il se blesserait, mais ce n'était pas important. Mikha aurait tout le temps de soigner tout ça une fois rentré, non ?

Malgré tout, sa condition de joueur de Quidditch était quand même plus efficace que celle qu'il aurait pu avoir avant. Au lieu d'arriver essoufflé, il aurait pu tout simplement ramper pour arriver jusqu'à l'endroit où l'Oiseau-Tonnerre avait choisi de se positionner, pire lui demander de l'aide. Au moins, il pouvait se féliciter d'avoir décidé de faire du sport à la place de la musique. Bon, même si Haldor avait l'air carrément plus habitué que lui à crapahuter dans la boue... Difficile de ne pas se dire que ce gars avait changé depuis qu'ils s'étaient croisés lors de leur première année. Mikhael en avait fait sa victime dès l'instant où tous deux s'étaient rencontrés, ne supportant pas de voir ce gamin peureux se mettre en travers de son chemin. Aujourd'hui, ils en étaient à se battre à égalité... Quant à admettre ce changement, on pouvait toujours rêver.

- Super plan, gros malin,
ronchonna-t-il en tâchant de reprendre son souffle, tu vois de la végétation, toi ? Y'a que des cailloux partout !

Les zones verdoyantes du versant nord de la montagne étaient visiblement à une distance plutôt colossale par rapport à leur position actuelle. Ils n'avaient pas emprunté le bon chemin avant de grimper par ici, c'était indéniable. Poussant un soupir, Mikhael fit quelques pas autour de la plateforme et entreprit de voir s'ils pouvaient descendre par un côté un peu moins dangereux. Peut-être aurait-il dû faire un peu plus de randonnées par le passé...

- Il y a des sortes de crevasses de ce côté, annonça-t-il en se penchant pour mieux voir ce qui se profilait sur leur droite proche, ça craint pas qu'on soit là-dessus ?

Son avis ne l'intéressait pas, hein, n'allez pas croire le contraire ! Il avait juste besoin d'être sûr, voilà tout ! Dans tous les cas, ces fissures ne l'inspiraient pas et il lui tardait de changer d'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 7 Mar - 21:43
Invité
-Le premier? Et mon chat en pyjamas, tu l'as vu quand pour la dernière fois?! Répliquas-tu alors que le blond peinait à monter la côte qui vous séparaient.

Tu soupirais à sa remarque. Ouais bah, lui non plus ne savait pas où il fallait aller, hein. Regardant une nouvelle fois autour de toi, il était évident que vos désaccords ne vous menaient jamais aux bons endroits. Ah ! Ca ne serait jamais arrivé avec Jake un truc pareil ! Peut-être avec Théo... Après tout, vous vous disputiez pas mal aussi quand vous partiez ensemble à l'aventure. Même si pour le coup, ce n'était pas voulu, ah ça non.Tu étais parti, fulminant à l'opposer du blond pour éviter de lui en coller une, une nouvelle fois et de déclencher une bagarre dans les montagnes. Tu n'étais pas là pour ça, et apparemment, lui non plus.
Ok, Mikhael avait l'air d'avoir trouvé quelque chose d'important. Rappliquant vers le garçon quelques secondes après l'avoir sondé avec un regard mauvais, tu sentais tous les poils de ton corps s’iriser quand tu compris ou vous étiez arrivé.

-Oh quelle horreur ! Il faut pas rester ici ! T'exclamais-tu en agrippant la veste de ton compagnon d'aventure pour faire demi-tour. T'as pas écouté les consignes, pas vrai? Grognais-tu alors que tu enjambais un rocher pour redescendre de la plate-forme qui manifestement ne vous apporterais que des ennuis. On nous a dit de faire attention, parce qu'il y a des créatures dangereuses dans le coin... Tu sais... Le genre avec huit pattes et huit yeux...

Tu frissonnas, puis arrivé plus bas, tu lui montrais un nouveau chemin que vous aviez sans doutes loupé un peu plus loin, las-bas, derrières les arbres.

-J'imagine que ça doit monter pour atteindre l'autre côté du tas rocheux qu'on a monté... Bon alors, tu viens? J'espère que je vais pas devoir te porter !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 1:05
Invité
- Me touche pas ! maugréa Mikhael lorsque son comparse le tira par la veste pour le pousser à le suivre.

Ils venaient de grimper en haut de cette plateforme pour redescendre aussi vite ? Et voilà, il avait envie de le frapper. Écouté les consignes ? Non, il n'avait pas vraiment tout écouté, parce que l'idée de ramasser un champifleur ne lui apparaissait pas comme potentiellement dangereuse. Quant à de potentielles bestioles, c'était toujours mieux de ne pas se trimballer sur leur territoire. À partir de là, Mikha ne voyait pas bien quel problème pouvait se dessiner à l'horizon... enfin, à part Haldor lui-même, bien entendu. Lequel les avait vraisemblablement trainés dans un endroit qui présentait des risques. Merveilleux...

- Huit pattes et huit yeux ? T'as quand même pas peur de quelques araignées ? s'insurgea-t-il en se disant que le bonhomme en était bien capable.

Évidemment, le garçon ne pensait pas à d'éventuelles bestioles bien plus grandes que celles qu'il s'imaginait à l'heure actuelle. Ça lui aurait paru bizarre que des acromentules soient situées aussi proches de l'école. Les professeurs ne les auraient pas laissées s'installer, non ? À moins que ces dernières ne se soient arrivées que récemment sur les lieux ? L'idée lui fit froncer le nez et il suivit son compagnon de mésaventure sur la pente qui les ramenait vers le sentier qu'ils avaient dû rater. Au moins, ils auraient l'occasion de récupérer un chemin praticable, c'était déjà ça...

Mikhael tâchait de ne pas tomber, non sans jeter un coup d’œil légèrement inquiet aux fissures qui jonchaient le sol. Haldor avait l'air pressé de retourner plus bas, mais un pas de trop pouvait les précipiter par terre. Il n'avait guère envie de rouler jusqu'au pied de la montagne à cause des bêtises de l'Oiseau-Tonnerre. Quel boulet... Il était tellement pressé de descendre qu'il ne regardait presque pas où il mettait les pieds.

- Je peux très bien me porter tout seul, j'ai pas besoin de tes conseils !
répliqua-t-il en manquant glisser dans les caillasses. Tu ferais mieux de regarder où tu marches... !

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Un craquement se fit entendre sous leurs pieds. Tous deux n'étaient pas bien lourds, mais le sol donna l'impression à Mikhael qu'ils marchaient sur une feuille de papier. Ses mains tentèrent bien de se rattraper à un rebord, mais il ne parvint qu'à casser davantage de roche. La chute dura quelques secondes, jusqu'à ce qu'il ne heurte quelque-chose de dur et roule brusquement sur le sol. De la poussière s'éleva autour de lui et de la terre lui tomba sur le dos. D'abord sonné, le garçon ne se redressa pas tout de suite et toussa pour récupérer son souffle. Ce n'était jamais agréable de finir sa course sur le dos. Au-dessus de lui, le trou par lequel il était tombé semblait lointain et la lueur du jour y filtrait à peine.

Un juron lui échappa et le Womatou se redressa péniblement en position assise. Crétin de Haldor... Pourquoi l'avait-il suivi ? Et où était-il celui-là d'ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 1:28
Invité
Non... Non, non ! Mais où étiez vous tombés encore? Non quand même pas dans les galeries... Non ! La chute avait été raide et courte, et ça avait suffit à te faire mal au bras. Tu étais tombé lourdement sur un coin de roche bien placé -genre elle avait été placée là exprès tu sais-. Tu avais entendu Mikhael chuter un peu plus loin. Toussant à cause de la poussière, tu te redressais en grognant.

-Andersen ! Ca va? Lui avais-tu alors lancé en t'approchant de lui, tout en observant l'endroit où vous aviez atterris.

Comment sortir de là? Etait ta seule préoccupation pour le moment. Tu grimaçais en regardant l'ouverture par laquelle vous étiez passé. Pas question d'essayer de monter las-haut... La roche était beaucoup trop raide et dure, coupante. Vous vous tueriez probablement. Le tunnel s'étendait derrière vous, et devant vous. Par ou aller? Comment savoir? D'un mouvement de colère et surtout de peur d'avoir atterris dans un endroit pareil, tu t'approchais de nouveau dangereusement de ton ennemi :

-T'as vu c'que t'as fait !

Bon du calme Hugo. Respire un bon coup, pas de signes d'araignées géantes pour le moment, les choses n'allaient pas si mal que ça après tout. Peut-être qu'elles étaient parties ou encore qu'elles étaient tout simplement inexistantes. Ouais, ça devait être ça, l'endroit était sûr, n'est-ce pas? Pas d'araignée, même la plus petite qu'il soit ! Soulagé de penser ainsi, tu reprenais un tempérament calme, même si Andersen n'était sans doute pas du même avis.

-Bon, on se calme... Il doit bien y avoir une sortie quelque part. Allons ! Dis-tu en marchant droit devant toi pour poursuivre le tunnel.

De droite à gauche, tu ne savais pas vraiment par où passer. Mais le seul moyen de savoir où ça menait était d'y aller voir, pas vrai? A présent tu étais certain que les créatures dont ton professeur te parlait n'était pas des accromentules.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 1:58
Invité
Ah ben l'animal n'était pas loin... Poussant un soupir de lassitude, Mikhael fit de son mieux pour se redresser sur ses deux jambes et marmonna un "mouais" face à la question de son comparse. Comme si ça pouvait inquiéter ce débile, tiens... Le garçon s'épousseta autant que possible, chassant la poussière de ses vêtements et de ses cheveux, histoire de ne pas en soulever à chaque pas. Il avait mal au crâne... La chute avait été dure, même si brève. Quant à se plaindre de la situation, ce n'était même pas la peine d'y songer. Au contraire, il s'estimait heureux de n'avoir rien de cassé après ça. Ça aurait été problématique...

- T'as vu c'que t'as fait !


- La ferme... c'était pas ma faute...


S'il s'approchait encore de lui comme ça, Mikha se promettait de le tabasser. Qu'il se la joue grand garçon, c'était pas son problème, mais recevoir son agressivité à la figure, ce serait la limite à ne pas dépasser. Après tout, c'était ce type qui avait décidé qu'il était mieux d'observer les alentours du haut d'une plateforme rocheuse et d'en redescendre sans faire attention. Caverne ou pas caverne, le Womatou était prêt à lui rabattre son caquet aussi vite qu'il s'ouvrirait. C'était pas possible d'avoir un caractère pareil, surtout avec cette tête de gland. Pour le jeune homme, c'était un contraste improbable. On ne pouvait avoir l'air si teubé et la ramener de cette façon.

-Bon, on se calme... Il doit bien y avoir une sortie quelque part. Allons !

Le caillou fusa dans le crâne de Haldor aussi sec. Mikhael n'avait pas pu résister. "On se calme", hein ? On se calme ?! Pour une fois que lui était calme, cette face de véracrasse était venu le provoquer et maintenant, oh oui, maintenant, il l'enjoignait à garder son calme ?! C'était l'anarchie qui se foutait du MACUSA ! Drapé dans sa fierté, le blondinet toisa son interlocuteur et le rejoignit en observant la galerie par laquelle ce dernier désirait passer.

S'ils avançaient par-là, auraient-ils à rencontrer un nouvel obstacle ? Mikhael n'était pas si sûr que ça de vouloir le suivre, sachant dans quelle panade ils se trouvaient désormais. Pas moyen d'appeler à l'aide là-dedans et crier ne servirait pas à grand chose : pour peu que des bestioles peu recommandables se trouvent dans les parages, autant dire que ce serait signer leur arrêt de mort. Leur chute avait déjà fait assez de vacarme comme ça. Le garçon décida de sortir sa baguette de son sac à dos et de la garder à portée de main. En cas de pépin, il n'hésiterait pas à envoyer dans le tas sans se priver. Ne restait qu'à espérer que son comparse ne les emmenât pas dans un endroit encore plus dangereux...

- J'te préviens, Haldor : si tu nous conduis encore à une catastrophe, y'aura pas besoin d'acromentules pour t'achever ! prévint-il.

Il lui avait déjà assez mis les nerfs en pelote comme ça pour la journée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 2:42
Invité
-Aiheu ! Ca va pas la tête? T'exclamais-tu en te retournant soudainement vers lui, une envie de meurtre sur le visage alors qu'il t'avait balancé un cailloux sur la tête.

Comment ça, toi, vous emmenez ENCORE à une catastrophe? Mais toi, tu savais très bien ce que tu faisais ! Pas vrai? Ouais, non, pas tant que ça en fait, hein. Mais pas question de lui montrer. Il fallait mettre tes talents d'explorateurs dans l'action, là. Lui, il était sportif, hein? Ouais il te collait de belles patates quand il s'y mettait, c'était certain, et même si tu lui retournais, il devait sans doute moins souffrir que toi à la fin. Mais cette fois, tu allais vous sortir de là et lui prouver que t'étais pas si nul que ça. Enfin, en théorie, en pratique, les choses étaient beaucoup moins simples bien sûr.

-Il n'y a PAS d'accromentules, okey? Y'en aura pas ! Avais-tu décider d'un ton ferme, les poings serrés.

Aller, inutile de rentrer dans son jeu et de lui en mettre une. Vous battre ne vous sortirait jamais d'ici ! La mine renfrognée et râlant dans ta barbe (deux poils, c'est suffisant, non?) tu partais donc en direction de ton instinct. Ahah. Ouais, c'est beau hein? Sauf quand, quelques mètres plus loin, tu commençais à apercevoir quelques toiles, par-ci, par là... Hein? Des toiles? Oh non. Merlin, des toiles...

-Heu... Ok... En fait... Je crois qu'on n'aurait pas dû passer par là... Dis-tu finalement en reculant progressivement.

Non non, pas bon signe ! Même si tu ne voulais clairement pas admettre que de gigantesques araignées risquaient de se pointer à tout moment, vous encerclant comme des animaux traqués, tu refusais de continuer dans cette direction. Dans tous les cas, il n'était pas question d'avancer ! Non, pas question !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 3:40
Invité
En le voyant débarquer devant lui pour lui crier dessus, Mikhael demeura interdit et le fixa avec un sourcil haussé. Sérieusement ? Il lui faisait de l'hystérie, là ? Il était pas sérieux, hein ? Le garçon se demanda ce qui lui prenait et poussa un soupir. Et s'il le frappait maintenant ? Il hésitait. Le simple mot "acromentule" avait l'air de lui donner une trouille bleue. C'était quoi son problème ? Le Womatou n'alla pas jusqu'à penser que son compagnon avait peut-être aussi peur des araignées, que lui du feu. Il était sans doute un peu trop contrarié de le voir s'agiter comme si leurs vies allaient se terminer dans quelques heures. Ce qui, hélas, était peut-être le cas...

Mikha continua son chemin en sa compagnie, même si l'envie de le planter-là demeurait bien présente dans sa tête. Après tout, s'il le laissait se débrouiller tout seul, il n'aurait plus à se perdre et à le suivre dans des plans foireux, non ? Néanmoins, le garçon décida de rester patient, pour une fois. Les films d'horreur lui en étaient témoins : personne n'avait intérêt à faire des groupes de un dans des situations délicates. Le Womatou avait suffisamment regardé ces trucs atroces pour s'en souvenir et appliquer. Les jérémiades de son comparse avaient beau l'agacer, ils ne se trouvaient pas dans une situation où il ferait bon se séparer.

Son impression se confirma lorsqu'ils parvinrent jusqu'à une partie de la caverne où le jour transparaissait à peine. Les éclats blancs de soie leur ôtèrent tout doute quant aux occupants de cet endroit. Aucun mouvement ne se montrait, mais ils n'étaient certainement pas seuls. Deux choix s'offraient à eux : avancer, ou retourner dans la direction opposée, à condition que tout se passe bien. Mikhael n'était pas très chaud pour tourner le dos, surtout après avoir vu ça. D'immenses toiles avaient été tissées sur les murs, sur les hauts plafonds et sur leurs côtés. Des créatrices, il n'y avait cependant aucune trace.

- Fais pas ta chochotte, Haldor,
marmonna Mikhael à voix basse, on peut pas se permettre de rester là. Avance et ferme-la, ça devrait bien se passer !

Renfrogné, le garçon ne se fit pas prier pour le faire, lui. S'ils retournaient en arrière, ils prenaient le risque d'être pris en chasse et de se faire piéger un peu plus loin. Dans tous les cas, ils n'étaient en sécurité nulle part ici. Même là où ils étaient tombés, les bestioles auraient fini par les trouver. Dès l'instant où ils avaient fait tout ce raffut, ils avaient dû attirer l'attention.

Mikhael enjamba un énorme maillon de soie, prenant garde de ne pas le toucher. Ses prunelles turquoises se promenaient sur les alentours et il tâchait de faire le moins de bruit possible. Il restait à espérer que Haldor en ferait de même. L'un de ces tunnels devaient bien mener vers la surface et il était prêt à le trouver, dusse-t-il esquiver toutes les toiles possibles jusque là. Ce n'était pas ces maudites bestioles qui allaient l'empêcher de trouver des champifleurs. Fronçant les sourcils, il fit quelques pas vers un tunnel un peu plus bas et y passa sans hésiter en sentant de l'air en sortir.

- Lumos, murmura-t-il en posant sa main au-dessus de la petite lueur émise par sa baguette.

Un sursaut le poussa à s'arrêter dans son avancée. Son cœur avait manqué un battement à la vue d'un rocher, qu'il avait préalablement pris pour l'une des bestioles qu'ils étaient susceptibles de rencontrer. Un rocher, rien de plus...

- Remue-toi, Haldor...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 14:32
Invité
Tu n'osas pas vraiment répliquer lorsque Mikhael t'ordonna de la boucler et d'avancer. Hésitant quand même quelques secondes, tu finis par le suivre sans vraiment en ressentir l'envie. Cette fois-ci, ton instinct te hurlais de fuir à l'opposer. Et cette fois-ci, tu en étais sûr et certain, il avait raison. Pourtant, tu suivis le blond, en silence, ta baguette braquer droit devant, légèrement tremblante quand même face à tout ce tissus autour de vous. Te coeur battait beaucoup trop vite dans ta poitrine, à tel point que tu avais peur qu'elles l'entendent aussi.

-Ma chochotte... Je fais pas ma chochotte... Râlais-tu dans ton coin alors que vous avanciez encore plus loin parmi les tombes de toiles.

Parce que oui, pour la plupart d'entres elles, il n'en restait que quelques filaments, c'était comme un grand cimetière de toiles d'accromentules. A l'aide de ton lumos, tu t'éloignais un peu de ton camarade pour observer ton coin de cave, tu frissonnas et regretta d'avoir suivis Mikhael jusque là. Pourquoi voulait-il absolument partir par là maintenant que vous saviez ou ça menait probablement? Pourquoi ne pas faire demi-tour...?

-... Y'aura pas d'araignées... Y'aura pas d'araignées... Y'aura pas d'arai... Ne me dis pas quoi faire, toi las-bas !

De nouveau, tu laissas le dégout prendre le dessus et t'envoyer une nouvelle décharge de frisons dans la nuque. Posant ta main dessus pour te rassurer, tu pointais deux tunnels qui semblaient aller à l'opposer de l'autre. Pas question de choisir toi-même cette fois. Pour sûr que vous arriveriez directement dans un endroit maudit.

-Une idée? Je persiste à dire qu'on devrait faire demi-tour... Murmuras-tu en zieutant à l'aide de ton lumos dans les deux tunnels.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 15:40
Invité
- Repars en arrière, si ça t'amuse, rétorqua Mikhael après avoir poussé un soupir de lassitude.

C'était définitif : ce type avait peur des araignées. Super... Le Womatou s'attendait à le voir lui faire une crise de panique à tout instant, ce qui, hélas, ne les aurait pas vraiment aidés. Sa baguette en main, le garçon se rapprocha de Hugo et observa les deux chemins que ce dernier avait trouvé. Deux tunnels, deux directions possibles. Seul l'un d'entre eux semblait orchestrer des courants d'air. Mikha n'était pas un spécialiste des souterrains, mais il lui semblait avoir toujours entendu que le mieux était de suivre l'air, puisqu'il parvenait forcément d'un endroit. Ça marchait dans les films, non ? Sans compter que leur but était de remonter à la surface, alors un sentier qui descendait ne lui paraissait pas être la meilleure des idées...

Ses yeux balayèrent les environs et il s'engouffra dans le tunnel se trouvant sur sa gauche. En prime, ça puait carrément moins en passant par-là. Il y avait un peu d'humidité dans cet endroit. Peut-être qu'une rivière y passait ? Malheureusement, Mikhael faisait de son mieux pour avancer, sans en savoir trop. La spéléologie n'était vraiment pas son truc... surtout avec un risque de tomber sur des araignées géantes en prime.

Le garçon eut un léger soupir soulagé en constatant que les toiles se faisaient plus rares. Leurs têtes touchaient presque le plafond de la galerie empruntée. Il y avait moins de chance de croiser des bestioles trop grosses en faisant ça, non ? Tant que ça s'écrasait sous une chaussure, il préférait largement s'y risquer. Et en parlant d'écraser, Mikha entendit bientôt un "Plotch" sous son pied, qui le fit stopper net son avancée. Il grimaça. D'accord... Là, tout de suite, il n'avait guère envie de savoir ce qu'il venait de faire.

Il finit néanmoins par déglutir et baissa lentement les yeux.
Un grognement dégoûté lui échappa, mais il tâcha de ne pas en faire plus. C'était carrément immonde et il aurait nettement préféré éviter ce genre de rencontre. Sauf que ce n'était pas vraiment le seul problème auquel il était confronté. Là où les parois de ce tunnel avaient eu l'air d'être relativement calmes et sécurisantes, le garçon se rendait compte que ce n'était pas tout à fait vrai. Mikha leva doucement sa baguette vers le plafond, puis vers les murs. Avec un phobique à l'arrière, ce n'était pas une bonne idée de dire un truc, non ? Haldor allait probablement péter un plomb... et s'il se mettait à crier, ça allait mal finir.

- Si tu marches sur un truc qui a l'air d'exploser, c'est juste de la roche : elle a l'air fragile ici, mentit-il avec son ton sec habituel, continue de me suivre.

Pitié, qu'il ne regarde pas autour de lui... songea-t-il aussi fort que possible. Haldor n'aurait vraiment pas apprécié ce qu'il se passait. Mikha en avait lui-même la chair de poule. La perspective de sentir quelque-chose lui tomber dessus ne l'enchantait pas du tout. Ne laissant pas le temps à Hugo d'hésiter, il finit par lui attraper le poignet de l'autre main et par l'entrainer vivement à sa suite. Ils devaient sortir de ce tunnel, trouver une caverne un peu plus large et tant pis pour les bestioles qui iraient avec. Avec un peu de chance, ils pourraient se cacher... et surtout arrêter de poser leurs pieds là où ils n'auraient pas dû.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 8 Mar - 22:57
Invité
Jetant un regard mauvais et inquiet au blond, tu finis par le suivre quand même. Ouais l'envie de faire demi-tour était bien présente, mais... Vous séparez n'était décidément pas une bonne idée vue la situation. C'était quand même mieux de compter sur un camarade en cas de galère. Bon, Mikhael n'était pas forcément le genre de type sur lequel tu aimais spécialement compter, mais le fait est qu'en définitif, sa présence te rassurait. Pour rien au monde tu t'en serais éloigné. Baguette droit devant toi encore une fois, tu avançais dans le sombre et étroit tunnel. Si Jake avait été là, pour sûr qu'il n'aurait pas aimé non plus.

Finalement, c'était sans doute mieux que tu aies été avec Mikhael, au moins, il n'avait pas froid aux yeux et était sans doute le plus lucide d'entre vous deux. Pour le moment du moins.

Pourtant, tu sentais la panique te monter à la gorge quand le wampus s'arrêta soudainement. Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que tu fais? Dois-je reculer? Aller, parle moi ! Songeas-tu en silence, mort d'inquiétude.

-Tu me prends pour un...

Tu allais sans doute finir ta phrase par une grossièreté lorsque ton lumos balaya les parois du tunnel. Complètement figé un instant, avant que le blond t'entraîne de force avec lui, tu te mis à trembler de tout ton corps. Tu aurais sans doute voulu crier, ou de te réveiller de ce mauvais cauchemars... Mais rien ne sortis d'entre tes lèvres qui restèrent complètement bloquées elles aussi. Crispé, tu rattrapas ton ennemi de toujours pour te coller à lui, cachant ton visage contre son dos, sans la moindre crainte qu'il te frappe à l'arrivée.

La peur avait pris le dessus et tu n'étais plus maître de tes gestes.

Chaque pas était un supplice : De temps en temps, tu entendais et sentais que quelque chose s'aplatissait sous tes chaussures. A chaque pas, un couinement de ta part... C'était terrifiant. Vraiment. La sortie de ce tunnel monstrueux fut beaucoup trop longue à ton gout. Un long, très long soupire de soulagement sorti de tes poumons lorsque vous étiez enfin sortis.

-Sortons d'ici... Vite. Dis-tu entre tes dents encore serrés par le stress et la peur.

Ton lumos se balada de droite à gauche. La sortie qui semblait mener à l'extérieur -du moins, là où tu ressentais le plus de courant d'air frais- était beaucoup trop haute pour vous. Néanmoins, la peur parlait pour toi à cet instant, et c'est sans prévenir que tu entreprenais d'escalader la paroi glissante et coupante qui menait à un nouveau tunnel plus haut. Bien sûr, tu n'arrêtais pas de glisser et de tomber, encore et encore. Mais tu insisterais jusqu'à épuisement s'il le fallait ! Tu sortirais d'ici, coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Jeu 9 Mar - 0:19
Invité
Et voilà... Ce crétin avait regardé. Mikha avait la nette impression que leur situation n'était pas prête de s'arranger avec ce gars-là. Haldor était complètement affolé et, comble de l'angoisse, venait de se coller littéralement contre son dos ! Le Womatou l'aurait presque insulté, s'ils n'avaient pas dû faire silence pour ne pas attirer l'attention. Les araignées commençaient à s'agiter autour d'eux, preuve que l'écrasage massif de leurs congénères ne passait certainement pas inaperçu. Ils seraient très vite submergés, si les bestioles commençaient à leur tomber dessus. N'ayant plus besoin de tenir son comparse pour l'obliger à avancer, le garçon rabattit sa capuche sur sa tête et accéléra le pas une fois encore.

À peine furent-ils sortis que Mikhael chercha à frapper son compagnon d'infortune, mais ce dernier s'était déjà dérobé. Rapide, le bougre ! Légèrement perdu et se secouant pour faire tomber les araignées qui essayaient de lui grimper sur les bras, le garçon prit une inspiration et tenta de se calmer. La traversée du tunnel avait été peu ragoutante et la crainte d'avoir l'une de ces créatures dans ses vêtements se fit tout de suite ressentir. Il en oublia presque l'énergumène qui l'accompagnait, l'espace d'un instant. Heureusement que les bêtes n'étaient pas assez petites pour le surprendre.

- Mais il est où, lui ? s'interrogea-t-il en tournant sur lui-même.

Pas loin. Hugo n'était pas loin du tout. Le garçon ouvrit de grands yeux incrédules en le voyant se mettre à escalader la paroi pour rejoindre une ouverture dans le plafond. Un plafond qui était bien trop loin d'eux, hélas. C'était peine perdue de vouloir s'engager sur ce chemin. S'il tombait, cet imbécile allait se briser le cou ! Sans compter que...

- Haldor ! cria-t-il à mi-voix. Fais pas ça !

Le Womatou ne pouvait pas crier plus fort qu'il ne le faisait, même s'il songeait que ce n'était plus vraiment la peine de se faire discret. L'Oiseau-Tonnerre n'avait pas dû remarquer les huit pattes géantes recroquevillées dans un coin du plafond. C'était à peine visible, mais Mikhael avait tout juste eu le temps de voir un léger mouvement dans la pénombre. Dégoûté, le garçon voulut rejoindre son comparse, histoire de le retenir. Il allait se faire bouffer, c'était sûr ! Et il n'était pas le seul. Toute la salle était remplie de toiles immenses et leurs propriétaires n'étaient pas loin. Si seulement ils avaient pu arriver moins bruyamment !

- Diffendo ! s'exclama le jeune homme en lançant un sort sur la toile vers laquelle l'autre garçon grimpait sans la voir.

Pourvu que ça lui coupe la route... Mikhael s'élança après lui, prêt à l'attraper par les cheveux pour le forcer à redescendre. Le sol se déroba sous ses pieds et il se sentit basculer dans le vide !

La toile sur laquelle il venait de marcher s'était brisée et il se sentit dégringoler, avant d'être subitement rattrapé par ce qui lui semblèrent être des cordes. Sa baguette s'était collée, toujours allumée, à quelques pas de lui. Ayant fermé les yeux au préalable, le Womatou se rendit compte qu'il n'avait pas vraiment été rattrapé. Ses bras tentèrent de remuer, mais ne parvinrent qu'à s'emmêler davantage sur la matière collante de la toile géante. Furieux, il tenta bien de dégager ses jambes, mais la soie se prit davantage autour de lui. Il eut beau se débattre, rien à faire ! Autour de lui, des crissements se firent entendre... tandis que le monstre présent au-dessus d'Hugo, aussi gros qu'une voiture, entamait sa descente dans la direction de ce dernier.


Sortilège Utilisé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Jeu 9 Mar - 15:43
Invité
-Mais qu'est-ce que tu fous...? Grognais-tu.

Mince ! Tu y étais presque ! Bon sang ! Stupide Ander...Ahhh.... Depuis quand ces toiles géantes étaient là...? Tu frissonnais de nouveau en regardant autour de toi comme il aurait fallu cette fois, te frottant les mains et la nuque de trouille. Soudain, tu vis le blond perdre pied littéralement et ouvrant de grands yeux tu eus le réflexe de balancer ton bras en arrière pour le rattraper. Mais Mikhael chuta. Tu réussis à éviter les toiles qui vous barraient le passage pour atterrir sur le sol lourdement. Un nouveau grognement sorti d'entre tes lèvres alors que tu fixais le blond dans sa toile. Tu lui aurais bien jeter une vanne à la figure... Mais vraiment, ce n'était pas le moment. Tu avais bien trop peur pour toi, pour lui, pour avoir une telle inspiration.

-Accio baguette ! Dis-tu dans l'espoir que cette dernière se décroche de la toile pour la rendre à son propriétaire.

Cette dernière arriva à toute allure dans ton autre main, et alors que tu allais tenter quelque chose pour aider ton meilleur ennemi à se défaire de cette toile gluante et collante, tu sentais bouger juste. Derrière. Toi. Un nouveau frisson parcourus ta nuque alors que tu savais pertinemment qui était là. Juste là. Un regard vers Mikhael, un léger mouvement de tête... Les yeux fermés et les lèvres pincées, tu réalisas bien vite que tu étais complètement tétanisé... Figé sur place. Que faire? Vite Hugo !

-Tu t'es perdu, mon enfant? Souffla la grosse bête dans ton dos.
-Re...Re...Repuuuul... Commençais-tu à murmurer en t'étant tourné vers l'animal à huit pattes, la pointant avec ta baguette.

Mais à peine avais-tu ouvert les yeux pour lui faire réellement face que tu sentais tes jambes vaciller et ton corps entier te lâcher. Tu eus juste le temps de resserré ta main sur les deux bâtons magiques et de les coller dans cette dernière avec un restant de toile accrocher à la paume de ta main, avant de sombrer dans l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Ven 10 Mar - 2:18
Invité
Vraiment... ?
Mikhael en était presque à espérer que son compagnon d'infortune était descendu pour l'aider... jusqu'à ce qu'il ne se rende compte que ce dernier venait de tomber dans les pommes. Avec une araignée géante se mettant à causer, pas étonnant, direz-vous, mais de là à perdre totalement ses moyens ? Un air mi-blasé, mi-furieux sur le visage, le Womatou le regarda s'effondrer en retenant le florilège d'insultes qu'il aurait bien voulu lui balancer. Pourquoi ce type avait-il récupéré sa baguette ? Si c'était pour en arriver là, il aurait pu jouer des coudes avec la toile et se trainer jusqu'à elle. Mais noooon ! Il avait fallu qu'Haldor pose ses mains de lâche dessus et la mette hors de sa portée, avant de s'évanouir.

Dégageant son visage de la toile qui s'y était collé, le garçon se débattit de plus belle dans sa prison. Dans cet état, il avait la nette impression de savoir ce qu'un papillon pouvait ressentir en étant pris au piège de cette prison de soie. Ce n'était pas drôle du tout. Plus Mikha tentait de s'en défaire et plus il avait le sentiment de s'y empêtrer davantage. Pestant entre ses dents serrées, le jeune homme n'avait pas dit son dernier mot lorsque des silhouettes énormes descendirent subitement du plafond pour se mettre à marcher le long des fils. Ces saletés se rapprochaient de lui avec toute l'aisance possible, alors que lui bataillait pour se libérer.

- Bon sang... Haldor !
s'écria-t-il en levant les yeux vers son comparse toujours à terre. Haldor, réveille-toi !

Apercevant une araignée légèrement plus petite que lui tentant de se rapprocher en agitant les crochets, Mikhael ne put s'empêcher de lui flanquer un coup de pied magistral. Du moins, autant que sa jambe pouvait porter en étant collée sur la toile. La créature fut projetée en arrière, heurtant l'une de ses sœurs un peu plus grande. Voilà qui avait eu le mérite de les pousser à s'arrêter durant... allez, peut-être quelques secondes tout au plus. Les voyant qui approchaient de plus belle, le Womatou tenta vainement de reculer.

Le vague sentiment de se retrouver seul au beau milieu de ces horreurs le submergea. Mikha n'avait pas spécialement peur des araignées, mais celles-ci dépassaient largement son seuil de tolérance envers de telles bestioles. Les pattes s'agitaient pour se frayer un chemin jusqu'à lui, le plafond grouillait d'autres créatures prêtes à se partager le butin du jour... et Hugo n'avait pas pu s'empêcher de tourner de l’œil. Ça lui faisait mal de l'admettre, mais le garçon avait la trouille. Il n'avait pas envie de mourir et encore moins coincé dans une toile d'araignée, à se faire dévorer vivant par une nuée de ces choses.

- Haldor !! appela-t-il une nouvelle fois, en proie à la panique. M'approchez pas ! Dégagez !

Il avait beau crier, menacer et insulter, les arachnides géants n'en avaient rien à faire. Les coups de pieds ne firent pas grand mal aux plus grands d'entre eux et Mikhael sentit son cœur manquer un battement lorsque des pattes se posèrent près de lui. Il ferma les yeux, terrifié à la vue de ces créatures répugnantes sur le point de le dévorer. Rien ne se passa pourtant. Le garçon ouvrit timidement un œil effrayé pour comprendre pourquoi il ne sentait toujours pas de morsure se produire.

À quelques mètres de sa position, l'acromentule ayant provoqué l'évanouissement d'Hugo était en train de descendre vers la toile en trainant ce dernier. Les prunelles turquoises de Mikhael suivirent le mouvement de la créature, qui déposa méticuleusement Hugo à quelques centimètres de sa propre position. L'aubaine ! Ne se faisant pas prier, le jeune homme tendit la main, forçant sur la toile pour tenter de récupérer la baguette qui luisait toujours dans la paume de son camarade évanoui. Encore quelques centimètres... Un petit effort, allez ! Les pattes d'une araignée géante glissèrent non-loin de son visage, mais il tint bon. S'il se mettait à ne serait-ce que gémir, tout serait fichu... Dieu savait à quel point il avait envie de hurler. Ses doigts effleurèrent le bois de l'objet magique, mais ne parvinrent pas à s'en saisir tout de suite.

- Celui-ci est bien trop agité, siffla une voix qui suffit à faire sursauter le garçon.

Une seconde... C'était l'acromentule qui venait de parler ? Mikhael haussa le regard dans sa direction, notant que de la soie s'échappait d'elle et commençait à entourer le corps inerte de l'Oiseau-Tonnerre. Le jeune homme se débattit pour attraper sa baguette plus rapidement et ses doigts se refermèrent sur cette dernière. Enfin !

- Everte Sta... !


Il poussa un cri de douleur qui interrompit son incantation. Une paire de petits crochets s'était enfoncée dans son épaule droite. La créature à laquelle il avait envoyé un coup de pied était revenue à la charge et pas qu'un peu. Le venin lui donna l'impression que son sang s'enflammait et il perdit connaissance, apercevant de la soie blanche se refermer autour de lui. Les deux garçons étaient désormais tous deux dans la même situation et dans l'attente d'être dévorés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Ven 10 Mar - 22:38
Invité
C'est le cri de Mikhael qui te sorti de ton comas. Sursautant, réalisant à peine où tu étais et ce que tu étais, tes yeux s'ouvrirent doucement pour croiser... Une horrible paire de huit yeux globuleux, sombres et deux énormes paires de crochets s'agitant à la même mesure que les deux pattes avant mettaient un soin particulier à t'enrouler dans leur toile.

-OH MERLIN NON ! T'ecriais-tu en te débattant aussi fort que tu le pouvais.

L'araignée grognas et eu un léger mouvement de recule alors que le petit être -toi- qu'elle essayait d'attacher détruisait ce qu'elle avait mis tant d'amour à créer. Mais est-ce que ce petit humain allait-il cesser de bouger à la fin? Maintenant que son copain était endormi, c'était lui qui n'en faisait qu'à sa tête !

-Vas-tu cesser de gigoter espèce de petite chose maigrichonne?! râla-t-elle d'une voix forte et accentuée de contrariété.

Ce qui t'obligea à de nouveau te figer sur place. Fermant les yeux à ton tour. Respirant fortement pour t'empêcher de vomir, et de t'évanouir encore une fois. Pourquoi Mikhael ne disait-il plus rien, d'ailleurs? Tu t'étais attendu à un flot d'insultes de sa part, pour avoir perdu connaissance, ou encore à ce qu'il cherche lui aussi à se sortir de là. La réponse était évidente, le garçon, tout près de toi avait également perdu connaissance. Immobiliser à son tour dans un cocon à présent, il avait les yeux clos. Mais il était vivant. Un soupire de soulagement t'échappa. Manquerait plus qu'Andersen y laisse sa carcasse et te laisse seul !

S'éloignant en glissant sur son fil de soie, l'acromentule avait terminé son travail sur toi et t'avait laissé là, enroulé dans ton cocon et était partie avec les autres on ne sait où. Dans ta tête tout se passait à vive allure. Il fallait sortir d'ici. Vite. Maintenant. Comment? Ta main qui avait précieusement gardé ta baguette collée à ta paume, un peu plus haut, elle-même accrochée à la toile était pourtant libre de tout mouvement. Ton corps entier était recouvert de cette texture collante, sauf ta main. Et c'est avec cette main là et ta baguette précisément que tu réussis à arracher une partie du cocon dans lequel tu étais enfermé. Vous ne deviez pas en avoir pour très longtemps encore. Il fallait faire vite : Sautant de ta toile après l'avoir déchiquetée à l'aide de ta baguette, tu allais faire de même avec le cocon de Mikhael quand tu entendis de nouveau le crissement atroce revenir vers vous.

-Repulso ! Dis-tu aussi discrètement que tu le pouvais alors que tu avais pointé ta baguette sur le blond.

Tu avais grimacé lorsque ce dernier avait volé à l'autre bout de la petite grotte où vous étiez retenus prisonniers. Te précipitant vers lui, c'est avec beaucoup de mal que tu l'entraînas avec toi jusqu'au pied du tunnel d'où vous étiez arrivé. Il faudrait grimper ! Mais, est-ce que ton compagnon d'aventure en était-il seulement capable après sa morsure...? A coups de petites tape sur la joue, tu essayais tant bien que mal de le réveiller.

-Aller... Quoi... Réveille toi bon sang Andersen ! J'peux pas faire ça tout seul ! Maugréas-tu alors que l'araignée poussais un horrible sifflement en vous voyant hors des cocons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 11 Mar - 3:31
Invité
Le décor devenait blanc, son sang lui donnait l'impression de s'enflammer et l'air devenait étouffant. Seuls sons audibles : sa respiration saccadée et les battements sourds qui se faisaient entendre dans ses oreilles. Il ne se souvenait pas avoir jamais entendu son cœur battre aussi fort et s'emballer à ce point. Il eut beau battre des paupières pour reprendre pied sur la réalité, rien n'y fit. Le garçon avait l'impression de délirer, comme lorsqu'il était en proie à de la fièvre étant malade. Quand il attrapait quelque-chose, Mikhael ne faisait jamais semblant. Le venin d'acromentule courait dans ses veines et les pattes de l'araignée refermant le cocon au-dessus de lui, faisaient un vacarme assourdissant autour de lui. Il ignorait combien de temps il avait perdu connaissance et avait l'impression d'être éveillé sans cesse, avant de se rendormir.

Sa main se serra autour de l'objet magique qu'il tenait, mais aucune formule ne trouva le chemin jusqu'à ses lèvres. La dernière en date y était morte immédiatement, faisant taire la seule chance de repousser son assaillante. Il ne sentait pas encore de douleur au niveau de son épaule. Il ne parvenait plus à voir ce qu'il se passait aux alentours. Mikha voulut faire cesser sa respiration pour ne pas attirer l'attention sur les créatures qui grouillaient dans les environs, de ça, il était certain. Il ne réussit qu'à poser machinalement sa main devant sa bouche lorsque du mouvement se fit entendre à proximité, fermant les yeux aussi fortement que possible pour ne pas craquer.

Le venin fit son effet de nouveau et il sombra dans l'inconscience. La voix lançant le sort se fit lointaine et il eut toutes les peines du monde à sentir que son cocon était projeté hors de la toile. La prison de soie roula sur le sol, le libérant progressivement, même s'il n'était pas encore sorti d'affaire. Des fils étaient toujours enroulés autour de lui et il ne donnait guère signe de reprendre conscience.

- Allez... Quoi... Réveille toi bon sang, Andersen ! J'peux pas faire ça tout seul !


Les petites claques sur ses joues le ramenèrent doucement vers la réalité. La première sensation retrouvée fut le froid. C'était désagréable. Des sueurs froides le secouaient. Foutu poison... et il n'avait été mordu que par l'une des plus "petites". Le venin n'aurait sans doute pas le même effet que celui d'une adulte. Mikhael ouvrit les yeux lentement, tâchant de chasser la brume qui persistait à envahir son champ de vision. Son premier réflexe fut de demander après la présence de sa mère... puis de repousser le gamin qui tentait de le faire revenir à lui, dès l'instant où il réalisa où il se trouvait. Qu'est-ce que ce crétin d'Haldor fichait-là, hein ? La présence de la bestiole géante à huit pattes marchant vers eux, se chargea de lui rafraichir la mémoire.

- Dégage, j'ai pas besoin de ton aide... fulmina-t-il lorsque son comparse tenta de l'aider à se redresser.

Le Womatou n'en était pas encore à s'écrouler à terre. Pas encore. Ce n'était pas une morsure qui allait le mettre totalement KO. Il devait pourtant bien l'avouer, ça faisait mal... Ça faisait mal et il avait probablement beaucoup de fièvre. C'était comme si son sang était en ébullition, alors que des frissons désagréables le parcouraient. Mais il n'en était pas à s'effondrer. Sa main repoussa Hugo et il finit par se rétablir péniblement sur ses deux jambes. Avec ça, il pourrait reprendre là où il s'était arrêté.

- Everte Statim ! s'exclama-t-il en effectuant douloureusement le geste adéquat avec son bras devenu douloureux.

L'acromentule fit un vol plané en arrière et tomba sur le dos en agitant les pattes. Mikhael abaissa le bras et suivit son compagnon d'infortune jusqu'à l'endroit que ce dernier désirait atteindre. La grotte qu'ils avaient empruntée se trouvait à quelques pas au-dessus de leur position. Près d'eux, l'énorme toile où ils avaient été capturés se balançait paresseusement au rythme du courant d'air provenant du plafond. Ils n'étaient pas encore sortis de ce cauchemar. Le Womatou leva les yeux vers le mur qu'Haldor comptait escalader et fit une légère grimace. Tant pis, ce n'était pas le moment de se plaindre.

- Diffindo ! lança-t-il tant qu'il avait encore la force de le faire.

Au-dessus d'eux, la toile fut coupée net et se détacha des rochers qu'ils s'apprêtaient à gravir pour atteindre la grotte qu'ils avaient été forcés de quitter. Le regard du garçon se posa sur son compagnon d'infortune et il lui fit signe de passer le premier d'un mouvement du menton.


Sortilèges Utilisés:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Ven 17 Mar - 1:08
Invité
-Est-ce qu'on t'as déjà dit que tu avais un caractère de m...! Commençais-tu à jurer avant que l'araignée projetée en arrière te stop net dans ta phrase.

Quel spectacle terrifiant. Tu frissonnais. La vue d'une araignée géante se débattre sur le dos aussi proche de toi était certainement la chose la plus atroce que tu n'aies jamais vu. Vraiment ignoble. Il n'y avait décidément pas assez de mots sur terre pour décrire cette horreur !
Soupirant d'exaspération et de soulagement en même temps, tu t'exécutais lorsque le blond te fit signe de passer devant. Ce n'était pas le moment de chipoter sur qui passerait en premier ! Même si d'ordinaire, cela aurait sûrement du être lui, vu qu'il était blessé. Après avoir grimpé sur les quelques roches glissantes, non sans manquer de tomber deux ou trois fois, tu penchais la tête dans le vide pour y laisser tomber ton bras à son tour, histoire de laisser une chance à Mikhael d'accepter ton aide.

-Attrapes ma main ! Lui lançais-tu, espérant que le wampus ne glisse pas sur les roches et qu'il ne repousse pas ton aide encore une fois.

Tu n'avais vraiment aucune envie de retomber las-dedans pour aller le chercher. D'autant que les très chères sœurs de l'araignée -qui s'était remise sur ses pattes depuis- n'allaient plus tarder non plus. Étrangement, il n'y avait plus personne dans la galerie que vous aviez traversée en sens inverse il y a peu. Une fois le blond arrivé en haut des roches, tu le poussais sans ménagement dans le tunnel. Les crochets de votre ennemie claquant dans le vide juste derrière toi.
Poussant un grognement vraiment effrayant, tu sentais qu'à présent, elles étaient vraiment, vraiment, vraiment très en colère.

Il allait falloir courir !

Passant le bras du blond autour de ton cou pour que vous poussiez courir plus vite, tu agrippais fermement la veste de ton camarde pour ne pas qu'il te repousse. L'heure n'était vraiment pas à régler vos différents. Il n'était pas question que vous creviez ici.

-Tu la fermes et tu avances ! Lui dis-tu avant qu'il ne ronchonne de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Sam 18 Mar - 2:19
Invité
L'ascension depuis le bas de l'énorme toile n'était pas aussi facile. Mikha avait du mal à se tenir accroché à la paroi qu'ils escaladaient et glissait sur les rochers. Grimper avec l'impression d'avoir le vertige n'était pas pratique, même s'il se faisait violence pour ne pas lâcher prise. Derrière lui, l'araignée assaillante s'était redressée sur ses huit pattes et avait poussé un cri strident pour alerter ses congénères. Des masses noirâtres tombèrent du plafond, d'autres sortirent des cavités de la caverne, mais toutes se ruèrent vers le même endroit : là où les deux garçons tentaient de s'échapper.

Tâchant de se concentrer pour ne pas tomber au beau milieu de la masse grouillante d'arachnides, Mikhael prit appui sur la roche autant qu'il le put. Arrivé en haut, il crut qu'il allait lâcher prise lorsque Haldor lui tendit la main. D'abord hésitant quant à lui dire qu'il était parfaitement capable de se débrouiller seul, le jeune homme poussa un soupir et finit par lui tendre sa main gauche. Il y avait des limites à l'opiniâtreté et il n'avait guère envie de risquer sa vie en tombant. Aidé par son compagnon d'infortune, Mikha finit par remonter aussi vite que ses muscles engourdis le lui permettait.

Il n'eut d'ailleurs pas le temps de souffler, que l'Oiseau Tonnerre le poussait sans ménagement dans la galerie qu'ils avaient emprunté pour arriver jusqu'ici. Une fois à l'intérieur, il voulut protester, mais la remarque du gringalet lui cloua littéralement le bec. Et voilà que l'autre se saisissait de son bras pour l'aider à marcher : c'était un comble ! Il n'était pas infirme ! Il pouvait se déplacer sans aide ! Hé puis, s'ils retournaient par-là, ils ne savaient pas sur quoi ils tomberaient ! Malheureusement, pas moyen de faire entendre raison à Haldor et il se contenta de se laisser guider sur les quelques pas qui leur permirent de travers ce petit tunnel.

Derrière eux, des crochets émettaient des claquements réguliers et des pattes tentaient vainement de se glisser dans la cavité. De la poussière se déversa du plafond, tandis que les araignées géantes tentaient d'entrer pour les suivre. Le vacarme cessa dès lors qu'ils furent assez loin d'elles, même si les voir changer d'endroit n'avait rien de rassurant. Mikhael courut aussi vite que possible, jusqu'à ce qu'ils ne reviennent à leur point de départ : là où ils étaient tombés la première fois. La caverne était vide, mais il avait l'impression que ça ne serait pas le cas bien longtemps.

- Haldor, tu me fais mal... arrête de courir, s'te plaît... protesta-t-il finalement en voyant que son comparse ne cessait pas sa course.

À ce stade-là, le Womatou avait le sentiment qu'ils n'iraient pas bien loin. S'ils se lançaient encore à l'aveuglette, ils ne tiendraient pas longtemps. Il finit par se dégager de la poigne de l'Oiseau Tonnerre et porta une main douloureuse à son épaule blessée. Sous le tissu déchiré de sa veste et de son t-shirt, ses veines avaient l'air d'être devenue aussi noires que le charbon, courant sous sa peau dangereusement. La morsure avait l'air de s'étendre progressivement avec le venin de la jeune acromentule.

- Il faut qu'on se planque et qu'on trouve quelque-chose, on n'arrivera à rien en courant au hasard, articula-t-il en serrant les dents.

Ses pas se dirigèrent vers une cavité étroite totalement vide. Il dut batailler pour s'y hisser et rampa à l'intérieur pour se placer dans l'ombre. C'était peu, mais déjà bien pour se dissimuler à la vue des araignées qui étaient à leurs trousses. Si elles ne les voyaient pas, elles n'auraient qu'à chercher encore un bon moment. Les lueurs chaudes du crépuscule passaient au travers de l'ouverture béante qui ornait le plafond, leur offrant la vue sur les alentours sans trop risquer d'être repérés... pour le moment.

S'ils devaient encore se battre, Mikhael avait besoin de reprendre ses esprits. La douleur était une chose, le brouillard orchestré par le venin pour l'endormir dans le cocon, en revanche, ne lui permettrait pas d'avancer. Sa baguette posée à ses côtés, le garçon serra son épaule dans sa main et jura entre ses dents : si on lui avait dit qu'il serait pris au piège au milieu d'acromentules en furie en compagnie d'Haldor, il ne l'aurait jamais cru...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 21 Mar - 1:53
Invité
Il faut fuir, il faut fuir, il faut fuir ! Ne cessais-tu de penser alors que tu transportais le pauvre Mikhael, remarquant à peine qu'il s'affaiblissait de plus en plus à mesure que vous couriez vers... Vers où, Hugo? Où comptais-tu fuir comme ça? Comment croyais-tu vous sauvez si vous ne saviez même pas où vous alliez, encore une fois? La situation était compliquée et dangereuse. Un seul faux pas, et s'en serait fini de vous.

-Aller, courage... Lui dis-tu doucement, presque amicalement alors que le blond se défaisait de ton étreinte.

Tu grimaçais quand il posait sa main sur son épaule. Douloureux, hein? Evidemment. Malheureusement, tu ne pouvais rien faire pour lui dans un moment pareil. Votre seule chance, retrouver la surface aussi vite que possible... Mais comment faire quand on est que deux enfants face à des monstres pareils? Tu soupirais en portant ta main derrière ta nuque que tu frottais nerveusement.

-Tu as raison. Murmuras-tu finalement, approuvant ses paroles.

C'était bien la première fois que tu t'entendais avec lui sur quelque chose. Ce n'était pas si désagréable en fin de compte. L'espace de quelques minutes, tu avais cessé toute animosités entre vous. Vous n'étiez que deux adolescents perdus dans des galeries infestés d'araignées géantes qui vous pourchassaient. L'espace de quelques minutes, tu n'avais plus envie de le détester. A quoi bon de toute façon, si vous alliez mourir dans quelques instants?

Tu avais sans aucun doute perdu tout espoir pendant une seconde ou deux. Te disant qu'après tout, ce ne serait qu'un mauvais moment à passer? Non ! Depuis quand te laissais-tu abattre Hugo? Tu ne pouvais pas abandonner là ! C'est lorsque ton camarade fit quelques pas vers une cavité que tu retrouvas un peu de hargne au combat que vous meniez. Se cacher était sans doute la meilleure idée que vous aviez eu jusqu'à maintenant. Suivant le garçon jusqu'à l'ombre qu'il avait atteint, tu jetais un œil rapide à sa blessure avant qu'il ne la cache. Pas beau, hein. Songeais-tu. Les bruits de pas se précipitant dans la grotte où vous étiez quelques secondes plus tôt te firent frémir. Fermant les yeux, tu espérais qu'elles ne vous trouvent pas ici. Si vous ne bougiez ne serait-ce qu'un poil, vous seriez définitivement pris au piège.

Par chances, les grosses bêtes s'en allèrent, peut-être pour mieux revenir plus tard. Mais pour le moment, vous étiez en sécurité. C'était tout ce qui comptait.

-Ça va pas trop mal? Lui demandais-tu doucement, t’inquiétant à cause du poison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mar 4 Avr - 18:24
Invité
- Qu'est-ce que ça peut te... ?

Mikhael s'interrompit. Lui crier dessus était peut-être bon pour les nerfs, mais ça ne les sortirait pas de cette situation. Tous deux étaient désormais coincés dans cette cavité, à attendre que les araignées veuillent bien abandonner l'idée de les chasser. Si toutefois elles abandonnaient un jour. En ce qui les concernaient, ils n'étaient pas encore tirés d'affaire.

Les silhouettes massives des créatures passaient par moment dans les environs, les obligeant à retenir leur souffle : tôt ou tard, ils finiraient par être repérés. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne finissent en nourriture pour araignées. On ne les retrouverait pas dans ces cavernes. Pas avant de se rendre compte que ces monstres hantaient les sous-sols de la montagne.

Le Womatou passa sa main valide dans ses cheveux, la détachant de la blessure un instant. Ce n'était pas le moment de perdre les pédales. Il avait du mal à s'en empêcher, mais il devait impérativement reprendre le dessus. Se laisser aller à des émotions pareilles n'était pas dans ses habitudes. Mikha était capable de sortir de ces grottes vivant et de rentrer au château avec les points qu'il méritait. Car non, il n'avait pas renoncé à aller chercher ce pourquoi ils se donnaient tout ce mal... même si les acromentules n'avaient pas été au programme de cette randonnée improvisée.

- Dire que cette histoire de points m'intéressait pas, avant... marmonna-t-il en repliant ses genoux contre son torse. Je ferais mieux de m'occuper de mes affaires, en vérité.

Il pensait plus à voix haute qu'il ne s'adressait réellement à Hugo, mais c'était plus fort que lui. Maintenant qu'ils en étaient là, il regrettait un peu de se lancer dans ces tâches ingrates que l'école leur refilait, juste pour rapporter des points à leur maison. Plus tu rapportais de points et plus t'avais une chance de pas avoir l'air d'un loser. Le garçon se demandait s'il n'avait pas pris cette histoire un peu trop au sérieux. Ça valait le coup de se retrouver dans cet endroit pour quelques malheureux points ? Pour prouver qu'on avait sa place et qu'on pouvait tout donner pour ça ? Il n'en était plus aussi certain, là, tout de suite.

Leur escapade devait les conduire à aller chercher de fichus champignons, certes, mais c'était la seconde fois que le Womatou prenait des risques de ce genre. Oh, il en redemandait toujours : on ne changeait pas quelqu'un de casse-cou comme ça. Cela dit, ils n'étaient pas accompagnés d'un professeur, cette fois. Dans le labyrinthe des jardins d'Ilvermorny, leur prof' de Défenses contre les Forces du Mal avait été là pour rattraper leurs bourdes à Summer et lui. Dans ce trou rempli de monstres, Haldor et lui étaient totalement seuls. Mikhael était du genre à foncer dans le tas, mais il devait reconnaître que ça ne serait pas aussi simple : ils allaient devoir faire en sorte de s'échapper aussi furtivement que possible.

Mais, pas tout de suite.
Ils avaient besoin de repos et de remettre leurs idées en place. Ça passait aussi par le fait de ne pas se focaliser sur celle qu'ils risquaient à tout moment de crever comme des moucherons pris dans les toiles de ces maudites araignées. C'était l'effet que se retrouver piégé lui avait fait et il avait détesté ça. Se tortiller comme un papillon sur le point de se faire dévorer avait été désagréable... et horriblement effrayant. Nouvelle inspiration. Il se focalisa sur la douleur à son épaule, puis essaya de parler, cette fois à son interlocuteur.

- T'as carrément plus d'aplomb qu'avant, fit-il remarquer sans le regarder, on est loin du morveux qui se recroquevillait dans le couloir en chialant, dès qu'on le bousculait un peu.

Ce n'était pas un compliment, mais malgré toute la hargne qu'il pouvait avoir envers l'Oiseau-Tonnerre, il avait bel et bien constaté un changement radical dans son attitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
avatar
Invité
Invité
Mer 12 Avr - 15:29
Invité
A chaque passage de ces monstres, Hugo priait de toutes ses forces pour qu'elles ne les trouvent pas dans leur cachette. Ils étaient coincés ici, pris au piège dans cet endroit creux et sombre. Comment avaient-ils la moindre chance de s'en sortir? Comment le pouvaient-ils? Personne n'échappait jamais à ces monstres. Pourquoi eux? Qu'est-ce qui serait différent, cette fois-ci? Tendis que le garçon était à ses préoccupations silencieuses, il ne remarqua pas tout de suite que son camarade avait légèrement changé de ton et de mine.

Hugo tourna la tête doucement vers lui et posa les yeux d'abord sur sa blessure, l'observant et essayant de l'examiner en silence et à distance, avant de les reporter sur le visage enfouis contre les genoux de celui qu'il avait toujours considéré comme son ennemi juré.
Les choses avaient un peu changé à présent.
Dans cet enfer où ils étaient tombés, deux garçons qui jusqu'à présent ne communiquaient qu'avec les coups, parlaient et affrontaient une réalité bien atroce. Oui, les deux garçons étaient tombés dans ce trou et s'étaient entraidé alors que la mort les poursuivaient.

Hugo resta quelques instants silencieux à sa remarque, ne sachant que lui répondre. C'était bien la première fois qu'ils se parlaient, en fait. Et bien qu'il savait qu'ici, tout était différent, bien qu'il savait que les choses étaient autrement et qu'une fois sortie d'ici, tout ceci ne serait qu'un mauvais rêve, un souvenir flou dont les deux garçons signeraient un accord mental pour oublier ce passage... Malgré tout ça, Hugo n'avait jamais appris à communiquer avec lui de cette façon.

Mais c'était loin d'être désagréable, dans le final.
Mais ça, jamais il ne l'avouerait. Ce serait son secret.

Hugo pouffa légèrement quand Mikhael lui assura avoir remarqué qu'il avait plus de présences qu'avant. Il avait raison et ça, Hugo savait le devoir entièrement à ses amis. Ils lui avaient donné de l'assurance et avaient fait taire les peurs qui hurlaient en lui depuis son arrivée. Et bien que d'autres s'étaient réveillés entre temps, Hugo le savait, il appartenait à ce monde et il y ferait sa place, comme les autres sorciers.
Oui, ça aussi, ça avait changé.

-Tout ça pour des champignons... Murmura à son tour Hugo, un demi-sourire sur les lèvres.

Oh il avait dit ça, lui aussi, plus pour lui-même qu'autre chose. Mais la situation, sans l'aspect dramatique des araignées géantes et de la mort qui pouvait survenir à chaque instant, avait de quoi être comique : Les pires ennemis du monde, enfermé dans une cavité, tout ça parce qu'ils devaient cueillir des champignons... Vraiment, ça ne pouvait pas laisser Hugo indifférent. Finalement, son sourire disparut et il pris un air un peu plus sérieux.

-Elle est dure avec vous, Herim. Qu'est-ce qu'elle croit pouvoir faire d'une coupe poussiéreuse dans dix ans?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ILVERMORNY ϟ :: Le Château :: Les Montagnes-
Sauter vers: